(Dossier) Kédougou : Les véritables raisons d’une furie destructrice

  • Source: : Seneweb.com | Le 15 février, 2017 à 13:02:32 | Lu 48549 fois | 38 Commentaires
content_image

(Dossier) Kédougou : Les véritables raisons d’une furie destructrice

Une altercation et les douaniers tirent sur un jeune orpailleur du nom de Yamadou Sagna. Les faits se sont déroulés le 13 février dernier à Khossanta, une localité de la région de Kédougou. Le jeune homme, atteint mortellement, s'est vidé de son sang avant de passer de vie à trépas.

Très en colère, les populations se sont révoltées et ont incendié les brigades de la gendarmerie et de la Douane de Kédougou, poussant le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, à sortir un communiqué pour annoncer l'arrestation des deux douaniers mis en cause et l'ouverture, par le Procureur, d'une instruction judiciaire. Le ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, s'est, ensuite, rendu sur les lieux pour tempérer les ardeurs des populations, annonçant que justice sera rendue. Mais ce genre de promesses, les Kédovins ont l'habitude de l'entendre.

Un remake de 2008

Ces évènements de février 2017 ressemblent à tout point de vue à d'autres survenus en 2008. Le 23 décembre 2008, en effet, une manifestation d'étudiants originaires de Kédougou pour réclamer une meilleure distribution des ressources aurifères avait dégénéré et avait coûté la vie à Mamadou Sina Sidibé, abattu par les forces de sécurité sénégalaises. Les populations s'étaient révoltées, incendiant le tribunal, la gendarmerie, la police, le service des douanes, la mairie... Le gouverneur de la région et sa famille allaient y passer si le Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (Gign), dépêchée sur les lieux, n'était pas arrivé à temps pour faire revenir le calme, de manière énergique... Le ministre de l'Intérieur de l'époque, Cheikh Tidiane Sy, s'était rendu sur les lieux, une enquête avait été ouverte et puis rien....

Des promesses non tenues

En 2008, les étudiants de la localité avaient tenu une assemblée générale pour, disaient-ils, éveiller la conscience des populations de Kédougou par rapport à leurs conditions et aux promesses qui leur ont été faites. Des promesses non tenues. “Parce que tout ce qu’on nous avait dit par rapport à l’octroi d’emplois est faux. Au début, cette manifestation n’avait aucune coloration violente. Les étudiants voulaient tout simplement marcher pacifiquement, aller présenter au gouverneur leurs doléances. Mais les forces de l’ordre les ont empêchés de le faire. C’est pourquoi, le 23 décembre 2008, ils ont remis ça. Les forces de l’ordre sont encore intervenues et n’ont même pas cherché à comprendre. Ils se sont mis à décharger leurs balles sur les manifestants tuant ainsi le jeune Sina Sidibé. Des lors, les gens n’ont pas pu s’empêcher de laisser exploser leur colère. S’il n’y avait pas mort d’homme, les dégâts ne seraient pas aussi importants”, se rappelle un étudiant qui avait pris part aux manifestations.

Trop de frustrations accumulées

Selon nombre de Kédovins, si ce genre de problème est récurrent à Kédougou, c'est parce que les autorités n'ont pas pris à bras le corps les préoccupations des populations de la localité. “C'est un raz-le-bol général. Le moindre problème peut dégénérer tellement les populations ruminent leur colère. Kédougou a toujours été traité en parent pauvre. On n’a jamais eu de culture de tracts ici. Les seuls tracts qu’on faisait, c’était pour annoncer des soirées dansantes. Mais depuis quelques temps, on voit des affiches qui dénoncent la façon de gérer la localité par les représentants de l’administration. Depuis lors, les autorités devaient se demander pourquoi une ville qui n’a jamais eu de culture de tracts en est arrivée à faire des affiches très virulentes. C’est à partir de ce moment que les autorités devaient prendre conscience et chercher où se situe le problème. Pis, à chaque fois que les gens déposent des mémorandums, ça n’arrive pas à qui de droit. Les populations se sont rendu alors compte qu’on ne les respectait pas. Et lorsqu'on en arrive, non pas à apporter des solutions aux doléances des populations, mais à les tuer, plus rien ne peut retenir les populations. C'est une question de dignité”, pestent certaines populations de la localité interrogées par Seneweb.

Sabodola, la poudrière

La façon de gérer les emplois dans les zones aurifères a grandement contribué à accentuer la colère des populations. Surtout à Sabodala.

Sabodala est un village malinké situé à 123 Km à l’Est de Kédougou. Le sous-sol recèle d’importantes ressources de minerais, notamment l’or. L’Etat du Sénégal, n’ayant pas les moyens nécessaires de l’exploiter, a cédé à des multinationales des titres miniers. Mineral deposits limited (Mdl), une société australienne, devenue SGO et Oromin, remplacée par SOMIGOL SA, sont les plus en vue sur le site de Sabodala. D'autres sociétés disposent de licences d'exploitation d'or dans la zone.

Mdl, titulaire d’un titre minier d’exploitation, dispose d’un périmètre de plus de 20 Km2 alors que la multinationale canadienne Oromin est détentrice d’un permis de recherche sur une superficie de 230 Km2. La présence de ces multinationales à Sabodala avait suscité un grand engouement chez les populations, particulièrement les jeunes, qui espéraient finalement trouver de l’emploi. Rien que Mdl devait créer 650 emplois directs dont les 600 réservés aux Sénégalais. Mais les populations se sont rendu compte de jour en jour que toutes les promesses qui leur ont été faites par les autorités n’étaient en fait que des leurres. Aujourd’hui, Sabodala et tous les villages environnants ont plus que perdu avec l’arrivée de ces multinationales qui étaient perçues comme des messies au départ. Ici, les sentiments les mieux partagés sont la déception et l’amertume.

“Des gens viennent des autres régions comme embauchés alors qu’ici les jeunes travaillent pendant une semaine pour 15.000 francs. Nous savons que le Sénégalais, partout où il est, a droit à un emploi. Nous n’avons pas dit que les jeunes des autres régions n’ont pas le droit de travailler ici. Nous ne sommes pas régionalistes, mais nous disons que les jeunes de Kédougou ne doivent pas être traités en parent pauvre. Mais ici à Sobodola et dans toutes les zones aurifères, on prend un jeune d’une autre région du Sénégal qui fait le même travail qu’un jeune de Kédougou. On loge et nourri le jeune venu d’ailleurs et celui qui vient de Kédougou on lui demande de se débrouiller pour aller trouver dans le village un logement qu’il paie à ses frais. C’est une discrimination inadmissible. Kédougou ne doit pas être traité comme un terroir pauvre”, explique un habitant de la localité. Un autre de poursuivre : “Le Sénégal n’a pas encore exploité son pétrole découvert récemment. Ses seules richesses actuelles sont des mines qui ne se trouvent qu’à Kédougou. Le Sénégal ne compte que sur l’or de Sabodola et le marbre d’Ibel, la 2e qualité mondiale de marbre. Mais il se trouve que l’exploitation de ces richesses n’est pas profitable aux populations”, pestent nos interlocuteurs.

Moyens de subsistance des populations perdus

Ce qui fait le plus mal, c'est que les populations qui se trouvent dans le périmètre minier ont presque tous perdu leurs champs, confisqués qu’ils sont par les sociétés minières. Selon certaines d’entre elles rencontrées par Seneweb, une grande partie de leur bétail a été décimée par les opérations minières surtout avec la dynamite utilisée lors des minages.

Pour compenser toutes ces pertes, il leur avait été promis de recruter des jeunes dans chaque famille. Mais depuis, ils courent derrière ces emplois. Ceux qui sont dans les sociétés y travaillent par rotation, nous dit un jeune. «Un journalier a droit à 6 jours dans la semaine à raison de 2500 francs par jour. Après, on peut rester deux à trois mois avant d’intégrer à nouveau une équipe. Pendant ce temps, d’autres privilégiés travaillent de manière continue grâce à des bras longs», fulmine-t-il.

