Dimanche 21 Juillet, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Education

ASSISES-Réforme de l'école: Abdou Salam Sall parle d'enracinement et d'ouverture

Single Post
ASSISES-Réforme de l'école: Abdou Salam Sall parle d'enracinement et d'ouverture

Le professeur Abdou Salam Sall, président du comité de pilotage des Assises de l'éducation et de la formation du Sénégal, a souligné l'ambition de bâtir, par le consensus national, une école sénégalaise "robuste et de qualité" pour les enfants du pays."Oui, nous voulons bâtir une école conforme à nos valeurs de civilisation et ouverte sur le monde, fondée dans une large mesure sur la science et la technologie", a-t-il déclaré dans un entretien paru dans Sud Quotidien. L'ancien recteur de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) a dit la volonté de trouver un consensus sur l'éducation et la formation, afin de réaliser de "nouvelles avancées", en tirant les leçons du passé de ce secteur. 

"Nous voulons faire de nouvelles avancées, engager des réformes qui n'étaient peut-être pas arrivées à maturité dans le passé. Nous voulons capitaliser les leçons des diverses concertations", a-t-il indiqué. Pr. Sall a rappelé la démarche voulue consistant à "écouter les Sénégalais", à établir "un diagnostic serré du système" et, par la suite, "proposer un système éducatif qui articule l'instruction avec l'éducation". "Oui, nous cherchons le consensus sur toutes les questions. C'est la raison pour laquelle nous voulons un débat contradictoire maintenant. Il n'y a pas de réforme sans tension au sens positif du terme."

 Selon le président du comité de pilotage des Assises de l'éducation et de la formation au Sénégal, "la construction d'un système éducatif s'adosse sur les ressources humaines compétentes et motivées", entre autres facteurs de réussite. La deuxième chance de réussite d'une réforme de l'école concerne les infrastructures de qualité, dont les bâtiments, les réseaux informatiques, la bande passante, les ouvrages, les équipements scientifiques, les terrains de sport, etc., a-t-il signalé. Abdou Salam Sall a rappelé la nécessité de mobiliser "des ressources financières conséquentes" et "disponibles à la base pour les apprenants", signalant que "le gouvernement a fait d'importants efforts, mais il n'a pas encore dépassé les 6% du PIB".

 "Nous devons aussi explorer l'apport des terroirs. L'environnement bancaire sera considéré avec l'étude sur la Banque éducative et la Banque de solidarité musulmane", a révélé l'ancien recteur de Dakar. Pr. Sall a relevé le choix de l'innovation pour tenir le pari de la réforme de l'éducation et de la formation au Sénégal. "Nous devons à tous les niveaux innover et transplanter les bonnes pratiques", a-t-il expliqué. "C'est seulement sous ce rapport que nous pourrons bâtir une structure robuste et de qualité pour nos enfants et petits-enfants. Le gouvernement veut, et tout le monde s'accorde avec lui là-dessus, rendre effective la centralité de l’élève."SAB/BK


Article_similaires

5 Commentaires

  1. Auteur

    Thiamy.sn

    En Mai, 2014 (15:20 PM)
    c'est un impératif. une initiative a encourager et a soutenir :sn: 
  2. Auteur

    Atypico

    En Mai, 2014 (15:40 PM)
    Au lieu de bavarder sur ce que vous voudriez , dites nous clairement comment on peut réussir ce que vous annoncez politichiennement 1 sans école obligatoire pour tous jusqu'à l'âge de 12 ans, 2 sans maîtrise par les élèves d'une langue écrite ( lecture et écriture) qui seule donne accès aux connaissances techniques, scientifiques et philosophiques, 3 sans livres basiques en langues nationales à commencer par le wolof, 4 avec le maintien des daaras lieux devenus au 21 ème siècle les entreprises d'abrutissement, d'exploitation et de maltraitance honteuse des enfants qui ne les prépare à rien d''autre qu'à l'esclavage ou à la délinquance ?
    Auteur

    Moshe

    En Mai, 2014 (16:33 PM)
    Si vous voulez bâtir un édifice éducatif solide et de qualité, commencer par les fondements .Ce que nous constatons aujourd'hui c'est que la Petite Enfance est laissée pour compte dans tous les projets nationaux de développement de l'éducation de l'indépendance à nos jours : Education I, II, III, IV......, PDRH I, II....PDEF ( plan) ; PDEF ( programme de développement) et maintenant, on nous saupoudre avec le PAQUET

    Mais enfin quand est ce qu'on ouvrira les yeux pour comprendre que les pays africains sont tournés en bourriques pour mieux nous maintenir dans le sous-développement à travers des endettements mortels dont ne se réveillera jamais.

    Par ailleurs, il faut élargir les consultations aux communautés et non les circonscrire uniquement aux enseignants, aux syndicats ....





    Auteur

    Meme

    En Mai, 2014 (17:42 PM)
    Il est impossible de se développer sans utiliser sa langue, le Wolof
    Auteur

    Obervatoris

    En Mai, 2014 (20:30 PM)
    La bonne comprehension des élèves passera necessairement par la bonne comprehension des élèves de la langue d'éducation. Or le niveau des élèves voir meme des étudiants est franchement très bas. Il faut imposer aux télé et radios de faire leurs emissions en français et interdire le wolof dans l'enseinte des établissements et surtout sanctionner les enseignants et professeurs qui recourent de plus en plus au wolof pour expliquer les cours. C'est irresponsable et très paresseux comme methode.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR