Lundi 22 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Décès d’ El Hadj Oumarou Kanazoé : L'Homme le plus riche du Burkina-Faso

Single Post
Décès d’ El Hadj Oumarou Kanazoé : L'Homme le plus riche du Burkina-Faso

Le patriarche El Hadj Oumarou Kanazoé est décédé hier 19 octobre 2011 à l’âge de 84 ans. Pour exprimer ses sincères condoléances et sa solidarité à la famille de l’illustre disparu, le Président du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), Roch Marc Christian Kaboré a dépêché à Yako dans la province du Passoré, une forte délégation des responsables du parti. Conduite par Alain Bédouma Yoda, Secrétaire à l’information et à la communication du parti, la délégation a rallié Yako où elle a assisté à l’inhumation.

Le Burkina est en deuil. El Hadj Oumarou Kanazoé a tiré sa révérence le 19 octobre dernier. Né en 1927 dans la commune de Yako, il laisse derrière lui une grande famille et l’image d’un « homme de foi convaincu et philanthrope ». Pour marquer sa compassion à la famille éplorée, le Président du CDP, Roch Marc Christian Kaboré a dépêché à Yako une forte délégation du parti conduite par Alain Bédouma Yoda, Secrétaire à l’information et à la communication du parti. La délégation du CDP assisté aux obsèques de l’infatigable bâtisseur.

Tour à tour, les personnalités qui se sont succédé à la tribune n’ont pas tari d’éloges pour saluer la mémoire et qualifier celui que beaucoup appelait affectueusement « Papa Kanazoé ». « Président de la communauté musulmane et de la Chambre de commerce du Burkina, médaillé d’honneur, officier, grand officier, commandeur, plusieurs titres et distinctions à son actif » a dit le représentant de la Chambre de commerce du Burkina qui a lu l’oraison funèbre.

Le Président du Faso, dont le message de condoléances a été livré par le ministre en charge du Commerce, Arthur Kafando, a salué « un modèle d’ouverture et de tolérance ».

Après les honneurs militaires devant plusieurs milliers de personnes dont le Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao et les membres de son gouvernement, l’Opérateur économique hors pair, homme de foi, philanthrope et bâtisseur, a été enterré dans le caveau familial. Avant de quitter la maison mortuaire, le chef de la délégation du CDP, Alain Bédouma Yoda a transmis la lettre de condoléances à la famille éplorée.

 

Sa Biographie

81 ans, quatre épouses, une trentaine d’enfants. Oumarou Kanazoé est une sucess story du Burkina Faso. Ce milliardaire, sans grande instruction scolaire, très tôt orphelin de père, est parti de rien. Il a pourtant réussi à bâtir un véritable empire, l’entreprise Oumarou Kanazoé (OK) qui injecte annuellement quelque 30 millions d’euros dans le pays. Ce milliardaire est aussi un philanthrope et un grand religieux.

L'entreprise OK, c'est d'abord et avant tout le flair d'un homme : El Hadj Oumarou Kanazoé. Une succes story burkinabé. Fils unique de sa mère, Kanazoé, qui naquît le 31 décembre 1927, originaire de Yako à 100 km au nord de Ouagadougou.

Comme souvent à l’époque, en milieu rural, c’est l’école coranique (apprentissage du coran en arabe) qui l’accueille et non l’école française, à 7 ans. Fils unique, son père décédé alors qu’il a douze ans, il lui faut très tôt subvenir aux besoins de sa mère. "Mon père est décédé quand j’avais douze ans. Il ne m’a rien laissé comme héritage matériel et financier, mais des bénédictions pour ma bonne conduite. Elles sont pour moi une richesse énorme et intarissable".

Il se lance dont dans le commerce. Plutôt le petit commerce car il n’a guère d’argent. C’est des cotonnades des tisserands de son pays qu’il va vendre, à pied, au Mali et au Ghana voisin. Il en ramène de la kola, des sandales et du sel qu'il écoule sur les marchés locaux.
Habile commerçant, il ne tarde pas à réaliser quelques petites économies qui lui permettent, en 1950, d’ouvrir une boutique et un restaurant à Yako. Ses affaires commencent à prospérer et en 1955, Kanazoé achète un premier camion pour transporter diverses marchandises. Ainsi prend-il pied dans le transport.