Bombe à retardement

Nos interlocuteurs ajoutent que les populations de Kédougou en ont mare d'être bernées. Ils se plaisent à rappeler l’octroi de 80.000 ha de terres à un espagnol du nom de Raoul Barosso. “Ce qui fait le plus mal dans cette affaire, c’est la manière dont les populations ont été bernées. Dans un premier temps, on leur a fait savoir que c’est Raoul, le joueur espagnol, qui venait dans le coin pour faire des œuvres humanitaires, construire des dispensaires, des espaces de jeu pour les populations. Mais de fil en aiguille, les gens se sont rendu compte qu’il ne s’agit pas de Raoul le joueur, mais d’un certain Raoul Barosso Gonzalo qui représente une société anonyme Lanca investissement à qui il a été octroyé 80.000 hectares dans les communautés rurales de Tomboronkoto, Bandafassi et Saraya. L’espagnol compte ériger sur le site un parc animalier, construire un aéroport, des hôtels 5 étoiles…, le tout entouré de grillages avec des pylônes de surveillances et des caméras de surveillance.… Il est aussi prévu l’octroi de 50 millions aux communautés rurales pour un appui budgétaire annuel pendant 5 à 10 ans. Ce qui pose énormément de problèmes de sécurité alimentaire aux populations. Ces populations y vivent s’adonnent à l’exploitation traditionnelle d’or et y tirent tous les moyens de leur subsistance. Si on le leur ôte sans qu'elles ne trouvent du travail comment vont-elles vivre ?”, se demande-t-on.

Pis, alors que ces 80.000 ha sont octroyés à cet espagnol, les populations courent derrière des lotissements à Kédougou., déplore-t-on. Il y a des gens de 45 ans, mariés, qui logent dans la maison de leurs pères, qui vivent là-bas avec leurs épouses et leurs enfants dans une même case. Ils ont déposé énormément de demandes de Parcelles à la mairie, sans suite.

Voilà autant de colère que les gens ont gardé jusqu’ici et qu’ils ont fini par laisser exploser. Et lorsqu'on veuille ôter à ces populations le peu de moyen de subsistances qu'elles ont, bonjour les dégâts. D'où les incessants heurts dans la région de Kédougou...

Daouda Mine


Auteur: Daouda Mine - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (17)


Junior Analyst En Février, 2017 (14:10 PM) 0 FansN°: 1
Cet article est très révélateur. Je ne le souhaite pas à mon pays, mais il faut le dire, plusieurs conflits germent dans des conditions quasi similaires. Plutôt que de servir des litanies politiciennes, nos autorités devraient prendre sérieusement ce problème à bras le corps.

En général, partout où elles passent, ces Big Majors capitalistes laissent des séquelles sociales profondes. Il faut apprendre des leçons d'ailleurs et prendre des mesures courageuses afin de résoudre ces déséquilibres (macrocéphalies) qui risquent de compromettre la cohésion nationale. Les spécialistes en Conflict prevention/resolution savent de quoi je parle..



A bon entendeur nak..ma fii diarone, wassalam !
Bn En Février, 2017 (17:00 PM) 0 FansN°: 1
pourquoi doit il avoir de l empathie entre un senegalais et un casamancais,c est deux peuples differents sur toute la longueur,donc le douanier a eu raison de tirer sur le jeune sagna comme ils l ont longtemps sur toute la casamance naturelle
Sénégalais En Juin, 2017 (13:45 PM) 0 FansN°: 2
il faut rendre à kédougou sa dignité.
Anonyme En Février, 2017 (14:11 PM) 0 FansN°: 2
On comprend la colère des habitants: les ressources de leur sous-sol sont exploitées sans aucune retombée pour eux...si, il y a les conséquences environnementales! On construit des autoroutes pour Dakar et rien pour ces régions oubliées!
Anonyme En Février, 2017 (14:32 PM) 0 FansN°: 3
corruption rekk et nepotisme: au lieu de prendre les jeunes sur place ils amenent leurs Cousins et cousines la bas....triste...il faut privilegier les jeunes sur place c comme sa dans tous les pays du monde!!! Merde alors!

Et 5% de redevances minieres parfois meme moins, les multinationales dorment sur de l'or les populations sur le sol nu...Ya meme pas de comptoir pour commercialiser l'or c triste...triste..matiere premiere rekk contre des miettes et pots de vin!!!!! :bindeu:  :bindeu: 
Anonyme En Février, 2017 (14:51 PM) 0 FansN°: 4
L'état a vivement intérêt à désamorcer cette bombe à retardement.

Les populations ont parfaitement raison de manifester car elles sont les laissées pour compte de l'exploitation minière dans cette zone. Ce contrat signé en 2007 avec MDL qui est devenu SGO est un scancale. L'état Sénégalais n'a que 10% de SGO qu'il ne touche qu'en fin d'année sous forme de dividendes et renonce à 400 milliards de taxes données en exonérations diverses.

Je connais très bien cette zone qui manque de tout mais dont le sous-sol très riche est exploité par les canadiens au détriment des populations locales spectatrices.

Wade avait promis une école des métiers de la mine à Kédougou et des milliers d'emplois aux populations de Saraya, Kossanto, Sabadola etc. Rien , juste quelques postes de gardiens, de chauffeurs pour les jeune filles qui conduisent les dump-truck de 100 tonnes à la mine, sans grande valeur ajoutée.

SGO emploie des dizaines d'expatriés sans recourir même à nos ingénieurs de l'IST dont Macky Sall est issu. Plus grave SGO utilise du scianure pour le traitement de l'or et ce produit stocké dans un bassin protégé par une bâche s'est infiltré dans le sol et a atteint les nappes phréatiques. combien de singes vous voyez mourir dans la zone, rien qu'en buvant l'eau des marécages.

Désastre économique, financier et social, voilà le bilan de l'exploitation minière au Sénégal.
Anonyme En Février, 2017 (14:55 PM) 0 FansN°: 5
Seneweb revoyez vos sources,par égard à la population sénégalaise; les événements dont vous parlez ont eu lieu en 2008 et non en 2009, Yakkamti doul rek !
Togne Bakhoul En Février, 2017 (15:38 PM) 0 FansN°: 1
sama waay, diaroul saga yaw tamitt. il faut critiquer quand ca en vaut la peine. mais insulter des gens qui ont fait un travail fouillé comme celui-ci c'est leur faire du tort. il peuvent se tromper de date (2008 au lieu de 2009), mais les insulter pour si peu, en occultant tout le reste et la pertinence du sujet évoqué, c'est vraiment être nihiliste. bravo à seneweb.
Reply_author En Février, 2017 (15:44 PM) 0 FansN°: 2
on a beau crier, le pillage de nos ressources va se pursuivre tant que nous n'aurons pas des dirigeants courageux qui diront non à cette exploitation féroce et impitoyable de nos ressources.
Anonyme En Février, 2017 (15:59 PM) 0 FansN°: 6
daouda mine bayil doul oromin n'existe plus j'en suis sure que tu ne connais meme pas la zone
Anonyme En Février, 2017 (16:19 PM) 0 FansN°: 7
Il faut se dire la vérité en ce qui concerne l'orpaillage artisanal dans les zones aurifères du Sénégal, en particulier à Kédougou ! Aucun groupe de Sénégalais ne pourrait aller dans les zones aurifères des autres pays d'Afrique, or des dizaines de milliers de Ghanéens, de Sierra ‘léonais, de Guinéens de Conakry, de Libériens envahissent ce secteur depuis plus de quinze ans. Tant que des dizaines de milliers d'étrangers viendront se disputer cette richesses aux jeunes Sénégalais des régions environnantes il y aura des risques de drames!
Anonyme En Février, 2017 (16:26 PM) 0 FansN°: 8
Kédougou a tout compris.les retombés de l'or sont partagés à tout le Sénégal sauf Kédougou. vous pouvez imaginer que la route Sabodala Bembou n'est pas bitumée alors que c'est là que sort tout ce trésor. Dites moi une seule réalisation des sociétés minière à kédougou?

Pourquoi les gents continuent à croire que nous sommes un peuple qu'on berne et traîne par une corde comme on veut. C'est fini peuple de la terre des hommes revendiquons ce qui nous appartient.Debout comme un seul homme pour mettre fin à cette frustration,ce manque de considération.Si l'Etat pense que nous sommes un peuple de Guinée qu'il le dise alors. le sous-sol de Kédougou regorge de tout mais c'est l'une des régions les plus pauvre du sénégal. Quel paradoxe jadis nos grandes mères cherchaient l'or pour subvenir à nos besoins.

