Societe

Dagana-Implantation de Sen-Ethanol: Le projet divise les populations de la localité

  • Par : Www.seneweb.com | Le 22 novembre, 2012 à 11:11:10 | Lu 5255 fois | 5 Commentaires
content_image

Dagana-Implantation de Sen-Ethanol: Le projet divise les populations de la localité

A Dagana, le projet Sen-Huile, Sen-Ethanol a fini de diviser les habitants de cette zone. En effet, les populations de 37 villages sont partagées sur ce projet agricole. Si certaines ont réaffirmé leur refus, d’autres estiment que ce projet permet de lutter contre le chômage des jeunes. Selon la Rfm, les populations des 37 villages s’étaient réunies à Yawré dans la communauté rurale de Nitt pour réitérer leur refus face à l’implantation du projet Sen-Huile Sen-Ethanol. Un des membres du collectif, Saliou Kâ, a estimé que la communauté pastorale reste menacée. 

Il en appelle ainsi à la diligence du président Macky Sall qui, selon lui, leur avait demandé d’être patients et d’attendre le temps de prendre une décision. « L’entreprise sous couvert de ses forces de l’ordre est en train de faire des avancées sur des terres non concernées. Nous ne voulons pas que dans ce zone là, une seule goûte de sang soit versée. Parce que nous voulons la paix, la communauté pastorale est dans une psychose aujourd’hui », a-t-il confié sur les ondes de la Rfm. Son avis n’est pas partagé par les autres jeunes du terroir qui ont fait savoir que que le projet agricole est un élément important de lutte contre l’exode rural et le chômage des jeunes. 

« Nous considérons que le projet est bénéfique parce que ça enrichit la localité de Nitt. Nous sommes des jeunes et notre seul souhait, c’est de travailler. Nous voulons travailler, nous sommes tous mobilisés pour ce projet. Si ce projet est annulé, nous serons tous des chômeurs », a laissé entendre le porte-parole des jeunes, Lamine Guèye.


www.seneweb.com

Articles similaires

Commentaire (5)


Prof En Novembre, 2012 (12:40 PM) 0 FansN°: 1
Il faut relire vos articles il y a des erreurs(ce zone ,cette zone )
Boynadji En Novembre, 2012 (14:13 PM) 0 FansN°: 2
Mate wona ko o salino 6e gessaba :sn: 
Khomeyni En Novembre, 2012 (16:21 PM) 0 FansN°: 3
Mes chères parents;je pense que le moment est venu pour qu'un débat serieux soit enclenché sur l'utilité de ce projet et cela ,en incluant toutes les couches sociales et toutes les compétences dans les différents domaines d'activité dans l'arrondissement de NDIAYE. Ce projet jadis décrié et bouté par les populations de Fanaye n'est pas à mon avis une bonne chose et ce parce que c'est un Etranger qui vient prendre 20000 hectares alors que les paysans peinent à avoir une parcelle dans leur propre localité. j'attire l'attention des autorités de notre cer PAYS sur le fait que ceux qui manifestent pour ou contre ont des intêrets divergents et souvent, ceux qui sont pour le projet ne sont directement affectés par l'expropriation: comme exemple , ceux qui sont pour dans la Communauté Rurale de RONKH sont des Cultivateurs alors que la Zone concernée est plus une zone d'Elevage; même si des peuls montrent leur adhésion au Projet , tous les peuls ne sont pas forcément des Eleveurs . ATTENTION AU SYNDROME CASAMANCAIS !!!!!
Jaya En Décembre, 2012 (13:05 PM) 0 FansN°: 5
les peulhs qui ont donné leur accord ne sont même pas Propriétaires de ces terres, ces sois disant éleveurs n'ont même pas de bétail et ils n'exploitent même pas ces terres, ils ne cultivent pas ces zones, ils préfèrent aller chaque matin à Richard toll, Ross-Béthio ou st louis manger le ceebu jen et retourner le soir dormir dans leurs hameaux. Les vrais agriculteurs sont dans la zone du walo et le lac de guiers et on refuse de les céder ces terres fertiles qu'on donne gratuitement à cette firme Italienne. 20 mille hectares aux étrangers c'est compromettre l'avenir de nos populations locales.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]