Societe

Kaolack : des enfants en difficulté veulent défendre leurs droits

  • Par : APS | Le 03 novembre, 2012 à 13:11:46 | Lu 5477 fois | 4 Commentaires
content_image

Kaolack : des enfants en difficulté veulent défendre leurs droits

Une cinquantaine d’enfants travailleurs, d'enfants de la rue et de ''talibés'' (pensionnaires d'écoles coraniques) vivant à Kaolack (centre) ont, lors d'une rencontre vendredi avec les responsables des services techniques et d’organisations non gouvernementales (ONG) en charge de leur protection, décidé de défendre eux-mêmes leurs droits.

Lors d'une rencontre avec des responsables des ONG Enda Jeunesse Action et Save The Children, ces enfants, qui ignoraient les rôles, les missions et le fonctionnement de ces structures, ont promis de supprimer les barrières les séparant des autres enfants, qui vivent sous la protection de leurs parents et de la société. Ils se sont familiarisés avec les tâches et les missions de l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO), de l’Action sociale, de l'Inspection départementale de l'éducation et de plusieurs ONG de la commune de Kaolack. Ces structures intervenant dans la protection des enfants veulent profiter de la journée commémorative de la Convention des droits de l’enfant (CDE), le 20 novembre, pour lancer une campagne de lutte en faveur de l’égalité des chances, a indiqué le coordonnateur d'Enda Jeunesse Action, Mansour Sow. 

Les structures ont décidé d’élaborer une plateforme de défense des enfants des enfants. Elles veulent aussi emmener les autorités administratives et politiques à réfléchir à la nécessité de supprimer les barrières existant entre les enfants vivant sous protection familiale et ceux qui sont vulnérables et exposés à ''la dure réalité de la nature'', a dit M. Sow. A la fin de l'atelier organisé pour faire connaître aux enfants les rôles, missions et tâches des institutions en charge de leur protection sociale, les principales structures concernées ont défini un plan de travail comprenant plusieurs activités, a annoncé M. Sow. 

Des réunions se tiendront pour réfléchir à la protection des enfants, selon lui. ''Cette rencontre d’échanges avec des responsables de structures travaillant pour nous est d’une importance certaine, qui nous a permis de mieux nous familiariser avec eux'', a souligné Khady Dieng de l’Association des enfants et jeunes travailleurs de Kaolack. ''Nous avons beaucoup appris quant à notre droit à un travail léger et limité'', a-t-elle dit. La convention de 1989 relative aux droits des enfants souligne que ''chaque enfant doit pouvoir grandir en sécurité, dans un environnement qui renforce sa personnalité et sa confiance en soi'', a-t-elle rappelé. 

''Les échanges avec les responsables des institutions en charge de notre protection sociale nous ont aidés à ouvrir davantage les yeux sur les multiples difficultés auxquelles son confrontés les enfants, particulièrement ceux dits de la rue, qui ne demandent que soutien et assistance'', a affirmé Khady Dieng.


APS

Commentaire (3)


Mais En Novembre, 2012 (14:13 PM) 0 FansN°: 1
Mais ou sont leurs parents . Avoir un enfant et le donne a un marabout pour courir derriere les femmes c'est vraiment irresponsable . Je pense qu'il faut l'education des peres dans cette region, la plus importante richesse dans ce monde c'est d'avoir de bons enfants mais pas beacoup de femmes
Marabout Out En Novembre, 2012 (01:04 AM) 0 FansN°: 2
Il faut mettre dehors tous ces marabouts, qui à l'étranger sont considérés comme des charlatans, lesquels abusent des africains vivant en Europe et qui n'arrivent pas à se délivrer de cette forme d'esclavage spirituel.

Marabouts dehors....et retourner auprès de Satan, votre maître.
Caporal Chef Diedhiou En Novembre, 2012 (03:34 AM) 0 FansN°: 3
Je suis d'accord avec No1,le probleme de ces enfants c'est

leurs parents.Le droit d'être entretenu incombe en premier a

ceux qui les ont mis au monde en tirant avec plaisir a longueur

de journee sur des cibles pourries.Le resultat est la,des

enfants errants sans education et sans entretien.Maintenant

c'est la faute des maras et de l'etat..Quelle connerie!! Il faut

revendiquer vos droits aupres de vos parents baiseurs a merci.

Mrd :down:  :down:  :down:  :down:  :down:  :down:  :down:  :down:  :down: 
Bravo Caporal En Novembre, 2012 (15:47 PM) 0 FansN°: 1
tu as tout dit !
j'ajoute tout de même que la polygamie ( chaque femme voulant rivaliser avec ses co-épouses) pondent à tour de bi*te et ainsi va le monde en afrique , après on envoie les enfants dans la rue et sous la houlette de charlatans nommés maîtres coraniques !

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]