Les orpailleurs veulent juste avoir accès à la terre comme le pêcheur de Kayar est livre d'aller en mer comme il veut quand il veut sans craindre la douane pour demander les papilles du moteur qu'il utilise. Hélas on veut la paix. les hommes de tenu sont là juste pour se remplir les poches.Ils ont terrorisé la population.A la limite on ne veut même pas les voir parmi nous, eux qui sont sensés assurer notre sécurité nous appauvrissent. c'est n' importe quoi ce pays de la perde où les gents se croient tout permis parce que nous sommes des hommes de tenu. Portons plainte contre le ministre qui a délivré à cet agent un ordre de service l'affectant à Kédougou.
Reply_author En Février, 2017 (17:49 PM) 0 FansN°: 1
vousaver voter ce gouvernment qui vont limite dans votre votre region et ne vous laisser pas faire.on devrait vous assurer la securite et le liberter de travailler dans des domaines large uniquement pour les locaux mais ces salaups vendent tout aux etrangers.lever vous et casser vos droits.
L'eau  En Février, 2017 (16:28 PM) 0 FansN°: 9
On a le même problème en Casamance . Les Nordistes croient qu'ils sont plus intelligents que le reste de la population sénégalaise . On accuse la France de piller l'Afrique ici c'est les Senegalais qui pillent leurs propres frére moin éveillé. Qu'elle honte à vous.
Reply_author En Février, 2017 (16:49 PM) 0 FansN°: 1
c'aurait été bien d'expliquer, de détailler l'histoire
Anonyme En Février, 2017 (16:53 PM) 0 FansN°: 10
Merci pour cet article bien édifiant. On aimerait lire plus souvent sur seneweb des textes aussi corrects sur le fond et la forme.

Où l'on constate une fois de plus que le bien du pays et des populations est le dernier souci de nos politiciens
Anonyme En Février, 2017 (17:53 PM) 0 FansN°: 11
le senegal n'as pas encore un learder pour diriger ce pays , regarde paul kagame comment il travail , pas de mecontents.tout cela c'est la france et les francafriques , traitres a leur pays.

tout le senegal doit se lever pour dire plus jamais ca. :emoshoot: 
Anonyme En Février, 2017 (18:58 PM) 0 FansN°: 12
Nagnou demm rek aythia rek
Anonyme En Février, 2017 (20:37 PM) 0 FansN°: 13
Je comprends ces compatriotes. Les gouvernements libéraux successifs sont entrain de vendre ce pays, l´or ensuite le petrole et le gaz, sans oublier les terres arables ! Ensuite ils racontent partout avoir fait plus que le PS en quarante ans ou cinquante! Le PS ne nous a pas vendus eux ! Foutons ces gars dehors avant qu il ne soit trop tard ! Je ne suis d´aucun parti, seulement PATRIOTE !
Anonyme En Février, 2017 (21:34 PM) 0 FansN°: 14
T5ous ceux qui devraient porter la voix des populations de cette région se sont réfugiés à Dakar ou alors dans d'autres région du nord ! En premier parmi eux, Dansokho qui est à Dakar depuis plus de quarante ans, quant à Baldé en ce qui concerne la Casamance, les murs de sa maison à Ziguinchor ont au moins trois mètres de hauteur, pour que de la rue, on ne peut voir le bâtiment !
Anonyme En Février, 2017 (21:35 PM) 0 FansN°: 15
10 pour cent seulement avec tous les dégâts (pertes de terres de culture,détérioration de la santé des populations,etc...)?Ne valait-il pas laisser cette exploitation pour les générations futures,qui eux peut etre auraient plus d'opportunités de l'exploiter avec plus de bénéfices.

Quelque fois,on ne comprend pas comment réfléchissent les dirigeants.
Anonyme En Février, 2017 (12:02 PM) 0 FansN°: 16
On avance pas
Anonyme il y a 4 jours (00:13 AM) 0 FansN°: 17
 :angle:  :baby-crawl:  :bindeu:  :bip-bip:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :brawoo:  :contaan:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/cool.gif" alt=":cool:">   :cringe:  :cringe2:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   :elated:  :emoshoot:  :fbblip:  :fbcool:  :fbdevil:  :fbglass:  :fbhang:  :fbhear:  :fblike:  :fbmus:  :fbsad:  :fbsmileside:  :fbsurprise:  :fbtear:  :fbwink:  :frustre:  :ibit:  :interrogation:  :jaaxle:  :joyy:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :jumpy2:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">   :kiss:  :lool:  :looney:  mbeulei  :nohope:  :nono:  :question:  :rigolo:  :roadrunner:  :smile:  :smile:  :sunugaal:  :taala_sylla:  :taz-smile:  :thumbs_up:  :thumbsdown:  :thumbsup: :triste: :winkwink:  :xaxataay: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]