Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide
actualites
Moussa Touré. Cinéaste sénégalais : « Les jeunes vont finir par arriver au pouvoir»
   Par Fayçal Métaoui - elwatan | Webnews |  Jeudi 10 janvier, 2013 02:15  | Consulté 7932  fois  | 11 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
Culture | Mots Clés: Moussa toure, Realisateur, Cinema, Pirogue, Immigration
source: Webnews

La pirogue, la dernière fiction du cinéaste sénégalais, Moussa Touré, a été projetée lors du deuxième Festival international du cinéma d’Alger (FICA), journées du film engagé en décembre dernier. Sorti en 2012, La pirogue, co-écrit par Abasse Ndione, Eric Névé et David Bouchet, raconte l’histoire de jeunes harraga sénégalais et guinéens, qui affrontent les vagues de l’Atlantique pour tenter de rejoindre les îles Canaries. Moussa Touré, 54 ans, est également scénariste et producteur. Il a réalisé d’autres films et documentaires comme Toubab Bi en 2001 et Nosaltres en 2006.

 

-L’émigration clandestine paraît être le problème le plus partagé par les Africains. Votre film, La pirogue, le montre clairement, n’est-ce pas ?

 

C’est un des plus gros problèmes du continent. Ceux qui nous dirigent voient bien que les jeunes partent, mais ne disent rien, ne font rien pour les empêcher de quitter le pays. On a l’impression que ces dirigeants sont ravis de constater le départ des plus jeunes de la population. Ils ne prennent aucune initiative, ne font aucun discours pour tenter de retenir les partants, les convaincre de rester. Bref, faire quelque chose pour eux…

 

-Et qu’est-ce qui empêche les Africains de bâtir des Etats forts, puissants économiquement et culturellement ?  Il y a tout, mais on ne démarre pas…

 

Les dirigeants du continent sont entièrement responsables de cette situation. C’est très clair. La population n’y est pour rien. Nos jeunes sont là, veulent apprendre, sont disponibles pour travailler dans leur pays. Ils ne sont pas paresseux. Il suffit de s’intéresser à eux, de les solliciter. Il faut que nos jeunes trouvent du travail dans leur pays. Les jeunes qui émigrent, une fois installés et embauchés ailleurs, envoient de l’argent à leur famille. S’ils quittent leur pays, c’est parce qu’on ne leur donne pas de l’espoir chez eux. Attention, cette situation ne peut pas durer. L’Afrique est jeune. 75% de sa population est jeune. Il faut donc qu’on commence à parler à ces jeunes. Les discours actuels ne tiennent plus. Les changements sont inévitables.  

 

-Les jeunes ne devraient-ils pas arriver au pouvoir, diriger l’Afrique ?

 

Les jeunes vont finir par arriver au pouvoir quoi qu’il arrive. On ne se rend pas compte, mais nos dirigeants sont vieux. Ils ne vont pas vivre 200 ans…

 

-Dans La pirogue, on a l’impression que toute l’Afrique est à bord avec ces passagers en conflit...

 

Bien sûr ! Ils sont là en conflit, chacun veut sa parcelle du pouvoir, s’imposer. Rendez-vous compte, l’Union africaine (UA), depuis qu’elle existe, qu’a-t-elle fait ? Cette UA est loin de représenter les populations. A chaque fois que les membres de l’UA se rencontrent quelque part, les bagarres éclatent.

 

-Les artistes n’ont-ils pas ce rôle de réunir, fédérer les Africains ?

 

C’est pour cela que dans La pirogue, j’ai abordé un sujet qui nous touche tous. Le film est sénégalais, mais il est aussi africain. Il s’adresse à tout le continent. Vous pouvez changer les personnages du film, mettre des Algériens ou des Ethiopiens, c’est la même chose, la même préoccupation. Pour moi, l’Afrique est très «documentaire». Nous n’avons pas besoin de trop réfléchir pour trouver des thèmes. Il suffit d’aller au bord de la plage, attendre la nuit pour voir les jeunes s’apprêter à prendre la barque et partir ailleurs. En ce moment, les jeunes Sénégalais se déplacent jusqu’au Maroc pour traverser vers l’Europe. Tout le monde le sait. Ce n’est pas un mystère. L’idée de La pirogue s’est donc imposée d’elle-même. Comme celle de la famine en Afrique, il ne faut pas aller loin pour trouver cette autre idée.

