Vendredi 05 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Afrique

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro et le fantôme d’IB

Single Post
L'ancien chef rebelle Ibrahim Coulibaly, en avril 2011. L'ancien chef rebelle Ibrahim Coulibaly, en avril 2011.
Neuf ans après les faits, le mystère demeure autour de la mort d’Ibrahim Coulibaly, dit IB. Début mai, une plainte a été déposée à Paris contre Guillaume Soro et contre X. Retour sur le parcours tourmenté et émaillé de secrets de l’ancien chef rebelle.

Parfois, l’histoire vous revient à la figure tel un boomerang. On croyait Ibrahim Coulibaly et ses secrets définitivement enterrés. Les voici pourtant qui refont surface à la faveur d’une plainte déposée, le 7 mai à Paris, contre Guillaume Soro et contre X par cinq personnes de nationalité ivoirienne et une de nationalité française pour « torture, assassinat et crimes de guerre ».

Soutenus par une association de droit français baptisée « Les victimes de Guillaume Soro » (VGS), les plaignants accusent l’ancien chef de la rébellion des Forces nouvelles (FN), candidat à la prochaine élection présidentielle, d’être responsable de la mort d’Ibrahim Coulibaly, dit « IB », et de quatre autres personnes entre 2004 et 2011. Parmi les parties civiles : une fille et une sœur de la victime.

Ibrahim Coulibaly est décédé à l’âge de 47 ans le 27 avril 2011. C’était un homme imposant, au charisme incontesté, mais considéré par ses détracteurs comme un chef mégalo et incontrôlable, aux douteux talents de stratège. Ses proches ajoutent qu’il pouvait être trop naïf et qu’il s’est souvent fait avoir.

Depuis 1999, l’ancien garde de la famille d’Alassane Ouattara a été impliqué dans toutes les tentatives de déstabilisation qui ont secoué la Côte d’Ivoire. Impliqué dans les coups d’État de décembre 1999 et septembre 2002, il fut accusé d’en ourdir de nouveaux en 2003 puis en décembre 2007.

Dernier acte de la crise

Sa mort sonna comme le dernier acte de la crise postélectorale, une tragédie qui coûta la vie à au moins 3 000 Ivoiriens. Ce jour-là, c’était un mercredi, le ciel d’Abidjan était chargé, et il régnait une sale ambiance de règlements de comptes. Laurent Gbagbo avait été capturé deux semaines auparavant, mais la guerre était prête pour un dernier rappel.

liiiiiiiaffaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Zic

    il y a 2 semaines (13:29 PM)
    IB faisait le boulot de la france et de Allassane drayante macron ouatera créer et soutenu par la france et Allassane D.M. Ouatara

    la premiere personne a porter plainte cest Ouatara qui était son mentor car tout ce qu’il faisait il le faisait au nom de Ouatara

    comme il le dit il y avait un deal que Ouatar aller lui ceder le fauteuil après son mandat mais hélas il connait pas Ouatara et qu’ils

    étaient tous prévenus par le president Bagbo mais il voyait que son propre règne jusqu’a collaborer avec la france et ouatera

    pour destabiliser et assassiner ces propres free et soeurs. si aujourd’hui il avait donner son accord au RHDP de Ouatara il ne serait

    poursuivit de rien meme de la CPI ( un court de propagande et politique pour manipuler nos dirigeants. l’africain doit se réveiller

    de croire a ces organisations et ces occidentaux qui veut que nous nuire. les chefs de l’armée actuelle de la cote d’ivoire ,des gendarmes, policiers,

    se sont eux qui ont tuer,violer, calciner et détruit la cote d’ivoire et aujourd’hui ils sont récompenser par ces postes. et pas de plainte, pas de CPI, pas

    de justices aux victimes qu’on voulait croire que cest Bagbo et Ble les auteurs de ces crimes.( Bulshit)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email