Achat d’armes: L’Etat du Sénégal accuse le Directeur général de la City Bank d’avoir détourné près de 1,4 milliards Fcfa

  • Par : SenewebNews | Le 21 novembre, 2012 à 13:11:34 | Lu 21823 fois | 29 Commentaires
content_image

Achat d’armes: L’Etat du Sénégal accuse le Directeur général de la City Bank d’avoir détourné près de 1,4 milliards Fcfa



En voilà une affaire d’achat d’armes qui a vraiment mal tourné. L’Etat du Sénégal poursuit le Directeur général de la City Bank, Kevin Murray en justice pour les délits de vol et faux en écritures privées de banque. En effet, l’agent judiciaire de l’Etat (Aje) l’accuse d’avoir détourné une somme de 1,4 milliards de Fcfa qui était destinée aux entreprises Fakih. Selon l’As, l’affaire remonte en 2010. L’Etat du Sénégal avait fait une commande de munitions et d’armes auprès de l’entreprise dirigée par Abdoul Fakih. Conformément au contrat qui liait les deux parties, deux chèques de 750 millions de Fcfa chacun ont été envoyés à la City Bank. Le premier en décembre 2010 et le second en janvier de l’année suivante.L’Aje a fait savoir qu’une « lettre a été adressée au patron de la banque à chaque envoi, lui précisant que les sommes devraient être reversées dans le compte qui appartient aux entreprises Fakih ». Devant le Tribunal correctionnel hier, il a reconnu qu’il s’était trompé, pensant que les comptes des entreprises Fakih étaient logés dans les livres de la City Bank. Selon lui, Kevin Murray savait bien que Abdoul Fakih n’avait aucun compte au niveau de leur institution et il a fermé les yeux pour utiliser l’argent à d’autres fins. Il devait savoir que c’était une erreur du moment que cette structure n’y avait pas ouvert un compte. Il devait donc retourner les chèques à son expéditeur. De son côté, le Dg de la City Bank assure que l’Aje lui avait bien précisé le numéro du compte qui coïncidait avec celui de la Banque nationale de Mauritanie (Bnm). Notre source informe que « K. Murray s’est également prévalu d’une attestation de virement irrévocable qui lui a été produite. Ce qui a ôté tout doute dans son esprit ». En outre, le conseil de l’Etablissement Fakih soutient que « tous les chèques étaient libellés au nom de la structure et mieux, l’entreprise n’a jamais demandé ni verbalement ni par écrit que l’argent lui soit envoyé au niveau de la City Bank ». Il réclame ainsi 2,5 milliards Fcfa pour les dommages et intérêts. Le juge tranchera cette affaire le 15 janvier prochain.

SenewebNews

Commentaire (13)


01 Conseil En Novembre, 2012 (13:52 PM) 0 FansN°: 1
Virer le gars qui a établit les chèques,ou mieux mettez le en prison."Erreur" monumentale



 :down:  :down:  :down:  :down: 
Frokh Thiaya En Novembre, 2012 (14:17 PM) 0 FansN°: 1
parce que les blancs dagnlén gueumloo que nos grands parents ont vendu ceux des antillais et des américains.
Aaron En Novembre, 2012 (14:18 PM) 0 FansN°: 2
parceque les noir antillais croit qu ils sont des blancs alors qu ils ont tous issue de l accouplemnt de leurs maitre blancs c est de la que vient leur complexe et qu il croit qu ils sont superieur aux africains ces pauvres types b....
Madik En Novembre, 2012 (15:16 PM) 0 FansN°: 3
imagine quelqu'un à qui ses voisins font comprendre qu'iul serait issu d'un peuple qui vit ailleurs, et que c'est parce que ses ancêtres étaient vendus comme esclaves qu'il s'est retrouvé dans ce pays qui est devenu le sien par la force des choses. un jour on lui montre des images du pays d'où venaient ses ancêtres, et il se rend compte que ceux-là lui paraissent très démunis, sales, malades, et évoluant dans un environnement très repoussant, par rapport à son mileu habituel. il faut vraiment qu'il soit fort pour être fiers de ses cousins de là-bas jusqu'à ce qu'il ait la chance de prendre l'avion, le bateau ou tout autre moyen pour aller voir de ses "propres yeux". et là, soit il se rend compte que le pays de ses ancêtres était dfes plus dignes, culturellement riche, et pas du tout repoussa
Macky Voleur En Novembre, 2012 (14:16 PM) 0 FansN°: 3
A VOUS DE JUGER



Souleymane Jules dit maintenant que Macky est son frére, je rappelle ici ce qu'il disait de son frére dans sa chronique du 8 Décembre 2011.



