La « médiation pénale » à propos de la traque des biens mal acquis, est-elle réellement une justice équitable ou un arrangement en faveur des voleurs à col blanc ?

  • Par : Mandiaye Gaye | Le 08 mars, 2013 à 12:03:39 | Lu 4605 fois | 11 Commentaires
content_image

La « médiation pénale » à propos de la traque des biens mal acquis, est-elle réellement une justice équitable ou un arrangement en faveur des voleurs à col blanc ?

L’idée qui a germé il y a peu, et qui est en train de se développer dans les rangs du pouvoir et même du public selon quoi, les voleurs à col blanc devraient bénéficier d’une faveur par rapport aux voleurs ordinaires est un scandale juridique dans le fond. En effet, elle préconise que si les concernés restituaient les 80% de leur butin, qu’ils soient libres et que toute poursuite à leur encontre soit abandonnée, mais c’est un non-sens et complètement ridicule. 

Pourquoi alors, les voleurs de poulets, à la sauvette et autres larcins, ne bénéficieraient pas eux aussi en cas de restitution à cette hauteur-là ou de remboursement complet, d’une liberté totale ? Nous sommes ici, dans le cas d’espèce, véritablement en face d’une justice à deux vitesses. Autrement dit de deux poids et deux mesures, par le fait de vouloir pour un même délit de vol qualifié, infliger des sanctions inversement proportionnelles, ne tenant pas compte de la gravité des faits avérés des uns et des autres.

A cet effet, le mot traque, perd ici complètement son sens et devient même dans une certaine mesure, un traitement bienveillant à l’endroit des voleurs de millions et milliards. Si la médiation pénale était effectivement appliquée, elle constituerait de fait, un bonus ou une ristourne pour avoir volé gros, certainement ! A supposer, que quelqu’un abuse délibérément des biens sociaux qui lui sont confiés d’une valeur de 100 millions, qu’il subtilise en sa propre faveur. Suite à une enquête en règle, il est pris en flagrant délit de détournement sans contestation. Par exemple, dans un tel cas, comment comprendre que l’Etat puisse lui demander de restituer seulement les 80 millions  et de garder par devers lui les 20 autres millions, sans subir aucune peine d’emprisonnement ? Naturellement il acceptera volontiers cette aubaine! Ici, l’acte de vol en lui-même est complètement absous de l’action publique, en ne faisant pas l’objet d’une sanction pénale d’emprisonnement. Alors que le larcin, le voleur de poulets ou à la sauvette sont sévèrement punis. Ils subissent d’abord une peine préventive indéterminée en prison, avant de se voir infliger parfois, une peine de condamnation inférieure à la période de séjour en prison, sans autre forme de procès. Ce qui est un abus de pouvoir et complètement illégal.

Déjà, ces gros voleurs fossoyeurs de notre économie nationale, cupides et égoïstes bénéficient d’une procédure d’urgence pour l’examen de leurs cas dans les plus brefs délais. Ce qui fait que leur séjour préventif en prison est en général et relativement très court, tout le contraire des autres voleurs ordinaires. C’est un traitement inégal et discriminatoire entre des citoyens prévenus au même pied donc, injustice encore dans l’application de la loi.

Et cependant, dans le principe, tout voleur a l’obligation de rendre tous les biens subtilisés illégalement, parce que ceux-ci appartiennent bien à autrui. Et, dans le cas précis ici, des biens de l’Etat. Donc, un bien du peuple appartenant à toute une nation. Traduit autrement, c’est un crime économique que l’on doit punir sévèrement afin de dissuader éventuellement d’autres de tenter à vouloir emprunter la même voie, parce que les premiers ont été impunis ou pas assez punis.

Si cette idée de médiation pénale, qui est en fait un encouragement au vol de gros sous est de fait, matérialisée avec l’aval du président Macky Sall, il aura encore dérogé et manqué à un de ses engagements fermes et une de ses promesses de campagne qui n’ont laissé aucun citoyen honnête indifférent, à savoir traquer tous ceux qui ont fait leurs, les biens de notre peuple. A la limite et sans exagérer aucunement, cette idée de médiation est bien synonyme d’une prime au vol pour les bandits de grand chemin. Et si elle est adoptée comme mesure pour adoucir les peines contre ces prédateurs et délinquants économiques, elle va encourager de fait demain, d’autres gestionnaires indélicats des biens de l’Etat, à faire exactement la même chose, parce que sachant d’avance, qu’en cas de poursuite, ils n’auraient qu’à restituer seulement et simplement que les 80% des biens volés, avec le bénéfice d’une exemption de peine d’emprisonnement. A coup sûr, les gens malhonnêtes et totalement dépourvus de probité seraient sans hésitation preneurs. Assurément, ceci n’est point de la justice, mais plutôt un arrangement qui pénalise lourdement le trésor public, le patrimoine de l’Etat et tord complètement le cou à la morale, pour une société qui souhaiterait vivre dans la droiture et la justice sociale.

