Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide
actualites
Accès à l'eau et à l'assainissement : Le gouvernement va mobiliser 250 milliards de FCfa d’ici à 2015
   Par Le Soleil | Le Soleil |  Jeudi 13 décembre, 2012 16:05  | Consulté 2837  fois  | 1 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
source: Le Soleil

Le président de la République du Sénégal, Macky Sall, qui a présidé, hier, la cérémonie d’ouverture du Forum de haut niveau sur l’eau et l’assainissement pour tous en Afrique, a réaffirmé la volonté du Sénégal de conserver ses avances dans ces sous-secteurs. C’est dans cet optique que 250 milliards de FCfa seront mobilisés pour l’atteinte des objectifs d’ici à 2015.

Dans un palais de congrès archi comble, et devant des ministres en charge de l’Eau et de l’Assainissement en Afrique, le président de la République, Macky Sall, a réaffirmé la volonté du gouvernement du Sénégal d’accroître l’accès à l’eau potable et à l’assainissement à plus de Sénégalais. « Mon gouvernement s’est engagé à accélérer la mobilisation d’environ  250 milliards de FCfa pour atteindre les objectifs de ce programme d’ici la fin des Omd, en 2015 », a laissé entendre le chef de l’Etat. Aujourd’hui, le Sénégal occupe une position enviable. Puisque les services responsables sont sur la bonne voie pour  offrir de l’eau potable à plus de Sénégalais et surtout pour répondre présent au rendez-vous de 2015. Les données disponibles suscitent de grand espoir. « Dans mon agenda de développement du Sénégal, j’ai fait de l’accès à l’eau et à l’assainissement une priorité. Sur ce registre, il me faut rappeler  même avec un taux d’accès à l’eau potable estimé 88, 5 %, le Sénégal  dispose de réelle chance d’atteindre les Omd pour l’eau potable avant l’échéance », a ajouté le chef de l’Etat.  Macky Sall a, par ailleurs, félicité notre compatriote, le secrétaire exécutif de l’Agence intergouvernementale panafricaine pour l’eau et l’assainissement en Afrique (Eaa), Idrissa Doucouré, pour le travail abattu à la tête de cette organisation. Cette avance n’a pas occulté des entraves communes à beaucoup d’Etats africains. La probabilité que la plupart d’entre eux n’atteignent pas les Omd est plus que réelle. Ce retard, a noté le chef de l’Etat, est fortement lié à la non disponibilité des ressources financières. « Malgré ses avancées notables, beaucoup d’efforts restent à déployer pour trouver des solutions définitives à cette problématique d’accès à l’eau potable et à l’assainissement. L’une des principale cause reste la faiblesse des financements et des investissements, comparativement aux besoins », a relevé le président de la République, qui a remercié la présidente du Libéria, Elen Johnson Sirleaf pour son engagement.

640 millions d’africains sans eau potable 
Les experts ont dressé un tableau sombre du continent. Ils dénombrent plus 300 millions d’africains qui n’ont accès à l’eau potable et 640 millions ne disposent pas d’un assainissement décent. Ils s’exposent ainsi à plusieurs maladies hydriques et avec des répercussions sur le budget des ménages. Raison pour laquelle le vice-président du Libéria, Joseph Boaki, a lancé un appel à l’action en comptant d’abord sur nos ressources propres. « Nous devons promouvoir la recherche, conserver les acquis et mettre l’accent sur le suivi et l’évaluation pour mesurer les impacts. Le temps est venu d’agir », s’est exprimé le vice-président du Libéria, qui a démontré la corrélation entre l’inaccessibilité à ces services sociaux de base et la prévalence de certaines maladies.

Toucher 500 millions de personnes 
Ce tableau pose la nécessité, pour les organisations, comme l’Agence intergouvernementale panafricaine pour l’eau et l’assainissement pour l’Afrique (Eaa), de travailler à la recherche de ressources afin d’offrir des services à plus de 500 millions d’africains d’ici à 2015. « On dit que l’eau, c’est la vie, l’assainissement, c’est la santé, et l’hygiène, c’est la dignité. Aujourd’hui, ce forum est une opportunité pour la recherche de solutions en vue de satisfaire les besoins de nos populations. L’Eaa s’engage à toucher 500 millions d’africains d’ici à 2015 », a rapporté le président du Conseil des ministres, Issoufou Issaka, par ailleurs ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement du Niger.

Le paradoxe africain 
Intervenant au nom de l’Amcow,  au cours de cette cérémonie, Monsieur Sall de la République de Gambie a relevé le paradoxe entre la disponibilité en eau et son inaccessibilité. « L’accès à l’eau et à l’assainissement est un facteur pour le développement social durable. C’est une honte que seulement 3 % des ressources en eau soient mobilisés en Afrique qui regorge d’énormes potentialités, c’est aussi une honte que seulement 12 % du potentiel hydro-électrique soient utilisés », a-t-il regretté. Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a abondé dans le même sens. Pour l’édile de Dakar, l’heure de valoriser les eaux usées et leurs dérivés a sonné. Pour ce faire, le docteur Abdoulaye Koné de la Fondation Bill et Melinda Gates  a préconisé la mobilisation des chercheurs et des universitaires pour donner une dimension plus rentable au sous-secteur de l’assainissement. « L’accès à l’eau reste un luxe pour des milliers d’africains. Il est de notre responsabilité de trouver des solutions adéquates. 
Il faut que les eaux usées d’aujourd’hui soient les matières premières de demain, c’est une nécessité, une urgence », a souhaité le maire de Dakar. Dans beaucoup de pays, le sous-secteur vit  une mutation en devenant, au gré de la valorisation des eaux usées, des boues de vidange, de la production du biogaz, un créneau porteur d’emplois. « Ce n’est pas normal que 50 ans après, la moitié des africains n’ont pas accès à ces services sociaux de base. Nous pouvons relever le défi en nouant des partenariat, en mobilisant les universitaires, en adoptant des solutions innovantes », a recommandé docteur Koné.

Atteinte des omd : Cap sur les mécanismes innovants de financement  
Le Forum de haut niveau sur l’eau et l’assainissement met un accent particulier sur l’exploration des mécanismes innovants de financement. C’est l’alternative à la rareté des ressources. 
L’Afrique est à moins de 3 ans de l’horizon 2015 et beaucoup de pays n’atteindront pas les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd).  Le Forum de haut niveau sur l’eau et l’assainissement est un moment de réflexion entre les ministres, les Ong, les chercheurs et les académiciens pour dégager des pistes pouvant accroître l’accès à plus d’africains aux services sociaux de base. « 500 millions d’africains n’ont pas accès à l’assainissement et 300 millions sont sans eau potable. Donc, il nous faut mutualiser les expériences, les ressources pour arriver à des stratégies qui pourraient permettre à l’Afrique de répondre présente à l’heure des comptes », justifie le secrétaire exécutif de l’Agence interafricaine pour l’Eau et l’Assainissement en Afrique (Eaa), Idrissa Doucouré. 
Donc, au-delà des échanges sur l’agenda de l’institution, les participants examineront les problèmes du secteur. A vrai dire, si rien n’est fait, les problèmes risquent de s’exacerber dans ce contexte du réchauffement de la planète et de l’accroissement de la population, deux facteurs qui augmentent la pression sur les eaux de surface et de profondeur. La ressource se raréfie. Les experts et les organisations, comme Eaa, ont la responsabilité d’apporter des réponses aux attentes du continent. « Le Conseil des ministres est l’organe suprême de gouvernance de Eaa, nous avons dit qu’il faut profiter de cette réunion annuelle pour échanger sur les problèmes du secteur », a souligné M. Doucouré. 
L’atteinte des objectifs est fortement tributaire à la disponibilité des ressources financières. Mais il s’agit surtout de réfléchir et de partager des solutions innovantes de mobilisation des fonds pour la réalisation des ouvrages, des installations, par ricochet, préserver la santé des millions de personnes sur le continent. « L’un des obstacles majeurs  du secteur en Afrique, ce sont les ressources financières. La problématique est connue. Nous avons les solutions techniques et technologiques. Ce sont les solutions financières qui posent problème », a affirmé  le secrétaire exécutif de Eaa. Or aujourd’hui, l’investissement dans ce secteur est plus rentable pour les économies nationales. En réalité, si plus d’africains ont accès à l’eau potable et à l’assainissement, ils ont toutes les chances de ne pas contracter des maladies hydriques. L’investissement dans ce secteur revêt plusieurs enjeux. 
L’urgence d’accélérer la cadence vers l’horizon 2015 et aussi de préserver la santé des millions d’africains justifient la nécessité de chercher de nouvelles solutions de mobilisation des ressources.   « Il y a également des mécanismes émergeants de financement. Il va falloir amener les acteurs autour d’une table pour discuter de ces mécanismes innovants.  Cela, en vue d’aider à la mobilisation et à l’accélération de la recherche des ressources financières », a rapporté Idrissa Douvcouré. La problématique de la mobilisation de la ressource sera débattue avec des institutions financières régionales, comme la Boad, l’Uemoa, et  la Bad.

Nouveau!:   Retrouvez toutes les archives concernant Accès à l'Eau de 2006 à ce jour.
Commentaires:   1   Total dont   0   En attente - ( Voir les commentaires sensibles) .
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
WaThiès on December 14, 2012 (10:14 AM) 0 FansN°:1
Monsieur le ministre,

Au niveau de Thiès, certains quartiers n'ont pas accès à l'eau de façon régulière; depuis plusieurs années maintenant, soit on se couche tard soit on se lève tôt pour avoir le précieux liquide; alors que foutent la SDE et la SONES?
APPAREMMENT NADA

  Réagissez à cet article (en respectant les règles ci-dessous)

  • Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
    Ne devoilez pas
    les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
    de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
  • Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Nom:
  
Commentaire:
:)   :-D   :cool:   :hun:   :cry:   :love:   :khelou:   :?:   :jumpy: :sad:   :bravo:    :haha:   :dedet:   :sn:   :down:    :up:  :tala-sylla:
   
Pour faire apparaitre vos commentaires immediatement, creez un compte seneweb (c'est rapide).

Nouveau!:   Retrouver toutes les archives concernant Accès à l'Eau de 2006 à ce jour.

 

 


Pub


 




HitParade




HitParade