Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide
actualites
Seynabou GAYE TOURE, ministre des Sénégalais de l'extérieur : « En trois ans, l’Etat a reçu 810 projets provenant des émigrés »
   Par Lesoleil | Le Soleil |  Jeudi 11 juillet, 2013 20:00  | Consulté 7227  fois  | 14 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
Economie | Mots Clés: Seynabou GAYE TOURE, Projet, Immigre,
source: Le Soleil

Le ministre chargé des Sénégalais de l’extérieur, Seynabou Gaye Touré, estime que l’Etat veut faire des émigrés de véritables acteurs de développement. Selon elle, ce vœu sera exaucé à travers le financement de projets. Dans cet entretien, le ministre révèle que des émigrés ont reçu cette année des financements qui s’élèvent à 360 millions de FCfa. Elle fait remarquer que le gouvernement va mener une sensibilisation pour prémunir ses citoyens vivant à l’extérieur contre la violence exercée sur eux dans les pays d’accueil.  

Quelle place l’Etat accorde-t-il à la prise en charge des préoccupations des Sénégalais de l’extérieur ?

«L'Etat accorde une place prépondérante aux préoccupations de ses citoyens expatriés. Je les considère comme une population à part entière dont le poids n’est plus à démontrer du  fait de leur participation  importante dans l'économie nationale.  Le président de la République a théorisé la diaspora sénégalaise comme  étant la 15ème région, ce qui  démontre, à suffisance, la place qu'il compte accorder aux Sénégalais de l'extérieur. C’est ce  qui explique aussi la création d'un ministère».

 Quel est le dispositif mis en place pour assister les Sénégalais de l’extérieur ?

«De nombreux outils existent dans mon département pour accompagner les sénégalais de l’extérieur. Je vais simplement  en citer trois en respectant le triptyque dont le département a fait son crédo: la gestion, la protection et la promotion des Sénégalais de l’extérieur. Pour l’aspect consacré à la gestion, nous ambitionnons de faire un recensement exhaustif afin de connaître le nombre de sénégalais expatriés, car à mon avis, on ne peut pas appliquer une politique adéquate aux Sénégalais de l’extérieur sans en connaître le nombre, la répartition géographique, le profil, les attentes, etc. Je sais aussi que le meilleur moyen de faire ce recensement passe par le renouvellement des cartes consulaires qui deviendront biométriques numérisées avec des données fiables sur les sénégalais qui vivent à l’étranger.

Pour la protection, le secteur des Sénégalais de l’extérieur dispose déjà d’une direction de la protection des droits de la diaspora que nous sommes en train de redynamiser afin de  prendre en charge les questions récurrentes liées au nombreux cas de décès accidentels ou de meurtres dans les pays d’accueil. Je peux parler aussi des dossiers de justice pour lesquels nous allons mettre en place un pool d’avocats qui va travailler avec les fonctionnaires du ministère de la Justice pour assister nos compatriotes qui ont mailles avec la justice. A cet effet, nous avons même proposé l’inscription, dans le budget de l’année prochaine, d’un programme d’assistance juridique et judiciaire des Sénégalais de l’extérieur. Le département fait autant que possible pour diligenter les rapatriements de dépouilles ainsi que l'assistance des familles. Ainsi, nous allons faire des campagnes de sensibilisation sur la nécessité de  souscrire à une assurance décès pour la prise en charge, par des sociétés d’assurance, le rapatriement des dépouilles. Cette souscription est très courante dans  les pays développés. Pour l’approche liée à la promotion, je souligne que le président de la République, Macky Sall, va plus loin en parlant de rayonnement des Sénégalais de l’extérieur. Nous souhaitons faire prendre conscience à nos compatriotes du vrai potentiel qu'ils représentent et en faire de véritables acteurs de développement».

 Comment mesurez-vous ce potentiel ?

«Les Sénégalais de l’extérieur envoient, par an, l’importante somme  de 900 milliards FCfa au Sénégal, (chiffre annoncé par la Banque mondiale). Cette manne financière va dans les familles, dans les constructions et seulement 5 % vont dans l’investissement.  Aujourd'hui, nous travaillons à réorienter cette importante masse financière vers l’investissement de nos compatriotes dans des créneaux porteurs, ce qui ne les empêche pas  de  maintenir une solidarité agissante vers les familles restées au pays. Je ne pourrais  terminer cette question sans parler de la décision historique du président de la République de faire de l’agriculture une priorité nationale, et pour ce faire, les Sénégalais de l’extérieur ont un rôle important à jouer».

 Quel rôle peuvent-ils jouer dans le domaine de l’agriculture ?

«Nous venons de signer une convention avec l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (Anida) qui met à la disposition des Sénégalais de l'extérieur qui le souhaitent 25.000 ha de terres cultivables».

