Maroc : quand les citoyens guident le changement

  • Source: : Webnews | Le 11 août, 2017 à 11:08:38 | Lu 1397 fois | 0 Commentaires
content_image

Des milliers de manifestants réunis en hommage à Mouhcine Fikri, un vendeur de poisson mort broyé dans une benne à ordures, le 4 novembre 2016, à Al Hoceïma, au Maroc.

Les Marocains ont attendu six mois pour avoir un gouvernement. Et il a suffi de quelques maladresses pour que la crédibilité de ce cabinet né dans la douleur soit entamée.

Le 14 mai, un communiqué des partis de la majorité a qualifié les contestations qui agitent la province d’Al Hoceima depuis octobre 2016 de « séparatisme et [de] sédition ». Le lendemain, des milliers de Rifains lui répondaient par une grande manifestation, dénonçant une atteinte à leur dignité. Le gouvernement a tenté de renouer le dialogue en dépêchant des ministres sur place.

Début juillet, El Othmani lui-même a reconnu, au cours d’une interview télévisée, qu’il regrettait les termes de ce communiqué. Mais le mal était fait, et les manifestations dans le Rif – qui n’a jamais eu de relation simple avec l’Histoire – ont pris de l’ampleur. À la mi-juillet, à peine franchi le cap des cent jours, on pouvait dire que le gouvernement de Saadeddine El Othmani avait failli sur la gestion de ce dossier brûlant. La situation lui a tellement échappé que ses appels au calme n’ont rencontré qu’indignation, tristesse et saillies.

Une déchirure grandissante

Au-delà du Rif, cette séquence a surtout révélé la déchirure toujours plus grande entre le monde politique et la population. Depuis une dizaine d’années, les différentes élections affichent de bien piètres taux de participation. Excepté en 2011, quand les politiques ont été les porte-voix d’une rue arabe en ébullition, l’abstention a été le grand vainqueur des derniers scrutins.

Un phénomène qu’on observe d’ailleurs dans d’autres pays, comme l’Algérie ou la France. Partout ou presque, l’action politique dans sa configuration actuelle n’est plus au diapason des aspirations et de l’action citoyennes. Les sociétés se développent et évoluent si vite qu’elles se détachent de plus en plus de leurs représentants politiques, tel un corps se défait d’un vêtement qui ne lui sied plus, trop vieux, trop usé. Alors, quand les acteurs politiques se retournent contre les voix qui les ont élus, qu’ils leur reprochent d’exercer leur droit de manifester librement… bonjour les dégâts !

Certes, les marches de protestation dans le Rif ont récemment été émaillées par des scènes de violence, déclenchées par des groupes de casseurs, blessant des dizaines de membres des forces de l’ordre et incendiant une résidence de la police. Elles ont cependant eu aussi leurs moments de civisme, lorsque les manifestants eux-mêmes formaient des cordons de sécurité pour protéger les biens publics des tentatives de vandalisme. Par bien des aspects, ce mouvement social montre que la culture de la manifestation pacifique s’est normalisée au Maroc.

Associer les citoyens au processus décisionnel

Dans ce pays en mouvement, l’action politique n’a pourtant pas suivi ce changement sociétal. Pis, elle a cherché à enlever à l’action citoyenne tout ce que cette dernière a acquis au cours de décennies de « mûrissement ». Ce n’est pas pour rien que de plus en plus de voix s’élèvent, y compris parmi des personnalités officielles haut placées, appelant à réinventer les mécanismes de médiation avec les citoyens pour qu’ils soient associés au processus décisionnel.

Partout dans le monde, les politiques se sentent dépassés. Mais, lorsque la situation sociale devient tendue, il faut apprendre à se surpasser. À nouvelle société, nouveaux mécanismes d’intermédiation. Ce choix ne serait pas de trop dans un royaume qui a traversé sans dégâts l’épreuve des révolutions arabes, qui a su s’adapter à la mondialisation, devenir un champion économique et qui vient de réintégrer, avec savoir-faire et grande agilité, son corps africain.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]