Florence : "Un homme a été tué sur ce pont"

  • Source: : Seneweb.com | Le 10 mars, 2018 à 01:03:05 | Lu 5142 fois | 12 Commentaires
content_image

Florence : "Un homme a été tué sur ce pont"

Il y a quelques jours, ce lundi 5 mars, à Florence (Italie), un homme a été tué. Cela s'est produit en plein jour, au centre-ville, sur le pont Vespucci. Le tireur est un citoyen italien. La victime était un vendeur ambulant sénégalais. Cela rappelle la tuerie de décembre 2011, survenue (déjà) à Florence, où deux Sénégalais furent volontairement tués par un militant d'extrême-droite, pour la seule raison qu'ils étaient noirs. Cela rappelle également la fusillade de Macerata (sud de l'Italie), survenue au début du mois de février dernier, acte d'un jeune néofasciste qui s'en prit directement à un groupe de migrants. Mais dans le cas présent, nous devons nous garder de tout amalgame : il semble en effet que cette fois-ci, il n'y ait aucune motivation raciste dans le geste du tireur.

Ce lundi matin 5 mars, Roberto Pirrone, 65 ans, criblé de dettes, fatigué des disputes incessantes avec son épouse et sa famille, sort de chez lui, armé d'un pistolet, avec l'intention de se suicider. D'autres l'ont fait avant lui pour les mêmes raisons d'ordre économique, animés du même désespoir, de la même confusion et des mêmes émotions que l'on peut éprouver en pareille situation. Puis, selon ses déclarations, rapportées par les journaux et les médias, l'homme n'a plus trouvé la force de s'ôter la vie. Il a donc opté pour un "plan B" : tirer sur quelqu'un, tuer le premier qu'il croiserait sur son chemin– en épargnant les femmes et les enfants– pour finir en prison et ne plus "être un poids pour sa famille". Nous pouvons nous demander, au passage, si le fait d'avoir un proche en prison n'est pas un poids pour la famille en question, mais ceci est un autre débat.

C'est ainsi qu'à un moment donné, Roberto Pirrone voit puis croise Idy Diène sur le pont Vespucci et tire contre lui. Trois coups, dont un à la tête. Puis Pirrone s'éloigne, jette le pistolet au sol, erre dans les rues voisines et est arrêté par les forces de l'ordre sans opposer de résistance. Techniquement, il s'agit non pas d'un assassinat, qui implique un temps de préparation avant le passage à l'acte, mais d'un homicide volontaire, "prémédité"- les guillemets étant de rigueur– quelques instants seulement avant d'être commis.

Au-delà de l'absurdité d'un tel acte, une question dérangeante se pose : les "faits", tels que rapportés par la presse et donc à considérer avec la prudence qui s'impose, nous disent que Roberto Pirrone a décidé de tirer au hasard sur le premier passant venu. Et cela s'est très probablement passé ainsi. Pourtant, est-il possible qu'il ait estimé, consciemment ou inconsciemment, que la vie d'un homme noir vaille moins que celle d'un homme blanc ? Est-il possible que nous, Européens, ayons également cette perception – répétons-le, consciemment ou inconsciemment ?

Quoi qu'il en soit, la communauté sénégalaise tout entière ne peut qu'éprouver de la colère, elle qui a déjà été touchée, en 2011, par la rage assassine déversée au nom de la xénophobie et du racisme. Cette colère est compréhensible, mais nous ne pouvons tolérer les actes de vandalisme constatés durant les manifestations de protestation "organisées" à chaud par les compatriotes de la victime. L'Association des Sénégalais de Florence est bien consciente du caractère inadmissible des dégradations commises et a annoncé, ce vendredi 9 mars, qu'une collecte serait organisée afin de dédommager la ville de Florence : "Les responsables de ces actes de vandalisme ne respectent pas Florence et doivent être punis. La douleur ne justifie pas la violence, et notre peuple est un peuple pacifique". En effet, ces débordements donnent une vision faussée de la réalité : les crachats au visage du maire de Florence, Dario Nardella, en sont l'exemple parfait. En effet, à l'ère des "fake news" (informations délibérément fausses ou truquées) où les réseaux sociaux dictent leur loi, il se trouvera toujours quelqu'un pour s'empresser de dire que c'est "un immigré" qui a craché au visage du maire. Et c'est ainsi que naissent d'autres polémiques, dangereuses, car teintées de racisme rampant.

La réalité ? La réalité, c'est que les trois auteurs des insultes et des crachats tous Italiens, par ailleurs militants de mouvements d'extrême-gauche, habitués des heurts avec les autorités.

La réalité, c'est aussi cela : ces jeunes gens italiens, qui se posent en grands défenseurs des droits humains et de l'antiracisme, qui prétendent défendre et aider la communauté sénégalaise, ne font que lui causer des problèmes supplémentaires dont elle doit ensuite payer les conséquences.

S'il n'y avait qu'un seul message à faire passer suite à cette tragédie, ce serait celui que l'on peut lire sur les feuilles A4 déposées aux deux extrémités du pont Vespucci (voir photo) : "Aujourd'hui, un homme a été tué sur ce pont". Un homme, tout simplement. Mais ce jour-là, la destinée a voulu que cet homme fût Idy Diène, non seulement cousin de Samb Modou, l'un des deux Sénégalais tués à Florence en 2011, mais aussi originaire de la même commune, Mont-Rolland.

Demain, samedi 10 mars, à 15h, aura lieu à Florence une manifestation pacifique en mémoire d'Idy Diène.

Par Madeleine Rossi (traduction et adaptation de la version italienne publiée sur le blog d'information indépendant Quannomepare : https://quannomepare.blogspot.it/2018/03/omicidioponte-vespucci-dimadeleine.html


Auteur: Par Madeleine Rossi - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (12)


Anonyme En Mars, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 1
le racisme y est une vraie réalité
Anonyme En Mars, 2018 (01:36 AM) 0 FansN°: 2
Ce texte est superficiel et ne traite pas la question de fond, qui est celle du racisme de la société italienne.
Reply_author En Mars, 2018 (07:22 AM) 0 FansN°: 1
les italiens sont envahis par les étrangers.
Anonyme En Mars, 2018 (01:55 AM) 0 FansN°: 3
Que Dieu ait pitié de notre compatriote et l'accueille au paradis.

Mais une chose est sûre. Il y'a quelque chose de bizarre dans ce récit,...

Le coupable semble s'être bien préparé.

Que lumière soit faite sur les vraies raisons de cet "assassinat"
Jo En Mars, 2018 (04:47 AM) 0 FansN°: 4
Ce texte est beau et profondément humain...Si vous voulez traiter de "la question de fond qui est celle du racisme", allez-y cher ami, on est impatient de vous lire. Merci à Madeleine Rossi que je ne connais pas d'ailleurs.
Reply_author En Mars, 2018 (13:48 PM) 0 FansN°: 1
il y a trop de gens qui ont un problème avec la vérité au sénégal, et vous en faites partie.
 En Mars, 2018 (05:46 AM) 0 FansN°: 5
Anonyme En Mars, 2018 (06:34 AM) 0 FansN°: 6
ce tueur avait déjà choisi de ne pas tirer sur une femme ou un enfant,mais ce pauvre homme aussi qui a laisse son afrique natale pour venir jusqu'ici braver le froid pour vendre des parapluies aurait du faire partie de ceux qu'il devait epargner la vie.ce jour la,il pleuvait,et comme toujours les marchands ambulants en profitent et sortent sous la pluie pour vendre quelques parapluies a ceux qui sont etaient sortis sans parapluie.je suis sur que la couleur de sa peau est la cause de sa mort.on a déjà oublie les 7 noirs fusilles il y a quelques annees en calabre.ceux qui ont vecu en italie savent tres bien que ces gens sont loin d'aimer le noir et ils ne le cachent pas.meme s'ils ne les tuent pas tout temps,ils passent leur temps a les chahuter,insulter,mepriser,pour eux c'est presque un droit,tout cela au nom d'une culture retrograde que le monde avance a abandonnee,mais ils ne savent pas encore qu'ils sont un pays arabe et non europeen
Ex Goor En Mars, 2018 (06:52 AM) 0 FansN°: 7
Florence a traité ce qui lui semble. Si quelqu'un veut traiter le racisme en Italie, il n'a qu'à prendre sa plume. C'est mieux de critiquer et ne rien faire.
Sotrac En Mars, 2018 (10:03 AM) 0 FansN°: 8
Il pouvait bien tirer sur son epouse ou un membre de sa famille responsables de son calvaire comme bien d autres l ont fait pour "les memes raisons d ordre economiques animes du memes desespoir de la meme confusions et des memes emtions".Si vraiment l intention de se suicider etait fondee il n avait pas besoin du moment qu il tenait l arme a la maison de sortir de chez lui.Article bidon et meme dangereux pour la cause.
Sotrac En Mars, 2018 (10:03 AM) 0 FansN°: 9
Il pouvait bien tirer sur son epouse ou un membre de sa famille responsables de son calvaire comme bien d autres l ont fait pour "les memes raisons d ordre economiques animes du memes desespoir de la meme confusions et des memes emtions".Si vraiment l intention de se suicider etait fondee il n avait pas besoin du moment qu il tenait l arme a la maison de sortir de chez lui.Article bidon et meme dangereux pour la cause.
Anonyme En Mars, 2018 (10:08 AM) 0 FansN°: 10
J'en veux au president de la Republique incapable d'offrir des opportunites a nos jeunes pour qu'ils restent chez nous et ne pas etre la cible de salauds racistes.
Sotrac En Mars, 2018 (22:03 PM) 0 FansN°: 11
Il ne vous reste que l offense a la bouche par des propos qui denotent du mepris que vous avez pour l intelligence senegalaise
Linda Mujer En Mars, 2018 (23:57 PM) 0 FansN°: 12
J'aurais applaudi si un de ces sénégalais ou un autre africain était allé placarder sur le portail de l'immeuble où mourut la jeune fille italienne au patronyme de Mastropietro, 20 ans, et dont Seneweb évite de parler "Ici, il y a à peine un mois, fut violée, assassinée, puis découpée en petits morceaux avant d'être jetée dans un fossé une jeune italienne. Les auteurs: deux jeunes immigrés nigérians."

La vie de Idy Diène ne valait guère plus que celle de cette pauvre jeune fille. Pendant ce temps, à Florence la gauche faussement antiraciste manipule , une fois n'est pas coutume, son éternelle clientèle d'immigrés nègres.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]