Lundi 19 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

La désaffection pour les scrutins est liée au "manque de qualité de la classe politique" (chercheur)

Single Post
La désaffection pour les scrutins est liée au "manque de qualité de la classe politique" (chercheur)

Le peu d’engouement des électeurs sénégalais à aller voter doit être analysé comme "la conséquence" d’un déficit de qualité de la classe politique nationale, a estimé le professeur Amadou Kah, enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, dans un entretien au quotidien Le Populaire.

La participation des citoyens aux élections départementales et municipales de dimanche dernier est jugée faible dans la plupart des circonscriptions électorales. Par exemple, le taux de participation est estimé à 37,68 % pour le département de Dakar.

Selon l’enseignant-chercheur Amadou Kah, "il y a une certaine désaffection des électeurs", au regard de la faible participation enregistrée aux dernières locales.

Il estime qu'il s’agit là d’"un phénomène d’autant plus inquiétant que c’est une élection de proximité, un moment de renouvellement des instances locales", ce qui devait "entraîner un taux de participation intéressant".

"Je pense d’ailleurs que cette désaffection des Sénégalais pour les scrutins de manière générale doit être regardée comme étant la conséquence du manque de qualité de notre classe politique. Elle n’est pas de qualité", a-t-il déclaré.

M. Kah signale qu’"il y a beaucoup de Sénégalais éclairés, qui ne se retrouvent pas dans la manière de faire de nos hommes politiques".

Il relève les débats du genre : "Macky Sall a dit ceci, Idrissa Seck a répondu par cela". "Ce ne sont pas des débats de profondeur. On a l’impression que notre classe politique n’est pas destinée à une profondeur d’existence. Il y a d’énormes soucis à ce niveau."

Le professeur Kah déclare qu’il n’est pas du même avis que ceux qui pensent que "les revers" subis par le parti au pouvoir dans certaines collectivités locales ne doivent pas avoir de conséquences "sur le destin du chef de l’Etat", Macky Sall.

"On ne peut pas procéder à un découplage systématique entre une élection locale et une élection présidentielle. A chaque fois que les gens ont l'occasion d'exprimer un suffrage - que ce soit dans le cadre d’une élection locale ou d’une élection présidentielle -, c’est un message qu’ils envoient. Ce qui s’est passé doit être considéré comme un avertissement", a-t-il affirmé.

Même si un certain nombre de mesures ont été prises, "les Sénégalais attendent des ruptures" profondes, a souligné l'enseignant-chercheur.

Il suggère de mettre les "gens compétents à la place qu’il faut" et recommande au chef de l'Etat de "décoder" le message envoyé par les électeurs, dimanche dernier.

M. Kah suggère "des ruptures au plan gouvernemental".

Article_similaires

3 Commentaires

  1. Auteur

    Dinge

    En Juillet, 2014 (09:28 AM)
    Tres juste. Il faut approcher la classe politique comme Je l ai fait pendant 3 annees a Dakar pour s en render compte...et pourtant j etais dans un grand parti.
  2. Auteur

    Sago

    En Juillet, 2014 (09:36 AM)
    C'est archifaux c'est parce que le scrutin est très long et les forces de l'ordre voulant se rendre à la circulation ou en d'autres site plus juteux pressaient les gens jusqu'à leur décourager simplement, la population a bien voulu voté parce que affaire de "cogne" mon cher vous parler trôp dans le vide
    Auteur

    Mjoul

    En Juillet, 2014 (10:12 AM)
    c'est pas faux

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR