Mercredi 16 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Ali Bongo du Gabon et Paris: les raisons du désamour

Single Post
Ali Bongo du Gabon et Paris: les raisons du désamour

A moins de deux ans de la fin de son mandat, le président Ali Bongo est confronté à une défiance sans précédent. Les manifestations de l’opposition demandant ouvertement l’alternance ont fait au moins un mort. Selon les observateurs, si les causes de ces troubles sont d’abord internes, elles ont aussi une dimension extérieure indirecte mais  non négligeable. 

Le départ de certains barons du PDG (Parti démocratique gabonais) au pouvoir comme Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien président de la commission de  l’Union Africaine (lire  interview) et  Jean Eyéghé Ndong, dernier premier ministre de feu Omar Bongo, a renforcé la contestation.

Dans les milieux d’affaires, il est aussi question d’un froid quasi-irrémédiable entre Libreville et Paris, capitale française où l’opposition gabonaise s’est réunie début décembre pour discuter de l’alternance. Le différend entre les deux partenaires porterait sur les  redressements fiscaux spectaculaires adressés à des entreprises françaises dont Total et sur l’introduction de la  concurrence dans les secteurs extractifs. Par exemple le leader mondial de l’exportation de Manganèse, Eramet via sa filiale, la Comilog, devra se frotter aux indiens MOIL (Manganese Ore India Ltd) en négociation avec le Gouvernement.

S’agissant de Total, le litige   était déjà  au menu de la rencontre entre Ali Bongo et François Hollande en avril 2014, soit deux mois après les faits.  Le  14  février 2014, le pétrolier a reçu un avis de redressement de 805 millions de dollars dont 387 millions font l’objet de redressement partiel.  Détenu à 58,28% par le groupe Total, à 25% par l’Etat gabonais et 16,75% par le public, Total Gabon a laconiquement annoncé la fin du redressement en novembre 2014 sans indiquer s’il a versé les montants réclamés. Dès sa nomination, le nouveau PDG , Patrick Pouyannée,  s’est rendu à Libreville (3 décembre) rencontrer le président Bongo. 

Rupture graduelle de la paix sociale 

Ce bras de fer à peine retombé, le secteur pétrolier est agité par une grève sans précédent à l’appel du puissant syndicat ONEP (Organisation nationale des employés du pétrole)  décidé à contrer les licenciements et les retenues sur salaires de divers groupes dont le français Parenco.

Un autre groupe français, en l’occurrence Bolloré, opérant dans la zone portuaire d’Owendo, projette de supprimer 147 emplois. Ce licenciement économique s’expliquerait par la chute vertigineuse (de l’ordre de 50%) du chiffre d’affaires de la manutention du bois, indique-t-on chez Bolloré. Une manière de critiquer la décision du président Ali Bongo d’interdire il y a quatre ans l’exportation des billes de bois?

Au principe de concurrence introduit dans le cadre du plan Gabon émergent et à la lune de miel entre Libreville et Kigali  s’ajoute  une série de mesures comme le “bilinguisme” et l’introduction de l’anglais. Il faut dire que l’exaltation  de l’exemple rwandais (omniprésent dans les discours d’Ali Bongo) agace certaines oreilles classiques qui ne reviennent pas de la part belle accordée  aux entreprises asiatiques et marocaines  dans les grands projets au détriment des groupes français.

Bref, le Gabon est en train de s’affranchir du pré-carré français, ce qui en soit comporte sa part de risques.  Vu des bords de la Seine, ces hypothèses font plutôt rire. “Le président Hollande a d’autres chats à fouetter” nous lance un vieux de la françafrique qui croit savoir toutefois que les intermédiaires classiques pourraient nourrir une dent contre le locataire du Palais de Bord de Mer.   “Le président gabonais a introduit beaucoup de changements. Il lui arrive d’éconduire ceux que son père a reçu et honoré”, poursuit notre interlocuteur faisant allusion au journaliste Pierre Péan auteur d’un livre intitulé “Affaires africaines” où il prétend que le président gabonais est originaire du Biafra.

