Mardi 28 Juin, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Afrique

Vidéo.Du génocide rwandais à Cambrai, le lourd passé d'un vieux colonel

Single Post
Vidéo.Du génocide rwandais à Cambrai, le lourd passé d'un vieux colonel
 "Monsieur Serubuga ? Le vieil homme aux fines lunettes et à la petite moustache recule d'un pas, décontenancé, au milieu d'une rue détrempée de la périphérie de Cambrai (Nord). Il lui faut quelques secondes pour prendre la parole.

- Non, répond-il, sans conviction, lèvres tremblantes, en inspectant d'un regard affolé les alentours.

- Je sais que vous êtes monsieur Serubuga, et j'aimerais vous parler du Rwanda, du génocide, en 1994. Je suis journaliste.

- Que me voulez-vous ? Pour qui travaillez-vous ? Je ne parlerai qu'en présence de mon avocat, Me Massis. Partez !", dit l'homme aux cheveux blancs en poursuivant son chemin de sa démarche pataude. Il tourne la tête, tend sa main gantée comme pour nous repousser, cherche à fuir de son pas lent dans la lumière froide de la fin d'après-midi de ce lundi 27 janvier jusqu'à se fondre parmi les quelques passants. Silhouette parmi d'autres silhouettes.

Pourtant, ce vieil homme d'allure banale, chaussures de chantier usées, parka et bonnet, vient de loin. Il a connu l'un des plus grands drames de la deuxième moitié du XXe siècle.
Le chef de l'armée rwandaise

En France, son nom n'évoque rien. Mais à 6 000 km de là, dans un petit pays vert au cœur de l'Afrique, il a été une haute personnalité. Au Rwanda, où il est né en 1939, à Giciye (nord), il n'est pas Laurent Serubuga, mais le colonel Serubuga.

Le colonel appartient au cercle des "camarades du 5 juillet", un groupe de onze officiers qui porte au pouvoir Juvénal Habyarimana en 1973. Après ce coup d'Etat, le colonel Serubuga occupe parmi les plus hautes fonctions du nouveau régime. A l'orée des années 1990, il est chef d'état-major adjoint des Forces armées rwandaises (FAR). En clair, il dirige l'armée après le président.
Membre présumé d'un groupe occulte

Dans l'ombre, il est peut-être encore plus puissant. On lui prête d'être un membre de l'Akazu. En kinyarwanda, la langue officielle du Rwanda, "akazu" signifie "petite maison", et désigne un groupe occulte de proches de la famille du président Habyarimana. "Ils constituent non seulement un réseau de pouvoir parallèle dans l'armée, le parti et l'administration, mais aussi un groupe parasite du système économique et financier du pays", écrit la mission d'information sur le Rwanda de l'Assemblée nationale française en 1998. Parmi cette petite élite, Laurent Serubuga est l'"un des akazu les plus puissants", affirme une commission d'enquête parlementaire du Sénat belge, en 1997.

Laurent Serubuga est un homme très puissant et redouté, mais en juin 1992, il se retrouve subitement mis à la retraite par un gouvernement de coalition. Trop "incompétent", affirme le témoin et expert du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Jean-François Dupaquier, contacté par francetv info. Pour l'historienne Alison Des Forges (1), Laurent Serubuga devait son poste à l'Akazu plus qu'à ses "virtuelles compétences militaires".
Il s'évanouit dans la nature après le génocide

Quand le génocide des Tutsis (800 000 morts, selon l'ONU) éclate en avril 1994, le colonel Serubuga est officiellement hors-jeu. Au Rwanda, on retrouve peu de documents de cette période. Mais parmi eux se trouve celui-ci : un message du ministère de la Défense daté du 30 avril, que s'est procuré francetv info. En plein génocide, il propose à Laurent Serubuga et d'autres officiers, "s'ils veulent et se sentent aptes", leur remobilisation.

Extrait d'une copie du message envoyé par le ministère de la Défense rwandais, le 30 avril 1994, à plusieurs officiers, dont le colonel Serubuga, en vue de leur remobilisation. (FRANCETV INFO)
 

Deux jours plus tard, le 2 mai, il reprend du service dans une période où se multiplient les massacres à Gisenyi, où il réside.

Quel rôle joue alors cette haute personnalité hutue pendant les trois mois que dure la tragédie ? Sa trace se perd dans la débâcle de juillet 1994. Quand les troupes du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame prennent la capitale, Laurent Serubuga s'est évaporé.

Où se cache-t-il ? A-t-il profité de l'opération française Turquoise pour franchir la frontière avec le Zaïre, comme de nombreux génocidaires ? C'est là qu'un journaliste français retrouve un proche de Laurent Serubuga, le colonel Théoneste Bagosora. Considéré comme l'architecte du génocide, il a été condamné par le Tribunal pénal international pour le Rwanda et se trouve aujourd'hui en prison.

affaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    94

    En Février, 2014 (00:17 AM)
    J'aime bien la fin de l'interview.
    Top Banner
  2. Auteur

    Yatt

    En Février, 2014 (10:06 AM)
    Tous ces apatrides-là n'ont été, en réalité, que des instruments des gouvernements français et belge. Ce ne sont que des animaux, certes vils et féroces, cependant leur "haine" et leur inhumanité ont été suggérées, cultivées et activées par les gouvernements français et belges.

    Il n'y aura pas de Justice tant que les hommes qui ont animé les gouvernements de ses deux pays n'auront pas répondu des crimes qu'ils ont commandités.

    D'ailleurs, ces autochtones de service devraient être jugés dans leurs pays où ils ont commis leurs abominations : ils doivent être punis à la hauteur de leurs crimes atroces .

    Les hutus rwandais avant-hier, les officiers maghrébins hier (Tunisie, Egypte) et les "rebelles" syriens aujourd'hui tous instrumentalisés pour "désosser" leurs pays au profit des intérêts occidentaux.

    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email