Un Mois Après La Tuerie De Boffa Bayotte : Toubacouta Toujours Dans La Psychose

  • Source: : Sud Quotidien | Le 08 février, 2018 à 20:02:53 | Lu 2908 fois | 4 Commentaires
content_image

Un Mois Après La Tuerie De Boffa Bayotte : Toubacouta Toujours Dans La Psychose

Toubacouta dans la tristesse, dans la désolation. Un mois après la tuerie de Boffa Bayotte, cette localité où sont originaires la plupart des personnes arrêtées,  vit dans la méfiance et la peur. Le village a encore du mal à se relever de la cascade d’arrestation de «ses fils». Toubacouta, cette localité de l’arrondissement de Nyassa dans la région de Ziguinchor est toujours plongée dans la psychose.
 
Toubacouta, localité de l’arrondissement de Nyassa a du mal à se remettre de la cascade d’arrestations survenue après la tuerie de Boffa Bayotte. C’est un village meurtri où règne un climat délétère teinté d’un sentiment de méfiance. Le visiteur qui y débarque est surpris par l’atmosphère lourde qui plane sur ce village.
 
Comme pour attester de la méfiance qui animent la plupart des population de Toubacouta, notre interlocuteur  qui a préféré s’exprimer sous le couvert de l’anonymat nous confie : «Franchement, nous sommes très affectés par ce qui s’est passé. C’est la désolation qui règne en ce moment  ici. Les population sont très inquiètes et le village ne vit plus», lâche cet habitant de Toubacouta qui peine encore à se relever de ces nombreuses arrestations.
 
La quasi-totalité des personnes arrêtées, inculpées et emprisonnées dans le cadre des enquêtes de la tuerie de Boffa Bayotte est originaire de ce village où les habitants, dans la désolation, réclament des permis de visites pour leurs parents incarcérés.

Et lorsque notre interlocuteur évoque la question c’est pour dire «Depuis leurs arrestations jusqu’à nos jours, aucun parent des personnes suspectées n’arrive à les voir. On ne sait pas dans quelles conditions elles sont. Personne n’a de nouvelles d’eux. Nous sommes inquiets et le village est dans la tristesse totale», déclare-t-il avant de poursuivre «ce sont les femmes qui sont restées au village qui mènent des activités de maraichage pour subvenir à leurs besoins. Elles sont laissées à elles-mêmes. Elles font des efforts énormes pour joindre les deux bouts. Le souhait de chaque parent est de voir ses proches quel que soit la faute commise», martèle-t-il.
 
Le souhait exprimé aujourd’hui par ces habitants de Toubacouta c’est de disposer des permis pour aller voir leurs proches en prison. Une demande réitérée par cet autre habitant de Toubacouta. «Le souhait de chaque parent est de voir son proche pour se rassurer. Mais on ne peut pas voir, nos frères, nos parents arrêtés et emprisonnés». Le village a toutes les allures d’une localité meurtrie où la vie est au ralenti. 
 
 «Un mois après cette boucherie humaine, Toubacouta ne vit plus», nous confie notre interlocuteur dans la désolation. Condamnant en même temps cette tuerie de Boffa Bayotte les «Toubacoutois» estiment que toutes les victimes de ce massacre sont leurs parents.

«A cette douleur engendrée par la tuerie s’ajoutent les difficultés à rendre visite à nos proches incarcérées » se désole cet habitant de Toubacouta localité non loin de la zone du drame survenu le 06 janvier dernier dans la forêt de Boffa Bayotte.
Quatorze personnes ont été froidement abattues par des bandes armées. Une vingtaine de personnes arrêtées, la quasi-totalité originaire du village de Toubacouta. Un village toujours plongé dans la psychose de la tuerie de Boffa Bayotte.


Auteur: Ignace COLY - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (4)


Anonyme En Février, 2018 (21:19 PM) 0 FansN°: 1
Il faut se rendre compte que les parents des 14 victimes eux ne verront plus leurs enfants. La justice doit être impitoyable sur ce dossier
Anonyme En Février, 2018 (22:02 PM) 0 FansN°: 2
De quelle justice tu parles ?
Anonyme En Février, 2018 (22:01 PM) 0 FansN°: 3
Les casacais doivent se rendre compte que l état Sénégalais se fiche pas mal d eux! Le président n est jamais venu présenter ces condoléances aux parents des victimes alors qu il est parti en Mauritanie pour un mort st Louisien!

Ouvrez vos yeux et sachez que vous vous entre tuez seuls. La casamance vous appartient elle sera ce que vous en voulez

Wassalam

Anonyme En Février, 2018 (05:45 AM) 0 FansN°: 4
oui le president a plutot envoye des gendarmes du nord pour aller arreter arbritrairement les gens et les detenir sans jugement. oui c est ca le senegal. les gendarmes st des terroristes qui bafount les droits des detenus. tout le monde prend note au Sud.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]