Jeudi 02 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Afrique

Ils se sont montrés paranoïaques, mystiques, mégalomaniaques ou autoritaires. Portraits de dix dirigeants dans leurs œuvres.

Single Post
Ils se sont montrés paranoïaques, mystiques, mégalomaniaques ou autoritaires. Portraits de dix dirigeants dans leurs œuvres.

L’Afrique a connu des chefs d’Etat aux profils et aux personnalités les plus divers au cours de son histoire récente.

Peu ont brillé par leur intelligence politique ou leur sens du devoir et beaucoup par leurs travers.

Certains se sont particulièrement distingués par leurs comportements loufoques ou ubuesques et d’autres par leurs pratiques mégalomaniaques.

Abdoulaye Wade, l’ex du Sénégal

Bien des Sénégalais l’avouent à contrecœur, Gorgui (le vieux en wolof), leur manque. Depuis que l’ex-président officiellement âgé de 86 ans, a quitté le pouvoir en mars 2012, la vie politique sénégalaise paraît bien terne. Son successeur Macky Sall est fréquemment comparé à François Hollande, consensuel au point d’en devenir parfois ennuyeux.

 Pendant douze ans de règne, celui qui se définit en toute modestie comme «l’Africain le plus diplômé du Cap au Caire» a abreuvé les médias de déclarations plus fracassantes les unes que les autres.

Les Sénégalais aimaient à le comparer à un autre avocat d’affaires tout aussi turbulent, Nicolas Sarkozy. Mais Wade préférait se mesurer à François Mitterrand dont il avait étudié toute la carrière allant jusqu’à imiter sa gestuelle de monarque républicain.

La longue traversée du désert du natif de Jarnac avait fini par persuader Wade qu’il pourrait lui aussi arriver un jour au pouvoir, malgré son grand âge et son long exil en France, la mère patrie de son épouse Viviane.

Outre les joutes politiques, Abdoulaye Wade possède une passion dévorante: donner des leçons à tout le monde. Il assénait même des cours d’économie à des prix Nobel… d’économie.

Pourtant, le pays qu’il dirigeait n’est guère un modèle de rigueur budgétaire. Le Sénégal est l’un des pays africains qui a le plus bénéficié de l’aide au développement sans que la pauvreté ne diminue. Les diplomates étrangers ont même inventé une formule poétique pour évoquer l’argent détourné: le coefficient d’évaporation.

Si le «coefficient d’évaporation» ne dépasse pas les 15%, ils ne jugent pas nécessaire de s’inquiéter. La situation est alors jugée normale. Sous le règne d’Abdoulaye Wade le «coefficient d’évaporation» aurait eu tendance à s’envoler, au dire de nombreux diplomates, pressés de voir le très libéral Gorgui prendre sa retraite.

Symbole des errances du régime, la statue de la renaissance construite par Wade. Une «arlésienne» qui a coûté 15 milliards de francs CFA (environ 24 millions d’euros), en plus de 27 hectares de terres situées autour de l’aéroport Léopold Sédar Senghor allouées à un homme d’affaires.

Et cerise sur le gâteau: Abdoulaye Wade déclarait devoir récupérer 35% des royalties que générerait le colosse en bronze au titre de droit d’auteur. Une thèse contestée par le sculpteur Ousmane Sow.

 Prodigue avec l’argent de l’Etat, Abdoulaye Wade n’hésitait pas à distribuer les deniers publics aux marabouts, aux lutteurs et à tous ceux qui se montraient prêts à jouer les griots.

 Afin de se faire élire en 2000 Gorgui n’avait pas hésité à promettre d’inventer une machine à faire le mafé (plat sénégalais). Il avait aussi promis d’installer des TGV et des centrales nucléaires au Sénégal.

Il promettait aussi un emploi pour tous. En plaisantant, les Sénégalais affirment que les seuls jeunes avec lesquels il a tenu cette promesse sont son fils Karim et sa fille Syndiely.

La machine à mafé ? Une idée à laquelle il était sans doute le seul à croire. Mais comme il était intimement persuadé de sa supériorité intellectuelle sur le reste du peuple sénégalais, le fait d’être le seul à partager une opinion ne l’a jamais gêné.

Alors que son fils Karim est dans le collimateur de la justice, le facétieux Wade n’hésite pas à avouer qu’il a donné de l’argent à son héritier. Mais Wade ajoute aussi qu’il en a beaucoup donné à…Macky Sall, son successeur à la tête de l’Etat et celui qu’il suspecte de vouloir jeter son fils en prison. 

Malgré sa défaite cuisante de mars 2012, Wade n’est pas décidé à prendre sa retraite. A ceux qui le disent à l’article de la mort, il répond tout de go: «Je vous enterrerai tous».

Il dirigeait toujours le PDS (Parti démocratique sénégalais) lors des législatives de juillet 2012. A cette occasion, le fondateur du PDS avait fustigé l’un des ses ex lieutenants, l’accusant d’avoir «importé» des albinos du Mali afin de procéder à des sacrifices humains.

Selon Wade, son ex-lieutenant comptait ainsi gagner les législatives. On vous le dit, avec maître Wade, l’ennui ne guette jamais.

 

Sani Abacha, le «big brother» gendarme de l’Afrique de l’Ouest

Le président Sani Abacha qui a dirigé le Nigeria de 1993 à 1998 aura marqué son pays et toute l’Afrique de l’ouest par sa tyrannie et son pouvoir hégémonique. Dès son accession au pouvoir, il a fait substituer les institutions démocratiques par un gouvernement militaire et beaucoup de fonctionnaires civils par des militaires.

 

Son gouvernement était un savant dosage de militaires - pour la plupart des généraux - et d’officiers supérieurs de la police. Ce professionnel des coups d’Etat et compagnon de longue date de son prédécesseur au pouvoir Ibrahim Babangida était un obsédé du contrôle des institutions de l’Etat et des citoyens. Jamais les fameux services de renseignement nigérians dénommés « SSS » (State Security Services) n’auront été aussi actifs que sous son règne.

Sani Abacha a fait de la presse, son ennemi public numéro 1. Le patron de Tell Magazine, Onome Osifo-Whiskey en sait quelque chose. Lui qui était obligé de changer de planque continuellement pour fuir les hommes de Sani Abacha et qui a effectué plusieurs séjours en prison.

Le respect des droits de l’homme n’a jamais été la tasse de thé du «big brother». Abacha a laissé mourir en prison, Moshood Abiola, le vainqueur de la présidentielle de 1993 à la suite de l’annulation de laquelle il a pris le pouvoir. Abacha a aussi jeté en prison l’ex-président et général Olusegun Obasanjo qui, selon des sources dignes de foi, n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention de plusieurs chefs d’Etat africains dont le président Mathieu Kérékou du Bénin.

