PRESSE-REVUE:Le PM Abdoul Mbaye et Karim Wade font la Une des quotidiens

  • Par : Aps | Le 21 décembre, 2012 à 09:12:52 | Lu 3749 fois | 0 Commentaires
content_image

PRESSE-REVUE:Le PM Abdoul Mbaye et Karim Wade font la Une des quotidiens

Les quotidiens parus vendredi annoncent une motion de censure contre le chef du gouvernement sénégalais Abdoul Mbaye, en même temps qu’ils évoquent la dernière audition en date de l’ancien ministre d’Etat Karim Wade, suspecté de s’’être enrichi de manière illicite. ‘’Tempête sur Abdoul Mbaye’’, affiche l’As annonçant une motion de censure des libéraux contre l’actuel chef du gouvernement sénégalais. Selon ce journal, trois ONG tchadiennes vont également porter plainte contre le premier ministre ‘’pour complicité de blanchiment d’argent’’. ‘’Après l’adoption de la loi fixant l’organisation judiciaire en vue du jugement de Hissène Habré, les députés du groupe des libéraux et démocrates, avec l’appui de quatre de leurs collègues du groupe des non-alignés, ont déposé une motion de censure contre Abdoul Mbaye et son gouvernement’’, rapporte l’As. ‘’Avec le procès de l’ancien président tchadien prévu dans quelques mois, argue Ousmane Ngom, le Sénégal court un gros risque. En ce sens que le PM sera cité d’une façon ou d’une autre, en tant qu’accusé ou receleur des fonds des victimes du procès’’, souligne ce quotidien. ‘’Le PDS veut jeter Abdoul Mbaye à la poubelle’’, renchérit Walfadjri quotidien, évoquant également la motion de censure des libéraux. ‘’Si la recevabilité de cette motion ne pose pas problème, son adoption reste une autre paire de manches pour Modou Diagne Fada, Omar Sarr, Mamadou Diop Decroix et Cie’’, note cependant l’aîné des quotidiens du groupe Walfadjri. ‘’Abdoul Mbaye sur siège éjectable’’, affirme même le quotidien Enquête, relayant l’argument des initiateurs de cette motion de censure. Ils estiment que le chef du gouvernement sénégalais ‘’est devenu un fardeau pour le Sénégal à cause de son +implication+ dans le blanchiment des fonds volés par l’ancien président tchadien Hissène Habré’’. Le Populaire parle de la même chose mais estime qu’il s’agit là d’une motion ‘’sans suite des libéraux et alliés’’. Selon le journal, arithmétiquement, ‘’il n’y a aucune chance que cette motion de censure puisse passer’’. ‘’Même s’il y a une sorte de gentleman agreement, sans doute pour préserver la cohésion gouvernementale, Abdoul Mbaye n’est plus tout à fait dans les schémas du futur. On semble déjà le conjuguer au passé dans certains cercles influents du pouvoir. Comme s’il devait quitter bientôt’’, rapporte par ailleurs l’As. ‘’il faut dire que le schéma de son départ est envisagé depuis belle lurette, mais à cause de soucis de cohérence gouvernementale et pour éviter qu’on émette les même critiques d’instabilité gouvernementale contre le régime de Macky Sall, on a préféré faire avec’’, ajoute le journal. Un certain nombre de quotidiens évoquent la sixième audition de Karim Wade, suspecté d’enrichissement illicite, en même temps que d’autres dignitaires du régime précédent. A l’issue de sa dernière audition, en date, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, répond point par point, via Le Pays au quotidien, aux accusations portées contre lui. ‘’Je ne suis actionnaire dans aucune société’’, avance tout d’abord l’ancien ministre d’Etat, dans des propos rapportés à sa Une par ce journal. ‘’Je n’ai aucun prête-nom’’ et ‘’ne suis pas dans le bling-bling’’, ajoute celui qui était chargé des Transports, des Infrastructures et de la Coopération internationale dans différents gouvernements de son père de président. Malgré tout, L’Observateur assure que Karim Wade est ‘’en route vers le sommeil à Reubeuss’’, Le journal précise que le volet de l’enquête le visant pour enrichissement illicite présumé ‘’a ressorti des documents compromettants’’. ‘’Ça sent le roussi pour Karim Wade (…). Des faits nouveaux et sous-jacents à l’enquête commanditée par le procureur spécial (près la Cour de répression de l’enrichissement illicite) auraient été découverts et retenus à son encontre’’, précise le quotidien du groupe Futurs médias. ‘’Karim Wade vers le procureur’’, note aussi Rewmi quotidien. Après avoir été entendu par les gendarmes de la section de recherches de Colobane, hier jeudi, son dossier ‘’aurait atterri sur la table sur la table du procureur qui décidera de son sort, dans les prochaines heures’’, rapporte le journal. Mais les partisans et défenseurs de Karim Wade semblent plus décidés que jamais à le soutenir, à l’image de Me Amadou Sal, ancien ministre de la Justice. ‘’Ils veulent manger Karim’’, souligne ce responsable du PDS cité par le quotidien La Tribune. ‘’Les féticheurs de Macky ont demandé de le convoquer les jeudis’’, dit-il. D’où ce titre du journal Le Quotidien. ‘’Sall fétiches’’. ‘’Nous avons des preuves de ce que nous avançons. Karim Wade est convoqué tous les jours le jeudi, 6 fois de suite le jeudi. La semaine c’est lundi au dimanche pourquoi donc les jeudis ?’’, s’interroge Me Amadou Sall. ‘’On le garde pour pouvoir le libérer dans la nuit de jeudi à vendredi. On ne peut pas gérer un pays avec des fétiches, dans le mysticisme. Soit ils ont des preuves contre nous, on nous arrête ou ils n’en ont pas que l’on nous laisse partir. Mais obéir aux fétiches…’’, ajoute-t-il. ‘’Macky Sall accusé d’obéir à des féticheurs’’, reprend Walf Grand place, là où Direct Info affiche : ‘’Me Amadou Sall dénonce +un mysticisme du pouvoir’’. Personne n’avance à ‘’ce jeu où l’irrationnel prime’’, commente le journal. ‘’Convenons d’une chose : le devoir de rendre compte incombe à toute personne qui a eu à gérer les deniers de ce pays’’, selon Direct Info. Au même moment, Libération révèle que le procureur près la Cour de répression de l’enrichissement illicite a dressé une ‘’liste noire’’ d’actionnariats douteux à vérifier dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Il cite SHS, AHS, ABS mais aussi Blackpearl, MDL, SDI, Daport et Héliopolis comme faisant partie des nombreuses sociétés ‘’concernées par les vérifications en cours’’. Le Soleil revient sur le conseil des ministres décentralisés organisé à Louga et annonce un programme spécial pour le Ndiambour, soit 100 milliards de francs CFA en termes d’investissements publics’’. Sud Quotidien poursuit dans le même sens et annonce pour 2013 la mise en œuvre des investissements annoncés jusque-là par le gouvernement. BK


Aps


Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]