Jeudi 09 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Afrique

L'opposant Lazarus Chakwera remporte l'élection présidentielle au Malawi

Single Post
Le chef de l'opposition du Malawi, Lazarus Chakwera, a été proclamé samedi soir vainqueur de l'élection présidentielle face au chef de l'État sortant, Peter Mutharika.
Le chef de l'opposition du Malawi, Lazarus Chakwera, a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle face au chef de l'État sortant, Peter Mutharika, qui a contesté les résultats avant même leur publication.

La Commission électorale du Malawi (MEC) a annoncé samedi 27 juin que le chef de l'opposition Lazarus Chakwera a remporté le scrutin présidentiel disputé mardi face au sortant Peter Mutharika, dont la réélection en 2019 avait été annulée pour fraudes. Ce dernier a dénoncé des irrégularités avant même les résultats.

Au terme de quatre longues journées de dépouillement, le président de la MEC, Chifundo Kachale, a confirmé la large victoire de Lazarus Chakwera, un ancien pasteur évangéliste de 65 ans. "La Commission déclare que Lazarus Chakwera, qui a obtenu 58,57 % des suffrages, a atteint la majorité requise et est élu président du Malawi", a déclaré Chifundo Kachale, sous les clameurs des partisans du vainqueur.

"Je suis si heureux, je pourrais danser toute la nuit", a immédiatement réagi Lazarus Chakwera devant la presse. "Mon cœur bouillonne de joie et de gratitude pour le Seigneur." "C'est une victoire pour les Malawites, une victoire pour la démocratie, une victoire pour la justice", a poursuivi le président élu, qui a fait campagne en dénonçant l'échec économique et la corruption du régime. "C'est une victoire qui va permettre de remettre la nation sur les rails, de construire un nouveau Malawi dans lequel tous seront impliqués", a-t-il promis.

Un scrutin contesté

Le président sortant Peter Mutharika, 79 ans, a lourdement mordu la poussière, avec plus de 800 000 voix de retard sur le vainqueur.

Quelques heures plus tôt, sans attendre la confirmation de sa défaite, le président sortant a jeté le trouble en dénonçant des irrégularités dans le scrutin. "Nous espérions une élection sans irrégularités (...) tous les Malawites ont vu que cette élection était la pire de l'histoire", a-t-il déclaré lors d'une brève déclaration devant la presse. "Nous pensons que la plupart des résultats envoyés à la MEC ne sont pas le reflet de la volonté du peuple", a-t-il ajouté.

Le chef de l'État sortant a affirmé que des scrutateurs de son parti avaient été "battus, frappés, kidnappés et intimidés de façon à ne pas pouvoir participer au contrôle du vote". "De nombreuses feuilles d'émargement n'ont pas leurs signatures", a-t-il déploré.

Son Parti démocratique progressiste (DPP) a exigé l'annulation pure et simple des résultats, laissant augurer d'une nouvelle bataille devant la justice. Lors du scrutin disputé de mai 2019, la MEC avait proclamé la victoire de Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avec 38,57 % des suffrages contre 35,41 % à Lazarus Chakwera.

Mais le chef de l'opposition avait contesté les résultats et ses partisans étaient descendus dans la rue pendant plusieurs mois pour obtenir l'annulation du scrutin. Leurs manifestations avaient été le théâtre de fréquentes violences avec les forces de l'ordre. En février, la Cour constitutionnelle a finalement donné raison à l'opposition en invalidant les résultats pour cause "d'irrégularités généralisées et systématiques" et en ordonnant la tenue d'un nouveau scrutin.

Le Malawi est ainsi devenu le deuxième pays d'Afrique subsaharienne à avoir annulé une élection présidentielle, après le Kenya en 2017.

Au lendemain du scrutin de mardi, des ONG locales, qui avaient dépêché des observateurs dans tout le pays, ont dressé un premier bilan concluant que le "processus électoral s'est bien passé jusqu'à présent". La déclaration du président sortant, avant même la publication des résultats, a suscité de vives critiques au Malawi, notamment dans la société civile. 

Le Malawi est un des pays les plus démunis de la planète. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié de ses 17 millions d'habitants vit sous le seuil de pauvreté.

liiiiiiiaffaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 2 semaines (09:51 AM)
    Contesté : on parle aujourd'hui d'un nouveau scrutin.
  2. Auteur

    Mbissane Ndir

    il y a 2 semaines (09:57 AM)
    Les Malawites ont plus de foulleu et de fayda que beaucoup de gens ! Ils sont restés dans la rue des mois à affronter la police jusqu'à obtenir gain de cause : élection annulée ! Aujourd'hui il ya eu une nouvelle élection et un nouveau président a été élu !

    Si c'était au Sénégal, des Marabouilleux complices du régime auraient ouvert leurs bouches pour empêcher le peuple d'exiger l'annulation !

    Les Malawites ont de la chance !
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 2 semaines (10:11 AM)
      celui-là mom, je ne veux même pas salir mes doigts ...... na dèm rèk ............
    Auteur

    il y a 2 semaines (12:00 PM)
    Espérons que sa va changer quelque chose pour eux. J'en doute . Lafrique du nord au sid de l'est a l'Ouest ...





    Auteur

    il y a 2 semaines (13:02 PM)
    Chez eux les blancs «  malawites » vivent entre eux ( propre marché, resto ect) Ils ont leur propre ville et se mélangent pas avec les Noirs, triste pays.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 2 semaines (16:55 PM)
      ils ont bien fait les noirs sont des sauvages
      cest la raison pkoi lafrique noire est pauvre et corrompu
    Auteur

    il y a 2 semaines (13:57 PM)
    Ah bon. Blancs d'un côté noirs de l'autre !
    Auteur

    il y a 2 semaines (16:28 PM)
    @"ah bon ? dites-nous-en plus svp,".................

    GROS PARESSEUX FAIS DE RECHERCHES.....tu veux qu'il pisse à ta place aussi ?



    A l'autre chien qui [email protected]"Chez eux les blancs « malawites » vivent entre eux ( propre marché, resto ect) "

    As-tu déjà invité "un blanc" à manger chez toi ?



    Les statistiques :

    Composée d'ethnies bantouphones, la population, noire à 95 %,

    se compose de Chewas (35,1 %), Lomwé (18,9 %), Yaos (13,1 %), Ngoni (12 %), Tumbuka (9,4 %), Sena (3,5 %), Tongas (1,8 %), Nyanja (1 %), Ngonde (0,9 %) et autres dont des Européens et des Asiatiques (1,8 %), selon une estimation de 2015-2016.
    • Auteur

      @bambouli Ki Pique Une Zecri

      il y a 2 semaines (17:15 PM)
      ce n'est pas une surprise que tu sois agressif, la consommation de viande porcine laisse jamais indemne.....
      bon courage !
      en attendant j'estime qu'il n'ya pas meilleure source que celle qui vit dans l'environnement qu'il décrit. il m'avait semblé que l'intervenant y vivait et donc je souhaitais avoir plus de détail.
      pensez à diminuez la consommation d'aliments et breuvages infâmes, ça vous rendra peut-être moins "soupe_au_lait" :)
    Auteur

    Kamu

    il y a 2 semaines (17:59 PM)
    Signalons que la cour constitutionnelle dans un arrêt historique de 500 pages avait annulé le scrutin parceque sur certains PV le parti au pouvoir avait fait modifier les résultats par l'usage du ''blanco''.

    Désormais il sera difficile de voler les élections dans ce pays.

    La réalité est là : les juges Malawi sont plus intègres que nos magistrats. #kandji_Sakho_Baadiocamara le trio de la fraude électorale.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email