 Quelles sont les actions concrètes menées par l’Etat en faveur des Sénégalais vivant hors du pays ?

«Ces actions sont multiples et vont de l’investissement  ou l’appui aux projets des Sénégalais de l’extérieur à la gestion des migrants et de leur famille, en passant par la promotion de l’habitat au profit de nos compatriotes émigrés. On peut en citer quelques unes, notamment, le financement de projets créateurs d’emplois portés par les  Sénégalais vivants hors du pays. Déjà, nous avons octroyé un financement à 36 Sénégalais  pour un montant de 360 millions de nos francs, cette année. Il y a aussi la mise en place des Bureau d'accueil, d’orientation et de suivi des Sénégalais de l’extérieur (Baos) qui est devenue une réalité objective car la première antenne a vu le jour le 14 juin dernier à l'aéroport de Dakar. Nous allons poursuivre l’implantation des antennes dans toutes les capitales régionales. La pose de la première pierre de la cité des Sénégalais de l’extérieur (cité Yéro Basse) qui a démarré à Kounoune pour 250 logements a eu lieu. La relance du portail internet est imminente et permettra de mieux communiquer avec nos compatriotes. Nous avons facilité, depuis notre installation, l’envoi de plus de 25 commissions pour établir les documents administratifs qui sont arrivés pratiquement tous à expiration cette année. Par ailleurs, j'ai déjà effectué des tournées dans  de nombreux pays d’accueil de nos compatriotes (15 au total) afin de m’enquérir de leur situation et mieux adapter les solutions attendues».

 Comment les émigrés ont-ils accueilli ces visites ?

«Ces visites d’immersion, d’écoute et d’information ont été très appréciées par nos compatriotes. Dans chaque pays, j’ai visité au moins 3 villes à forte concentration de migrants.  Après ces tournées, nous allons nous nous occuper de l’installation du Haut conseil des Sénégalais de l’extérieur tel que l’a instruit le président de la République».

 Le gouvernement dispose-t-il d’un répertoire des Sénégalais de l’extérieur ? Si oui, combien sont-ils ?

«Pas à ma connaissance, mais nous détenons le chiffre de 2.500.000 Sénégalais expatriés lors du dernier recensement. Ce chiffre est très loin de la réalité, d'où la nécessité absolue de changer les cartes consulaires qui deviendront biométriques. Le programme de recensement va en être renforcé et permettra ainsi, à terme, d’avoir des données plus proches de la réalité sur la population sénégalaise à l’étranger».

 Existe-t-il des fonds pour accompagner l’investissement des Sénégalais de l’extérieur ?

«Oui, il s’agit du Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (Faise)».

 Quels sont les critères arrêtés pour bénéficier de ces fonds ? 

«Les conditions pour en bénéficier sont les suivantes: être Sénégalais de l’extérieur, disposer d’un projet établi en quatre exemplaires et adresser une demande de financement au ministre délégué chargé des Sénégalais de l’extérieur».

 Des projets ont-ils été créés ?

 «Sur les trois dernières années, 810 projets ont été  reçus pour un montant global de vingt milliards trois cents seize millions cent soixante treize mille cinquante neuf  FCfa (20.316.173.059 FCfa), dont trois cents soixante dix huit (378) projets éligibles pour un montant global de deux milliards huit cent soixante quinze millions trois cents cinquante neuf mille cinq cents cinquante  FCfa (2.875.359.550 FCfa). Les requêtes ont été examinées une à une à partir des critères définis à savoir : la localisation du projet, le secteur d’activité, l’innovation, l’approche genre, le nombre d’emplois crées, l’impact socio-économique du projet sur le plan local, le taux de rendement interne. Cette année-ci, comme je viens de le dire, 36 projets ont été sélectionnés, ce qui fait un total de 137 projets financés par le Faise depuis sa création». 

 L’Etat a-t-il une stratégie pour accompagner le retour des émigrés qui le souhaitent ?

«L’Etat accompagne les émigrés qui souhaitent rentrer au bercail en les orientant et en leur donnant toutes les informations nécessaires à leur réinsertion socioprofessionnelle au Sénégal. Je peux parler par exemple de la signature récente avec le gouvernement des îles Baléares en Espagne d’un projet de 4,5 milliards de FCfa destinés à former et à encadrer 100  jeunes migrants sénégalais sans papiers en Espagne, candidats au retour dans le domaine agricole. Au-delà, la gestion du retour du migrant sénégalais, dans son ensemble, constitue également une priorité pour le gouvernement. Et nous en tenons compte grandement dans la signature des conventions bilatérales et multilatérales pour sauvegarder leurs intérêts pour un retour digne».

