Côte d’Ivoire : un commissariat attaqué par des hommes en armes dans la commune d’Abobo, à Abidjan

  • Source: : Webnews | Le 27 septembre, 2017 à 12:09:58 | Lu 1782 fois | 9 Commentaires
content_image

Des policiers ivoiriens, le 22 octobre 2015 à Abidjan, en Côte d

Des hommes armés ont attaqué mardi un commissariat de police dans la commune populaire d'Abobo, dans le nord d'Abidjan, a-t-on appris de source sécuritaire. Ils se sont emparés d'armes, sans faire de blessés.

« Des individus armés ont attaqué le commissariat du 34e arrondissement à Abobo sans faire de dégâts corporels (pas de blessés). Ils ont mis les policiers en fuite. Ils se sont emparés d’armes », a affirmé une source sécuritaire sous couvert d’anonymat.

À proximité du commissariat, plusieurs témoins ont indiqué ne rien avoir remarqué. « On était là. On n’a pas entendu de coups de feu ni rien. C’est après qu’on nous a dit qu’il s’était passé quelque chose », a indiqué un homme, dont le commerce est situé en face du commissariat. « On nous a dit que des jeunes étaient venus en moto et se sont emparés des armes ».

Les pro-Gbagbo accusés par les autorités

Cette attaque vient s’ajouter à une liste qui ne cesse de l’allonger ces dernières semaines. Le 19 juillet, des hommes armés avaient pris d’assaut l’école de police d’Abidjan, dans la commune de Cocody, s’emparant d’armes avant une fusillade avec les forces de l’ordre pendant leur fuite qui avait fait un mort chez ces derniers à Yopougon. Au moins quatre autres attaques – moins importantes car sans blessés – avaient suivi : Azaguié (22 juillet), Fresco (29 juillet), Adzopé (4 août) et Songon (3 septembre).

Affirmant détenir des preuves, les autorités et le président Alassane Ouattara lui-même ont dénoncé l’action de « déstabilisateurs » en exil proches de l’ancien président Laurent Gbagbo, actuellement jugé par la CPI à La Haye. Ces derniers ont vigoureusement démenti, balayant des accusations « loufoques ».

Recrudescence de violences

En parallèle de ces attaques, trois évasions, dont deux spectaculaires, ont eu lieu au pénitencier de Katiola, où se sont évadés une centaine de détenus le 3 septembre dernier. Cinq jours plus tard, 20 prisonniers se faisaient la belle du palais de justice d’Abidjan, en plein centre de la capitale économique. Le 6 août, au moins cinq détenus s’étaient échappés du pénitencier de Gagnoa, dans le centre du pays.

Ces évasions surviennent après une série de mutineries d’anciens rebelles pro-Ouattara, intégrés dans l’armée après la crise post-électorale de 2011. Des mutineries qui ont ébranlé le pays en janvier et en mai dernier, notamment dans les deux principales villes : Abidjan et Bouaké.

Malgré cette recrudescence de violences, le président Ouattara s’est voulu rassurant, déclarant il y a dix jours : « Les récentes attaques (…) ne troublent pas notre sommeil. Nous travaillons à cela pour la sécurité des Ivoiriens ». Les forces de sécurité ont ainsi lancé une grande opération Épervier de sécurisation de Yopougon, troublé par une augmentation de la délinquance ces dernières semaines.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (4)


Anonyme il y a 3 semaines (12:44 PM) 0 FansN°: 1
Pendant que l'on pense à libérer Gbagbo, vous nous sortez ces salades et voulez soit disant accuser ses partisans

votre jeu est connu hein

si vous voulez vous armer, vider l'armement de vos casernes, ne simulez pas des braquages ou attaques de commissariats, volez seulement et attendez votre fin prochaine

Dieu vous voit hein
Anonyme il y a 3 semaines (13:31 PM) 0 FansN°: 2
Tu parles de liberer quel Gbagbo?oubien tu ne suit pas l'actualité à la CPI?si tu n'as rien à dire tu fermes ta guele.
Anonyme il y a 3 semaines (13:39 PM) 0 FansN°: 3
C est vraiment triste pour OUATTARA il peut pas dirigé la Cote d Ivoire il veut pas laissé . Les pros Gbagbo n on rien à voir dans tout ces conneries . Suis étranger et je sais de quoi je parle

Reply_author il y a 3 semaines (13:41 PM) 0 FansN°: 1
ferme ta guele, menteur là
Reply_author il y a 3 semaines (13:44 PM) 0 FansN°: 2
arrètes de racontrer des connories.tu en sais quoi?va le dire sur le site des ivoiriens, labas ils vont te repondre.
Reply_author il y a 3 semaines (13:46 PM) 0 FansN°: 3
tu ments poste numero 3.
Reply_author il y a 3 semaines (18:10 PM) 0 FansN°: 1
des gens prennent d'assaut un commissariat pour prendre des armes, il n'y a pas de blessé parce que les policiers ont fui....je trouve cette explication très étrange. quand on veut tuer son chien on l'accuse d'avoir la rage.
Doff Niit il y a 3 semaines (21:39 PM) 0 FansN°: 4
Notre pays, le Sénégal est entrain de satisfaire les caprices d’un dictateur (Erdogan) au détriment de milliers d’enfants innocents, et leurs parents.

Je me demande comment nous sommes arrivés à ce stade de désintéressement de nos dirigeants à la bonne formation de l’avenir de notre pays. Que nous apporte la Turquie de Erdogan jusqu’à ce que le Président Macky Sall, le Premier ministre B A Dionne et le Ministre de l’éducation nationale Sérigne Mbaye Thiam veulent sacrifier l’avenir de milliers d’enfant sénégalais innocents. Pourtant les services politico-stratégiques sénégalais doivent savoir que la Turquie de Erdogan n’est pas viable, car la Turquie de Erdogan risque de finir comme la syrie. Déjà sur le plan économique, ce pays est en chute libre. La turquie est de plus en plus isolée sur la scène internationale. D’ici quelques mois la guerre contre les kurdes va reprendre de plus belle, car les kurdes (irakiens, turques et syriens) vont accélérer la création de leur état. D’ici trois ans, la turquie , avec Erdogan, sera à genoux. Peut-être nos autorités actuelles se disent qu’ils ne seront plus là, car ils perdraient les élections à venir. Malheureusement, ils ont oublié que le Sénégal sera toujours là.

Nos dirigeants ont-ils oublié cette règle élémentaire qui veut qu’un pays n’ait pas d’amis et n’a que des intérêts. L’intérêt immédiat que peut tirer nos dirigeants sur cette affaire vaut-il l’anéantissement de l’excellent cursus scolaire qu’aurait pu avoir ces milliers d’enfant sénégalais ? Je ne le crois pas, car la vraie richesse du Sénégal réside dans la qualité de ses ressources humaines.

Chers dirigeants, (Président Macky Sall, Premier ministre B A Dionne, et Ministre de l’éducation nationale Sérigne Mbaye Thiam), on vous a confié notre Sénégal pour que vous défendez nos intérêts, nous sénégalais, et pas vos intérêts ni ceux d’un fou dictateur sanguinaire turc.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]