Dans les Républiques où la Justice est équitable et les lois appliquées à tous sans discrimination, là-bas, les voleurs quels qu’ils soient rendent gorge jusqu’au dernier centime, en sus d’une peine carcérale. C’est peut être au niveau de la peine carcérale où l’Etat pourrait à la rigueur, faire preuve de clémence en accordant des circonstances atténuantes, aux incriminés qui ont bien accepté de coopérer, en ne dissimilant pas la vérité et en restituant le tout, qui a été volé.

A mon humble avis,  Il me parait même très dangereux et grave, de la part de l’Etat et de certains de ses représentants, d’entrevoir une telle possibilité ou faveur à offrir à ces prédateurs voraces, qui ont pillé et ruiné notre pays en l’espace de 12 ans. Avec leur mentor et chef de fil Me Wade en tête, ils se sont accaparés à eux seuls, presque tous les biens. Ce qui a mis d’ailleurs le pays en banqueroute après leur départ. Le président Macky Sall devrait bien savoir qu’il est aujourd’hui chargé de mission par le peuple sénégalais. Une mission de salubrité publique pour nettoyer les écuries d’Augias de Me Wade. Ce qui suppose précisément pour lui, une rupture radicale avec les pratiques de Wade. Ce que toutes les forces patriotiques qui ont participé de manière décisive à la victoire populaire du 25 mars, ne cessent de lui réclamer et rappeler. Il n’est que vraie justice, le fait de châtier des coupables reconnus comme tels, sans cruauté inutile mais aussi sans faiblesse coupable. Ceux qui parlent de chasse aux sorcières ignorent certainement, la profondeur des dégâts que nous verrons ultérieurement, dont ces délinquants d’un genre particulier ont été les auteurs authentiques.

Il faudrait que certains Sénégalais arrêtent tout de même, d’implorer la pitié ou de nourrir des sentiments de compassion à l’endroit de tels gens qui, il n’y a guère longtemps se conduisaient avec une arrogance inacceptable et un mépris intolérable à l’égard du peuple sénégalais. Nous devrions avoir souvenance et nous rappeler bien en direction de ces gens que, lorsqu’ils prenaient tous ces biens à eux seuls, ils n’avaient nullement pensé un seul instant, qu’ils empêchaient de fait par leurs actes, à nos hôpitaux de disposer d’assez de médicaments et matériels techniques pour soigner nos malades, à nos écoles d’avoir l’essentiel pour fonctionner correctement, à nos campagnes d’avoir des forages suffisants pour s’alimenter en eau potable et abreuver leur bétail, de pouvoir créer de nouvelles routes et des pistes de production nécessaires, etc. Alors, pour de tels gens, qui ne pensent qu’à leur besace et bien être personnel, ils ne méritent rien de la nation, si ce n’est une sévère punition pour leur faire regretter leurs actes condamnables. Et comme disait l’autre : «la tentative de voler a traversé un jour l’esprit de chacun de nous certainement, mais c’est à nous qu’il appartient justement de résister farouchement pour ne pas y succomber ». Par conséquent, aucune clémence ni pitié à leur égard ! Mais, qu’ils soient punis à la dimension de leurs fautes commises, conformément aux lois et au droit de leur défense.

L’enrichissement illicite est un acte condamnable à tout point de vue, aussi bien juridiquement, moralement que socialement. Par conséquent, les auteurs d’un tel acte doivent subir impérativement une triple sanction, à savoir juridique, morale et sociale. Ils ne peuvent en aucune façon échapper à la sanction populaire. Et faire moins que cela de la part des autorités étatiques, serait une manière délibérée ou tacite d’encouragement à la poursuite de tels actes répréhensibles et une pratique longtemps décriée par les honnêtes Sénégalais de notre pays. « Alalu mboolo bafa la tudd »

Tout cela nous renvoie assurément aux nombreux chantiers d’après Wade, qui attendent leur démarrage imminent et dont l’urgence crève les yeux de tous. Le président Macky Sall n’avait-il pas  bien pris l’engagement de procéder à la refondation de nos institutions dans les meilleurs délais, comme le recommandaient les Assises nationales ? Si, il n’est alors que temps ! Notre Justice, qui est l’un des centres névralgiques de nos institutions est loin d’être un modèle et équitable. Elle est l’un des premiers axes à examiner dans la refondation pour la sortir des chantiers battus. La refondation des institutions de la République sonne encore avec plus d’acuité, à la lumière de ce qui se passait hier et se poursuit encore aujourd’hui dans notre justice. Cette tâche centrale est au cœur du quinquennat du président de la République et des chantiers les plus urgents à entreprendre dans les meilleurs délais. Le peuple sénégalais a soif d’une justice équitable et égalitaire, qui effacera toute discrimination dans son fonctionnement régulier et pour qu’enfin, qu’il n’y est dorénavant qu’un seul et unique type de citoyen dans notre pays. Un Peuple Un But Une Foi !

 

 

Mandiaye Gaye

[email protected]




Mandiaye Gaye

Commentaire (6)


Xeme En Mars, 2013 (13:15 PM) 0 FansN°: 1
travail des 100 journalistes. médiation pénale pour quelle peine ?
Tescon En Mars, 2013 (15:26 PM) 0 FansN°: 3
Article de merde, pays a la derive, plus aucun investissement ou aide a attendre

Renseignez vous dans le monde et arreter de raconter des mensonges , vous n arrivez mmeme pas a paye les salaires et vos dettes pourquoi? Car les recettes douanieres et fiscaux ont enormement chute les gens ont peur et n investisse plus et vous voulez que ce pays avance

Il faut mieux recuperer meme 50pourcent que rien, dite moi quelle pays a recuperer queque chose? Zaire on a traquer 1 milliards us dollars a mobuto et apres 20 ans ils ont recuperer125 millions de dollars qui ont paye les avocat et les cabinet ca va dire le pays n a rien eu

Arreter de mettre le pays en danger au lieu de creer l unite national, le president est en chute ibre dans les sondages pas bien il y a des priorite autre que la traque
Xeme En Mars, 2013 (20:11 PM) 0 FansN°: 1
dans un premier post, je soulignais que les grands philosophes grecs, socrates, platon et autres sont issus de "daaras" et non des écoles telles que conçues, aujourd'hui.
pour mieux faire comprendre, imaginons macky sall et abdoul mbaye dirigeants de la birmanie, et qui, pour une raison donnée, choisissent d'interdire la mendicité. que va-t-il se passer ? j'ai fait exprès de choisir le cas des moines birmans pour deux raisons: la première c'est que je soupçonne parler à des dits musulmans qui piquent une crise à chaque fois qu'on leur évoque une référence islamique (un long travail a abouti à ce résultat), la deuxième est que les moines constituent un autre aspect de la mendicité. 
dans le cas des moines comme dans celui des talibés, la mendicité a un rôle pédagogique. pour les moines, il s'agit d'une règle religieuse qui est sensée tuer l’ego pour libérer l'esprit. il est interdit au moine de manger ou s'habiller qu'avec ce qu'il a reçu en aumône. et dans le cas de birmanie c'est 40% de la population qui vit d’aumône volontairement. 
dans le cas des talibés, aussi, la mendicité est un exercice de la vie pour tuer l’ego. on entend souvent untel "taalibé lë". s'entend qu'il mène une vie simple, il est d'approche facile. et cela il l'a appris enfant, en allant quêter sa pitance.
franz fanon, dans "peau noire, masque blanc", a beaucoup dénoncé cet aspect de l'aliénation qui fait s'imbiber de la vision du blanc, avoir la mentalité du blanc, pour la porter dans une peau noire. cela donne toujours un jugement transverse. parce que la personne qui juge, malgré les faux semblants n'a jamais connu ce qu'elle juge. au contraire elle se contente de clichés que les autres lui ont fournis, avec la précision que ceux qui font siennes ces clichés sont des personnes modernes. et le désir d'être moderne fera le reste.
je reviendrai sur le sujet, inchallah. 
Extremiste En Mars, 2013 (16:38 PM) 0 FansN°: 4
Faut pas être aussi extrémiste, cela ne sert à rien !



Si jamais Wade n’était pas chassé du pouvoir, à cette heure ces gens seraient encore plus riche car c’est le président Wade lui-même qui avait légalisé le vol.



Aujourd’hui s’il est excusé, tous ces actes devraient aussi être excusés.



Mais au lieu de cela, on le pardonne et on traque les autres. Ça ce n’est pas normale.



Aujourd’hui on leur permet le droit de transiger, quoi de plus noble.



Les douaniers ont compris le droit de transaction et l’ont inclus dans leur code et je pense que c’est une décision humaine et salutaire.



A défaut de les pardonner on peut leur accorder un accord à l’amiable.

Ay Gaff Sall En Mars, 2013 (19:13 PM) 0 FansN°: 1
mais gars yi nekhoul ba nekhoul waye sounou presi bi thioumi kayam safna!!
depui kil est la ya k des drames ki se produisent au senegal:inondation,accident,rare de l argent mais surtout cétlouna ay billets you sone nioy circulé ndakh nit yi dématouniou bank,incendie,meurtres effondrement de batiment. ki mo aye gaffe waye am dett!!!!
Anonymous En Mars, 2013 (19:02 PM) 0 FansN°: 5
On m'a juste dit de dire aux familles sénégalaises de donner en aumône du mil cuisiné et du lait caillé, pour éviter que le Sénégal ne rentre dans une très longue misère qui touchera tout le monde pendant des années et des années. Voilà ce que j'ai vu je suis très loin du Sénégal mais je c'est mon pays.
Khali En Mars, 2013 (10:41 AM) 0 FansN°: 6
monsieur le maire de la ville de dakar .AU SECOURS

permettez moins de vous dire qu'a vus d oeil vous pouvez constatez que non loins de cet immeuble effondré il y a en pire .

il y a trois immeuble r+4 qui sont en finition avec fondation fer de 6 et poteau de 15cm et affiche deja ,appartement a louer, de vrai bombe a retardement ils sont juste en face du monument de la renaissance africaine

et les fosse septiques sont creusés sur la voie public (mbedmi).

juste apres le terrain de basket de l'USO.Le maire ne dit, ne fait et ne voit rien il est plus a UCAD et mermoz qu'a ouakam.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]