Jeudi 25 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Chronique

Mille coups de bulldozer pour désamorcer la bombe foncière ? (Par Massamba Ndao)

Single Post
Mille coups de bulldozer pour désamorcer la bombe foncière ? (Par Massamba Ndao)

La visite inopinée effectuée, ce 1er mai –jour férié-, à Mbour 4 de Thiès prouve à bien des égards que le chef de l’Etat Bassirou Diomaye Faye et son régime placent le foncier, ce levier important du développement économique et social, au centre de leurs priorités.  Il s'agissait pour lui de s'assurer de l’effectivité des récentes mesures visant à désamorcer la bombe foncière. Mais le Chef de l'Etat aura tout aussi constaté de graves distorsions à l'égalité et à l'équité entre citoyens. "Des personnes, parce qu'elles sont proches du pouvoir, ont pu bénéficier des dizaines voire centaines d'hectares au détriment des populations autochtones", dit-il, indigné. Le mal est donc profond. La situation ahurissante !



En tout cas, au Sénégal, les différends liés au foncier représentent 90 % des conflits. En 2023, par exemple, la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (Dscos) a enregistré 3498 plaintes, dont 1230 ont été solutionnées « dans le cadre de la prévention », à en croire le directeur de ladite direction de la gendarmerie nationale, le colonel Papa Saboury Ndiaye.

Ces conflits opposent souvent l’État du Sénégal, à travers ses démembrements, et les populations, mais aussi les communes, qui ont un souci d’extension de leur territoire, et les populations ou des privés qui, souvent, après avoir consenti des investissements, voient leurs biens détruits par la loi parce qu’ils ne sont pas détenteurs de titres.

C’est pourquoi la décision d’arrêter toutes les constructions litigieuses en attendant de mener des enquêtes approfondies est fortement saluée par les compatriotes. Car aux yeux de l’opinion, cette question foncière était quasiment classée parmi la longue liste des sujets dits tabou parce que relevant d’une affaire d’aisés, de bras longs et de politiciens de métier, qui mènent une course effrénée pour l’obtention de quelques mètres carrés près de la plage. Une situation déplorable qui fait que le littoral, par exemple, continue de souffrir de sa position stratégique qui offre un beau cadre. 

Il subit sans cesse les assauts des promoteurs immobiliers attirés par son espace luxuriant. Ces nombreuses constructions, constatées sur le long de la façade maritime de la capitale, en disent long. De semaine en semaine, des immeubles R+, des hôtels, entre autres édifices, poussent, et des grues sont superposés le long du littoral. Les nouvelles autorités, vont-elles donner mille coups de bulldozer sur le littoral dakarois ? Le nouveau régime, envisage-t-il de raser toutes les constructions dans cette zone, considérée comme un bien public, et qui était devenue le théâtre d’une exploitation foncière excessive ?



 Si, aujourd’hui, Ousmane Sonko est devenu une réalité politique incontestable, c’est en grande partie grâce à l’affaire de 94 milliards F Cfa autour du TF 1451/R, l’opposant à Mamour Diallo. 

En 2020 déjà, l’actuel Premier ministre avait promis de faire détruire toutes ces constructions illégales sur le littoral une fois porté à la tête du pays. « Toutes les autorités dont la responsabilité est engagée devront rendre compte de tout ce qu’ils ont fait du littoral, et cela, sans intervention ni négociation, car c’est trop facile de s’enrichir de cette manière abusive sur le dos du Sénégalais sans pour autant que des sanctions ne soient prises. Et c’est regrettable que toute cette partie du littoral soit occupée de telle sorte qu’on ne puisse pas penser venir en ces lieux pour profiter de l’air, faire du sport ou encore s’épanouir », s’était-il ainsi insurgé.

Aujourd’hui, les autorités étatiques veulent aller en croisade contre la spéculation foncière, un phénomène qui a fini de prendre de l’ampleur. Des proportions inquiétantes, sans des mesures concrètes par l’ancien régime. Au grand dam du « goorgoorlu » qui n’a que ses yeux pour contempler les villas de luxe.

