Enquête : Aux origines du renvoi des 42 policiers de la 44e promotion

  • Source: : Seneweb.com | Le 31 mai, 2017 à 17:05:18 | Lu 12305 fois | 34 Commentaires
content_image

Enquête : Aux origines du renvoi des 42 policiers de la 44e promotion

L'École nationale de police (Enp) est secouée par le renvoi de 42 élèves-officiers et élèves-commissaires, membres de la 44e promotion, issus du concours professionnel. Vingt-quatre (24 heures) après l'ébruitement de cette affaire, Seneweb a cherché les causes réelles de ce problème.

Après enquête, Seneweb a appris que la mesure qui a frappé 42 élèves-officiers et élèves-commissaires, membres de la 44e promotion, issus du concours professionnel, est tombée juste une semaine après le démarrage de leur session de formation. Ils ont, en effet, rejoint l'école de police le 22 mai 2017. Ce jour-là, à peine accueillis par le personnel de l'encadrement, ils ont commencé à subir une séance de bizutage. Le bizutage est, en effet, un ensemble de pratiques, épreuves, traitements ritualisés et imposés, destiné à symboliser l'intégration d'une personne au sein d'un groupe social particulier (police, gendarmerie, armée, étudiants, professionnels, etc.)

Cuir chevelu et joues brûlés, pieds pourris

Selon nos sources, après les formalités d'usage, les nouveaux pensionnaires de l'école de police ont été accueillis avec un baril de chaux. C'est-à-dire de la peinture blanche servant à enduire les murs. Un produit chimique. Une pratique qui, selon certains anciens de l'école interrogés, figure parmi les méthodes de bizutage pratiquées à l'école de police. D'autres méthodes de bizutage existent également dans cet établissement, notamment l'arrosage qui se fait de 2 heures à 5 heures 30 du matin dans un coin de l'établissement appelée ''Walo'', se trouvant dans le jardin de l'école. Les élèves de la 44e promotion ont subi toutes ces formes de bizutage, sans compter les autres "privations et humiliations".

Des témoins racontent que la peinture versée sur les élèves avait fini par causer des sévices corporels. Certains élèves se sont retrouvés avec des blessures. Leur cuir chevelu et leurs joues ont été brûlés. Aussi, les bains répétées infligées aux élèves avaient commencé à ‘'pourrir'' leurs pieds. Ce qui fait que beaucoup de blessés ont été relevés dans les rangs de cette 44e promotion, mais rien n'avait fuité. Au contraire, les élèves avaient bien vécu cette expérience douloureuse sans se faire entendre, confie un officier de police, dégouté par ces actes de maltraitance.

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase

Mais la goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase est la saisie, par deux des chefs chargés d'encadrer ladite promotion (des filles), des effets de toilette des agents en formation. Il s'agit de pâte dentifrice, de crème de beauté, de savons, de parfums et autres déodorants, suite à des fouilles opérées dans les chambres des élèves de la 44e promotion, au moment où ces derniers étaient absents des lieux.

Les 42 élèves élèves-commissaires et élèves-officiers issus du concours professionnel (qui sont donc des fonctionnaires de police depuis au moins plus de 5 ans) ont alors estimé que des officiers de la Police devaient avoir le minimum d'hygiène. Ils ont alors réclamé la restitution des effets saisis en leur absence. Les deux commissaires encadreurs ont alors catégoriquement refusé la sollicitation desdits élèves, raconte-t-on. Le recours hiérarchique déposé n'a pas eu de réponse favorable. Une situation qui n'a pas plu aux officiers.

Lundi dernier, les deux commissaires encadreurs reviennent finalement à de meilleurs sentiments et décident de restituer les objets saisis. Une restitution partielle. Ayant constaté des manquants, les élèves décident finalement de ne rien prendre tant que la totalité de leurs objets n'est pas restituée. Une situation assimilée à de l'insubordination par la direction de l'école qui leur a finalement notifié leur renvoi de l'école et leur mise à disposition à la direction du personnel (puisqu'ils sont déjà des fonctionnaires).

La Direction de l'inspection des services sécurités (Diss) ouvre une enquête

Des policiers interrogés s'offusquent de cette décision. "Il n'y a eu aucun refus, même pour les brimades qui ne sont pas prévues par le règlement intérieur de l'École nationale de police. C'est un règlement signé par Jean Collin, alors ministre de l'Intérieur, qui date de 1978. Les 42 élèves renvoyés n'ont désobéi à aucun ordre, ni proféré de menaces", note une source policière.

Un autre policier qui fait partie des agents sanctionnés explique que "l'encadrement n'est pas à la hauteur puisque les deux encadreuses qui sont à sa tête ne sont même pas encore titulaires pour prétendre encadrer des ex-commandants, capitaines, lieutenants, chefs de poste de Police et autres fonctionnaires de Police. Nous avons accepté toute sorte d'humiliation".

Les élèves condamnent cette "décision malheureuse" du Directeur de l'École nationale de police et explique que ce dernier commence à être coutumier des faits. Ils expliquent qu'il avait fait la même chose l'année dernière en renvoyant les élèves de l'Administration pénitentiaire.

Pour le moment, ces 42 agents, mis à la disposition de la direction du personnel, s'accrochent à l'enquête confiée à la Direction de l'inspection des services sécurités (Diss), leur seul bouée de sauvetage. Ils jurent que dans cette affaire, ils sont des victimes sur toute la ligne.


Auteur: Youssoupha MINE - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (20)


Anonyme En Mai, 2017 (17:05 PM) 0 FansN°: 1
RIEN A FOUTRE
Reply_author En Mai, 2017 (22:47 PM) 0 FansN°: 1
impoli
Han En Mai, 2017 (18:00 PM) 0 FansN°: 2
Bizutage à tous les policiers de la circulation
Force Reste La Loi En Mai, 2017 (18:04 PM) 0 FansN°: 3
Ordre , discipline et justice pour tous :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
Anonyme En Mai, 2017 (18:05 PM) 0 FansN°: 4
JE PEUX COMPRENDRE QU'ON INTERDISE L'UTILISATION DE PARFUM AU COURS DE LA FORMATION MAIS INTERDIRE LES PRODUITS D'HYGIENE C'EST VRAIMENT EXAGERER.
Anonyme En Mai, 2017 (18:34 PM) 0 FansN°: 5
Le directeur de l école a parfaitement raison. La discipline et la rigueur commencent d abord à la formation. Nous avons tous constaté une totale absence de conscience professionnelle chez les policiers. Corruption rakette et insubordinaction crime dans les postes de police etc etc. Merci mr le directeur.
Reply_author En Mai, 2017 (22:07 PM) 0 FansN°: 1
tu fais hors sujet petit con , depuis que wade a laisse les femmes envahir les forces de l'ordre et l'armee, c"est le bordel infernal a tous les niveaux c encore pire dans l'armee
Anonyme En Mai, 2017 (18:38 PM) 0 FansN°: 6
Est-ce que quelqu'un a compris ?
Un Passant En Mai, 2017 (18:49 PM) 0 FansN°: 1
merci pour la question. dans le genre "archi-nul, et impossible a lire", difficile de faire mieux, ou pire :-). un bon eleve de college ecrirait mieux.
qui a ete renvoye, les bizutes ou les bizuteurs? il faut lire plusieurs fois l'article pour finalement deviner que ce sont les bizutes qui sont renvoyes.
Un Passant En Mai, 2017 (18:49 PM) 0 FansN°: 2
merci pour la question. dans le genre "archi-nul, et impossible a lire", difficile de faire mieux, ou pire :-). un bon eleve de college ecrirait mieux.
qui a ete renvoye, les bizutes ou les bizuteurs? il faut lire plusieurs fois l'article pour finalement deviner que ce sont les bizutes qui sont renvoyes.
Reply_author En Mai, 2017 (23:55 PM) 0 FansN°: 3
ouf, suis rassuré
Anonyme En Mai, 2017 (19:04 PM) 0 FansN°: 7
Je n'ai rien compris dans l'article. Nos journalistes doivent vraiment apprendre a mieux s'ex[primer. L'article est tres mal ecrit.
Anonyme En Mai, 2017 (19:19 PM) 0 FansN°: 8
Youssoupha MINE , quel article!
Radar En Mai, 2017 (20:08 PM) 0 FansN°: 9
C'est le Directeur de l'école de Police qu'il faut renvoyer.
 En Mai, 2017 (20:38 PM) 0 FansN°: 10
On a fait du tort à ces officiers de police. Ce sont eux qui ont été victimes de sévices et non les formateurs. J'en connais un à qui on a versé de la chaux (lasso) et qui a été blessé à la tête. Pire on a confisqué tous leurs effets de toilettes (sabou, diw, pate dentifrisse). Imaginez des gradés (Lieutenants, adjudants, capitaines) et des pères de famille qu'on traitent de la sorte. Encore que leurs bourreaux sont de jeunes policiers dont certains n'ont même pas encore fait trois ans à la police. Je me demande d'ailleurs comment des policiers du rang peuvent former des officiers et commissaires.
Anonyme En Mai, 2017 (20:41 PM) 0 FansN°: 11
C est celui qui a ecrit cet artcile qui doit etre renvoye qui mo nule
Reply_author En Mai, 2017 (23:55 PM) 0 FansN°: 1
trop facile, faut le bizuter d'abord
Reply_author En Juin, 2017 (10:28 AM) 0 FansN°: 1
au lieu bizuter c bayouter
Babacar En Mai, 2017 (20:53 PM) 0 FansN°: 12
Difficile de comprendre le contenu de ce "papier" : Qui est qui ? Qui a fait quoi ?
Un Passant, Au Loin En Mai, 2017 (21:00 PM) 0 FansN°: 13
Je ne me prononcerai pas sur le fond, c'est à dire la légitimité du bizutage, et son utilité éventuelle. Seulement quelques interrogations me taraudent, interrogations suscitées en partie par cette phrase de l'article: par deux des chefs chargés d'encadrer ladite promotion (des filles). Les voici:

- Si les chefs avaient été des hommes, les bizutés se seraient-ils offusqués à ce point?

- Si les chefs avaient été des hommes, aurait-on évoqué leur genre dans l'article?

- Si les chefs avaient été des hommes, et que leur genre avait été évoqué, aurait-on dit "des hommes" ou "des garçons" (j'entends ici que le terme "des femmes" aurait été plus juste).

Ces questions me taraudent mais les réponses également.

PS: Je suis un homme :)
Anonyme En Mai, 2017 (21:02 PM) 0 FansN°: 14
L'indiscipline est donc partout. Un jeune qui ne respecte pas ses parents, ses aînés, ses lois, ses symboles ... Sûr qu'il n y a aucune dame dans cette affaire à réclamer des EFFETS DE TOILETTE. Sûr qu'ils étaient briefés sur l'interdiction de ses objets. A jouer à l'insubordination, ces agents comptent comment respecter et faire respecter la loi. Et si Abdou Diouf avait raison de parler de 'jeunesse malsaine". Vraiment désolé. Dieu te tend la main parmi ô combien de Sénégalais, mais tu te permets certains futilités: "pâte dentifrice, ... crème de beauté, ... savons, ... parfums et autres déodorants" POUR DES AGENTS QUI VOUDRONT BIENTÔT ALLER EN MISSION EN TERRE DE CRISE... hommes de tenue ou hommes de salon de beauté? Respectueusement Votre.
Reply_author En Juin, 2017 (11:27 AM) 0 FansN°: 1
je pense
Reply_author En Juin, 2017 (12:00 PM) 0 FansN°: 2
je pense que vous n'avez pas compris le sens de la formation. dans toutes les grandes écoles l'hygiène doit être respecter pour éviter des infections
pourquoi donc des cours d'hygiène sont donnés durant la formatio?
Anonyme En Mai, 2017 (21:02 PM) 0 FansN°: 15
Waay waay waay, Moustapha Mine retourne en classe de CM2 . As tu vraiment fait les bancs? Quel chiffon d article mal rédigé! Je te donne la note de 00/20
Anonyme En Mai, 2017 (21:21 PM) 0 FansN°: 16
quand la formation est difficile la guérie est facile,vive les chefs,le subordonné n'a que plié aux exigences du chef point,allez dans l'armée,à la gendarmerie,

-1 le respects des ordres donnés

-2 il fallait les larguer à la côte 106 ,40 km de marche topographique

-3 respecter les ordres et les consignes et l'autorité qui les donnent en est entièrement responsable.

je pense qu'il faut revenir à l'orthodoxie.

avec les théâtres d'opération on peut trouver dans un cas similaire(pas de savons ni produits de toilettes et surtout sans nourriture pendant des jrs=survie ;et celui qui n'y parviendra vive les dégâts=la mort certains;

vive la formation;l'officier c'est le bravoures suprême c'est pas donné à n'importe qui d'être officier ,merci
Reply_author En Mai, 2017 (21:31 PM) 0 FansN°: 1
c'est n 'importe quoi,il faut former les agents pas les humilier ,y a un minimun de packtage pour un militaire non ?
regarderla formation des militaire us ,leur formation est plein d'enseignement,mais chez nous africain c'est faire subir au autres ce qu'on subit et mettre sa dose rien de plas.
un officiers c'est une tete bien fiate avec un physique et mental d'acier mais des tortures qui n ont aucun fondement ,faut réfléchir, un officier n'exécute pas les odres illégitimes,il suit la loi et non les humeurs ds hommes....
Anonyme En Mai, 2017 (22:39 PM) 0 FansN°: 17
LE BIZOUTAGE DOIT ÊTRE HUMANISE ET ADAPTE AU STATUT DU STAGIAIRE. DES OFFICIERS ELEVES NE SONT PAS BIZOUTES COMME DES ELEVES OFFICIERS. CE SONT DEJA DES CADRES A TRAITER COMME TEL. IL BIEN UNE DIFFÉRENCE.
Anonyme En Mai, 2017 (23:15 PM) 0 FansN°: 18
Nous venons d'être également bizutés par ton article, cher journaliste!! :bindeu:  :frustre: 
Pas De Commentaires  En Mai, 2017 (23:34 PM) 0 FansN°: 19
Je ne peux pas commenter car je ne comprends rien du tout à cet article.
Anonyme En Mai, 2017 (23:57 PM) 0 FansN°: 20
un articlé miné

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]