En 1995, le dictateur aux lunettes noires a fait pendre l’écrivain Ken Saro Wiwa et ses compagnons militants Ogoni des droits de l’homme. Serge Félix N’Piénikoua, journaliste béninois, raconte à quel point Sani Abacha était paranoïaque:

    «Lors d’un sommet de la Cedeao à Cotonou, les services de sécurité de Sani Abacha qui transportaient de gros bagages contenant des armes avaient refusé tout contrôle à l’aéroport de Cotonou. Ils ne se gênaient d’ailleurs pas pour bousculer la garde rapprochée du président Mathieu Kérékou dans le but d’assurer la sécurité de leur président. Et pendant le sommet qui se tenait dans la salle de conférence de l’hôtel Plm Alédjo à Cotonou, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Théophile N’Dah, avait imprudemment appuyé sur un interrupteur qui avait coupé la lumière et plongé toute la salle dans l’obscurité. Le temps de le rallumer l’électricité, quelle n’avait pas été la surprise de tous les participants de constater quand la lumière fut remise que la garde rapprochée de Sani Abacha braquait déjà de gros engins de mort sur toute l’assistance, des armes qu’on avait jamais vues».

Ennemi juré des Etats-Unis d’Amérique, beaucoup pensent que la mort de Sani Abacha est à mettre sur le compte de services de renseignements de pays occidentaux qui auraient infiltré ses services: une femme l’aurait empoisonné la veille d’un sommet de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Alors que ses services de sécurité étaient déjà en place et qu’on l’attendait à Ouagadougou, l’annonce de sa mort le 8 juin 1998 avait, en effet, surpris plus d’un. Officiellement, il s’est agi d’une crise cardiaque mais selon le célèbre magazine nigérian Newswatch, il s’agirait plutôt d’un excès de Viagra trafiqué alors que le dictateur était en plein ébat avec des prostituées libanaises. Mais pour son épouse, «son mari a été tué par ses meilleurs amis».

L’un des grands mérites de ce dirigeant du Nigeria que l’histoire retiendra, au-delà de ses méthodes brutales et dictatoriales, aura été de restaurer la démocratie en Sierra Leone. A la suite du coup d’Etat du 25 mai 1997 dirigé par le lieutenant-colonel Johnny Paul Koroma contre le président démocratiquement élu Ahmad Tejan Kabbah, Sani Abacha avait envoyé des troupes nigérianes pour chasser les usurpateurs du pouvoir et réinstaller Ahmad Tejan Kabbah le 10 mars 1998.


 
Jean-Bedel Bokassa, l’ubuesque empereur de Centrafrique


Jean-Bedel Bokassa a terminé sa carrière avec le grade de capitaine dans l’armée coloniale française. Après les bons et loyaux services rendus à la France pendant la seconde guerre mondiale et les guerres coloniales en Indochine et en Algérie, il a choisi de rentrer dans son pays.

Le militaire, destiné dans sa jeunesse à devenir prêtre, avant que le destin n’en décide autrement, ne pouvait pas mieux tomber. Surtout quand on sait que le président de la jeune République de Centrafrique n’était alors autre que son propre cousin David Dacko.

Jean-Bedel Bokassa se voit ainsi confier par ce dernier l’organisation de l’armée et promouvoir au grade de colonel, puis à celui de chef d’Etat-major. Profitant d’une tentative de coup d’Etat qu’il était censé déjouer, il renversera le président David Dacko et s’empare du pouvoir le 31 décembre 1965.

Dès lors, celui que le général Charles de Gaulle traitait de «soudard» va se conférer la présidence à vie. Il se convertit à l’islam sous le nom de Salah Eddine Ahmed Bokassa pour s’attirer les faveurs et le soutien financier de Mouammar Kadhafi.

L’ancien «soudard» de la coloniale désormais à la tête de son pays n’a pas d’autre rêve que d’être à l’image de son idole, à savoir l’empereur Napoléon Bonaparte.

C’est dans ce contexte qu’il organisera son couronnement avec la participation du gotha politique et artistique français de l’époque. Mais contre toute attente, aucun chef d’Etat africain ne sera au rendez-vous.

Idi Amin Dada, le paranoïaque d’Ouganda

L’ancien cuisinier et laveur de linge devenu soldat et président d’Ouganda après son coup d’Etat du 25 janvier 1971 fait partie des chefs d’Etat de sinistre mémoire en Afrique.

Idi Amin Dada n’a pas été qu’un inculte, ubuesque et sanguinaire chef d’Etat. Il a fait pourchasser et exterminer tous ceux qui étaient supposés représenter une menace à son régime et une bonne partie des intellectuels.

De nombreux témoignages concordant attestent qu’il était adepte de certaines pratiques de sorcellerie. Sa mère ayant été une grande initiée et prêtresse de la famille royale Bouganda. Mais il est probable que les rumeurs de cannibalisme à son sujet aient été un peu exagérées.

La folie d’Idi Amin Dada ne s’arrête pas à sa décision de rester président à vie ou de s’octroyer le grade de maréchal dès 1975. Il va multiplier les frasques.

Au cours du sommet de la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA) sur les cendres desquelles l’Union africaine est née, il fait organiser plusieurs événements burlesques.

Il s’agit, entre autres, d’une course automobile pendant laquelle il conduit une Citroën SM avec un moteur Maserati, une manœuvre militaire dirigée par lui-même pour simuler une attaque contre l’Afrique du Sud, tout comme il exposera plus tard, à grand renfort médiatique, son fameux plan de reconquête du plateau du Golan occupé par Israël.

Il n’a pas hésité à se faire balader sur une chaise portée par des hommes d’affaires occidentaux dans les rues de Kampala ou à expulser des milliers d’Indo-Pakistanais de son pays.

Le tyran de Kampala finit par sombrer dans un état psychologique inquiétant aussi bien pour son entourage que pour les partenaires étrangers.

Quand la Grande Bretagne a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l’Ouganda, Idi Amin Dada dira qu’il a vaincu les Britanniques. Et de se déclarer «roi d’Ecosse» et «Conquérant de l’Empire britannique».

Avant sa chute, le 11 avril 1979, son exil ensuite à Djeddah en Arabie saoudite par charité islamique, et son décès, le 16 août 2003, il se faisait appeler:

    «Son Excellence, le président à vie, maréchal Alhadji docteur Idi Amin Dada, titulaire de la Victoria Cross, DSO, titulaire de la Military Cross et Conquérant de l’Empire britannique».

Mouammar Kadhafi, mégalomane de Libye


L’ex-président de la Libye, Mouammar Kadhafi, restera pendant longtemps encore dans la mémoire des Africains. Il aura marqué l’histoire contemporaine du continent depuis le coup d’Etat qui le porta au pouvoir en 1969.