Pourtant, lors de cérémonie traditionnelle de rentrée solennelle des Cours et Tribunaux autour du thème « Justice et conflits fonciers : application de la loi sur le domaine national », en janvier 2022, l’ex-chef de l’Etat admettait que « le foncier [était] une véritable bombe à retardement dans notre pays ». Macky Sall, qui parlait de « problématique majeure », faisait notamment allusion aux contentieux pendants devant les juridictions. « Mais il ne peut remplir cette vocation que lorsque la sécurité juridique des terres issues du domaine national est assurée au-delà de toute ambiguïté, afin d’éviter tout conflit pouvant déboucher sur un contentieux », estime le chef de l’État. C’est pourquoi il avait mis sur pied une Commission nationale de réforme foncière (Cnrf) qui avait élaboré un rapport en 2017 qu’elle lui avait soumis. Toutefois, depuis lors, ledit document dort dans les tiroirs. « (…) J’ai toujours souhaité que la résolution en amont des problèmes fonciers reste au cœur des politiques publiques. C’est le sens de la Commission nationale de la réforme foncière. Je rappelle que cette commission avait pour mission principale d’analyser les textes législatifs et réglementaires, d’identifier les contraintes institutionnelles d’une gestion optimale du foncier et de proposer. L’usage que le président doit faire ne dépend pas de la commission ».

Grâce à cette mesure forte de suspension provisoire des constructions et des procédures domaniales et foncières entre Dakar et Thiès, notamment, bon nombre de Sénégalais ont poussé un ouf de soulagement, espérant qu’il y aura, enfin, plus de sérieux dans l’attribution des lopins de terre.

C’est d’ailleurs ce même sentiment qui les anime suite à la publication des rapports de l’Ofnac et surtout de la Cour des comptes. Parce qu’il n’est point besoin de rappeler que les Sénégalais qui ont plébiscité Bassirou Diomaye Faye, candidat anti-système, ne veulent plus que des rapports d’enquête soient légion dans les tiroirs du Chef de l’Etat, ils n’ont plus besoin d’un Président qui met son coude sur des dossiers chauds incriminant des proches collaborateurs politiques, pour protéger les mauvais gestionnaires de nos maigres ressources, ces ministres et Directeurs généraux, grands récidivistes, épinglés par presque tous les organes de contrôle. La vérité est qu’à un moment donné, le slogan « gestion sobre et vertueuse » tant chanté en 2012, a laissé place à une sorte d’impunité quasi généralisée. Il suffisait juste de pouvoir bien s’expliquer, pointer du doigt ses détracteurs. De bien se laver à grande eau, à travers des communiqués, pour enfin obtenir sa récompense, le plus souvent, une belle promotion. Et puis ça passe vite, comme du vent. On oublie ! L’ironie est que c’est le même pouvoir qui orchestre une campagne de dénigrement en jetant l’opprobre sur le travail des vérificateurs.




7 Commentaires

  1. Auteur

    En Mai, 2024 (09:55 AM)
    Franchement nak vous nous emmerdez avec le probléme foncier.

    C'est clair qu'il y'a eu de l'abus surtout de l'ancien régime. Il faut prendre des mesures radicales à la situation defitivement et rendre aux proprietaires (les vrais) leurs terres.

    Mais aussi il y'a une vindicte populaire qui fait que par jalousie ou par haine de la reussite d'autruit on voudrait que tout soit rasé. Meunouma am = Waro am. 

