Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide
actualites
Yayi Boni pour graves manquements doit démissionner de l'Union Africaine
   Par Joseph TAPA | Webnews |  Vendredi 18 janvier, 2013 10:27  | Consulté 5753  fois  | 12 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
Afrique | Mots Clés: Bony Yayi, Union africaine
source: Webnews

À la tête pour une année, depuis le 29 janvier 2012,  de l’organe suprême de l’Union Africaine (U-A) qu’est la conférence des présidents (art 6 de la charte de l’U-A), et président en exercice de la république du Bénin, Yayi Boni, d’une incartade le 11 janvier 2013 se déclara être aux anges de l’intervention française au Mali.

Intervention qu’il salua en totale trahison d’une part, des statuts, de l’institution majeure africaine (U-A) qui s’impose doublement à lui es qualité de président actuel de l’U-A et de représentant d’un Etat membre, en les méconnaissant, et d’autre part, les populations africaines en soutenant d’un tintamarre abject, et réducteur de collectif, d’incapacité de l’ordre de l’impossible des Africains à s’adonner efficacement à la sécurité de leur territoire.

Petite parenthèse

Il importe avant tous autres développements d’informer voire de rappeler qu’ils existent en Afrique, des armées notoirement reconnues pour leur bonne structuration et compétences tant d’expérience qu’efficacité sur terrain d’opération géographique tel que le Mali désertique. De ces forces armées l’on site la bravoure et courage de celle tchadienne, qui de passé s’est illustrée victorieusement dans des conditions similaires et voire pire face à toute une vailante armée libyenne sous l'ère de Feu Kadhafi et non de simple forces hétéroclites comme celles sévissant pour l’heure au Nord Mali.

Cependant, au début de la percée des insurgés maliens assistés de mercenaires, le Tchad qui ne dispose pas en grands nombres d’entreprises pouvant exploiter les richesses du nord Mali et ainsi se payer des frais d’une intervention locale, sollicita conformément au statut de l’U-A (Article 3 Objectif point e*) et de l’Onu (art 51**) militairement se déporter afin de mettre un terme au conflit inter maliens tout en sollicitant être sous la coupole des nations unies. L’interpellation tchadienne n’a été suivie pour ne pas dire refusée, pour des raisons certaines enfouies dans l’opacité des relations obscures de la diplomatie internationale à laquelle se déjoue la France en passe d’obtenir des contreparties financières internationales.

Du mépris statutaire de l’institution majeure africaine

La charte de l’U-A fait peser de responsabilité sur ses membres et président en son article 3 sous l’intitulé d’Objectifs, au point b : « défendre la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance des Etats  membres » une obligation directe aux états africains à se porter en défense première à la sauvegarde de la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendances. De sorte qu’il pèse au président en exercice d’assurer cette charge, et que, celle-ci ne saurait être pour ce faire sous-traitée à quiconque. Ainsi entendre le président en exercice Yayi Boni, se dire aux anges que des forces armées étrangères s’invitent sur le sol malien pour défendre l’intégrité territoriale de cet Etat caractérise un manquement avéré aux missions à lui confier statutairement.

Il est aussi prévu à l’article 4 sous l’intitulé de Principes, au point d : « Mise en place d’une politique de défense commune pour le continent africain », il va s’en dire que ce souhait ne renvoi nullement à l’institution d’une défense par le concours étranger à l’Africain. Là encore, en dépit de la multitudes des corps d’armées existant en Afrique, l’excitation de joie du président Boni contrevient aux missions lui étant dévolu.

De plus est énoncé à  l’article 4 sous l’intitulé de Principes, au point g : « Non-ingérence d’un Etat membre dans les affaires intérieures d’un autre Etat membre » Or dans les faits, une fois le conflit inter maliens s’évoluera au lendemain du putsch du 21 mars 2012, nombres de pays membres africains, à l’instar du Burkina Faso, contrevinrent à ce principe de non-ingérence allant même jusqu’à imposer un président intérimaire de transition. Là aussi l’attitude blême du président Boni, ne saurait être entrevue autrement qu’en manquement à son obligation de faire respecter un des principes cardinaux de l’institution dont-il a la charge de bon fonctionnement.

En outre l’article 4 sous l’intitulé de Principes, favorise au point h : « Le droit de l’Union d’intervenir dans un Etat membre sur décision de la Conférence, dans certaines circonstances graves, à savoir : les crimes de guerre, le génocide et les crimes contre l’humanité ». En l’espèce l’intervention attendue à nos jours des militaires Africains en accompagnement de l’armée française ne peuvent pour l’heure être saisie sous l’angle d’une intervention visant à lutter contre des crimes de guerre, un génocide et/ou crimes contre l’humanité, et ce, en ce qu’ils ne sont pour l’heure caractérisés pour ne pas dire existant ou voire prouvés dans le sens de la définition entendue de ses énumérations. Il n’est nullement ici ouvert un droit à l’agression ou attaque préventive…ce qui là encore semble prendre le pas d’une méconnaissance grave par extension de lecture de la lettre et l’esprit de la base juridique qui gouverne les relations inter africaines sous la direction du président Boni.

Entre autre, l’article 4 sous l’intitulé de Principes, prévoit au point j : « Droit des Etats membres de solliciter l’intervention de l’Union pour restaurer la paix et la sécurité ». Il s’en va dire que l’expression de se droit présuppose une légitimité et légalité existante et gouvernant la capacité de l’Etat à s’y prévaloir. Hors, le président intérimaire Malien, Dioncounda Traoré, dont-il est rappelé qu’il ne doit son statut précaire que de négociation et accord sous régional (CEDEAO), ne dispose juridiquement que de la qualité requise pour évacuer les simples affaires courantes, et fut missionné pour conduire à bien le processus de renouvellement de la légitimité présidentielle. Ce qui ne lui autorise pas à en appeler à une intervention française sur le sol malien.

En outre si faculté puisse lui être reconnu par grande largesse, celle-ci au vu de la disposition l’art 4-J de charte l’U-A, ne saurait être qu’autrement qu’à destination des membres l’U-A, tel que le Tchad par exemple. Là encore, le fait que le président Boni, avalise par son enchantement l’intervention française dont le président Hollande un temps voulu enfermer sous l’invitation de l’intérimaire Traoré avant de préférer l’art 51** de la charte Onu, il dévoile de son inaptitude dans les missions qui lui sont dévolues.

Du réducteur collectif au mépris des populations africaines

Il est d’un devoir pesant à tout leader, de tout faire pour inscrire de bénéfice dans les vertus les populations sous sa responsabilité.

Devoir repris d’esprit et saisi par l’article 3 sous l’intitulé d’Objectifs au point d : « promouvoir et défendre les positions africaines communes sur les questions d’intérêt pour le continent et ses peuples ». Ce à quoi jubiler de l’intervention de population étrangère en Afrique, prend la voie d’une absence caractérisée en promotion et défense des positions africaines (dont la population n’a aucunement été sondée depuis mars 2012 pour en savoir quel est l’épicentre de leur intérêt dans le cadre de la crise inter malienne)... et profond d'abjectes et de déshonorant.

Cette digression du président Boni exultant d’être aux anges de l’intervention française au Mali, au-delà du ressenti ectoplasmique de ce dernier, d’inconvénient,  projette un mépris des populations africaines qui pour ainsi dire ne sauraient être en mesure de se porter à la promotion et la défense de leurs intérêts à marquer pour le continent leur indépendance et au profit de l’émergence des peuples dans leur originalité. La, de gravité, le président Boni, dévoile le profond d’incapacité à lui à poursuivre les diverses missions qui lui sont conférées, en ce qu’il ne croit guère aux capacités et possibilités des peuples d’Afrique.

À la faveur de ses quelques points sus énoncés, et dont l’importance n’est pas des moindres, il est d’intérêt absolu des institutions africaines et de nécessité à l’honneur des populations africaines que le président Yayi Boni soit d’urgence déchargé, par destitution, au minimum de ses responsabilités en qualité de président de l’Union Africaine.

Joseph TAPA

 

Nouveau!:   Retrouvez toutes les archives concernant Bony Yayi de 2006 à ce jour.
Commentaires:   12   Total dont   0   En attente - ( Voir les commentaires sensibles) .
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Citoyen du monde on January 18, 2013 (11:32 AM) 0 FansN°:1
l'article semblait bien parti mais c'est le français plus qu'incertain qui a fini par me dissuader de continuer la lecture. De grâce, faites des efforts de ce côté-là. Vous offriez plus de visibilité. Car, c'est malheureusement le cas dans bien des articles que je lis dans ce site. Sans rancune aucune !
N'IMPORTE QUOI ! on January 18, 2013 (16:54 PM)0 FansN°: 2356578
Les joueurs de dames ou d’échec apprécieront la distribution suivante :

YAYA BONI  Président de l'Union Africaine,

ALASSANE OUATTARA Président de la CEDEAO,

BLAISE COMPOARE Nagociateur avec les islamistes,

SONOGO le Putschiste qui refuse l'intervention de la CEDEAO.

AVEC UNE TELLE DISTRIBUTION EST-CE QU'ON POUVAIT S'ATTENDRE A UN DEPLOIEMENT RAPIDE DE LA CEDEAO OU A UNE SOLUTION AFRICAINE ?

La France a une vison, une stratégie et des objectifs pour la zone Mali, Niger.
Cette Zone est d'une importance stratégique pour elle à cause de l'Uranium, du Gaz, de l'OR et du Pétrole.
Elle va utiliser ses relais locaux pour appliquer sa stratégie jusqu'au bout.

NOTE / Le premier avion NIGERIAN est arrivée à Bamako en même temps que les premières troupes Françaises. Souvenez-vous que La CEDEAO est allée au LIBERIA et en SIERRA-LEONE sans La FRANCE.
Que les troupes de l'Afrique de l'Est avec quelques troupes de l'Afrique de l'Ouest combattent les Shebaab,
sans la FRANCE.

