Le Venezuela traque les auteurs de la mutinerie

  • Source: : 7sur7.be | Le 08 août, 2017 à 09:08:35 | Lu 1204 fois | 0 Commentaires
content_image

Venezuela

Les autorités vénézuéliennes traquaient mardi les auteurs présumés de l'attaque "terroriste" contre une base militaire à Valencia (nord) et tentaient de rassurer sur "l'unité" de l'armée afin d'éviter une contagion dans les rangs. L'opposition, de son côté, a maintenu la pression sur le président socialiste Nicolas Maduro. Elle a appelé à barrer des routes mardi à travers le pays pendant six heures.

Chasse à l'homme

Le ministre de la Défense et chef des Forces armées, le général Vladimir Padrino Lopez, a indiqué qu'une opération de l'armée était en cours pour capturer l'ex-capitaine de la Garde nationale, Juan Carlos Caguaripano et le lieutenant Jefferson Gabriel Garcia, considérés comme les fomentateurs de l'attaque dimanche du fort Paramacay par une vingtaine d'hommes armés.

"Ennemis de la nation"

Pour le général Padrino Lopez, apparu dans une vidéo entouré de trois tanks, un véhicule blindé et des soldats en armes, ces hommes sont des "ennemis de la nation". "Ayez la certitude que nous pouvons compter sur une force armée nationale bolivarienne unie dont le moral est au plus haut", a-t-il martelé.

"Rébellion légitime"

Le leader de l'opération, Juan Carlos Caguaripano, apparu avant l'attaque dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux où il se dit "en rébellion légitime" contre "la tyrannie assassine de Nicolas Maduro", a été radié de l'armée en 2014 pour désobéissance. Il avait alors refusé de reconnaître cette sanction qui était selon lui "d'ordre politique". Dénonçant ensuite la "répression" des forces de sécurité lors de manifestations anti-Maduro durement réprimées qui avaient fait à l'époque 43 morts, il avait fui au Panama. Jefferson Gabriel Garcia est lui un militaire complice des assaillants, chargé de garder le stock d'armes qui ont été dérobées, selon les autorités.

Crise totale

L'attaque du fort Paramacay renforce la tension au Venezuela, dont la profonde crise politique et économique suscite les critiques de la communauté internationale, inquiète de la dérive autoritaire de Nicolas Maduro, élu en 2013. Car le chavisme - du nom d'Hugo Chavez, président de 1999 jusqu'à sa mort en 2013 -, dont l'hégémonie avait été brisée par la victoire de l'opposition aux élections législatives fin 2015, a repris désormais la main sur l'ensemble des institutions.

 Quinze mois de prison pour un maire d'opposition

La Cour suprême du Venezuela a annoncé mardi la condamnation à 15 mois de prison du maire du district de Chacao dans l'est de Caracas, bastion de l'opposition. Le jugement de la chambre constitutionnelle du TSJ (Tribunal suprême de la justice, Cour suprême), prononce également "la déchéance politique" du maire Ramon Muchacho, a précisé la Cour sur Twitter. Accusation M. Muchacho, dont la localisation actuelle reste inconnue, fait partie d'un groupe de maires menacés de prison par le TSJ (accusé par l'opposition d'être inféodé au gouvernement) s'ils n'empêchaient pas les blocages de rues durant les manifestations contre le président socialiste Nicolas Maduro qui ont fait quelque 125 morts depuis avril.

Nouvel appel à manifester

L'annonce de sa condamnation intervient alors que l'opposition a appelé à barrer mardi des routes à travers le pays pendant six heures. Selon les médias locaux, les autorités vénézuéliennes ont alerté Interpol pour réclamer l'arrestation de M. Muchacho. Ce dernier avait accusé en juillet les autorités vénézuéliennes d'avoir annulé son passeport. Opposition réprimée Après l'avertissement du TSJ, le maire d'opposition d'Irribarren (nord-ouest) Alfredo Ramos avait été arrêté le 28 juillet pour n'avoir pas fait lever les barricades durant une manifestation.

Le TSJ doit juger mercredi un autre maire d'opposition de Caracas, David Smolansky, édile du district d'El Hatillo dans l'est de la ville. En 2014, lors d'une précédente vague de manifestations anti-Maduro qui avait fait 43 morts, des maires d'opposition avaient été destitués et emprisonnés. Parmi eux, Daniel Ceballos est toujours derrière les barreaux.


Auteur: 7sur7.be - 7sur7.be






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]