Au début des années 70, il diversifie encore ses activités. On le retrouve dans la construction et le commerce général. Le moment est venu de structurer ses différentes activités. Il crée, en 1973, l’entreprise Oumarou Kanazoé, une entreprise individuelle.
Son premier gros contrat est la réalisation (en sous-traitance) d'un tronçon de route de 50 kilomètres. Il commence à se faire un nom et peut passer, l’année suivante, commande de plus de cent camions. Il devient de plus en plus incontournable dans le secteur stratégique du bâtiment et des travaux publics.

Aujourd’hui, l’Entreprise est devenue familiale avec la participation active des enfants qui y travaillent tous. Le premier, Mady, la cinquantaine, est le directeur général. C’est lui qui aura la lourde tâche de continuer l’œuvre de son père. Il est secondé par Yacouba, le deuxième fils. "Pour ma succession, mon choix s’est porté sur mon premier fils, Mady Kanazoé, explique-t-il. Il aime le travail. C’est lui le directeur général de l’Entreprise Kanazoé. Je prie Dieu afin qu’il lui donne une bonne santé et une longue vie. En attendant la relève, il bénéficie de mes conseils et de mon expérience".

Un homme matinal

La journée de Kanazoé commence très tôt. Après la première prière de l’aube, il reçoit ses nombreux visiteurs avant la traditionnelle tournée des chantiers vers 8 h. Avec ses employés, il est plutôt paternaliste. Il les tance rarement et déjeune même souvent avec eux. Il en profite parfois pour les encourager à se lancer dans les affaires.

L’entreprise a un patrimoine impressionnant : plus de 400 véhicules et engins pour les travaux publics, 10 scrapers (dont l’unité revient à plus de 200 millions F CFA), quatre carrières et un hélicoptère. Chaque mois, Oumarou Kanazoe dépense près de 200 millions F CFA (305 000 euros) pour l’entretien de ses machines. Il dispose lui-même d’une gamme de voitures Mercedes et de deux avions acquis en 1977 et 1980.
OK emploie un demi-millier de permanents dont six expatriés et un nombre variable de contractuels au gré des chantiers.L’argent qu’il injecte dans le tissu économique burkinabé est évalué à quelque trente millions d’euros, chaque année.


Incontournable

L’entreprise Oumarou Kanazoe est un véritable empire et son boss un leader. Grâce à son entregent, l’entreprise est rapidement devenue l’un des fleurons de l’économie nationale, et l’entrepreneur, l’un des hommes les plus riches du pays. Aujourd’hui, il a abandonné le transport et le commerce général pour se concentrer désormais sur le bâtiment et les travaux publics dont il rafle la quasi-totalité des appels d’offres.

Pour les techniciens du ministère des Infrastructures, OK a contribué fortement à tirer vers le haut, un secteur qui stagnait avant les années 2000. Avec une croissance de plus de 7,5% par an depuis 2001, le secteur du BTP est en plein essor au Burkina Faso. Cette croissance est tirée par la hausse de l’investissement immobilier et par la relance des infrastructures financée en partie par les bailleurs de fonds internationaux. Selon le ministère des infrastructures, le Burkina Faso investit environ 98 milliards CFA (150 millions d’euros) annuellement dans le secteur du BTP.


Expansion régionale

Depuis mai 2006, le groupe Kanazoé est devenu le distributeur des voitures de marques Ford et GWM avec une filiale créée à cet effet, Africa Motors Burkina, que dirige le cadet des Kanazoé, Djibril. En moins de deux ans d’existence, Africa Motors Burkina s’est imposé comme un sérieux concurrent dans un domaine qui était la chasse gardée de quatre concessionnaires.

L’expansion se fait également en direction des pays voisins. OK intervient depuis quelques années au Niger, au Bénin et au Mali et ambitionne de prendre pied en Côte d'Ivoire, au Togo, et dans le reste de la sous-région. Toutefois, il doit faire face à une compétition nationale et internationale de plus en plus forte. Ce n’est pas pour faire peur à une entreprise récompensée du Trophée international de la construction en 1992, à Madrid. Comme en témoignent aussi ses derniers contrats pour les barrages de Liptougou, de Tougouri et de Yalgo pour un coût global de 23,5 milliards CFA, environ 35 millions d’euros.

