Les députés reprennent service ce vendredi

  • Source: : SenewebNews-RP | Le 09 février, 2018 à 07:02:11 | Lu 2392 fois | 9 Commentaires
content_image

Les députés reprennent service ce vendredi

Après quelques semaines de pause, l’Assemblée nationale reprend service ce vendredi. Au menu : l’examen de la loi de règlement 2016.

Selon L’AS, qui donne l’information, le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, sera l’invité de cette reprise des activités au Parlement. Il sera accueilli par les membres de la commission des Finances.

Le journal renseigne que le ministre profitera de cette rencontre pour défendre la modification du Code général des impôts portant sur la patente et dont l’objectif est de financer les collectivités locales.


Auteur: Seneweb News - SenewebNews-RP






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (7)


Anonyme En Février, 2018 (07:46 AM) 0 FansN°: 1
Il faut une petite sanction pécuniaire contre Sonko le menteur  :contaan: 
Bakary En Février, 2018 (13:18 PM) 0 FansN°: 1
mon frere il faut prier dieu de nous avoir amener sonko a l assemble.
intelligent honnete et grand visionnaire machalla.
Anonyme En Février, 2018 (08:05 AM) 0 FansN°: 2
où est le symbolique de la Nation? on dirait au marché.
Anonyme En Février, 2018 (08:07 AM) 0 FansN°: 3
dite plutot k l'honorable député RESPONSABLE SONKO reprends service



les autres dormeur reprendront à ronfler
Anonyme En Février, 2018 (08:32 AM) 0 FansN°: 4
Président SONKO humiliera encore son gran pere niass
Anonyme En Février, 2018 (09:05 AM) 0 FansN°: 5
on espère que notre leader sonko sera au bureau et non en marche avec les vieux fatigué
Le Veridique En Février, 2018 (09:29 AM) 0 FansN°: 6
Bravo Honorable SONKO, du courage et bonne continuation

 :brawoo:  :brawoo: 
Anonyme En Février, 2018 (09:56 AM) 0 FansN°: 7
Entreprenariat politique ou comment gagner sa vie sans travailler : les médiocres prennent le pouvoir.

La politique est une entreprise financièrement rentable au Sénégal. Le pays est un immense gâteau de chef étoilé à partager entre plus de 300 partis dont 290 vautours n’osant pas voler de leurs propres ailes à une présidentielle car n’ayant ni le quotient électoral, ni la surface financière pour payer la caution, si ce n’est pas le pouvoir qui s’en acquitte à leur place pour berner les masses, astakhfiroullah !, baiser devrais-je dire. Ils se réfugient derrière le nid douillet des coalitions, désertent le terrain politique pour envahir le terrain médiatique et exister par l’unité de bruit ; ni permanence, ni structures, zéro activité. Le récépissé ne sert point à conquérir le suffrage des électeurs, mais c’est un permis de combinazione, de spoliation, de prédation, d’accaparement de ressources sur le dos du Sénégal. La stratégie est simple. Le parti-media dit soutenir l’action du Président de la république en fonction qui lui jette un grand os à ronger rembourré avec fromage : salaire, avantages en nature et espèces garantis durant le mandat.

Si c’est à la veille du premier tour de la présidentielle, il faut faire semblant de se présenter sans en avoir le courage. Aucune consigne et on attend le deuxième tour pour le grand chantage du maître en la matière. Au président sortant qui détient la caisse noire de milliards, il est exigé des frais de campagne. Les soi-disant souteneurs du challenger prétendent que leur soutien est sans condition. De ce fait, ils reçoivent des frais de campagne. Si le challenger passe, c’est le jackpot : rentes assurées durant le mandat du nouvel élu. Le supporter du candidat battu va transhumer par contournement, pour, dit-il, soutenir l’action du Président de la République. Dans tous les cas, les entrepreneurs politiques ne perdent rien de leur investissement et suceront le sang du contribuable sénégalais : salaires, passeport, logement, couverture maladie, parc automobiles, carburant, voyages à l’autre bout du monde. C’est pourquoi les partis yobaléma, altoppé prospèrent. Violence au summum sur le peuple dépouillé ne saurait être plus pernicieuse. Ainsi déguisé, le vol est institutionnalisé et le crime organisé sans porter le nom de camorra ou oser appeler au « legalize it » à propos du yamba de Peter Tosh et du mouvement rastafari. Personne ou peu pour défendre les intérêts supérieurs de la nation orpheline et impunément violée à répétitions sur recommandation juridiquement encadrée. Le seul métier qui vaille est la politique. Inutile de travailler ; point de curriculum-vitae à faire valoir. Le parcours politique prime sur parcours professionnel.

Faites de la politique et toujours de la politique, rien que de la politique, ainsi ventre et bas-ventre sont éternellement satisfaits. Les compétences en politique politicienne payent plus que les compétences pures.

Ah tchim !, tchim mbaye ! transhumance !, appellation d’origine contrôlée de la prostitution politique dans le maquis avec ou sans la carte sanitaire du parti au pouvoir! Et si la proposition de l’ex- Premier Ministre Souleymane Ndéné Ndiaye avait abouti, combien d’hommes politiques, pardon, de bêtes en transhumance à la recherche de pâturages d’abord verts-PS, ensuite bleus-PDS, après marron-beige-APR, voulant goinfrer à tous les râteliers, de Senghor à Diouf, en passant par Wade et Macky, seraient fusillés ?

Rage du pays, les politichiens émergent, l’homo-senegalensis s’immerge et se noie mais quand le peuple se réveillera, le monde des politichiens s’effondrera. Donald Trump ne parlera plus de pays de merde. Le rire du nègre bon banania, comme pendant l’époque coloniale, ne se rappellera plus au bon souvenir de l’homo-africanus, risée du monde.

Tuubé Waalo

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]