Non pas seulement à cause de la fin tragique, le 20 octobre 2011, de celui qui traitait ses ennemis de rats. Mais aussi et surtout à cause de sa folie des grandeurs et de sa suffisance.

Pendant tout son règne, Mouammar Kadhafi ne s’est autorisé qu’une seule limite à ne pas franchir, à savoir celle de s’autoproclamer comme le seul et légitime représentant de Dieu sur terre.

Autoproclamé «leader» et «guide» des Libyens, Mouammar Kadhafi avait construit sa propre théorie de développement sur la base de laquelle il voulait voir son peuple évoluer: elle était consigné dans le fameux Livre vert.

Il s’est fait couronner «Roi des rois» africains. Et il a tout fait, sans succès, pour devenir le «président» des Etats-Unis d’Afrique. Une première étape qui devait lui permettre de faire valoir son ambition future de devenir le «maître» du monde.

En fin de compte, Mouammar Kadhafi n’aura été que le «maître» de l’Afrique noire à quelques exceptions près, distribuant prébendes par-ci et suscitant des conflits par-là pour tenir en laisse les chefs d’Etat récalcitrants.

Il se payera aussi la tête des grandes puissances occidentales en fomentant des attentats pour, par la suite, leur payer des dédommagements. L’homme était connu pour se déplacer toujours avec une armée de femmes gardes du corps et son inséparable tente de Bédouin.

Il a poussé la provocation jusque dans la capitale française où il a planté sa tente dans le parc de l’hôtel Marigny, à côté de l’Elysée, au cours de sa visite officielle sous la présidence de Nicolas Sarkozy.


Yahya Jammeh, le marabout-guérisseur de Gambie

Les obligations de président de la République de Gambie ne semblent pas suffire à Yahya Jammeh.

Depuis 1994 qu’il a chassé Daouda Jawara du pouvoir à la suite d’un coup d’Etat, le jeune lieutenant s’est littéralement métamorphosé.
L’homme qui affectionne maintenant de parader avec de grands boubous africains et une baguette magique en main s’est depuis quelque temps adjoint une nouvelle vocation quasi messianique: marabout de Gambie et grand guérisseur devant l’éternel des maladies les plus incurables, y compris du Sida.

Le comble, il présente de soi-disant séropositifs qui auraient été guéris par ses soins. Sans s’émouvoir devant l’ire des représentants des institutions de l’ONU quant à ses prétendus remèdes contre la pandémie.

Plutôt que de s’occuper des vrais problèmes de ses compatriotes, le chef de l’Etat gambien n’a de cesse de multiplier des frasques.


Seyni Kountché, le cerveau gonflable du Niger


Seyni Kountché a accédé au pouvoir le 15 avril 1974 par un coup d’Etat consécutif à une longue période d’instabilité sociopolitique. Laquelle avait mis le régime du président Diori Hamani sur la sellette, aggravée par une grande sécheresse.

Une fois au pouvoir, des tentatives infructueuses de putsch vont se multiplier. Il s’agit notamment de celles du commandant Bayere Moussa, en 1975, d’Ahmed Moudour en 1976, de son marabout Bonkano en 1983. Sans compter le soutien de Mouammar Kadhafi aux rebelles touaregs contre son régime.

Face à cette situation, le régime du président Seyni Kountché va se durcir. Avec à la clé, la mise en place d’un service de renseignement puissant. Il veut que rien ne lui échappe.

Et pour cause, il concentre entre ses mains les principales institutions, ce qui lui permet de contrôler la situation dans le pays, jsque dans les moindres détails. En l’occurrence, la présidence de la République, le ministère de la Défense et le ministère de l’Intérieur.

Seyni Kountché veut être au courant de tout dans le pays, et il possède une mémoire d’éléphant. Tout lui est rapporté et il suit tout de près, jusqu’au petit détail.

Jusqu’à son décès le 10 novembre 1987 à l’hôpital de La Pitié Salpetrière à Paris, il réussira en garder totalement la main sur le pays.

Robert Mugabe, le fou du pouvoir du Zimbabwe

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a joué un rôle majeur dans l’indépendance de son pays (ex-Rhodésie du Sud).

A telle enseigne qu’il en est souvent considéré à tort ou à raison comme le père de l’indépendance.

Après de longues et dures années de lutte politique et de guérilla contre le régime blanc de Rhodésie du Sud, il est arrivé à la tête de l’Etat en 1987.

Tout comme il a longtemps joué sur l’opposition entre son ethnie (les Shonas) et celle de ses adversaires (les Ndébélés), il en fera de même en opposant les Zimbabwéens blancs aux noirs.

Et il a l’art d’utiliser le communautarisme comme mode de gouvernement et de conservation du pouvoir. Un pouvoir qu’il n’entend pas quitter tant qu’il est encore en vie.

Le dernier épisode en date reste les élections législatives et la présidentielle de 2008.

Alors qu’il pouvait s’offrir une sortie historique du pouvoir et une retraite paisible, il a décidé de briguer un sixième mandat dans un contexte de grave crise économique et de tension sociopolitique.

Son stratagème: une réforme agraire qui consiste à arracher purement et simplement des terres aux blancs pour les donner aux noirs.

Mais mal lui en a pris. Cette fois-là, le surf sur les oppositions communautaristes ne marche pas face à son ex-ministre des Finances Morgan Tsvangirai, lequel a crée son propre parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

Ce dernier rafle les sièges au Parlement et gagne la présidentielle dont le résultat ne sera pas proclamé avec les 50,3% des voix qu'il a obtenus.

Conséquence: il s’en est suivi des violences postélectorales meurtrières, à caractère ethnique, contre les militants et sympathisants de Morgan Tsvangirai.

Ce qui a obligé la communauté internationale à intervenir, à travers l’ONU, pour imposer une transition bancale qui a maintenu Robert Mugabe à la tête de l’Etat et fait de Morgan Tsvangirai son Premier ministre.

Mais, même au bout de cette transition, rien ne dit a priori que le fou du pouvoir du Zimbabwe le quittera demain s’il était encore battu lors des prochaines échéances.


Moussa Traoré, la marionnette de Bamako

Moussa Traoré faisait partie des militaires qui ont renversé le régime du président Modibo Keïta, le 19 novembre 1968.

Aussitôt parvenu au pouvoir, il a mis en place un régime dictatorial au sein duquel les services de renseignement espionnaient tout le monde, y compris des lycéens.

L’arrestation et la détention de Modibo Keïta jusqu’à sa mort dans des conditions fort suspectes, en mai 1977, n’est pas sans susciter des remous dans le pays. Mais passé cet orage, le pouvoir autocratique du général Moussa Traoré s’enracine profondément.

Il faudra attendre la fin des années 1990, à la faveur des changements sociopolitiques de la fin des années 1980 pour voir de nouvelles protestations pro-démocratiques aussi fortes au Mali.