 

-Dans votre film, vous avez tenu à répondre au fameux discours de Dakar de l’ex-président français Nicolas Sarkozy (prononcé le 26 juillet 2007 à l’université Cheikh Anta Diop), d’après lequel l’homme africain ne serait pas entré dans l’histoire…

 

Nous aurions voulu lui répondre sur place, mais nous avons été bloqués à l’époque par Abdoulay Wade. L’ex-président du Sénégal ne voulait pas répondre. Pour lui, ce n’était pas grave. Je me rappelle que les Maliens avaient tout de suite répondu à l’attaque de Sarkozy que je nomme Sarko-phage (…). Je l’ai fait dans La pirogue, car je voulais le faire, dire mon point de vue sur cette question, à ce discours insultant. Mon film est politique, car la base même du départ des jeunes vers d’autres terres est d’abord politique.

Nouveau!:   Retrouvez toutes les archives concernant Moussa toure de 2006 à ce jour.
Commentaires:   11   Total dont   1   En attente - ( Voir les commentaires sensibles) .
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
BoB on January 10, 2013 (02:31 AM) 0 FansN°:1
MERCI à ce grand Monsieur qui me rend fier d'être sénégalais ...... Et bonne route pour ta "Pirogue" .....
Aidara Sylla on January 10, 2013 (03:00 AM)0 FansN°: 2338041
Des gens comme Aidera Sylla de par leur parcourt devaient servir de model a cette jeunesse desoeuvree et desesperee mais voila pour des raisons purement politique ce gouvernement est entrain de l'humilier avec des mensonges et diffamations sur Abdoulaye Wade.
Lilahi waroussoli sachez que je ne suis pas un wadiste encore moin un politicien et je n'ai jamais vote pour un politicien senegalais avant que vous insulteurs automatiques ne vous jettez sur moi.

"AIDARA SYLLA:Venu à Dakar, en 1974, en provenance de son Keur Libasse natal, dans le Mbackol (Communauté rurale de Thilmakha), et issu de la grande famille maraboutique des Sylla, il s'installa à Dieuppeul chez son cousin, un grand commerçant à l'époque, du nom de Cheikh Coumba Daro.
Ne voulant pas rester inactif, il se mit, très vite, dans le commerce du pain. Il avait un célèbre kiosque à Dieuppeul. Et pour fructifier ses affaires, Alioune Aïdara Sylla s'initia au métier de courtier immobilier et dans la vente de moutons. A l'occasion des fêtes de l'Aïd el Kébir, il allait au Mali pour acheter des moutons qu'il revendait à Dakar. Au milieu des années 80, il fit la rencontre d'un riche et célèbre armateur, Adrien Michel. Ce dernier, qui avait fréquemment des problèmes avec ses employés, décida de lui confier le recrutement de ses journaliers, via une société qui lui appartenait. Il venait d'entrer ainsi dans le monde de l'entreprenariat. La seconde rencontre décisive dans sa carrière est celle qu'il a eue avec le défunt Français d'origine arménienne, le richissime Adrien Altounian, qui était propriétaire de la célèbre société Ags (Assurance générale du Sénégal) devenue Amsa, et de Locafrique. C'est avec les prêts de Locafrique qu'il démarra un prospère business, surtout dans le domaine de l’Import/Export. En juillet 1998, Alioune Aïdara Sylla devint orphelin avec le rappel à Dieu de son soutien de taille, Adrien Altounian.
Après avoir fait le deuil de son ami, il acheta, avec les mêmes crédits, des véhicules, avant de gagner les marchés de transport du personnel de nombreuses entreprises, dont le Port de Dakar et la Sar (Société africaine de raffinage). Ensuite, le natif de Keur Libasse se lança dans le bâtiment. Son premier grand marché fut un marché privé de plus d'un milliard de F Cfa pour la construction de la cité des Douanes, à Colobane. S'ensuivirent d'autres grands marchés. Sur le plan politique, il faut relever qu'il est entré sur la scène en 1993, en intégrant le Parti socialiste (Ps), en compagnie de certains de ses amis opérateurs économiques, à l'image de Khadim Ba, Abdou Syll et Dame Ndongo. Ils avaient décidé d'investir le champ politique pour sortir leur localité de Thilmakha de l'ornière du sous-développement. Porté à la tête dudit groupe, Alioune Aïdara Sylla avait comme responsable départemental Mame Bounama Sall, actuel Pca de la Sicap. D'ailleurs, il suppléera ce dernier à l'Assemblée nationale. En 1996, il fut l'initiateur du méga-meeting organisé à Thilmakha pour célébrer Ousmane Tanor Dieng qui venait d'être promu Premier secrétaire du Ps. Une manifestation qui avait enregistré, outre la présence de l'actuel Secrétaire général des «verts», celle de plusieurs membres du Bureau politique (Bp). Lors des élections locales de la même année, il remporta avec ses amis la Communauté rurale de Thilmakha. C'est trois ans après les Locales de 2002 pendant lesquelles il battit largement le Pds, avec plus de 65% des suffrages, qu'il rallia le Parti démocratique sénégalais (Pds), le 1er juillet 2005, à la faveur d'un grand meeting à Thilmakha, en présence de l'actuel président de la République, Macky Sall, qui était à l'époque Premier ministre et N°2 du Pds. En 2007, il redevint député, mais cette fois-ci grâce à la liste du parti libéral."
Barka Isma BA


