Au moins 60 morts dans des combats en Centrafrique

  • Source: : 7sur7.be | Le 09 septembre, 2013 à 15:09:17 | Lu 5918 fois | 1 Commentaires
content_image

Au moins 60 morts dans des combats en Centrafrique

Au moins 60 personnes ont été tuées dimanche et lundi dans l'ouest de la Centrafrique au cours de combats opposant les forces du nouveau régime à des hommes armés présentés comme des partisans de l'ex-président François Bozizé, a indiqué la présidence centrafricaine."Cela fait deux jours aujourd'hui que des hommes armés se réclamant de l'ex-président François Bozizé se sont infiltrés dans les villages autour de Bossangoa. 

Ils ont détruit les ponts et autres infrastrutures, se livrant à une vengeance contre la population musulmane. Soixante personnes au moins ont été tuées dans ces attaques", a déclaré lundi le porte-parole de la présidence. La préfecture d'Ouham, dont Bossangoa est le chef-lieu, est la région natale du général Bozizé, renversé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia. Lundi matin, "des tirs nourris d'armes lourdes et légères" ont également été entendus dans la localité de Bouca, sur la route menant à Bossangoa, a indiqué une source militaire à Bangui qui précise que "ces tirs ont fait fuir les habitants dans tous les sens".

 Ces affrontements ont fait une dizaine de morts à Bossangoa dimanche, dont deux employés locaux d'une ONG humanitaire. Au moins quatre combattants du Séléka ont également été tués, selon la présidence. En août, le général Bozizé, de passage en France, s'était dit prêt à reprendre le pouvoir "si l'occasion se présentait", en affirmant cependant privilégier "la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n'est pas trouvée". 

 Depuis la prise de pouvoir par le Séléka, la situation sécuritaire reste chaotique dans le pays et le nouveau président Michel Djotodia peine à restaurer l'ordre et à désarmer les ex-combattants, accusés de multiples exactions contre la population. Une force africaine, la Misca, a commencé à se déployer à Bangui, où est également positionné un contingent de l'armée française. La Misca compte actuellement 750 hommes.


Auteur: 7sur7.be - 7sur7.be






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (1)


Baye En Septembre, 2013 (22:08 PM) 0 FansN°: 1
Vraiment je ne vois pas d'avenir pour ce pays, il est désespérant! Et il est en plus entouré de pays à risque comme le Cameroun où le tribalisme règne en maître comme nul part ailleurs j'ai vu. Quand leur président dictateur Biya mourra sur son trône, parce qu'il est utopiste d'attendre que les poltrons camerounais se bougent un jour pour établir une démocratie, toute une bonne partie de l'Afrique centrale sera à feu et à sang. Pour des pays comme le Gabon je pense qu'il y a quand même plus d'espoirs parce que les gabonais restent quand même plus évolués et plus matures. Mais tout de même bonne chance au peuple centrafricain qui n'a pas fini de souffrir hélas.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]