L'Union européenne défie Trump après le retour des sanctions contre l'Iran

  • Source: : France 24 | Le 08 août, 2018 à 12:08:42 | Lu 1766 fois | 2 Commentaires
content_image

L'Union européenne défie Trump après le retour des sanctions contre l'Iran

Après une première salve de sanctions réimposées par les États-Unis à l'Iran, l'UE fait tout pour protéger les entreprises européennes présentes dans la République islamique, notamment en appliquant depuis mardi loi dite de "blocage".

Face à Washington, qui a unilatéralement rétabli, mardi 7 août, des sanctions économiques contre l’Iran, l’Union européenne essaye de sauver ses intérêts.

La cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, a ainsi affirmé, que "l'Union encourageait la hausse des échanges commerciaux avec l'Iran". Et de souligner : "L'Union européenne fait tout son possible pour maintenir l'Iran dans l'accord [sur le nucléaire de 2015] et faire profiter le peuple iranien de ses avantages économiques".

>> À voir : Ces entreprises françaises en première ligne

Une loi dite de "de blocage" est ainsi entrée en vigueur le même jour pour protéger les entreprises européennes présentes dans le pays. Elle avait été adoptée par Bruxelles en 1996 pour contourner les sanctions américaines contre Cuba, la Libye et l'Iran, mais n'avait jamais été appliquée. Sa mise à jour a été approuvée par les ministres des Affaires étrangères de l'UE le 16 juillet. Elle interdit aux entreprises européennes de se conformer aux effets extraterritoriaux des sanctions américaines, sous peine de pénalités fixées par chaque État membre.

Ce règlement ouvre également le droit aux entreprises d'être indemnisées de tout dommage découlant de ces sanctions par la personne morale ou physique qui en est à l'origine, les États-Unis en l'occurrence. Enfin, la loi annule les effets dans l'UE de toute décision de justice étrangère fondée sur ces sanctions. En somme, aucune entreprise européenne ne pourra être poursuivie dans l'UE pour avoir dérogé aux sanctions américaines.

L'ANALYSE DE NOTRE CHRONIQUEUSE INTERNATIONALE
" La fragilité de l’Europe"

"Je ne suis pas en mesure de dire si nos efforts vont suffire, mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter que l'accord sur le nucléaire avec l'Iran ne meurt, car les conséquences seraient catastrophiques pour tous", avait averti Federica Mogherini le 16 juillet. En s’opposant aux sanctions américaines, les Européens entendent surtout montrer à Téhéran leur attachement à l’accord sur le nucléaire.

Pour Armelle Charrier, chroniqueuse internationale à France 24, la loi de blocage, est surtout "symbolique".  "Ces sanctions américaines montrent la fragilité de l’Europe", résume-t-elle. "L’Europe a une capacité à vouloir penser politiquement différemment. Elle pense qu’il faut tendre la main aux Iraniens et voir comment faire avancer ce régime. Les Américains sont dans une autre position. Ils veulent faire sombrer ce régime".

Résultat : malgré cette tentative de vouloir protéger les entreprises européennes implantées en Iran, leur avenir s'annonce "négatif", comme l’estime Jean-François Seznec, professeur de relations internationales à la John Hopkins University. "Les États-Unis vont mettre ces sanctions en place avec énormément de vigueur. Ils veulent vraiment en finir avec le problème iranien, que l’Iran arrête d’envoyer de l’argent et du soutien au Yémen, en Syrie ou au Hezbollah au Liban", a-t-il expliqué sur l'antenne de France 24. "Tant qu’il n’y a pas d’accords là-dessus, les États-Unis vont serrer la vis contre l’Iran et les compagnies européennes qui veulent travailler en Iran".

LES EXPLICATIONS DE JEAN-FRANÇOIS SEZNEC, PROFESSEUR DE RELATIONS INTERNATIONALES À LA JOHN HOPKINS UNIVERSITY.
La première vague de sanctions américaines qui vient de prendre effet comprend des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale. Elle sera suivie en novembre d'autres mesures affectant le secteur pétrolier et gazier ainsi que la Banque centrale.


Auteur: AFP - France 24






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Anonyme il y a 2 semaines (14:08 PM) 0 FansN°: 1
BONNE INITIATIVE MAIS LES ENTREPRISES EUROPÉENNES NE PRENDRONT AUCUN RISQUE PUISQU'ELLES ONT DES INTERETS AUX ETATS UNIS ET ELLES Y TIENNENT
Artemis il y a 2 semaines (14:41 PM) 0 FansN°: 2
Quand on met baye moussa le macon d'a cote au commande d'un airbus et qu'on lui dise tu es le commandant de bord ton cap est le notre ne soyez pas surpris de retrouver l'avion au lac rose... c'est exactement l'image que reflete POTUS avec sa politique etrangere aveugle et denuee de bon sens. Avec Ibliss (israel) lui soufflant et lui dictant ses moindre faits et gestes il est clair que le monde part en c..lle. Tout ceci pour just que l'Iran se mettent a lecher le luc des yankees et des judas tandis que les barbus fous de dieux hurlent des allahu akbar en guise de victoire sur un peuple frere en religion. Vraiment l'aigle ne chasse pas les mouches.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]