 L’accès au logement fait partie des préoccupations des Sénégalais de l’extérieur. Le gouvernement fait-il quelque chose pour aider les émigrés à accéder au logement?

«Bien sûr, l’Etat du Sénégal a lancé la campagne : « Un Sénégalais de l’extérieur, un toit, une ferme » pour aider nos compatriotes à accéder aux logements en mettant à leur disposition des promoteurs immobiliers crédibles et des banques pour les accompagner. Le département a un rôle important à jouer sur ce plan, par la médiation et la facilitation de l’accès au logement. Cette question est d’autant plus importante que le Premier ministre a créé un comité interministériel chargé exclusivement de faciliter l’accès à l’habitat aux Sénégalais établis à l’étranger. Dans le cadre de la réalisation de cette action gouvernementale, mon département a la lourde charge d’organiser la rencontre entre l’offre et la demande. Ainsi les Sénégalais de l’extérieur sont-ils organisés en coopératives d’habitat et en fédération pour mieux maîtriser cette demande».

De plus en plus, des émigrés sont assassinés dans leur pays d’accueil. Comment expliquez-vous cela ? Que fait l’Etat pour protéger ses citoyens expatriés ?

«Cela peut s’expliquer par la crise économique qui sévit actuellement en Europe, ce qui amène les nationaux à être de moins en moins tolérants  face aux migrants, sans compter qu’il y’a la plupart du temps certains de nos compatriotes qui outrepassent leurs droits et ne respectent  pas les lois et règlements en vigueur dans ces pays. Dans de pareilles situations regrettables, l’Etat du Sénégal saisit ses missions diplomatiques et consulaires pour avoir des informations et prendre les décisions idoines, en rapport avec les autorités des pays concernés qui, le plus souvent, font preuve d’une bonne collaboration. Je profite de l’occasion pour m’incliner d’abord devant la mémoire de ces victimes qui n’étaient pas parties pour y rester. Nous sommes en train de prendre les dispositions pour sensibiliser nos compatriotes et les autorités des pays d’accueil, afin de mettre chacun devant ses responsabilités, car en la matière, il convient de privilégier l’action préventive».

 L’instauration du visa biométrique aura-t-elle un impact sur les Sénégalais de l’extérieur, notamment ceux qui ont la double nationalité ? Existe-t-il des mesures particulières pour eux ?

«Il est aujourd’hui prématuré de parler d’impact sur les Sénégalais de l’extérieur mais nous allons poursuivre la communication avec eux afin de leur donner le maximum d’informations leur permettant de faciliter leur compréhension.

D’ailleurs, les binationaux détenteurs d’une pièce d’identité sont exemptés du coût du visa. A mon avis, l’instauration du visa pourrait inciter nos compatriotes à déclarer leurs enfants au service d’état civil des consulats pour ainsi bénéficier de cette exemption».

 Propos recueillis par Babacar DIONE

Nouveau!:   Retrouvez toutes les archives concernant Seynabou GAYE TOURE de 2006 à ce jour.
Commentaires:   14   Total dont   0   En attente - ( Voir les commentaires sensibles) .
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Modou modou on July 11, 2013 (20:27 PM) 0 FansN°:1
vous avez parle de tout sans parler des accords pour la cotisations des pensions de retraite dans les pays comme l'Italie par example.il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs.A quand la banque des immigres?
N'IMPORTE QUOI ! on July 11, 2013 (20:28 PM) 0 FansN°:2
Le rôle de l'Etat c'est la police, la justice et l'armée.

Faire croire aux gens que vous pouvez tout faire et vouloir être au coeur de toute chose est une bêtise.

Ceci est d'autant plus ridicule que les comptes du gouvernements et donc du pays sont dans le rouge.

Encouragez l'initiative privée et limitez vous à faire respecter la libre concurrence et les lois du marché.

Il faut vraiment être désespéré pour donner son projet à un gouvernement.
Sartel on July 11, 2013 (23:22 PM) 0 FansN°:3
Recevoir tel nombre de projets et aider à la réalisation concrête de projets sont deux choses différentes. Espérons tout simplement que les immigrés ne seront pas en train de courir de gauche à droite pour rien.
Dioop on July 11, 2013 (23:58 PM) 0 FansN°:4
salut je suis senegalais residant a abidjan j'aimerai voyage Mai c'est imposible a cause de mon Paseport donc svp kelk peu me aider commen doi je fair !!!!Comment cela se fait il que un passeport dûr plu de 2 moi Je n'arrive vraiment pas à comprendre onc j'aimerai savoir comment et durant combien de temps on devrai attendre encore pour l'obtiens de nous passepor j ai vraiment mal au plus profond de mon coeur je souhaiterai avoir les informations nécessaire je vous prie de faire de demarches et des demandes au pres de ceux qui doivent confectionner nos passports pour qu'ils envoyer
Merci d'avance
Rififi on July 12, 2013 (00:00 AM) 0 FansN°:5
Toujours en retard sur Damel Maissa Fall
Honte à vous et vos collaborateurs
De toute façon je l'avais à qui il fallait que tu n'as pas ta place au gouvernement
Fâché !!! on July 12, 2013 (00:39 AM) 0 FansN°:6
Madame le ministre n'y peut rien, Damel Maissa Fall est meilleur qu'elle à tout point de vue. D'ailleurs il n'y a pas de comparaison possible. Mais pour le moment les émigrés doivent supporter cette incapable.
SAT on July 12, 2013 (01:00 AM) 0 FansN°:7
Madame le ministre délégué,