"



« La seule condition pour que

le mal puisse triompher, c’est que

les bons ne fassent rien »

Edmund BURKE



Ce n’est ni par sentiment de haine ni par esprit de parti. Ce n’est pas non plus par soif de vengeance. Macky Sall a nourri pendant trois ans la horde de plumitifs du journal « Il est midi » qui ont fait déferler leurs baves injurieuses sur d’honnêtes citoyens et sur moi-même. Son homme de main, Ndiogou Wack Seck, dans ses meilleurs jours, avait même bénéficié d’un groupe électrogène acheté par la Primature que dirigeait Macky Sall, qui indiquait lui-même la voie à suivre en s’attaquant à des hommes honorables comme Mamadou Dia et Amath Dansokho. Malgré tout, quand ses frères libéraux se sont vengés de ses attaques et quand Abdoulaye Wade a voulu l’humilier, j’ai été parmi ses plus grands défenseurs, l’enjoignant de quitter le Pds. Je ne peux donc être accusé de parti-pris.



C’est une nécessité qu’arrivés à ce point dans la marche de notre pays, confrontés à des échéances qui seront décisives pour son avenir, nous exigions de chaque prétendant à la Magistrature suprême un minimum de vérité. Le leader de l’Apr en avait lui-même fait une exigence, qui avait convoqué le corps diplomatique accrédité à Dakar dans un hôtel, pour mettre en accusation son prédécesseur à la Primature, en violation flagrante de la présomption d’innocence.



Nous sommes donc effarés de découvrir que pendant qu’Idrissa Seck était inculpé et envoyé en prison, pendant que les missions rogatoires enquêtaient à l’étranger pour trouver les preuves de sa culpabilité, se manigançait un gigantesque détournement de fonds publics sur lequel Macky Sall est aujourd’hui interpellé. C’était en effet pendant la même période de l’année, à l’été 2005, que sept milliards de francs taïwanais destinés aux populations démunies ont été détournés par Pierre Aïm, ami du président Abdoulaye Wade, qui a lui-même avoué qu’il avait mis un milliard de francs dans sa poche et logé le reste dans un compte d’un prétendu ami de Karim Wade, à la demande du chef de l’Etat. Poursuivi par la clameur, le chef de l’Etat avait fini par déclarer, dans un communiqué du Conseil des ministres, qu’un de ses amis lui avait « offert » de l’argent qu’il voulait remettre dans les comptes du Trésor. C’était la première fois que dans l’histoire de ce pays, un communiqué du Conseil des ministres, celui du jeudi 5 janvier 2006, contenait un mensonge aussi grave.



Selon l’explication de Macky Sall, l’argent, celui de Taïwan bien sûr, a été restitué et distribué à différents ministres. Une explication qui ne peut pas suffire. Comment a-t-il été restitué, dans quels comptes, par qui, et pourquoi avoir versé de l’argent d’un obscur ami du chef de l’Etat dans des comptes du Trésor, sans aucune loi de finances rectificatives, sans dire dans quel compte cet argent a été viré ? Quel que soit le bout par lequel on prend cette affaire, il s’agit d’un détournement de fonds publics et Macky Sall ne peut pas s’en laver les mains avec ses réfutations captieuses.



C’est trop gros pour être avalé et la réponse qu’il donne face à une affaire d’une telle gravité est simplement scandaleuse !

Au même moment, toujours pendant l’arrestation d’Idrissa Seck, se déroulait un autre détournement sur lequel des preuves évidentes ont été fournies, au moins concernant le virement de 26 milliards de francs qui ont disparu dans la nature, qui devaient servir à la construction de villas présidentielles elles-mêmes introuvables. Mais là aussi survient un curieux retournement de situation. Interrogé sur la question de savoir s’il allait convoquer Karim Wade dans les mêmes termes, Macky Sall s’est rebiffé, déclarant que s’il devait le refaire, il demanderait l’avis d’Abdoulaye Wade avant de convoquer son fils, ne sachant pas que « c’était si important ». Monsieur ne se donne aucune limite, sur le chemin de la repentance. Il peut même accueillir Karim Wade dans une équipe qu’il va diriger.



Il s’agit d’une absolution choquante. Et quand même on penserait qu’il en voudrait à celui qui lui a causé tant de souffrances, il dit que non. Le président aurait été « abusé ». Monsieur Sall est donc tombé des grandeurs, par ce qu’il avoue être une maladresse qu’il ne répétera plus. Que n’a-t-il pas ajouté un merci à ses bienfaiteurs puisque de ses propres aveux, il n’est redevable des honneurs qu’il a reçus et de sa haute fortune qu’à la bonté des Wade et à leur générosité.

Soit ! Il doit au peuple qu’il appelle à l’élire, des réponses précises sur ses actes de gestion. Les Wade ne nous aideront jamais dans ce sens, puisqu’ils sont les instigateurs de tous ces scandales. C’est le cas de cette licence attribuée aux trafiquants de drogue de Ndangane Samba alors que Macky Sall était Premier ministre et Djibo Kâ ministre de la Pêche. Idrissa Seck a été interpellé sur sa gestion de la plus violente des façons, jeté en prison, alors que la moindre preuve de sa culpabilité n’avait été produite par ses accusateurs. Il serait donc injuste que l’on se taise devant tant de faits accablants et de mensonges évidents.



A Macky Sall, nous demandons la vérité sur cette affaire. Nous ne pouvons déroger à cette règle sans être injustes. Il louait un modeste appartement à Derklé. Il possède maintenant une radio qui vaut 200 millions de francs, un appartement plus coûteux à Huston, une maison qui vaut un milliard de francs dans laquelle il vient de déménager avec un parc automobile que personne ne possède dans ce pays.



Qu’il nous dise comment il s’est bâti cette fortune colossale en six ans. Nous osons aussi lui demander, lui qui a fait nommer sa sœur à l’ambassade du Sénégal à Paris, son frère à l’ambassade du Sénégal en Chine, son beau-frère au Consulat à New-York, s’il ne souffre pas des mêmes maux dont il accable l’actuel régime. Et que ceux qui ont eu la patience de me lire me disent s’ils ont vu dans mes écrits une volonté de nuire ou un souci de vérité. Qu’ils me disent, dans ce qui vient d’être dit, une seule chose qui ne méritait pas d’être sue par mes concitoyens.



Qu’ils me disent ensuite si un homme qui figure dans un rapport d’une institution comme l’Onel, pour avoir voté de force dans une élection, sans pièce d’identité, qui a fait nommer les membres de sa famille dans nos ambassades et consulats alors qu’ils n’ont jamais été diplomates, qui, parti de rien, s’est bâti une fortune colossale en six ans, ne mérite pas que l’on s’interroge sur ses prétentions.







Souleymane Jules Diop

Ma Ko Wax En Novembre, 2012 (14:38 PM) 0 FansN°: 4
Si ca s'est passe, le DG de la Citibank sera limogee car il a viole les Citibank policies. He knew or should have known that the payee did noit have a relationship with Citibank! Si le tribunal de Dakar le trouve coupable, il risque d'etre suspendu "barred from the banking industry"!
Ma Ko Wax En Novembre, 2012 (14:40 PM) 0 FansN°: 5
Si ca s'est passe comme ca, le DG de la Citibank sera limoge car il a viole les Citibank policies. He knew or should have known that the payee did not have a relationship with Citibank! Si le tribunal de Dakar le trouve coupable, il risque d'etre suspendu "barred from the banking industry in the U.S."!

@boy Dakar En Novembre, 2012 (15:16 PM) 0 FansN°: 6
Pourquoi les senegalais ne respectent pas les autres africains qu ils traitent de gnacs?Ils ont un mepris pour eux ,pourtant ils sont tous tous noirs et africains.lou waral lolou?est ce que quelqu un peut t expliquer cela avant que tu tues un antillais dans ton quartier?diadieuf!
Ndeketeyo 2 En Novembre, 2012 (18:10 PM) 0 FansN°: 1
mon cher laisse lesavec leurs complexes d'ignares universels !!! et continue ta vie !!
@@mourchid En Novembre, 2012 (15:39 PM) 0 FansN°: 7
Puisque tu ignores l histoire de l esclavage en afrique,c est pourquoi tu nies la collaboration de certains de nos aieuls dans ce qu on appelait jadis le commerce triangulaire.Saches que la colonisation n a commence que tardivement en afrique,apres les accords de Berlin en 1889.Ce qu il y avait avant,c etait des comptoirs europeens etablis sur les cotes d afrique ou les europeens echangeaient des produits europeens contre de la marchandise africaine.Cette marchandise etait constituee en grande partie d etres humains qui etaient achemines dans les cales de bateaux vers l amerique.Et lorsque ce trafic ignoble fut aboli grace a des lois votees par les europeens et les americains parmi lesquels il a toujours existe des anti esclavagistes,certains africains a qui ce commerce profitait refuserent de s y conformer.C est le cas de DIERI DIOR NDELA qui a tue un administrateur colonial pour montrer son refus a cette nouvelle loi et aujourd hui on le chante comme un heros(SAMBA DIABARE SAMB)puisqu il fut execute suite a cet acte qui n avait rien d heroique.
Feutre En Novembre, 2012 (15:57 PM) 0 FansN°: 8
BONJOUR A TOUS JE TRAVAILLE SUR UN MEMOIRE ET JE VOUDRAIS AVOIR LE NOM DE LA PREMIERE BACHELIERE DU SENEGAL NON LE PREMIER BACHELIER UN CERTAIN Abdoulaye Seck Marie Parsine
Exsopiste En Novembre, 2012 (16:05 PM) 0 FansN°: 9
Entre 2000 et 2012 quand le Sénégal s'appelait NDOUMBELANE, tout pouvait s'y passer
Constat D'un Sénégalais En Novembre, 2012 (18:19 PM) 0 FansN°: 10
On fait toujours en sorte de pointer le milieu de la lutte comme secteur de blanchiment d'argent alors que les Banques i;plantées au sénégal sont les plus grands blanchisseurs du pays  :down:  :down:  :down: 
G En Novembre, 2012 (23:00 PM) 0 FansN°: 11
Ce ne sont pas des affaire a passer a la presse, le commentaire est tendancieux, on ne voit pas la ligne de defense de la citibank qui etait defendu par le cabinet de kebe...
Constat D'un Sénégalais En Novembre, 2012 (23:36 PM) 0 FansN°: 1
way khana si gha bokheu ?????
Papi En Novembre, 2012 (23:41 PM) 0 FansN°: 12
C'est invraisemblable tout ca.....

Un Americain, employee d'une multinationales au Senegal qui se comporte de la sorte et depuis 2010 c'est maintenant qu'on en parle?

La marchandise a t'elle ete livre? Comment ce Fakhi a til paye les fournisseurs?La Citi avait elle fait une lettre de garanti?

C'est curieux tout ca.

La Citi est assis sur l'argent de Mr. Fakhi depuis 2010,c'est en 2012 qu'il en parle?
Banquier En Novembre, 2012 (07:51 AM) 0 FansN°: 13
Raisonner un peu rek '"""L'état règle ses factures par des chèques du trésor public, le bénéficiaire reçoit les chèques de l'État et les dépose à sa Banque, c'est ainsi que sa banque par le biais de la chambre de compense au niveau de la BCEAO effectue le virement des montants dans le compte du bénéficiaire ouvert dans les livres de la dite banque. :up:  :up:  :up:  :up: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]