Quelque soit le degré de friction entre Ali et Paris, il serait excessif d’expliquer les agitations actuelles par la seule piste extérieure. L’exhibition du parc du président gabonais par France 24 (la chaîne qui avait annoncé sa défaite lors des présidentielles avant de se rétracter) ne va pas contribuer à ramener le calme.

Le président Ali Bongo Ondimba a pris les rênes du pays à la mort en 2009 de son père Omar, au pouvoir depuis 1967.

Article_similaires

16 Commentaires

  1. Auteur

    Ngary

    En Décembre, 2014 (13:03 PM)
    L'agitation et les mouvements de foule sont révélateurs du manque de maturité des africains.Dès qu'un Président africain décide de travailler pour l'intérêt de son pays automatiquement sont manipulés les fossoyeurs de l'économie et renégats pour destituer le Président.Si nos dirigeants veulent être utiles ils devraient privilégier la conscience politique des populations afin de les éviter les manipulations antipatriotiques.

    Ali Bongo vit une époque différente de celle de son père,soutenons le à sortir le Gabon du marasme économique et d'une politique sans lendemain.
    • Auteur

      Bcgfshjks

      En Décembre, 2014 (13:29 PM)
      tu as raison en plus mon frere ngary dès qu'un président africain décide de travailler pour l'intérêt de son pays automatiquement sont manipulés les fossoyeurs de l'économie et renégats pour destituer le président.
      on doit se reveillé et savoir que c'est pas les occidentaux qui vont résoudre nos problème et nos désaccords. les problemes africains doivent etre résolu par des africain. éveillons nous sinon on risque d'etre le peuple qui c'est en plus endormie en face les occidentaux.
    • Auteur

      Fa

      En Décembre, 2014 (14:36 PM)
      ce que france24 a fait, boloré l'avait avec sa télé m6. on avait subitement eu droit à des émissions hebdomadaires successives sur le sénégal avec, bien sûr, la seule envie de faire. et honnêtement quand j'avais vu les émissions, je ne savais pas que m6 était pour boloré. intrigué par ces émissions, j'ai cherché à comprendre et c'est comme ça que j'ai su pour m6 : comme par hasard c'était juste quand wade avait foutu boloré dehors du port de dakar.
      c.. fils de p... nous emmerdent, tôt ou tard on va n....
  2. Auteur

    Goor

    En Décembre, 2014 (13:22 PM)
    Bylaye France les populations africaines finiront par comprendre toutes vos manipulations tout ça parce que Ali Bongo travaille pour l'intérêt de son pays et france 24 n' a pas trouvé mieux que de divulger le parc automobile de la présidence gabonnaise. Franchement la Franceafrique yen a marre laisser développer nos pays nom de Dieu
    Auteur

    Louguenafi

    En Décembre, 2014 (13:26 PM)
    Il faut prendre notre destin en main nous les africains et lutter contre impérialisme .La lutte est notre seul recours afin de combattre l’impérialisme.C'est une question de survie. Thomas SANKARA disait ''Lorsque le peuple se met debout, l’impérialisme tremble''. Il faut savoir que la vie c'est la lutte. Ceux qui luttent sont ceux qui vivent. Le monde est entre nos main et l'avenir dépend de nos luttes d'aujourd'hui.
    Auteur

    Fffcsdv

    En Décembre, 2014 (13:41 PM)
    Pourquoi un blanc situé à plus de 6000 km de Gabon mais en cause toute une constitution. Estce que ce sera possible pour un nègre de remettre en cause la légitimité d'un président français ou allemand. Le peuple Gabonnais doit se réveiller.

    Impérialisme ABBAT comme disait le Capitaine THOMAS.

    La françe-afrique ABBAT
    Auteur

    Ibadan

    En Décembre, 2014 (13:43 PM)
    c'est la machination de la france pour bouter Ali hors du pouvoir. Les africains se laissent manipuler comme des enfants, dommage !

