L’assemblée Donne Forme A La Reforme Judiciaire De Macky Sall

  • Source: : Sud Quotidien | Le 20 juin, 2017 à 15:06:43 | Lu 4186 fois | 4 Commentaires
content_image

L’assemblée Donne Forme A La Reforme Judiciaire De Macky Sall

La réforme de la Justice, avec la revalorisation de certains emplois judiciaires et la création de nouveaux tribunaux, se poursuit. C’est dans ce cadre que le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Sidiki Kaba, a porté hier, lundi 19 juin 2017, devant les députés, le projet de loi modifiant les articles 75 et 77 de la loi organique 2017-10 portant Statut des magistrats, le projet de loi modifiant les articles 5, 6, 7, 9 et 13 de la loi N°2014-26 fixant l’Organisation judiciaire et le projet de loi portant Création, Organisation et Fonctionnement des Tribunaux de commerce et des Chambres commerciales d’Appel. Tous ces textes ont été adoptés, malgré des observations et autres remarques faites par des députés.
 
La réforme de la justice engagée par les autorités étatiques amorce une nouvelle phase dans sa concrétisation. Les députés ont adopté, à l’unanimité, avec 94 voix pour dont 37 qui ont voté par procuration, le projet de loi organique N°11/2017 modifiant les articles 75 et 77 de la loi organique 2017-10 portant Statut des magistrats, hier, lundi 19 juin 2017. Malgré des observations et autres remarques formulées par certains députés, la majorité des parlementaires a approuvé le texte. 
 
Selon le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Sidiki Kaba qui l’a défendu à l’Assemblée nationale, cette loi organique vise à revaloriser certains emplois judiciaires et à en créer de nouveaux. En ce sens que, à en croire le ministre de la Justice, ce nouveau texte portant  Statut des magistrats est une anticipation à la création des Tribunaux de commerce et des Chambres commerciales d’Appel. Aussi fallait-il prendre en compte les emplois créés dans les nouvelles juridictions commerciales.
 
Sidiki Kaba de poursuivre qu’en vue d’harmoniser et d’uniformiser le système judiciaire, il est prévu d’insérer, à travers ce présent projet de loi, les Tribunaux de commerce et les Chambres commerciales d’Appel dans la loi fixant l’Organisation judiciaire. «L’objet du projet de loi est d’insérer dans le statut des magistrats les emplois de Président et Vice-président des Tribunaux de commerce». Et, avec «la création des Tribunaux de commerce et des Chambres commerciales d’Appel, il s’avère nécessaire de prendre en compte, dans ce statut, ces emplois crées dans les nouvelles juridictions commerciales».
 
Mieux, pour assurer un bon fonctionnement de ces Tribunaux de commerce par les magistrats promus à leurs têtes, il est prévu l’insertion de nouvelles fonctions à des niveaux de grades comparables à ceux de leurs homologues des Tribunaux de droit commun dans le statut. «Il est prévu d’élever à la catégorie Hors hiérarchie l’emploi de Président du Tribunal de commerce et à celle du Premier groupe du Premier grade l’emploi de Vice-président de ce tribunal», a-t-il révélé. D’ailleurs, des magistrats, notamment un Procureur et un Président, ont déjà été nommés.
 
Lors de ce passage du ministre de la Justice à l’Hémicycle, d’autres textes ont été soumis à l’approbation des députés. Il s’agit du projet de loi N°13/2017 portant Création, Organisation et Fonctionnement des Tribunaux de commerce et des Chambres commerciales d’Appel et du projet de loi N°12/2017 modifiant les articles 5, 6, 7, 9 et 13 de la loi N°2014/26 du 03 novembre 2014 fixant l’Organisation judiciaire. Ces réformes sont motivées par la création d’un environnement propice au développement des affaires financières.
 
 10 MILLIARDS POUR LA FORMATION DES MAGISTRATS
 
Le Garde des Sceaux s’est réjouit de l’adhésion des acteurs de la justice à ces réformes. «Les textes que nous défendons ici sont bien acceptés par les magistrats. Il n’y a aucune contestation et il n’y a pas d’impacts négatifs», déclare-t-il, non sans ajouter que cette réforme permettra de sécuriser l’environnement des affaires dans un contexte de mondialisation. 
Part ailleurs, revenant sur l’Ecole de la magistrature, Sidiki Kaba a informé que l’État du Sénégal prévoit  de mettre sur la table 10 milliards de F Cfa pour la formation de nouveaux magistrats. 


Auteur: Fatou NDIAYE - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Juin, 2017 (16:40 PM) 0 FansN°: 1
tout cela reste flou! que projette t-on avec ces tribunaux de commerce? L'avenir nous édifiera! mais je crains que la sécurité des affaires soit, au contraire, menacée
Aladji Ndiaye Vigo Berlin En Juin, 2017 (17:20 PM) 0 FansN°: 2
chers compatriotes,les recents evenements qui ont secouee le systeme judiciaire du pays ainsi que les differents scandals qui n ont pas eut de denouement escomptee etc ,doivent nous obligher d oter les pouvoirs de l assemblee nationale a la mouvence presidentielle.
Ministere De L'injustice En Juin, 2017 (11:53 AM) 0 FansN°: 3
Une réformette car le problème de la justice est plus profond que les bonbons sucrés destinés aux magistrats! La gestion du personnel judiciaire de par la compétence et les capacités serait plus productif. Les disparités salariales dans le domaine judiciaire sont iniques, on dirait des hommes magistrats et des sous hommes greffiers, secrétaires jusqu'aux gardiens. On dirait que l'Etat ne gère que des magistrats, on a jamais vu Ce ministre rassurer le reste du personnel par des actes concrets. Dommage, mais une justice crédible ou qui se veut crédible ne s'administre pas dans le tâtonnement et des calculs politiques, il y va de la sécurité des gens. Le peuple ne gagne rien dans l'amélioration du service public, peut être les magistrats, mais même eux ne sont pas contents de la politique qu'on leur applique de force.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]