 :-D  :love:  :jumpy:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :up: 
Anonime on January 10, 2013 (03:43 AM)0 FansN°: 2338069
Bonjour,

Pourriez-vous me dire ou je pourrais-trouver les films de Mahama Johson Traoré.
C'est important.
Aide on January 10, 2013 (14:50 PM)0 FansN°: 2338710
africafilms.tv
I have a dream on January 10, 2013 (03:19 AM) 0 FansN°:2
Je rêve de pouvoir un jour jouer dans un de ses films, il a un truc que je ne parviens pas à m'expliquer... du génie? peut-être, peut-être pas. En tout cas, chapeau pour cette Pirogue pleine de sensations  :bravo: 
Nafi on January 10, 2013 (05:26 AM) 0 FansN°:3
Hey Moussa Maintenant que les enfants ont grandi,j'espere que tu as change vis a vis des nanas,e que tu es tjrs avec Assi,bon g l'espere,bien des choses a cheikh,Idi,Mami,Mbayang et qui d'autre??entous cas c ce que j'avais laisser la bas. Et bonne continuation :up:  :up:  :love: 
BAOLBAOL26 on January 10, 2013 (08:31 AM) 0 FansN°:4
Écoutez moi, Sarkozy a bien raison. Et puis il n'a pas dit que cela. Tout le monde retient cette phrase "L"homme africain n'est assez rentré dans l'histoire" Bien-sûr il a raison. C'est à vous de décortiquer ce qu'il veut dire par là. Dites une chose très importante qu'on utilise partout dans le monde qu'un homme africain a inventé. Allez-y. Donc arrêtez de vous sentir gêné. Moi je suis Sénégalais comme vous et fière même d'être Sénégalais, d'être africain. Arrêtez de vous sentir insulté. La vérité quoi qu'elle offense restera toujours la vérité. Sarkozy a dit aussi "Le problème de l'Afrique c'est une très forte démographie pour une croissance faible" Et ça ce n'est pas vrai ?

Écoutez avant de critiquer Sarkozy, critiquez nos dirigeants qui nous gouvernent et qui ne font rien pour améliorer la vie de nos populations.

Je suis d'accord aussi avec le cinéaste quand il dit que les jeunes vont finir par arriver au pouvoir. Il a bien raison nos dirigeants sont vieux on n'entend parler d'eux depuis notre naissance bientôt un demi siècle. Il faut renouveler le parc des hommes politiques c'est eux qui font la honte de l'Afrique.

Sarkozy a raison. Alors arrêtez de lui répondre et essayez de réfléchir sur ce qu'il a dit. Un pays pour qu'il se développe doit regarder la démarche de ses voisins mais de ne pas tout copier sur eux, juste le le bon. Mais aussi d'adapter sa politique par rapport à la réalité des populations. Et ce ci pour tout...
ALIOUNE NDOYE on January 10, 2013 (09:47 AM) 0 FansN°:5
A MON AVIS,je pense que vous avez pris vos responsabilités tout en dénonçant l 'abandon de nos autorités sur les jeunes , et je suis parfaitement d 'accord avec vous dans la mesure ou les jeunes à reprendront leur place dans la société du fait que ça leur revient de droit et que nul ne peut ne peut leur priver de ce qu 'ils auront dans la vie et inchallah avec le soutien de DIEU, nous aurons plus à emprunter les pirogues pour nous rendre dans un voyage obscur , l'avenir appartient aux jeunes à 90%
cangado on January 10, 2013 (17:46 PM) 0 FansN°:6
"Les jeunes vont finir par arriver au pouvoir"

Les jeunes vont-ils pouvoir y arriver sans finir de pas y croire :-D  :-D  :-D  :-D  :-D  :-D  :-D  :-D  :-D  :-D 
Caprices dun fleuve on January 21, 2013 (15:43 PM) 0 FansN°:7
je l ai connu pendant le tournage de bernard gireaudeau .il n est pas d un abord facil

  Réagissez à cet article (en respectant les règles ci-dessous)

  • Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
    Ne devoilez pas
    les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
    de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
  • Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Nom:
  
Commentaire:
:)   :-D   :cool:   :hun:   :cry:   :love:   :khelou:   :?:   :jumpy: :sad:   :bravo:    :haha:   :dedet:   :sn:   :down:    :up:  :tala-sylla:
   
Pour faire apparaitre vos commentaires immediatement, creez un compte seneweb (c'est rapide).

Nouveau!:   Retrouver toutes les archives concernant Moussa toure de 2006 à ce jour.

 

 


Pub

 




HitParade




HitParade