Mercredi 18 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Afrique

Tentative de coup d'Etat aux Comores: l'opposition veut une loi d'amnistie

Single Post
Tentative de coup d'Etat aux Comores: l'opposition veut une loi d'amnistie

Une proposition de loi d’amnistie a été déposée samedi à l’Assemblée nationale des Comores par quatre députés issus de différents partis de l’opposition. Elle concernerait les condamnés par la Cour de sûreté de l’Etat en décembre dernier pour tentative de déstabilisation de l'Etat. Une instance exceptionnelle dont les verdicts n’autorisent aucun recours. Certains avaient écopé de très lourdes peines au terme d’une procédure judiciaire dénoncée comme une mascarade entachée d’irrégularités.

Cette demande intervient en précampagne de l’élection présidentielle du 24 mars prochain. Mais les députés se défendent de tout calcul électoral.

« Si cette amnistie ou la demande de grâce aboutissent, le premier bénéficiaire sera le président de la République, explique Soulaimana Mohamed Soilihi, député d’opposition. Nous, en tant que députés, peu importe qui aura le plus d’éclat, en cas de réussite de ce processus, explique-t-il. On ne fait que jouer notre rôle pour protéger nos citoyens. Les élus de la nation partagent cette doléance. Je pense qu’il y a beaucoup plus d’adhésion que les gens ne le supposent parce que c’est une question de dignité humaine, c’est une question de droits humains. »

Pour les familles des condamnés, l’espoir d’un succès reste une bouffée d’oxygène. Moinour a deux frères condamnés à perpétuité dont l’un est en exil. « Je pense qu’aujourd’hui ils vont dépasser leurs querelles politiques et ils vont voir le côté humanitaire de la chose, espèrent-ils. C’est ce à quoi nous nous accrochons. Nous les familles, demandons à tous les concernés, les députés, de promulguer cette loi. Nous demandons également au chef de l’Etat de valider ce processus, de l’accompagner. On verra qu’il s’agit vraiment du père de la nation et qu’il va donc nous aider à sortir de ce cauchemar. »

Outre le délai constitutionnel, le chef de l’Etat a quinze jours maximum pour se décider avant de quitter ses fonctions pour entrer en campagne.

Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR