À Buenaventura, les afro-descendants colombiens démunis face à la violence des narcotrafiquants

  • Source: : Webnews | Le 01 août, 2017 à 21:08:14 | Lu 5142 fois | 13 Commentaires
content_image

Une femme se lave pendant qu

La ville est connue pour être l'une des plus dangereuses au monde. Posée sur la côte Pacifique à l'ouest de la Colombie, Buenaventura est peuplée par près de 90% d'Afro-Colombiens qui réclament des garanties financières et sociales à l'État. Un reportage coécrit par Najet Benrabaa et Sarah Nabli.

Sur la côte Pacifique à l’ouest de la Colombie, Buenaventura est l’un des principaux ports d’Amérique Latine, qui totalise 60% des exportations du pays. Mais ce commerce florissant ne profite en rien aux habitants, comme en atteste un taux de chômage qui tourne autour de 40 %. Officiellement, Buenaventura compte 400 000 habitants, mais c’est en réalité près d’un million de personnes qui s’entassent dans des quartiers délabrés rongés par l’humidité.

La population est composée à 90 % par des Afro-Colombiens, dont une grande partie de déplacés du Choco, la région la plus affectée par les conflits avec les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie, qui viennent de déposer les armes), les groupes paramilitaires et le narcotrafic. Les Afro-Colombiens sont des descendants d’esclaves débarqués entre 1510 et 1851 par centaines de milliers sur la côte caraïbe au nord du pays. Originaires du Sénégal, du Congo ou de l’Angola, ceux-ci servaient de main-d’œuvre aux Conquistadors notamment dans les mines d’or et d’émeraude colombiennes. Les premiers habitants de Buenaventura étaient donc des affranchis ou des esclaves qui avaient réussi à s’enfuir pour se réfugier et construire une nouvelle vie dans cette région tropicale

Buenaventura est le plus grand port colombien sur le Pacifique, un point de passage important pour le trafic de cocaïne.

Une ville abandonnée par les autorités

Buenaventura s’est imposée au fil des décennies comme une ville stratégique pour les narco-trafiquants qui en ont fait une plaque tournante de la drogue. Les Urabeños et les Empresa, gangs ennemis tous deux successeurs des groupes paramilitaires formés pour combattre la guérilla des FARC, terrorisent au quotidien les habitants de la ville.

Dans les quartiers au bord de la mer, les maisons sur pilotis aux toits de taule risquent de s’effondrer à tout moment. Quelques enfants jouent pieds nus sur le labyrinthe de pontons, de simples planches de bois, entre les maisons. L’odeur nauséabonde des déchets dans l’eau stagnante est prenante. Plus de 65 % de la population de Buenaventura vit en deçà du seuil de pauvreté, et 35 % des habitants sont sans eau potable ni tout-à-l’égout. Dans certains quartiers aucune école n’est présente…

Des enfants saluent un soldat des Forces spéciales de la Marine colombienne, venues en renfort pour lutter contre la violence des gangs se disputant le contrôle de Buenaventura, le 27 mars 2014. 

La colère des habitants

« En 2015, huit personnes des groupes paramilitaires nous ont sortis de chez nous, et ils ont tué mon beau-frère à une rue de chez nous. » Ces mots sont ceux de Leonardo Renteria. Cet Afro-colombien de 27 ans est né et a grandi à Buenaventura. Il ne quitterait pour rien au monde sa ville même en danger. Il est escorté par un garde du corps et poursuit son travail de militant social et culturel. À travers son association Rostros Urbanos, il défend les victimes du conflit armé et de la violence tout en faisant la promotion de la culture et de ses origines afros pour transformer l’avenir des jeunes.

En mai dernier, des milliers d’Afro-Colombiens sont descendus dans la rue pour crier leur ras-le-bol et bloquer l’accès à la ville pendant plusieurs semaines

Au cœur du centre-ville, sur le front de mer, des grues et des camions s’activent encore pour terminer un projet de rénovation vieux de deux ans. Ce n’est qu’un exemple du manque d’infrastructures de la ville. Leonardo Renteria décrit une situation catastrophique : « On n’a pas d’eau, même pas 12h par jour, certains la reçoivent deux heures, d’autres rien pendant des mois. Il n’y a pas d’hôpital. La majorité des soins médicaux est effectuée par un hôpital privé hors de prix. »

Scène d'attentat à la voiture piégée dans le cadre de la guerre des gangs, à Buenaventura, le 24 mars 2010.

Misère et abandon de l’État ont favorisé la montée de la violence. Alors en mai dernier, des milliers d’Afro-Colombiens sont descendus dans la rue pour crier leur ras-le-bol et bloquer l’accès à la ville pendant plusieurs semaines. Ils réclamaient plus d’investissements notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Leonardo Renteria a pris la tête de ce mouvement avec d’autres.

Les paramilitaires avaient des « maisons abattoirs » où ils tuaient des personnes… on entendait les cris

Ils attendaient avec impatience le 20 juillet quand le gouvernement colombien devait présenter une loi pour créer un fonds d’investissement sur dix ans pour la ville. Mais le projet a été repoussé. Les autorités souhaitant réviser de nouveau le texte pour, disent-elles, le renforcer à l’aide d’une délégation de Buenaventura…

La lutte contre la violence

En attendant, l’absence des autorités a poussé un quartier à monter sa propre résistance face aux bandes criminelles et aux forces paramilitaires en avril 2014. Désormais, cet « espace humanitaire » de Puente Nayero protège 208 familles dans des maisons au bord de l’eau faites de bois ou de briques. L’entrée est barricadée par la police et l’armée. Une coordination d’une dizaine de personnes permet d’assurer le fonctionnement des lieux.

Nora Isabel Castillo, une des fondatrices du mouvement de protestation afro-colombien de Buenaventura. 

Nora Isabel Castillo, l’une des fondatrices du mouvement, assure qu’elle ne laissera plus le mal y entrer. « La première chose que les paramilitaires ont fait pour semer la terreur dans la communauté a été de tuer un jeune, comme ça, en plein jour, à 9h du matin. Les gens ne sortaient plus après 18h. Les jeunes filles subissaient des abus sexuels. Ils avaient des « maisons abattoirs » où ils tuaient des personnes et on entendait les cris. » décrit-elle.

Mais la violence s’est déplacée comme à la comuna 12, une des communes les plus grandes. Malgré un renforcement de la présence militaire et policière depuis 2014, les frontières invisibles, les bandes criminelles, les narco-trafiquants régissent encore la vie des Afro-Colombiens de Buenaventura.

 


Auteur: Jeuneafrique - Webnews

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Anonyme En Août, 2017 (00:28 AM) 0 FansN°: 1
Bring them back home !
Anonyme En Août, 2017 (01:09 AM) 0 FansN°: 2
Let's bring them back to Africa.

We have enough place for them .
Barna En Août, 2017 (02:16 AM) 0 FansN°: 3
For them, home means Columbia. Except the color of their skin and some cultural behaviour, they've any link with Africa.

It's a duty for the Columbian gouvernment to find out how to help them.
Reply_author En Août, 2017 (10:29 AM) 0 FansN°: 1
you are so weak bro' ! coming back to africa does not mean they will no keep contacts with columbia. you are thinking like some afros in the us who don't want to here about africa in fear of not being american enough. you see everyday white americans, jewish americans, asian americans or indian americans make connections with their lands of origin; that does not make them less american if you are an afro and your are not making connections with africa and other afros in this world you are weak and you will end up poor and at the mercy of others. even in brasil white people make connections with other white people from europe or the us, only the afros stay put and enjoy life at the bottom. while the afros are drinking the hype of being american, colombian, french or brasilian, others are going global like the huffpost. use your brain man !
Reply_author En Août, 2017 (19:55 PM) 0 FansN°: 1
c vrai qu’ils st colombiens d’abord ms c aussi vrai qu’ils st connectes a l’afrik . les afro latinos et memes les autres metisses ou ‘blancs’ st tres influences par la culture africaine, en ts cas bcoup plus que les negros americ de mierda. leur musik , leur bouffe et leur hospitalite en st un signe probant.
Anonyme Yo En Août, 2017 (02:17 AM) 0 FansN°: 4
il y a des negros colombiens ds plein d'endroits en colombie pas seulement a buenaventura! c un très beau pays a part ces endroits de pauvrete qui st un peu comme en afrik. dc a koi bon de les emmener en afrik si ils viv deja comme en afrik la bas? lol croyez moi ils vont bcoup mieux la bas qu'en afrik
Reply_author En Août, 2017 (10:39 AM) 0 FansN°: 1
mon pauvre ! même sans moyens le sénégalais parle plusieurs langues et dialectes, ils n'est pas à la merci des gangs de narcos comme en colombie.
la vie au village et dans la banlieue de nos villes est bien plus douce que dans les favelas du brésil ou des autres villes d'amérique du sud. partout où j'ai été dans le monde j'ai rencontré des sénégalais, je n'ai pas croisé beaucoup de noirs colombiens...ou des autres etats d'amérique du sud. c'est le moment de te renseigner et de ne pas rester avec la vision du monde que peut avoir un vendeur à la sauvette.
Reply_author En Août, 2017 (19:50 PM) 0 FansN°: 1
qu’est ce parler plusieurs dialectes a voir ici ??? debile. quand on connait pas qq chose on la ferme et on ecoute les gens qui connaiss sinon on reste kon a perpet. juste un conseil. la colombie a et fait peut etre 2 a 3 fois le senegal en taille dc les problemes ne st pas les memes. certains endroits st chauds ms la plupart du territoire s’est bcoup calme. c un des pays les plus metisses du monde. dc en plus des noirs fonces il y a aussi les metisses afro spanish ou afro natives/indiens qui font font a peu pres 25% de la population ! dc il y a plein de negros je connais bien le pays. les flavelas comme tu les appelle ont au moins de l’eu courante et personne ne meurt de faim contrairement a l’afrik noire. le senegal n’est pas le mfdc, la colombie n’est pas buenaventura, capish mec ?
Zeuss En Août, 2017 (08:13 AM) 0 FansN°: 5
OOOH!My people are all over & everywhere around this planet earth.

Spread by many centuries of exploitation...I just hope that one day this will get

fixed...It seems that; poverty was created for only black people...

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]