Nous vous félicitons pour les actes utiles aux Sénégalais de l'Extérieur que vous continuez de poser depuis votre prise de fonction.

Soyez certaine que vous êtes sur la bonne voie. Il s'agira de persévérer avec ceux qui comprennent la philosophie politique de Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL et assument leur engagement citoyen pour le développement.

Le Sénégal étant pratiquement le seul pays où l'on trouve le plus de détracteurs au m2 que nulle part ailleurs au monde, vous continuerez de faire l'objet de remarques disgracieuses tant que vous resterez aux affaires.

Sachez que vos jeunes frères du parti, établis en Afrique du Sud, soutiennent vos actions et le font savoir chaque fois que de besoin.

Du courage rek !!! Tous au front pour la consolidation de l'autorité politique du Président Macky SALL !!!

SAT
Tekh tekh on July 12, 2013 (01:56 AM)0 FansN°: 2709721
Tu dois te sentir seul dans le forum ?
Madame le ministre va te récompenser peut être pour bons et loyaux services
Mais ton amie est nulle et ça se murmure dans les couloirs du palais
SAT on July 12, 2013 (13:21 PM)0 FansN°: 2710377
Il se murmure également beaucoup d'autres choses dans les couloirs du palais qui ne sont jamais rapportés au Grand Maître.

Vous devez certainement être un de ces pauvres types qui associent directement des encouragements sincères avec un calcul d'intérêts. Retiens bien que certains sont nés riches et travaillent pour entretenir cette situation tandis que d'autres tirent la queue du diable.

Mon amie, ma soeur, a de la volonté et beaucoup de talent. Elle est sincère.

SAT
Socé Diouf  on July 12, 2013 (01:57 AM) 0 FansN°:8
Nabou ne fait pas l'affaire
VeritéTeuss on July 12, 2013 (03:10 AM) 0 FansN°:9
Trois villes dans un pays
Que trois villes ?
Il en faudra plus pour convaincre les émigres d'accompagner Macky Sall
C'est Damel le futur
Seg Sal on July 12, 2013 (09:37 AM) 0 FansN°:10
Tu n'es ministre de rien et de personne
Les émigres ne veulent pas de toi et tes visites ont été un échec et tu le sais
Coly on July 12, 2013 (10:47 AM) 0 FansN°:11
nous la diasporas certes sont les premiers piliers de nos familles,nous réalisons des constructions, subventionnons
l'agriculture à la hauteur des ambitions des nos frères restés sur place pour parler de la région sud en plus de cela
nous finançons la réalisation de certains projets de nos frère ambitieux.Sans compter les charges qui nous accablent ici que nos parent semble ignorer.
Pour en citer que cela tout en restant modeste.
Nos doléances une vrais souplesse , transparence et une rapidité de l'administration dans la délivrance des documents administrative exemple pour les documents d'un terrain acheté par voix légal plus de 3 ans pour recevoir ces documents sans compter la phase construction.
De plus instaurer zéro visa pour les binationaux car nous ne pouvons pas être une pilier de nos famille,une moteur dans l'économie Sénégalise et nous faire payer le visa pour rentrer sur le sol sénégalaise c'est immorale
de plus si nous nous retirons de notre implication économique vous perdez par la même la relève qui se doit d’être assurés par nos enfants et petits enfants alors il faux bien réfléchir et réagir très vite
merci

  Réagissez à cet article (en respectant les règles ci-dessous)

  • Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
    Ne devoilez pas
    les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
    de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
  • Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Nom:
  
Commentaire:
:)   :-D   :cool:   :hun:   :cry:   :love:   :khelou:   :?:   :jumpy: :sad:   :bravo:    :haha:   :dedet:   :sn:   :down:    :up:  :tala-sylla:
   
Pour faire apparaitre vos commentaires immediatement, creez un compte seneweb (c'est rapide).

Nouveau!:   Retrouver toutes les archives concernant Seynabou GAYE TOURE de 2006 à ce jour.

 

 


Pub

 




HitParade




HitParade