https://bs.serving-sys.com/BurstingPipe/adServer.bs?cn=tf&c=19&mc=imp&pli=13868255&PluID=0&ord=[timestamp]&rtu=-1

Education : Seul 1 Sénégalais sur 2 sait lire et écrire

  • Par :  Elhadji Ibrahima THIAM | Le 11 juillet, 2013 à 21:07:15 | Lu 6637 fois | 12 Commentaires
content_image

Education : Seul 1 Sénégalais sur 2 sait lire et écrire

Selon l’enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal réalisée en 2011 par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie, le taux d’alphabétisation des adultes de 15 ans et plus est estimé à 52,1 %. S’agissant de la scolarisation au primaire, les taux net et brut atteignent respectivement 59,6 % et 79,8 %. Cependant, seul un Sénégalais sur deux sait lire et écrire dans une langue quelconque.

 

Cette enquête note que seul un Sénégalais sur deux (52,1 % de la population) déclare savoir lire et écrire dans une langue quelconque. Pourtant, l’alphabétisation bénéficie, depuis longtemps, de programmes spéciaux et son taux a nettement évolué au Sénégal en 10 ans. En effet, à l’échelle nationale, l’enquête de l’Ansd relève que le taux s’établissait à 37,8 % en 2001-2002 et à 52,1 % en 2011. Cette tendance haussière se confirme en milieu urbain et rural où l’on remarque une nette amélioration. A Dakar urbain, le taux d’alphabétisation est passé de 58,3 % en 2001- 2002 à 68,8 % en 2011. Dans les autres villes, il est passé de 51,9 % à 61,8 % entre 2001 à 2011. En milieu rural où il était à 23,3 % en 2001-2002, il a atteint 38,9 % en 2011. Une analyse régionale permet de constater que les populations de Dakar (68,6 %), de Ziguinchor (65 %), de Thiès (53,8 %) et Saint-Louis (53,2 %) sont les plus alphabétisées. En revanche, les régions de Matam (28,4 %), Diourbel (35,1 %), Kédougou (35,0 %) et Tambacounda (35,0 %) se signalent avec les taux les plus bas.


 Les filles moins scolarisées que les garçons

 

L’éducation étant un droit universel, le Sénégal s’était engagé à garantir son accès au cycle primaire pour tous. Aujourd’hui, un regard de la série des taux bruts de scolarisation dans ce cycle révèle que ce taux est passé de 62,8 % en 2001-2002 à 75,8 % en 2005-2006 pour s’établir à 79,7 % en 2010-2011. Selon le cycle et la région, les taux bruts de scolarisation les plus importants sont notés au niveau du primaire (79,7 %). Au préscolaire, il est de 8,2 %. Pour le moyen et le secondaire, il se situe respectivement à 62,6 % et 32,7 %. En considérant les taux bruts de scolarisation du primaire selon la région, l’on constate qu’ils diffèrent et que c’est dans les collectivités locales de Ziguinchor (115,6 %) et Dakar (102,6 %) que sont enregistrés les pourcentages les plus élevés. Ceux plus faibles sont notés dans les régions de Kaffrine (44,2 %) et Diourbel (46,7 %).

 

Par ailleurs, une analyse globale du taux brut de scolarisation au niveau national révèle qu’il est meilleur chez les garçons avec 56,1 % contre 50,0 % chez les filles. Selon le sexe, les taux révèlent que, dans toutes les régions du pays, les filles sont moins scolarisées que les garçons, à l’exception de Louga où ils sont sensiblement égaux et de Matam et Saint-Louis où les filles sont plus scolarisées.


Un ménage dépense en moyenne 113.058 FCfa dans l’éducation

 

A partir des données de l’enquête, pour une année scolaire, un ménage dépense, en moyenne, 113.058 FCfa dans l’éducation. Dans le détail, les dépenses d’éducation des ménages sont essentiellement constituées d’achats de livres qui représentent, en termes monétaires, 21.097 FCfa, soit 39,2 % des dépenses totales. Les frais d’inscription représentent 18.034 FCfa, de scolarité 38.343 FCfa, soit respectivement 22,1 % et 14,8 %. Selon le rapport, l’importance de ces dépenses par rapport aux autres peut s’expliquer par le fait qu’elles soient la base pour l’accès à l’école mais aussi pour bénéficier d’une bonne formation. En plus de ces frais, par ordre d’importance, 9,7 % des dépenses scolaires concernent la nourriture, 4,6 % le transport scolaire, 4,0 % les dépenses en uniformes et les autres 3,6 %. Quant aux dépenses en répétition (1,9 %), elles pèsent très peu dans le budget d’éducation des ménages.


Elhadji Ibrahima THIAM


Commentaire (9)


Baayefaal En Juillet, 2013 (21:23 PM) 0 FansN°: 1
C'est normal ils pensent tout leur temps a danser et a imiter les lutteurs , avec des chaînes de télévision 100 pour 100 distraction.
Alerte! En Juillet, 2013 (21:53 PM) 0 FansN°: 1
il y a du boulot à faire!!!
Réflexions En Juillet, 2013 (21:29 PM) 0 FansN°: 2
la pays devraient investir plus sur l'éducation, aider les ménages afin que l'école soit gratuite ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Les parents devraient mieux encadrer les enfants.
Boy Laobe En Juillet, 2013 (22:10 PM) 0 FansN°: 3
education et sante Mr. les elus.
Tou En Juillet, 2013 (22:19 PM) 0 FansN°: 4
il ne faut pas rever avec ces chiffres on va toujours rester sous developpe.
Def En Juillet, 2013 (22:58 PM) 0 FansN°: 5
le senegalais refuse le developpement

le senegalais ne veu pa d un politique dui lui dit la stricte verite mai celui qui le fait rever

Deuggue La En Juillet, 2013 (00:36 AM) 0 FansN°: 6
Senegalais yii mounouniou binde! soo ko weddee rek, niaw lire article seneweb!!! what a shame!!
Teuf! En Juillet, 2013 (06:47 AM) 0 FansN°: 7
Cette étude prend elle en compte les nombreux sénégalais qui savent communiquer par écrit avec les caractères arabes (wolofal) ?

Merci.
Lolz En Juillet, 2013 (08:22 AM) 0 FansN°: 8
Cest tres normal puisque la convention cest de leur apprendre a lire et ecrire une langue qui n'est pas la leur. La preuve il faut ecouter les etudiants de l'UCAD quand ils sont interviewes
Ziot En Juillet, 2013 (11:11 AM) 0 FansN°: 1
qu'ils apprennent donc le wolof, le pulaar ou autre. je leur souhaite bon courage lors de leur future recherche d'emploi !
Gege En Juillet, 2013 (10:53 AM) 0 FansN°: 9
vu la pauvreté on pourrait déjà faire économiser 4% rien qu ' en supprimant l ' uniforme , qui de plus sert a rien !!!!!!! personne ne se pose la question du pourquoi cela a été supprimé ailleurs !!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]