Les 20 et 21 janvier 1991, l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), parti au pouvoir, est ébranlé.

Plusieurs mouvements, en l’occurrence l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma), le Comité national d’initiatives démocratiques (CNID), l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), l’Association des diplômés initiateurs et demandeurs d’emplois (Adide) marchent à Bamako et dans plusieurs villes du pays.

On peut lire dans l’un des documents de l’Adéma:

    «Divers dans ses opinions et croyances, multiples dans ses inspirations politiques et idéologiques, mais unifiés dans ses revendications de libertés publiques et individuelles, le mouvement en cours proclame les vertus de la démocratie pluraliste et réclame l’instauration du multipartisme au Mali.»

Le régime désemparé face à la soudaineté et la détermination des manifestations de contestation est partagé en les faucons et les colombes.

Au plus fort de la crise, alors que Moussa Traoré voulait lâcher du lest, son épouse le lui aurait fermement déconseillé avec l’aile la plus dure de l’armée. Au point de lui demander s’il est un «fils de mâle» ou non.

Sous l’instigation de Mariam Traoré, il choisit le camp de l’aile dure et de répondre par la force.

Les manifestations des 22, 23 et 24 mars auxquelles l’armée réplique en tirant à vue sur les manifestants constituent des événements sans précédent dans l’histoire de toute l’Afrique de l’ouest. Pendant la seule journée du 22 mars, plus d’une centaine de personnes sont tuées.

Le 24 mars, les Africains de France signent une pétition contre cette boucherie humaine. Ainsi écrivent-ils dans le Manifeste africain pour le Mali:

    «Africains résidant en Europe, venus de tous les horizons de notre continent, solidaires dans la diversité de nos cultures, nous tenons à exprimer de la manière la plus vigoureuse notre horreur mais aussi notre honte devant une telle infamie délibérée, sans précédent».

A Bamako, ils sont légion à penser que la réaction du pouvoir devant la crise n’a pas pu émaner directement du chef de l’Etat, mais plutôt de son épouse.

La sanglante répression des manifestations pro-démocratiques de Bamako vont précipiter sa destitution, le 26 mars 1991, par Amadou Toumani Touré, qui conduira la transition démocratique du pays.
 

Mswati III, le roi qui se comporte en monarque absolu

Le prince Makhosetive Dlamini devenu roi du petit pays d’un million d’habitants qu’est le Swaziland sous le nom de Mswati III est manifestement un personnage ubuesque. Né le 19 avril 1968, il avait 14 ans quand son père est décédé. Il lui a donc fallu achever ses études avant d’accéder au pouvoir selon les us et coutumes du pays le 25 avril 1986. En dépit de son éducation, Mswati III dirige son pays en monarque absolu.

Mswati III choisit ainsi des jeunes filles vierges pour agrandir son harem chaque fois que l’envie lui prend et compte maintenant plus de 13 femmes. Tandis que près de la moitié de son peuple est touché par le Sida, il continue de refuser l’utilisation du préservatif. De même, pendant que la majorité de son peuple vit dans le dénuement le plus total, certaines de ses épouses vont faire leur shoping à Dubaï et à Londres. A en croire le Programme alimentaire mondial (Pam), un tiers des Swazis ont besoin d’aide alimentaire. Pourtant, le roi ne se prive de rien. A l’occasion de son 40ème anniversaire qui coïncidait avec l’indépendance du pays– Mswati III a maintenant 44 ans -, il s’était fait livrer dans son palais 41 BMW. En 2012,  lors de son anniversaire, il s’est vu offrir entre autres cadeaux, un jet. Cadeau de mystérieux donateurs tenant à garder l’anonymat, selon la BBC.

Au Swaziland, c’est le roi qui possède les terres les plus fertiles et le plus grand nombre de vaches. Il peut puiser sans réel contrôle dans les caisses de l’Etat aussi. Le magazine Forbes le classe au 15ème rang des fortunes royales du monde. Sa fortune est estimée à plus de 100 millions de dollars.

Seneweb.com et Slateafrique


liiiiiiiaffaire_de_malade

55 Commentaires

  1. Auteur

    Paul Sapiens

    En Décembre, 2012 (16:59 PM)
    Pourquoi les femmes africaines de nos jours sont mauvaises ?

    Facebook :

    Il est fréquent de voir sur des profils facebook : Awa Bou Serigne Babacar, Daba bou Serigne Fallou, Ndeye Dabakh etc… et sur leurs photos voir des pathials, greffages, piercing, dioumbakh out etc… les voir aimer le Coran, Allahou Akbar etc... N’est ce pas un signe d’hypocrisie envers l’Islam car tous ces artifices cites sont bannis par l’Islam ?

    Mariages :

    Environ une centaine de cas de divorces passent sur la table du procureur au Tribunal de Dakar toutes les semaines :

    Causes apparentes : incompatibilité d’humeur, selon moi désillusion car beaucoup de nos femmes se marient que pour du fric lors des fiançailles les hommes les gâtent avec des cadeaux et une fois le mariage scelle et que l’homme commence a savoir la vraie nature de sa femme et que cette dernière découvre son veritable homme la méfiance s’installe et comme les femmes africaines trouvent souvent un refuge dans la religion en disant a leur mari : L’Islam dit que c’est l’homme qui doit prendre intégralement sa femme en charge, les querelles commencent. Les hommes répondent aux femmes : Toi tu ne pries pas, tu ne sais même pas faire les ablutions et tu me parles de l’Islam ?

    Causes profondes : les longs fiançailles, le libertinage, la fornication : c’est devenu une habitude que nos sœurs qui sont a l’étranger quittent un état ou pays pour un autre pour retrouver un petit copain pour un weekend ou des vacances. Ils partagent la même chambre et le même lit comme si ils étaient lies par les liens du mariage. Chacun découvre l’autre et entre copains ou copines on se vante de ses vacances de ses performances au lit. Ensuite, vient la trahison ou parfois un mariage qui aboutit le plus souvent a un divorce car la femme a sa calculatrice et se dit tout le temps dans 5ans le salaire de mon mari passera de 250.000fr a 2.000.000fr, comme il me prend en charge j’aurai des économies de N, je bâtirais ma maison a moi etc... Au finish, RIEN. La promotion du mari tarde, la femme est pressée de réaliser son objectif, elle n’a pas le temps de faire ou de s’occuper d’enfants, le mari dort au salon, et les querelles commencent.

    AMERIQUE DU NORD OU APOGEE DE LA GANGRAINE FEMININE

    Ici, la femme africaine a un objectif et un seul. Faire le vide autour de son mari pour mieux l’exploiter. Sur mes sept amis qui ont immigre en Amérique du Nord, un seul se voit en parfaite entente avec sa femme, trois sont divorces et dorent dans des chambres sous louées alors qu’ils avaient des maisons qu’ils payent chères, les trois autres sont assis sur des poudrières après avoir entretenu, aide et honore leurs femmes.

    J’ose espérer que la femme africaine tant chantée par nos poètes n’est pas en voie de disparition

    • Auteur

      Macky Doutoussssss

      En Décembre, 2012 (19:18 PM)
      seneweb baayyileen fen si abdoulaay waad !

      la propagande mensongere de seneweb contre wade continue !

      wade est venue au pouvoir par les urnes et en est repartie par les urnes ! wade a ete le plus democrate de tous nos presidents !
  2. Auteur

    Sall

    En Décembre, 2012 (17:00 PM)
    serigne mansour yalla na yalla yokk leramm
    Auteur

    Rim

    En Décembre, 2012 (17:12 PM)
    ould taya le sanguinaire
    Auteur

    Deug

    En Décembre, 2012 (17:17 PM)
    Macky sera le onzième
    Auteur

    Faac

    En Décembre, 2012 (17:19 PM)
    L'article est incomplet. Sont omis Ould Taya de la Mauritanie, Sekou Toure de la Guinee, Blaise Compaore de la Haute Volta (Burkina Faso, l'actuel president de la Guinne et l'ancien pdt de la CI (en prison en Hollande). Il ft aussi ajouter Kerekou du Benin, du Zairois (mort au Maroc) et du Togolais Yagnigbe Ayadema. Il y en a d'autres ... completez svp.
    • Auteur

      Faac

      En Décembre, 2012 (17:24 PM)
      suite.
      ajoutez moussa traore du mali, les tolbert et williams, et samuel doe du liberia. siat barre de la somalie, les hailes de l'ethiopie. les burundais et rwandais anciens et presents. la liste continue.
    Auteur

    Deug

    En Décembre, 2012 (17:25 PM)
    en tout cas jusqu'a present les evenements prouvent que KHADAFI etait un tres bon dirigeant pour son pays. depuis sa mort la lybie se cherche violemment et recule dangereusement vers les tenebres des annees avant khadafi.
    • Auteur

      Ggg

      En Décembre, 2012 (17:38 PM)
      le site électronique "ara el houra" (libre opinion) rapporte que pour lutter contre le célibat des femmes, devenue un véritable phénomène social, "qui risque de briser bien des valeurs" selon des notables de la tribu, ces derniers ont pris l'initiative de consacrer le principe de la polygamie.



      la décision aurait été prise lors d’une réunion tribale qui s’est tenue il y a quelques jours à nouakchott. les notabilités de cette importante fraction auraient d’abord posé le récurrent problème du célibat auquel sont confrontées les femmes, faisant ressortir le "danger d’une telle situation" sur la société avant de proposer des solutions.

      après un débat houleux, l’écrasante majorité a fini par proposer comme solution l’adoption du principe de la polygamie. ainsi, tout mariage au sein de la fraction tribale sera soumise aux conditions suivantes : une dote minimale de 60.000 um avec un maximum qui ne devra guère dépasser 100.000 um.

      cette décision aurait créé un véritable tollé au sein des femmes qui ne se sont pas faites à l’idée qu’elles devront éventuellement, dorénavant partager leur mari avec une ou plusieurs autres femmes. au final, selon le site qui rapporte l’information, elles se seraient rendues à l’évidence, et auraient accepté le verdict de la communauté.
    Auteur

    Ddd

    En Décembre, 2012 (17:38 PM)
    Le site électronique "Ara El Houra" (libre opinion) rapporte que pour lutter contre le célibat des femmes, devenue un véritable phénomène social, "qui risque de briser bien des valeurs" selon des notables de la tribu, ces derniers ont pris l'initiative de consacrer le principe de la polygamie.







    La décision aurait été prise lors d’une réunion tribale qui s’est tenue il y a quelques jours à Nouakchott. Les notabilités de cette importante fraction auraient d’abord posé le récurrent problème du célibat auquel sont confrontées les femmes, faisant ressortir le "danger d’une telle situation" sur la société avant de proposer des solutions.



    Après un débat houleux, l’écrasante majorité a fini par proposer comme solution l’adoption du principe de la polygamie. Ainsi, tout mariage au sein de la fraction tribale sera soumise aux conditions suivantes : une dote minimale de 60.000 UM avec un maximum qui ne devra guère dépasser 100.000 UM.



    Cette décision aurait créé un véritable tollé au sein des femmes qui ne se sont pas faites à l’idée qu’elles devront éventuellement, dorénavant partager leur mari avec une ou plusieurs autres femmes. Au final, selon le site qui rapporte l’information, elles se seraient rendues à l’évidence, et auraient accepté le verdict de la communauté.

    Auteur

    Wadistee Bi

    En Décembre, 2012 (17:42 PM)
    Cet article est vraiment moribond..Wade n'a pas etais le meilleur president , mais sa place n'est pas ici quand meme .

    Auteur

    Indy

    En Décembre, 2012 (17:43 PM)
    Je fustigeais cet article il y a quelques jours sur dakaractu.com. Il n'est pas normal que Wade soit sur cette liste! De qui se moque-t-on? On peut reprocher a Wade des fautes de gestion mais pas d'avoir ete un dictateur. Comment peut-on comparer quelqu'un qui a lutte pendant des dizaines d'annees pour la victoire de la democratie ,et qui a accede au pouvoir par les urnes, a des sanguinaires qui ont tue pour obtenir le pouvoir et s'y maintenir? Senegalais, on peut etre contre nos anciens presidents mais force est de reconnaitre qu'ils sont des modeles en Afrique. Soyons nationalistes sans etre chauvins et defendons ceux qui ont incarne nos institutions et qui n'ont pas pas jusqu'a present ete condamnes pour haute trahison.
    Auteur

    Diak

    En Décembre, 2012 (17:49 PM)
    En tout cas wade a bon dos. En quelques années il a réalisé ce qu'aucun autre président sénégalais n'a pu faire en 40 ans. Mais les journalistes et les politiciens ont fini par convaincre les sénégalais que wade est un voleur, un incompétent et un dictateur. Cette manipulation a marché puisqu'il a été battu aux élections. C'est ça le drame de l'afrique en général. On condamne celui qui veut moderniser et on acclame celui qui ne fait rien. Senghore n'a rien réalisé pour le sénégal à part des poèmes et des discours. Diouf n'a fait que gérer au jour le jour. Mais aujourd'hui ce sont ces deux là qu'on acclame et qu'on prend comme modèle. Sarkozy avait vraiment raison dans son discours de Dakar, même si les africains se sont senti offensés. Mais au moins Sarkozy a le mérite de dire tout haut ce que les monde entier pensent en secret à propos de nous les africain
    Auteur

    Boy Kebemer

    En Décembre, 2012 (17:53 PM)
    En ce qui concerne wade vous avez omis l'assassinat de Maitre seye en 1993 quand il etait à l'opposition,une malettes d'argent d'une valeur de 300.000euros,son fameux wax waxeet,et surtout c'est le vieux bandit de kebemer qui a l'instigateur de la violence dans l'arene politique senegalaise.
    Auteur

    Abdoulaye Ka

    En Décembre, 2012 (17:54 PM)
    C est ahurissant et malhonnete de comparer wade a des dictateurs et tyrans.J ai peur pour mon pays car la desinformation a atteint un niveau tellement eleve que le senegalais lamda ne sait plus a qui croire.wade est un monument non seulement pour nous senegalais mais aussi l afrique toute entiere.
    • Auteur

      Vrai Ou Faux?

      En Décembre, 2012 (18:19 PM)
      "symbole des errances du régime, la statue de la renaissance construite par wade. une «arlésienne» qui a coûté 15 milliards de francs cfa (environ 24 millions d’euros), en plus de 27 hectares de terres situées autour de l’aéroport léopold sédar senghor allouées à un homme d’affaires.

      et cerise sur le gâteau: abdoulaye wade déclarait devoir récupérer 35% des royalties que générerait le colosse en bronze au titre de droit d’auteur. "
      " prodigue avec l’argent de l’etat, abdoulaye wade n’hésitait pas à distribuer les deniers publics aux marabouts, aux lutteurs et à tous ceux qui se montraient prêts à jouer les griots."

      vrai ou faux?
    Auteur

    Pere Noél Fantomas Ne Mank Po

    En Décembre, 2012 (17:57 PM)
    pere noél fantomas MAITRE CLEPTOMANE ne nous manque pas ! :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  arreteeeez de nous tympaniser  :haha:  :haha:  :haha:  le vieux cleptomane ne nous manque point ! :haha:  :haha:  à chaque fois kil ouvrait clapet ,,,,,on se disait kel connerie est ce vieux grabataire allé nous servirrr encore ??? :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  parléééeeez nous de noél ki se prépare  :love:  :love:  :love:  adieu fantomas et sans regret  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
    Auteur

    Afrikanos

    En Décembre, 2012 (18:00 PM)
    C déplacé et ridicule de mettre Adoulaye Wade au même pieds d'egalite que ces dictateurs .

    C sûrement commandité .
    Auteur

    Caporal Chef Diedhiou

    En Décembre, 2012 (18:00 PM)
    Kwame Nkrumah,Sekou Toure,Amilcar Cabral,Leo.S.Senghor,

    Thomas Sankara,Nelson Mandela,Mouhamar El Khaddhafi,ces

    gens parmi les presidents africains les plus intelligents et les

    plus amoureux de l 'afrique.Maintenant les moins intelligents

    qui se prennent surdoues:Bokassa,Idi Amin Dada,Yayah

    Djameh,Abdoulaye Wade,Blaise Compaore,Dadis Camara,

    Tandian,etc font partis de presidents les plus idiots qui se

    croient plus intelligents que les autres.L'idiot ne sait pas qu'il

    est idiot,au contraire il croit surdoue ou trop intelligent.Cette

    liste de presidents,seuls les cretins malhonnetes ont leur

    nostalgie.Ils sont nuisibles au developpement de l'Afrique.

     :sn:  :up: 
    Auteur

    Mdrrr

    En Décembre, 2012 (18:07 PM)
    «Son Excellence, le président à vie, maréchal Alhadji docteur Idi Amin Dada, titulaire de la Victoria Cross, DSO, titulaire de la Military Cross et Conquérant de l’Empire britannique».



    haaaahhhhhhhhhhhh!!! je me suis trop marrer... le pouvoir rend vraiment fouuuu!!! :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
    Auteur

    Se

    En Décembre, 2012 (18:11 PM)
    vous ètes con de mettre wade au mème pièd d sè dictateur
    Auteur

    Diopsy

    En Décembre, 2012 (18:11 PM)
    c''est nul cet article, je n'ai pas aimé la politique de wade, mais le mettre dans ce lot, c'est trop. Sani Abacha, Bokassa, Idi min Dada , Khadafi, Seyni Kountché, les comparaîte à Wade, arréter de déconner.Même les européens ont reconu que Wade est un grand démocratique, qui osait critiquer Sani Abacha, Bokassa, Idi min Dada , Khadafi, ou Seyni Kountché. Le lendemain matin tu es mort.Regarder à quel niveau wade a amené la démocratie au sénégal. L'Afrique n'a jamais connu, un président aussi démocrate que Wade. La personne qui a écrit cet article est méchant.
    Auteur

    Sis

    En Décembre, 2012 (18:20 PM)
    Tellement pathétique et pitoyable , ce n'est pas la place de Wade. La haine envers lui vous aveuglera.

    Tchim, j'ai honte pour vous.
    Auteur

    Keks

    En Décembre, 2012 (18:22 PM)
    Voila un article nul et sans fondement comment mettre WADE a cote de ces presidents sanguinaires.Comparaitre WADE a ces derniers revient a sous estime tout le travail qu il a fait pendant plus de 35 ans .
    Auteur

    Pepes

    En Décembre, 2012 (18:23 PM)
    ARTICLE IGNOBLE ET MENSONGER SUR LE CAS WADE...UNE PIECE MINABLE DANS LE COMPLOT DU LOBBY FRANçIS DONT LES INTERETS ONT ETE BOUSCULES PAR WADE .ON REPROCHE A WADE D'AVOIR DIVERSIFIE NOS PARTENAIRES ET D'AVOIR CONSIDRABLEMENT REDUIT LA PRESENCE MILITAIRE DE L'ANCIEN COLONISATEUR DANS CE PAYS!on a alors mobilise des medias minables genre france 24 et quelques plumitifs africains pour presenter le SENEGAL comme une republique bananiere et son president comme un dictateur megalo qui a échoué en tout...seulement voila,les faits sont là pour réfuter ces mensonges!L'evolution socio-économique du pays et les éloges qui ne tarissent pas sur la consolidation de la démocratie dans ce pays forcent le respect y compris de certains des comploteurs occidentaux.la pauvreté a reculé de 69à 59%,les indicateurs sociaux ont presque tous évolué positivement.les statistiques sont là!CERTES LE Senegal connait des difficultés dans le contexte actuel d'une crise mondiale dont les pays riches ne sont pas exempts...mais nous refusons les pretentions de ceux qui essaient de détruire l'image de ce pays,de cette démocratie citée en examlpe dans le monde!LA CAMPAGNE éLECTORALE EST DERRIéRE NOUS,TOURNONS LA PAGE ET CESSONS CE JEU DE MASSACRE RIDICULE!Il ne méne à rien sauf au mensonge!
    Auteur

    Allo Stop

    En Décembre, 2012 (18:36 PM)
    Article nul et nullissime. je suis contre wade mais sa place n'est pas là car sa gentillesse, son ouverture d'esprit a transformé des moins que rien en des Rien aujourd'hui. Article nul et malhonnête que nous lisons en souriant pour passer le temps.
    Auteur

    Sis

    En Décembre, 2012 (18:38 PM)
    Rien qu'a lire l'article on s rend compte qu'il a été écrit pour dénigrer Wade et le reste c'était de l'habillage ils nous apprennent rien. Me Wade n'a pas été le meilleur président mais il ne mérite pas cet acharnement. Du courage Wade il n'y a que les pseudos journalistes de Senefen qui pensent ce kil y a écrit sur ce torchon.

    Je l'imprime et je me torche avec.
    Auteur

    Indy

    En Décembre, 2012 (18:54 PM)
    Avant de commencer de commenter les articles sur seneweb, je voyais certains se plaindre d'etre censures par seneweb dans leurs commentaires. Je me rends compte qu'ils avaient raison! Pourquoi avez-vous supprime mon commentaire? Je n'ose pas penser que c'est parce que j'ai ete le premier a dire que Wade n'avait pas sa place dans cette liste? Je le repete (comme je l'ai fait losrque cet article a ete publie sur dakaractu il y a quelques jours) cet article ne devait meme pas etre repris par nos organes de presse qui doivent plutot s'en offusquer. On ne doit pas accepter que l'on traine a tort les gens qui ont represente nos institutions dans la boue. On peut reprocher a Wade des fautes de gestion (comme a Diouf et Senghor) mais il n'a rien a voir avec des dictateurs averes qui ont verse du sang pour arriver au pouvoir et s'y maintenir. Seriez-vous devenus moutons de panurge, Seneweb? Vous vous plaignez souvent dans votre metier d'etre victimes de censure et n'acceptez pas d'etre museles et voila que vous voulez faire taire vos lecteurs-commentateurs car vous ne cherchez que la polemique en discreditant notre ancien chef d'Etat.
    Auteur

    Ould Taya

    En Décembre, 2012 (19:05 PM)
    faut mettre le sanguinaire ould taya dont on parle peu,

    pourtant il a beaucoup tué ce conard
    Auteur

    Ano

    En Décembre, 2012 (19:09 PM)
    SEKOU TOURE doit etre dans le top 3 des pires presidents que l'afrique ait connu. Les guinénes vivent encore des degats que sekou a occasionnés
    Auteur

    Yaga Bakh

    En Décembre, 2012 (19:10 PM)
    wade n etait pas un dictateur c est un democrate
    Auteur

    Non Et Non

    En Décembre, 2012 (19:12 PM)
    Je ne suis pas un fan de Wade, mais le comparer a ces tyrants est simplement irresponsable!!!
    Auteur

    Beug Deug

    En Décembre, 2012 (19:17 PM)
    je deteste Wade,absolument,et je le confesse!Mais a sa place on devait y mettre Sekou tourè,plus fou,plus paranoique!
    Auteur

    Diqlo

    En Décembre, 2012 (19:18 PM)
    wade est pire k sé gens il est venu au moment ou les sénégalais connaise se qu il veule mais sé un homme tres dangereux et le sénégal est bénie par nos ancétre ki tente de detruire le sénégal se detruid lui mm demander a sadam kan il soutenait la mauritanie pour attaquer le sénégal regarder ou il a fini
    Auteur

    Mechant

    En Décembre, 2012 (19:23 PM)
    je suis choquée par la MECHANCETE de cet article surement commandité par macky sall et ses hommes . wade est reconnu comme un des plus grands démocrates . je l'ai combattu mais jamais personne n'a osé dir ede wade dictateur bien au contraire il aimait trop la liberté d'expression même si celle ci l'attaquait lui. c'est sa croyance en la démocratie totale dans un sénégal ou la maturité démocratique n'a pas atteint les sommets ce qui l'a perdu. je n ai pas voté pour lui car un peu trop agé mais il est un très grand président , un très grand intellectuel. ne saccagez pas l'afrique et ses hommes par méchanceté , je commence à regretter mon choix à macky il est très mauvais et ce type d'raticles le démontre ...oui on est à la recolonisation en marche , les lobbies veulent "tuer" médiatiquement ceux qui leur ont tenu tete, vous travaillez pour l'"oeil"...
    Auteur

    Sokhor

    En Décembre, 2012 (19:24 PM)
    vous etes les sites d'illuminatis , j'en suis tous les jours un peu plus sur
    Auteur

    Loumio

    En Décembre, 2012 (19:25 PM)
    La diplomatie sénégalaise et la vie des Modous-Modous vous intéressent. Visitez nous à diplomatiesn.tk
    Auteur

    Indy

    En Décembre, 2012 (19:39 PM)
    Et si nos journalistes s'adonnaient a ce jeu en dressant eux aussi leurs listes des dirigeants les plus sanguinaires, paranoiaques, megalomanes d'Europe, d'Amerique, d'Asie, d'Oceanie, voire du monde! Ceausescu, Pinochet, Kim Jong Il, Ariel Sharon, Staline, Stroessner, Hitler, Mussolini, Niyazov, Kim Il Sung, Franco, Netanyahu, Al Assad, Saddam... (la liste risque d'etre trop longue si on veut aller au dela du 20 eme siecle) seraient-ils Africains?
    Auteur

    Afrikanos

    En Décembre, 2012 (19:39 PM)
    Pourquoi ce complexe, pour vouloir trainer Wade dans la boue à tout prix alors qu'il a hisse le drapeau africain très haut . Même s'il a fait des erreurs il a fait mieux que pas mal de chef d'etat occidentaux pour qui il n'a jamais eu de complexe.

    Ridicule. Battons nous pour l'Afrique sans complexe et Wade est un modèle dans ce domaine c pourquoi il dérangeait .
    Auteur

    Joe

    En Décembre, 2012 (19:40 PM)
    article minable , ecrit par des minabes , publiez par des minables

    Comparez W
    Auteur

    Bien

    En Décembre, 2012 (19:45 PM)
    Tu as oublié Laurant Mbagbo; El Béchir etc
    • Auteur

      Afrikanos

      En Décembre, 2012 (19:55 PM)
      le gouvernement sénégalais devrait normalement réagir car cet article est une insulte au sénégal et aux sénégalais .
    Auteur

    Farida

    En Décembre, 2012 (20:23 PM)
    Franchement pas correct, on peut avoir des differents politiques sans tomber dans le dénigrement! M.Wade n'a rien à faire dans cette liste, c'est mechant et pas sérieux.. :down:  :tala-sylla: 
    • Auteur

      !iste

      En Décembre, 2012 (07:16 AM)
      c'est mugabe qui n'a rien n'a faire dans cette liste. lui "la cible des toubabs",ne doit pas être dans la liste des marionnettes des toubabs.
    Auteur

    Senegalaise

    En Décembre, 2012 (20:27 PM)
    VOUS AVEZ OUBLIE MACKY SALL
    Auteur

    Afrikanos

    En Décembre, 2012 (20:49 PM)
    Le gouvernement sénégalais devrait protester car cet article est une insulte au Sénégal et au sénégalais .

    La réaction d'Abdoulaye Wade n'aurait pas tarde si Senghor ou Diouf était cité s'il était toujours Pdt .
    Auteur

    Jo

    En Décembre, 2012 (21:10 PM)
    Franchement!!Seneweb Wade n'a pas sa place ici. Cet article c'est de l'insulte.Wade a commis des erreurs...Mais il fut un grand président comparé à certains béni oui oui....
    Auteur

    Ous

    En Décembre, 2012 (23:14 PM)
    vraiment Mr Wade n'as pas ca place dans ce lot
    Auteur

    Ibra Coul

    En Décembre, 2012 (23:27 PM)
    UNE CHOSE EST SURE, MOUSSA TRAORE AIME SON PAYS ET IL NE L A JAMAIS LIVRE AUX NARCO TRAFIQUANTS ET AUTRES SOI DISANT ISLAMISTES SANS FOI NI LOI
    Auteur

    Deug

    En Décembre, 2012 (23:33 PM)
    UMMM il y'a bien des verites dans cet article oh combien historique. ablaye wade a bien sa place dans ce decor de chef d'etat tordus. n'oubliez pas qu'il etait aussi corrupteur, voleur, detourneur, qui signale a gauche et tourne a droite,qui se dedit sans etat d'ame, allie des parasites corrompus du pays,je veux dire les marabouts etc etc. donc oui l'article est vrai et doit etre lu par tous les senegalais ,surtout les jeunes et les eleves. tres instructif comme article. chapeau a l'auteur.
    • Auteur

      !iste

      En Décembre, 2012 (07:19 AM)
      c'est mugabe qui n'a rien n'a faire dans cette liste. lui, "la cible des toubabs",ne doit pas être dans la liste des marionnettes des toubabs.
    Auteur

    Walsalse

    En Décembre, 2012 (00:50 AM)
    sekou touré dictateur.



    Auteur

    Mamadou

    En Décembre, 2012 (02:01 AM)
    Listes des dirigeants les plus sanguinaires du monde





    Adolf Hiltler

    Napoleon Bonaparte

    Leopold de belgique

    George W Bush

    Mussolini

    Cecile Rhodes

    Franco
    Auteur

    Warez

    En Décembre, 2012 (07:17 AM)
    merci mamadou
    Auteur

    Assumer

    En Décembre, 2012 (07:31 AM)
    Sénégalais il faut assumer maintenant car par opposition vous avez diabolisé Wade comme le pire des présidents que le Sénégal ai connu, vous l'avez insulté acceptez que nous autres étrangers puissont dire la même chose car Slate n'a rien écrit de pire que ce que votre presse fait au quotidien depuis près de 8 ans sur Abdoulaye Wade.

    Auteur

    H

    En Décembre, 2012 (08:06 AM)
    Slate Africa est un organe de presse qui fut ENTIEREMENT finance par Laurent GBAGBO. Ce journal n'a aucune credilibite. Comment traiter Wade de dictateur alors que nous avons connu quelqu'un comme GBAGBO, qui a fait briller des etres humains, et dont les gendarmes violaient des femmes au su et au vu de tous. Le pere des escadrons de la mort qui debarquaient nuitament dans les maisons pour enlever des supposes sympathisants du RHDP (PDCI, RDR, MFA, UPDCY). Arretez-la !!!!!
    Auteur

    Fonk Sa Rew

    En Décembre, 2012 (08:36 AM)
    pourquoi confier le dossier bagbo au senegal? pourquoi vouloir faire diriger les forces internationales pour le mali par le senegal? attention senegal, il ne reste que le senegal a destabiliser par les blancs. attention , attention ,attention. je sais qu'on ne m'ecoutera pas car je suis un simple badolo mais attention. ils veulent nous faire reculer de plusieurs decennies. attention. sauvegardons notre diame national. macky khalatal avant d'agir. libye, cote d'ivoire, mali des pays- locomotives qui etaient calme. attention...
    Auteur

    Pipo

    En Décembre, 2012 (09:00 AM)
    WADE n'a pas sa place ici
    Auteur

    Mdr

    En Décembre, 2012 (10:26 AM)
    WA ou sont Hussein Habré , Mubutu , Sékou Touré, Charle Taylor,Hosni Mubarak, Blaise Compaoré , Laurent bagbo , et j' en passe ; la vérité mes amis c 'est que L' AFRIQUE n' a connu que des dirigeants ignobles , des tueurs des présidents qui depuis les indépendances font souffrir et continuent de faire souffrir le peuple africain.

    Nous pouvons dire la meme chose des présidents du monde entier, prenez des exemple à travers le monde et vous aurez une tres longue liste de présidents indescriptibles et inqualifiables ; la vérité mes amis c' est que le monde est injuste depuis toujours, les élus oppriment , tuent, torturent leurs concitoyens , accaparent leurs biens et se prennent pour dieu, et jamais ils ne prennent des lecons du passé , je me demande si un jour nos arrieres petits enfants vivrons dans un monde meilleur, un monde de justice et de paix ; triste , triste , triste vie! mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr
    Auteur

    Lopm

    En Décembre, 2012 (13:47 PM)
    j'ajouterai OULD TAYA de MAURITANIE
    Auteur

    @verite

    En Décembre, 2012 (14:19 PM)
    @Verite post 42, MERCI.
    Auteur

    El Lobo

    En Décembre, 2012 (16:31 PM)
    si WADE était tel qu'on le décrit dans cet article, Latif COULIBALY serait mort ou en prison pour tjours, lui qui avait écrit un livre sur WADE l'accusant d'avoir commandité l'assassinat de Maître Seye. L'auteur de cet article est très très méchant, il est temps qu'on laisse WADE en paix, ce n'est pas sérieux de le comparer à ces dictateurs, la Sénégal a tjrs été un pays de liberté sous son régne, on l'a insulté traité detous les noms d'oiseaux parlée mais jamais il ne s'est plaint ou arrêter les auteurs, mais faut que l'on sache une chose : toute personne a ses qualités et défauts. Un jour lors d'un enterrement dans une ville dont je tairais le nom, au moment de la prière pour le mort l'imam s'est retourné vers l'assistance et dit "KOUKO XAMAL LOU BAKH WAXAL KOU KO XAMAL LOU BONE NOPIL"

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email