Il ne faut pas tomber victime de la propagande, regarder les faits et la dynamique des évenements.
En mutualisant ses moyens la CEDEAO pouvait avoir des troupes au Mali dès le début du Printemps Arabe.
De plus si Macky peut affréter son avion pour des Basketteurs, qu'est-ce qui l'empêche de le faire pour des militaires.

A NOTRE EPOQUE L'IGNORANCE EST UN CRIME !
Clarté on January 18, 2013 (12:22 PM) 0 FansN°:2
Le titre donne envie d'en savoir plus mais malheureusement l'article est mal écrit et assez lourd. Je n'y comprends rien.
Boldak on January 18, 2013 (13:40 PM) 0 FansN°:3
Article collant à l'actualité...mais lourd à digérer( De plus...En outre...Entre autre)
Quand on a la chance d'etre lu , il faut s'appliquer Mr Tappa!
Ce que je retiens de cet article et que je partage par ailleurs est que les Tchadiens bien épaulés pouvaient libérer le Nord Mali en un temps record qui allait surprendre certains STRATEGES MILITAIRES!
Ama on January 18, 2013 (15:54 PM)0 FansN°: 2356464
Après autant d'hésitation et de preuve de lacheté, faire croire qu'une armée africaine pouvait résoudre le problème procède de la malhonnêté et de l'ingratitude.
Si TAPA a des problèmes personnels contre YAYI BONI, il n'a qu'à aller sur un autre terrain.
Ce ne sont pas les voeux pieux contenus dans la charte de l'UA qui pourraient servir d'arguments pour condamner qui que ce soit.
Pour le moment, il faut faire bloc derrière les français (même si leur intervention n'est pas désintéressée) pour parer au plus pressé.
Il ne sert à rien de faire la fine bouche alors que les troupes africaines, une semaine après le début de l'intervention française, restent toujours invisibles sur le terrain.
Les femmes violées et les saints dont les mausolées ont été saccagés méritent qu'une intervention rapide soit soutenue quelqu'en soit l'auteur.
Xxx on January 18, 2013 (22:23 PM)0 FansN°: 2357106
Il fut comprendre le sens de l'urgence.
Joseph Tapa s'est vendu à qui on January 19, 2013 (23:22 PM)0 FansN°: 2359405
Les propos sans aucune sincerité de ce personnage , prouvent que les ennemis de l'Afrique sont à chercher parmi les africains eux-memes ...genre Joseph Tapa , des individus obscurs qui sont prets à vendre père et mère pour une poignée de Petro Dollars
DSR on January 18, 2013 (18:02 PM) 0 FansN°:4
Ton franc-béninois est trés compliqué
Une passante on January 19, 2013 (23:34 PM) 0 FansN°:5
beau debut , mais a partir de "Du mépris statutaire de l’institution majeure africaine" ça devient vraiment lourd à lire. pourquoi ne pas écrire le plus simplement possible.
par contre l'intervention de la France est à saluer, d'autant plus que nos chefs d'état qui doivent rapidement se decider par rapport à l'envoi de leurs troupes tardent à le faire alors qu'il ya ugence
NDIGËL on January 20, 2013 (15:33 PM) 0 FansN°:6
C'est un illuminé qui est sous l'emprise d'un stupéfiant très puissant. Pour le moment, nous autres africains ou maliens, notre souci majeur, c'est la libération du territoire malien qui importe. Vive les déclarations de Yayi BONI. TAPA, si tu es un opposant à Yayi BONI, va militer dans les partis d'opposition du Bénin pour lutter à le renverser. Ce n'est cet espace qui te fera réussir un coup d'état
Mouss2 on January 20, 2013 (16:50 PM) 0 FansN°:7
Article lamentable. Aussi confus sur le fonds que sur la forme. On pourrait croire que quelqu'un qui se pretend journaliste soit capable de s'exprimer correctement et d'aligner quelques idees. Apparament pas Joseph Tapa!
S'il a des pb avec Boni Yayi, ce n est pas le lieu pour regler ces comptes comme l a bien dit un precedent commentaire....
Le passager on January 22, 2013 (12:08 PM) 0 FansN°:8
il faut de la tolérance sur ce forum...

  Réagissez à cet article (en respectant les règles ci-dessous)

  • Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
    Ne devoilez pas
    les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
    de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
  • Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Nom:
  
Commentaire:
:)   :-D   :cool:   :hun:   :cry:   :love:   :khelou:   :?:   :jumpy: :sad:   :bravo:    :haha:   :dedet:   :sn:   :down:    :up:  :tala-sylla:
   
Pour faire apparaitre vos commentaires immediatement, creez un compte seneweb (c'est rapide).

Nouveau!:   Retrouver toutes les archives concernant Bony Yayi de 2006 à ce jour.

 

 


Pub


 




HitParade




HitParade