    L'opposition et le pouvoir devraient être unis main dans la main dans l'interet de leur pays.



    FRANCE waroufé wah, aythieu waay, saliou samb
    Auteur

    Second

    En Décembre, 2014 (13:43 PM)
    Négre réveillé vou ! cé francais manipule vos opposan pr mettre la pression sur vos dirigent pour leur intérêt personnel. Les français son de natures des égoïstes des manipulateurs et des voleurs. ils von continué a pillé les ressources africains car leur survi et la stabilité d leu pay en dépende. Afraicain il est grand temp que s tourne ver les chinoi et les indes pour faire des affaires pr contré la domination égoïste des Occidentaux
    Auteur

    Yovoyovo

    En Décembre, 2014 (14:51 PM)
    Je voulais vous expliquez une chose toute cette intox des medias français c’est parce que les français n’ont plus la main mise sur le Gabon. Le président du Gabon à savoir Aly leur a tenu tête et à refuser qu’on exporte le bois gabonais brute vers la France. Depuis son arrivée les mallettes ont été supprimées maintenant comme les élections présidentielles s’approchent les français sont entrain de lui mettre les bâtons dans les roux pour qu’il cède avec la complicité des partis d’opposition .
    Auteur

    Re

    En Décembre, 2014 (15:13 PM)
    Ali Bongo along with Kagame are part of new breed of African leaders. The freakin' French need to update their fcknin' colonial mentality, times have changed.



    He's a visionary. Check him out here on managing investments in Africa -

    Talk Africa on CCTV" : youtube.com/watch?v=45-B4B7xU-Q

    Auteur

    Bass

    En Décembre, 2014 (16:10 PM)
    Il faut résister au nom de l'intérêt supérieur du Gabon, même si tu devrait partir l'histoire retiendra que tu t'es battu pour ton peuple, le droit de défendre ses intérêts et la Justice universelle.

    Mais la démocratie est un impératif, elle suppose l'alternance aux affaires. Je ne crois pas au MESSIE, mais plutôt à l'éveil des consciences des peuples.

    Ton refus va servir de catalyseur d'éveil à d'autres enfants du peuple pour se tenir debout, à l'image de Sankara de Khuaméh Kruma.

    C'est cela le rôle d'un intellectuel, Il s'agit de donner l'EXEMPLE POUR SERVIR LE PEULPE

    Auteur

    Watt

    En Décembre, 2014 (16:35 PM)
    Dans tous les pays ou la France et les Etats Unis ont foutus leur museau, ces pays en patissent jusqu'à l'instinction du soleil. Décidément, nos peuples n'ont plus de Président. Ils ont combattus l'Union Africaine avec la malhonnèteté de nos dirigeants. Pauvre nous, quand sera t on indépendant ? En tuant Saddam et Khadafi que sont devenus la Libye, l'Irak à nos jours. Et l'Egypte? de grace ouvrez vos yeux, chers Africains.
    Auteur

    Alpha De Paname

    En Décembre, 2014 (19:36 PM)
    Vous nous fatiguer de cette démocratie, en Chine il n'y a pas de "démocratie" et pourtant à l'heure actuelle la Chine est la première puissance économique mondiale. Je pense que les occidentaux n'imposent la démocratie qu'aux africains parce que culturellement, socialement et historiquement ils ont réussi à dominer l'Afrique qui n'a plus de repère. Et donc on prend toujours l'exemple sur l'ancien colonisateur. Ils (les anciens colonisateurs) ne veulent que tu t'émancipe. Tu ne peux que passer le chemin qu'il a tracé pour toi et gare à toi si tu essayer de passer par d'autres chemins. C'est ça qui arrive à Ali Bongo même si je suis contre par le fait qu'il remplace son père.

    Mais en Afrique, ce ne sont pas nos chefs d'état qui gouvernent, mais ce sont les puissances coloniales qui décident de tout, ce ne sont que des pantins.