Hier comme aujourd’hui et probablement demain, Kanazoé semble devoir durer au firmament des affaires au "pays des hommes intègres". La Chambre de Comme ne s’y est pas trompée. Le 26 août dernier, elle l’a véritablement plébiscité pour un nouveau mandat de cinq ans à sa tête. Il est vrai qu’il en est membre depuis 45 ans et la dirige depuis douze ans mais qu’il sait se montrer altruiste avec ses concurrents. Depuis les années 90, pour leur faire place, il a renoncé à soumissionner pour les constructions de villas, d'écoles, de bureaux et dispensaires.

L’homme des pouvoirs ?

Une telle fortune, une telle popularité ne peuvent être sans contempteurs. Ils citent à l’envie l’affaire Norbert Zongo, du nom de ce journaliste assassiné, une collusion avec les pouvoirs et les plaintes répétées de certains de ses travailleurs...
"Peut-on atteindre un tel niveau de responsabilité et ne pas être, en Afrique dans le cercle du pouvoir ?" s’interroge un universitaire devant l’itinéraire de l’enfant de Yako. Oumar Kanazoé a su, en tous les cas, être dans les bonnes grâces de tous les pouvoirs qui se sont succédé en Haute Volta, puis au Burkina Faso depuis Sangoulé Lamizana (1966-1980) jusqu’à Blaise Compaoré. Un ancien ministre confie que "même les régimes militaires ne lui cherchaient pas noise parce qu’il arrivait qu’il dépanne l’Etat".
Après l’assassinat en octobre 1987 du président Thomas Sankara, originaire comme lui de la région de Yako, c’est l’un de ses camions qui transporte la terre pour recouvrir ce qui lui tenait lieu de sépulture. Cela ne l’empêche pas aujourd’hui de s’engager plus qu’auparavant en politique avec le tombeur de Sankara, Blaise Compaoré. Il assiste à ses meetings du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), le parti au pouvoir, pendant les campagnes électorales. Ses détracteurs assurent aussi qu’il ne rate aucun marché juteux, s’il le désire réellement parce qu’il "n’hésite pas à faire parler les 'feuilles'" selon la savoureuse expression populaire burkinabé pour désigner la corruption.

L’affaire Norbert Zongo

Mais c’est véritablement l’affaire Norbert Zongo qui va entacher une réputation, jusqu’alors irréprochable, pour la majorité de ses concitoyens. Dans l’affaire de ce directeur de publication de l’hebdomadaire L'Indépendant assassiné le 13 décembre 1998 pour s’être intéressé de trop près à la mort mystérieuse de David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré, le frère du président burkinabé Blaise Compaoré, son nom a été cité. Selon Robert Ménard de Reporters Sans Frontières, qui était membre de la commission internationale mise sur pied par le Burkina, en janvier 1999, pour élucider le crime, le rapport de la Commission déposé le 7 mai 1999 aurait été expurgé de certaines parties afin de trouver un consensus pour que tous les commissaires le signent. Ce qui, du reste, n’a pas été le cas. Les parties supprimées mettraient en cause François Compaoré et Oumarou Kanazoé. Pour Robert Ménard, la participation du richissime Kanazoé au crime de Sapouy est indéniable. "Il est le lien avec tout le monde", a-t-il martelé lors d’un passage à Ouagadougou, en octobre 2006.
Kanazoé est tout aussi catégorique. Lors de sa première audition devant la Commission d’enquête indépendante, il a affirmé : "Je n’avais jamais entendu parler de Norbert Zongo, (...) et je n’avais jamais rencontré Norbert Zongo. (...) Je n’ai jamais demandé à Norbert Zongo d’arrêter d’écrire sur l’affaire David Ouédraogo".

Religieux et philanthrope

Malgré les succès et la fortune, Oumar Kanazoé n’a pas oublié son origine modeste et son éducation morale. Les populations découvrent au jour le jour, sa générosité. Il offre des vivres aux régions connaissant un déficit céréalier, construit bénévolement des écoles ; sans oublier les nombreuses mosquées et quelques églises.
En 1994, il a construit gracieusement, dans le bassin du Nakanbé, à environ 135 km au nord du pays, un barrage dont la capacité de 100 millions de m3 peut irriguer 8000 ha avec un potentiel halieutique annuel d'environ 500 tonnes de poisson. Reconnaissants, les habitants l’ont dénommé "Le barrage de Kanazoé".
La Télévision nationale ne s’appelle pas en revanche Télévision Kanazoé. Il a pourtant rénové ses locaux en octobre 2006, pour plus de 70 millions, "sans contrepartie", selon le, Directeur de la télévision, Yacouba Traoré.

Chaque vendredi, ses deux résidences (au centre Commercial de Ouagadougou et à Pissy) sont prises d’assaut par les nécessiteux qui n’en repartent jamais sans une liasse de billets. Plusieurs familles et structures ne vivent que grâce à ses dons. Cet altruisme est chez lui comme une fixation psychologique : "L’homme ne vaut que par ses rapports avec les autres. L’argent doit aider les nécessiteux, si je suis riche, c’est grâce à Dieu. Je répands bonheur autour de moi pour le remercier" se justifie-t-il.

L’islam est pour lui ce qu’il a de plus cher. Il a déjà effectué le pèlerinage aux lieux saints et s’investit grandement dans la construction d’édifices religieux et dans la prise en charge des imams. Il est président de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso. "Ma fortune, c’est pour servir Dieu et mes concitoyens, pour créer des emplois, redistribuer les richesses et contribuer au bien-être du plus grand nombre possible de burkinabés", aime-t-il clamer. Son vœu le plus cher : "avoir longue vie et la bénédiction de Dieu pour pouvoir réaliser le maximum de choses au profit des êtres humains".


Hamza Touré, Cherif Elvalide Seye

Lesafriques.com
 



16 Commentaires

  1. Auteur

    Avis

    En Octobre, 2011 (22:39 PM)
    C'est vraiment un exemple de réussite malgrés le fait qu'il n'ait pas fait long feu à l'école comme quoi la reussite ne passe pas forcement par l'ecole. RIP
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2022 (12:38 PM)
      je ne suis pas d'accord il faut pas stationner sur une air d'autoroute, les transports en commun n'ont aucun sens moral la preuve un soir je roulais sur la corniche y'a un taxi stationné juste a la sortie du tunnel de soumbedioune n'eut été ma clairvoyance et celui du scooter qui etait juste derriére moi le malheur aller se produire.
      le conducteur du scooter et le taximan en sont venus aux mains le premier lui repprochant de nous avoir tous mis en danger l'autre qui retorqué talli bi yatou na.
      je pense qu'il faille de temps à temps descendre dans les garages pour leur expliqué les notions de securité et de prévention du risque
    {comment_ads}
  2. Auteur

    The Truth!

    En Octobre, 2011 (22:47 PM)
    EUSKEUY!!!!!!



      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    {comment_ads}
    Auteur

    Yode

    En Octobre, 2011 (23:06 PM)
    repose en paix! tu le merite vraiment! comme quoi on peux reussir en afrique aussi ! si on y met du sien,dieu n'oublie prend toujours soins des orphelins.
    {comment_ads}
    Auteur

    Connaisseur

    En Octobre, 2011 (23:31 PM)
    Si le self made man burkinabè merite le respect, ses enfants défrayent souvent la chronique ouagalaise: enfants de riches, on connait la chanson quand seul l'appât du gain est l'objectif suprême. Car pour Diau, laissez moi rire, il en est de OK comme de bien de parvenus sénégalais: la peur, seulement la crainte de Dieu les font agir ainsi... L'assassinat de NZ, si il a pu mettre en évidence les liens très étroits entre le roi du BTP ouest-africain et le régime de Blaise Compaoré (financements occultes), c'est d'abord la CAN 98 - quelques mois avant le guet-appens contre Norbert Zongo- qui en avait fait un homme du sérail CDP: pour le faste momentané (ainsi que pour celui du Sommet françafricain) et les caprices du tyran, OK a même failli être ruiné par les vampires du régime... OK était certes un homme d'affaires avisé mais un mauvais comptable, tout le monde le sait... Pendant quelques années, OK s'est fait très discret, réfugié dans l'une de ses villas de campagne, en pays dagari (sud-ouest). Avec la décennie qui a couvert le Faso de ses routes goudronnées (qui pourraient rendre honteux le Sénégal de Wade & Co, experts en blablatude...), OK a tenté de revenir sur le devant de la scène: malheureusement, hormis les routes intra-urbain, les Lefebvre et autres Razel avaient d'autres moyens. On pouvaiyt aisément faire la différence entre les chantiers:avec OK, pas d'arrosage des voies, peu de sécurité... Et des ouvriers toujours sur la brèche, mal payés, souvent en conflit avec le bon patriarche constructeur de mosquées...

    Paix à son âme, que maman Zongo lui pardonne.
    {comment_ads}
    Auteur

    Connaisseur Bis

    En Octobre, 2011 (23:44 PM)
    Ah oui, votre titre, dépassé !!!!!!

    Il y a un bon moment que OK n'est plus l'homme le plus riche du Faso... Après ses déboires post 98, l'homme vieillissant a fait beaucoup d'erreurs, et ses fils mis aux affaires (tiens tiens...) n'ont pas arrangé la situation, loin s'en faut...

    Entretemps, la 'famille', là aussi (tiens tiens) a fait main basse sur le pays: la belle-mère nationale, Alizeta Gando et 'le frère de l'autre', dans les cuirs et l'immobilier (mal fait) en particulier, avant tout, ainsi que des barons du parti tentaculaire, dans l'agrobusiness, notamment... Sans compter la captation de l'or et du coton, au profit d'une dizaine de familles en tout et pour tout. On se croirait (presque) au Sénégal. Juste une différence: le pays reste réputé bon gestionnaire des fonds d'aide et de coopération extérieurs. Moins gourmands et vaniteux que les élites sénégalaises, les Burkinabè ? Assurément.
    Top Banner
    Auteur

    Cratyff

    En Octobre, 2011 (03:26 AM)
    La richesse ne donne pas l'immortalité.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2022 (15:19 PM)
      C vrai Mai's tout bon entrepreneur serieux a pour soucis premiers la preservation de ses moyens humains et materiels. C l'accompagnement et le control qui font defaut. C a l'etat de veiller aux normes d'exploitation de route unite. On ne doit pas attendre la catastrophe pour reagir. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Mars

    En Octobre, 2011 (08:03 AM)
    que Dieu l'accepte dans le paradis.Amen
    {comment_ads}
    Auteur

    Okanazoe

    En Octobre, 2011 (09:20 AM)
    ke dieu laccueille dans son paradis et l'absout de tous ces peches, amine !! :up:  :up:  :up: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Burkinabéeeee

    En Octobre, 2011 (09:53 AM)
    Nul n parfè,tou l mond sr terre a eu a péché k sa soi physikma ou moralma....!lui o yeu d tous a fai +d b1 k d mal sur terre,,alor que dieu lacept Dan l paradi....!amèn R.I.P
    Top Banner
    Auteur

    Q

    En Octobre, 2011 (10:23 AM)
    Que le Tout Puissant Dieu, le Miséricordieux le Très Miséricordieux Aie pitié de son âme. Que la terre lui soit légère et l'accueille dans son Paradis. Amen
    {comment_ads}
    Auteur

    Ndoye

    En Octobre, 2011 (11:26 AM)
    que le bon dieu l'aceuil ds son paradi eternel et accept ses bienfaits ds l'islam
    {comment_ads}
    Auteur

    Bling Bling

    En Octobre, 2011 (11:31 AM)
    Il a été impliqué dans l'assassinat du journaliste Norber Zongo. Mais il n'a jamais été inquiété par la justice aux ordres de Blaise Compaoré! il fait partie du clan des prédateurs au Burkina et qui sucent quotidiennement le sang de leurs compatriotes.
    {comment_ads}
    Auteur

    Témoin

    En Octobre, 2011 (13:16 PM)
    repose en paix OK, personnellement je peux témoigner de ta bonne foi, de tes bonnes actions au Faso, et de ta générosité envers les nécéssiteux du Burkina. chaque matin durant mon séjour au burkina, je te voyais en hélicoptére visiter les constructions de la grande Mosquée du Burkina que tu as financer sur fonds propres. Dieu te récompensera incha allah.
    Top Banner
    Auteur

    Momo

    En Octobre, 2011 (14:08 PM)
    QUe le seigneur l'accueil dans son paradis
    {comment_ads}
    Auteur

    T.n.s

    En Octobre, 2011 (18:21 PM)
    que Dieu le miséricordieux l'accueille dans son paradis ,que la terre lui soit légère

    Repose en paix
    {comment_ads}
    Auteur

    Maha

    En Octobre, 2011 (02:49 AM)
    Je suis profondément attristée par cette nouvelle. J'ai connu cet grand homme et je peux confirmer qu'il était un homme de Dieu et très bon de coeur. Repose en paix papa, tu nous manqueras beaucoup.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email