Mercredi 01 Décembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Éthiopie : Le prix Nobel de la paix, Abiy Ahmed, au front contre les rebelles

Single Post
Éthiopie : Le prix Nobel de la paix, Abiy Ahmed, au front contre les rebelles
Le Premier Ministre Éthiopien Abiy Ahmed dirige depuis mardi une « une contre-offensive » des forces gouvernementales, informe Rfi. Selon la radio française, les rebelles seraient en train de menacer la capitale Addis Abeba.

Le prix Nobel de la paix 2019 ne gère plus, à cet effet, les affaires courantes. C’est le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen qui en a la charge.

Pour l’heure, personne ne sait où se trouve exactement le Premier ministre.

Et du côté des Nations Unies, le secrétaire général Antonio Guterres, en visite en Colombie, a lancé mercredi soir un "appel urgent" à un "cessez-le-feu immédiat et inconditionnel afin de sauver" le pays, après plus d'un an d'un conflit marqué par le spectre de la famine.


6 Commentaires

  1. Auteur

    Senegal

    il y a 6 jours (09:59 AM)
    Vraiment je ne comprends pas comment une "rebelliote" peut il menacer l'existence même de cette grande Éthiopie?

    Beaucoup de non dit dans ce conflit, d'où la nécessité pour beaucoup de pays faibles (militairement) d'avoir des dirigeants visionnaires et rusés face à l'occident, d'empêcher les populistes à deux balles qui gèrent avec leur émotions le destiné de nos pays.
    Top Banner
    • Auteur

      From Senegal

      il y a 6 jours (10:12 AM)
      L'Ethiopie est la 6e armée de l'Afrique et en plus elle est aguérie. Il y a effectivement beaucoup de non dits quand une armée pareille se fait balader.
      Des soupçons vont du côté de l'Egypte.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 6 jours (11:55 AM)
      Ils se font aider par les occidentaux. L'armée éthiopienne a intercepté des communications, il y a à peu près un mois, sur le front de Dessie où un des chefs rebelles disait à ses troupes que "ceux qui leur fournissent des images satellites leur disent de ne pas aller là-bas". Les rebelles se sont fait surprendre 2 fois au début de leur entrée dans la région Amhara à Debre Tabor et Debark (zones très montagneuses) où l'armée les a laissés avancer pour les attaquer par derrière. Après ces 2 dérouillés, les choses ont changé, tout fonctionne comme si les rebelles savent exactement où se trouvent les troupes éthiopiennes. Pour moi, il n'y a aucun doute, ils reçoivent le soutien au moins d'une nation occidentale vues les pression qu'ils essaient de mettre sur le gouvernement éthiopiens. Sur le front de l'Afar, les rebelles tentent depuis des mois de couper la route qui mène eu port de Djibouti mais ils n'y arrivent pas et se font à chaque défoncer, parce que le terrain est plat, impossible de jouer à cache-cache.
      J'espère que cela servira de leçon à ceux qui disent qu'on a d'autres priorités que de des satellites. Voilà à quoi peut servir un satellite, à surveiller son propre territoire. Si j'étais le gouvernent j'investirais dans les technologies de surveillance, satellite, drones pour surveiller ma frontière Est avant que l'inévitable arrive.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    il y a 6 jours (10:47 AM)
    Ils lui feront le "coup d'Idriss Déby" , il sera assassiné par les Occidentaux et on dira qu'il est mort aux combats en "Héros"!!!! AFRICA WAKE UP!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Reply

    il y a 6 jours (11:22 AM)
    Pour votre information, le Nil ne prend pas sa source en Éthiopie mais en Ouganda puis il traverse le Soudan 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 5 jours (14:10 PM)
      C'est faux. Le Nil blanc prend sa source en Ouganda (c'est même plus au Sud, on la situe dans la forêt de Nyungwe au Rwanda) mais le Nil bleu prend sa source en Ethiopie et 85% des eaux qui arrivent en Egypte viennent du Nil bleu. C'est grâce au Nil bleu que Le Nil parvient à rejoindre la Méditerranée.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 2 jours (09:19 AM)
      Merci. Il dit faux alors qu'une simple recherche sur google l'aurait permi de ne pas dire de bétise.
    {comment_ads}
    Auteur

    Guilé De Ndangalma

    il y a 6 jours (11:29 AM)
    Il faut minimiser l'implication des grandes puissances dans cette affaire, y compris la Chine. Il s'agit d'un problème politico-ethnique (la minorité tigréenne qui a longtemps dirigé le pays n'a pas accepté le rééquilibrage politico-ethnique en cours) et ils ont pris les armes. Actuellement, le seul pays qui un intérêt dans une destabilisation de l'Ethiope c'est effectivement l'Egypte qui considère la construction d'un barrage en amont du Nil comme une question de vie ou de mort. A un moment donné, elle a même fait planer l'idée d'une guerre, mais l'Ethiopie a une grande armée, aguerrie et ... n'a pas de frontière commune avec l'egyte. Donc, plus facile à dire qu'à faire. Et voilà qu'une rebellion y éclate ... cherchez qui y a alors intérêt car les rebelles à eux seuls ne peuvent pas disposer d'autant d'équipements, il y a forcément quelqu'un qui finance.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 6 jours (11:48 AM)
      Ils ont decouvert d'importants gigements de petrole dans le Tigre' et les USA sont derriere cette rebellion.
       