    Ce qui fait plus mal c'est que sur le plan culturel, on existe plus. Si tu vas au fond fond de l'Afrique, les gens ne sont des africains avec des repères à l'Africain.
    Auteur

    Diaw

    En Décembre, 2014 (20:45 PM)
    Je suis tres ravi des contributions des Senewebiens vraiment c'est fantastique et si les peuples Africains pouvaient se reveiller et ouivrir grands les yeux se dèpentir de cdes Diables Français qui ont ruinè l'Afrique et les Africains.A quand comprendrons nos opposants aveuglès pour le Pouvoir et sans scrupule?
    Auteur

    Ngor

    En Décembre, 2014 (22:37 PM)


    Lorsque qu'on se comporte comme un grand enfant , on te traite comme ainsi.Puisque nos presidents ne veulent pas etre independants meme si on leur offre l' independence , ils continuent a dire non.Il est tant que les choses changent, On ne peut pas continuer a etre la vache laitiere de L'Europe qui nest rien sans nous et pourtant ne voue aucun respect et continue de dire que le continent noir nest pas encore rentre dans l'histoire.

    Aly a raison d;installer la concurrence et le meilleur gagnera.Il faut que les richesses Gabonaises profitent aux gabonais et non au colonisateur et a la vieille garde de Bongo qui aujourdhui est mecontente. Regardez moi ces conneries de CPI uniquement concue pour punir les Anciens Chefs D'Etats Africains.Comme qui dirait que nous ne sommes pas matures pour nous juger.

    Lafrique il est tant de se reveiller.Le seul revolutionnaire que nous avions a ete tue par la FRANCE /MOMAR KHADAFI qui avait entame les pas de redresser LAFRIQUE en investissant dans tout le continent et installer un sattelite.
    Auteur

    Mslo

    En Décembre, 2014 (01:21 AM)
    je voudrais inviter les intellectuels africains engagés, à parler aux peuples africains au lieu de laisser la place aux seuls politiques qui sont pour la plupart influencés et manipulés par les occidentaux notamment la France. lorsque les peuples africains sont conscientisés de tous les complots orchestrés par la France pour destituer les présidents africains qui ne défendent pas ses intérêts,ils pourront à leur tour intégrer cette donne dans le choix de leurs leaders. car j'ai l'impression que les peuples africains ne sont pas suffisamment informés. je voudrais dire aux intellectuels africains qui s'engagent dans la politique, qu'ils le font par conviction en ayant comme unique et seul objectif de servir leurs peuples au lieu de se servir. L'Afrique a tant souffert! Il est tant qu'une nouvelle génération de dirigeants prennent les reines de ce continent pour en fin réaliser ce que voulaient Cheikh anta DIOP, Krumah, Naser..., l'unité et le développement du contient africain.

    Auteur

    Cfa_slavery_currency

    En Décembre, 2014 (11:15 AM)
    This is the very definition of monetary slavery :

    France guarantees the CFA franc’s free convertibility into hard currency, originally on the condition that all 15 Franc Zone countries surrender 100% of their foreign reserves to the French Treasury. The amount was reduced to 65%, and then 50%, in 2005, but France still deducts its share directly from these countries’ export earnings.



    Moreover, the mandatory 20% foreign exchange cover stipulated in the convention signed with France in 1962 now stands at 110%. And a foreign-exchange control enacted in 1993 ensures that only France benefits from this capital drain by limiting the free flow of capital to France alone. The ensuing massive capital flight has bled the region’s economies and eroded their competitiveness.
    Auteur

    Bilalrassoul

    En Décembre, 2014 (12:05 PM)
    Que Dieu protége le PR Ali BONGO contre les agissements de la France, et les montages de l'opposition. Le Gabon est en train de s’affranchir du pré-carré français. C'est pourquoi on lui crée des problèmes comme par exemple ( il n'est pas gabonais, on pousse les opposants contre lui, on demande son départ). Les Français sont mauvais ils veulent toujours exploiter les nègres). Ali BONGO travaille pour l’intérêt de son pays.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR