Les journalistes invités à ne pas subir le dictat des réseaux sociaux

  • Par : APS | Le 03 mai, 2013 à 18:05:55 | Lu 5090 fois | 3 Commentaires
content_image

Les journalistes invités à ne pas subir le dictat des réseaux sociaux

Le journaliste sénégalais Tidiane kassé a invité ses confrères, vendredi à Dakar, à ne pas subir le dictat des réseaux sociaux en livrant des informations rapides qui n’obéissent pas aux fondamentaux du métier.

''Le défi en tant que journaliste c’est ne pas subir cette dictature de l’information rapide et qui n’a aucune base que livrent les réseaux sociaux comme Facebook ou Tweeter'', a-t-il dit lors d’un panel de la Convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS) qu’il a coanimé avec le juriste Bouna Manel Fall et le journaliste Mame Less Camara.

Cette rencontre entre dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse axée sur le thème:''Parler sans crainte : assurer la liberté d’expression dans tous les médias’’. Le panel avait pour thème: ''Parler sans crainte : quelle responsabilité pour la presse ?".

Selon Tidiane Kassé, ‘’les bribes d’informations qu’ils mettent sur la toile sont des pistes d’investigation sur lesquelles il faut travailler mais ce qu’on a remarqué aujourd’hui c’est que les réseaux sociaux ne sont pas des points de départ mais des points finaux’’.

‘’Avec le journaliste citoyen, les réseaux sociaux ont ouvert un espace énorme. Cet espace impacte fortement sur le métier de journalisme. Nous devons être forts par rapport à cette tendance’’, a indiqué M. Kassé.

Selon lui, ‘’les réseaux sociaux ont une particularité et on ne fait pas la différence entre le personnel et le professionnel car il y a une grande disponibilité d’informations et qui tombent de manière désordonnée''.

''Les Américains font tout pour renforcer les réseaux sociaux, développer les espaces de liberté pour avoir le monopole sur les choses et dominer. Il faut réfléchir et ne pas subir la dictature de ces vampires que sont les réseaux sociaux ’’, a-t-il estimé.

Pour Tidiane Kassé, ''ceux qui travaillent dans les réseaux sociaux n'ont pas le souci de la rigueur, de la vérité, de l'exactitude… ils n’ont pas le profil de journalistes et ne sont pas des journalistes. Avec ces réseaux, on perd le privilège de formater l’information et les journalistes doivent retourner aux fondamentaux du métier''.




APS

Commentaire (3)


Siguy En Mai, 2013 (18:41 PM) 0 FansN°: 1
Je peux affirmer sans risque de me tromper que le SYNPICS c'est lourdement trompé d'objectif au lieu de défendre la profession, il n'est là que pour défendre les journalistes parfois sans raison garder. C'est dommage pour cette presse d'aujourd'hui.
Xeme En Mai, 2013 (19:42 PM) 0 FansN°: 2
Et les réseaux sociaux, aussi, ne doivent pas subir le dictat des journalistes.
Ukujrkuy En Mai, 2013 (13:17 PM) 0 FansN°: 3
Lui au moins ce Kasse, il dit quelque chose de pertinent et de profond, a la difference de ce Mame Less Camara qui ne dit que des banalites et des hors-sujets, que ces connards de "jeunes journalistes" boivent comme des nigauts. Ce n'est pas parcequ'on apprend aux etudiants du Cesti a rouler les "R", qu'on doit vous prendre pour un prodige de la presse.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]