Côte d’Ivoire : audience capitale devant la CPI pour Laurent Gbagbo

  • Source: : RFI | Le 19 février, 2013 à 07:02:10 | Lu 10987 fois | 8 Commentaires
content_image

Côte d’Ivoire : audience capitale devant la CPI pour Laurent Gbagbo

Un an et 3 mois après son transfert à La Haye, après deux reports, c'est aujourd'hui le début de l'audience de confirmation des charges de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale. Une audience capitale de dix jours qui ouvrira ou fermera la porte à un procès de l'ex-président ivoirien suspecté de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Avec Laurent Gbagbo, la Cour pénale internationale joue gros. Dix ans après sa création, la CPI n'a condamné qu'un chef de guerre congolais, le Soudanais Omar El Bechir est toujours insaisissable et de nombreuses voix, souvent proches des palais présidentiels, ne ratent pas une occasion de dénoncer une justice internationale ne visant que des Africains. Autant dire qu'elle ne peut se permettre un faux pas avec le plus célèbre de ses détenus. 

Fadi El Abdallah
(00:53)

Porte-parole de la CPI

Dès cette audience de confirmation des charges, le décor d'un éventuel procès sera planté. D'un côté, Fatou Bensouda, la procureur, devra démontrer la solidité de son dossier d'accusation alors que la partie adverse ne manquera pas de s'insurger contre un procès politique.

Pascal Turlan
(01:01)

Conseiller en coopération internationale au Bureau du Procureur : "Nous poursuivons Laurent Gbagbo pour avoir mis en œuvre une politique qui a abouti à des attaques systématiques et généralisées contre la population."

L'affaire Laurent Gbagbo est capitale pour l'image et l'avenir de la justice internationale. Elle l'est aussi pour le futur d'une Côte d'Ivoire qui peine à se réconcilier. Pour éviter un procès en partialité, la CPI peut difficilement faire l'économie d'une inculpation dans le camp pro-Ouattara, plusieurs officiers des FRCI ayant été cités dans des rapports des Nations unies. De leur côté, les autorités ivoiriennes veulent reprendre la main sur les affaires judiciaires relatives à la crise postélectorale. Abidjan et la Haye ont aujourd'hui des destins mêlés mais des intentions contraires. Guy LabertitAncien délégué Afrique du Parti socialiste français,ami personnel de Laurent GbagboIl est prêt à assumer cette audience. Et si il y a procès, ce sera un procès politique devant l'histoire...
Guy Labertit
(01:09)

Ancien délégué Afrique du Parti socialiste français,ami personnel de Laurent Gbagbo


Auteur: RFi.Fr - RFI