      D'ailleurs les US sanctionnent l'Erytree qui s'est allie' avec l'Ethiopie pour combattre les rebelles du Tigre'.
    {comment_ads}
    Auteur

    Abdoul Wahab

    il y a 5 jours (13:02 PM)
    Un prix Nobel va-t’en guerre !

    Ainsi donc le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a décidé de monter au front pour combattre la rébellion Tigréenne appuyée par celle des Oromo qui se trouve actuellement aux portes de la capitale, Addis-Abeba !

    Dire que c’est Abiy Ahmed lui-même qui a déclenché cette guerre en menant une répression féroce et sanglante contre les tigréens sous les yeux (complices ?) de la communauté internationale qui l’avait plébiscité par ce fameux Nobel. Cette passivité de la communauté internationale, qui n’est mue que par les intérêts des grandes puissances, se voit également au Yémen continuellement bombardée par la coalition menée par l’Arabie Saoudite mais aussi en Egypte avec les massacres de Al Sissi.

    De père musulman Oromo et de mère amhara, chrétienne orthodoxe, Abiy Ahmed avait suscité l’espoir d’être un homme de consensus ; mais, hélas !

    Cette situation est un revers pour la communauté internationale. C’est aussi un revers pour la diplomatie Sénégalaise car notre pays a accueilli ce fameux Abiy Ahmed en Septembre dernier avant que notre président n’aille le mois suivant à Addis-Abeba pour participer à son investiture dans un contexte de répression contre le Tigré.
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 5 jours (13:12 PM)
      En tant que dirigeant de l'Ethiopie son premier rôle est de défendre l'intégrité territoriale de son pays, pas de recevoir des prix Nobel ou d'essayer de correspondre à une certaine vision des occidentaux. Aucun pays normal n'aurait accepté qu'un groupe lourdement armé attaque des camps militaires et tue des centaines d'officiers. C'est ce qui s'est passé dans la nuit du 3 au 4 novembre 2020 et qui a déclenché l'intervention de l'armée. Je ne vois pas ce qui est va-t-en-guerre là-dedans. Il a été démocratiquement élu, il est dans son rôle, en tant que chef suprême des armées éthiopiennes. Africains réveillez-vous.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 5 jours (13:22 PM)
      Ensuite, il a été un président de consensus. Il a formé une grande coalition au sein du Prosperity Party et invité le TPLF. Ces derniers ont refusé car ils espéraient encore pouvoir tirer les ficelles du pouvoir dans l'ombre. Quand ils ont vu que c'était impossible ils ont tenté à 3 reprises de le renverser, dont un attentat à la grenade. C'est après cela qu'ils se sont retirés en Tigré, certainement pour préparer leur guerre parce que pour attaquer le Northern commandment (pratiquement l'ensemble des camps militaire du Tigré) en une nuit, il faut une longue préparation et beaucoup de soutiens (peut-être même de l'extérieur). Le TPLF justifie leur attaque en disant que c'était une attaque préventive parce que Abiy préparait une guerre contre eux mais la vérité est qu'ils rêver de revenir au pouvoir ou au moins le contrôler, depuis qu'ils ont perdu les rennes du pays en 2018. Et en cela les réformes d'Abiy, visant à casser le fédéralisme éthnique et à construire un Etat plus central, sont un obstacle. Quoiqu'il en soit c'est lui le PM élu.
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 5 jours (14:11 PM)
    Abyi ahmed n'aurait jamais dû déclencher cette guerre. Les tigréens sont des guerriers au premier sens du terme. Ils étaient une des composantes principales de l'armée éthiopienne et le tigrée abritait des nombreuses unités d'élite depuis la guerre contre le voisin erythréen

    Ce sont eux avec le futur pm le défunt mélass zénaoui qui ont renversé la dictature au début des années 90. Ils se sont installés aux postes clés jusqu'à l'avévenement de ahmed. Il aurait dû avec tact rééquilibré ethiquement le pouvoir et l'armée. Mais il a voulu brusquer les choses allant jusqu'a s'allier avec l'ennemi erythréen. Aujourd'hui il fait face aux tigréens et aux oromos. 

    Ceux qui parlent d'une implication égyptienne à cause du barrage de la renaissance il faut savoir que ce projet a été élaboré et mis en chantier par méless zénaoui un tigréen. Donc même si les tigréens retrouvaient le pouvoir il ne faut pas s'attendre à un changement de politique sur ce sujet connaissant surtout le patriotisme historique des éthiopiens.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email