Bilan de 35 morts dans l'attaque contre Lubumbashi

  • Par : 7sur7.be | Le 27 mars, 2013 à 13:03:54 | Lu 5563 fois | 0 Commentaires
content_image

Bilan de 35 morts dans l'attaque contre Lubumbashi

La Mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) a maintenu mercredi le bilan de 35 morts causés par l'attaque menée samedi contre la ville de Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Katanga (sud-est de la RDC), par des rebelles Maï-Maï, précisant que 53 personnes avaient également été blessés. "A ce jour, le bilan de ces affrontements tel que fourni par les activistes des droits de l'Homme et des sources concordantes, fait état de 35 tués et 53 blessés, dont quinze grièvement", a affirmé le porte-parole de l'ONU, Madnodje Mounoubai, lors de son point de presse hebdomadaire à Kinshasa. Des sources officielles congolaises avaient fait état d'une "vingtaine de morts" lors des combats entre des miliciens Maï-Maï et l'armée gouvernementale, samedi à Lubumbashi, la seconde ville du pays en terme de population, avec quelque deux millions d'habitants, dont quelque 2.000 Occidentaux. Des centaines de miliciens Maï Maï appartenant au groupe Bakata Katanga (ceux qui veulent la scission du Katanga) étaient entrés à Lubumbashi et avaient tenté de prendre possession des édifices publics. L'armée avait encerclé les survivants et les avait laissés se réfugier avec leurs blessés dans un cantonnement de la Monusco situé à proximité. Leurs armes - une quarantaine de fusils automatiques, des lances, des arcs et des couteaux - avaient été saisies. Selon M. Mounoubai, 242 Maï-Maï Bakata Katanga au total se sont rendus à la Monusco, dont seize ont été évacués vers l'hôpital des Forces armées de la RDC (FARDC). Deux cent vingt-six se sont rendus aux autorités congolaises à la suite de la médiation de la Monusco. Parmi eux, quarante enfants ont à cette occasion été séparés des combattants et remis au Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), pour leur prise en compte, a ajouté le porte-parole. Les 186 combattants restants ont été escortés par la Monusco et la Police nationale congolaise (PNC) à destination de l'aéroport, en vue de leur transfert à Kinshasa. Les armes et munitions récupérées auprès des Maï-Maï, ont été remises aux FARDC. Selon l'ONU, le calme est désormais revenu dans la ville de Lubumbashi. "Toutefois, la situation sécuritaire demeure imprévisible", a précisé mercredi le porte-parole de la Monusco. Le Katanga, poumon économique de la RDC d'où sont exportés le cuivre et le cobalt qui assurent la plus grande partie des ressources extérieures du pays, a toujours été agité par des fièvres séparatistes. Dès l'indépendance, en 1960, Moise Tshombe avait, avec l'aide de la Belgique, animé une sécession à laquelle les Nations unies avaient mis un terme.


7sur7.be


Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]