    Diomaye meunoul defar khol yi. Le slogan sénégal "do dem douma dem" a encore de beaux jours devant nous. 
    Top Banner
  2. Auteur

    Lois

    En Mai, 2024 (10:10 AM)
    les lois sont conçues pour etre appliquer appliquons les lois seulement et tous nos problemes seront réglés...
    {comment_ads}
    Auteur

    Loyer

    En Mai, 2024 (10:14 AM)
    Au moins deux nouvelles lois m'enchanteraient:

    1/ que ceux qui ont plus de X (deux, trois, etc.) baux, les exploitent ou les cédent dans un délai raisonnable: max 03 ans; sinon ce sont des spéculteurs, l'Etat doit les exproprier et réattribuer ces baux. Par conséquent les coûts de l'immobilier baisseront à moyen terme;

    2/ que ceux qui ont plus de deux parcelles à usage d'habitation, les construisent ou les revendent dans un délai de deux ans, sinon ce sont des spéculateurs, l'Etat doit les exproprier et réattribuer ces parcelles. Par conséquent les coûts du loyer baisseront à court terme...
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (10:18 AM)
      Ah saway lolou nak meunoul nek. Y'en qui ont du faire beaucoup d'economies afin de pouvoir s'acheter un terrain ou deux et doivent à nouveau faire de même pour contruire. Si on doit compter sur les banques pour construire sa demeure donc keneu dou am keur.
      Si ils ont legalement acheté leur terrain qu'on leur fiche la paix avec.
      Le jour ou ils auront les moyens de les mettre en valeur ils le feront.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (11:05 AM)
      ce que vous dites est intéressant. seul bémol dans nos pays le seul moyen efficace  d'épargner de l'argent et de s'assurer un avenir correct c'est d'investir dans la terre. tu tombes malade si tu n'as rien c'est foutu. Pas de sociétés nationales cotées en bourse (en plus c'est une culture que nous n'avons pas) , les lingots d'or sont hors de portée etc ....
      Pour moi au contraire au lieu de forcer les gens à désinvestir, il faudrait faciliter les crédits à long terme, et rendre accessible les matériaux de contruction. je pense que cette politique augmenterait le parc locatif et ferai baisser la spéculation. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (10:15 AM)
    La mal gouvernance foncière a été catastrophique avec Macky Sall. Cependant, les impots et domaines ont été au centre de ces scandales. Le problème est qu'actuellement ce sont les impots et domaines qui sont au pouvoir. Je ne vois que des gesticulations. Ils vont malheureusement revenir bientot sur ces mesures qui touchent à leurs propres intérets. Ceux qui pensent que les choses vont changer vont vite déchanter. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (11:10 AM)
      ce que vous dites est intéressant. seul bémol dans nos pays le seul moyen efficace  d'épargner de l'argent et de s'assurer un avenir correct c'est d'investir dans la terre. tu tombes malade si tu n'as rien c'est foutu. Pas de sociétés nationales cotées en bourse (en plus c'est une culture que nous n'avons pas) , les lingots d'or sont hors de portée etc ....
      Pour moi au contraire au lieu de forcer les gens à désinvestir, il faudrait faciliter les crédits à long terme, et rendre accessible les matériaux de contruction. je pense que cette politique augmenterait le parc locatif et ferai baisser la spéculation. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_authormalcom

      En Mai, 2024 (11:11 AM)
      ce que vous dites est intéressant. seul bémol dans nos pays le seul moyen efficace  d'épargner de l'argent et de s'assurer un avenir correct c'est d'investir dans la terre. tu tombes malade si tu n'as rien c'est foutu. Pas de sociétés nationales cotées en bourse (en plus c'est une culture que nous n'avons pas) , les lingots d'or sont hors de portée etc ....
      Pour moi au contraire au lieu de forcer les gens à désinvestir, il faudrait faciliter les crédits à long terme, et rendre accessible les matériaux de contruction. je pense que cette politique augmenterait le parc locatif et ferai baisser la spéculation. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      En Mai, 2024 (11:13 AM)
      ce que vous dites est intéressant. seul bémol dans nos pays le seul moyen efficace  d'épargner de l'argent et de s'assurer un avenir correct c'est d'investir dans la terre. tu tombes malade si tu n'as rien c'est foutu. Pas de sociétés nationales cotées en bourse (en plus c'est une culture que nous n'avons pas) , les lingots d'or sont hors de portée etc ....
      Pour moi au contraire au lieu de forcer les gens à désinvestir, il faudrait faciliter les crédits à long terme, et rendre accessible les matériaux de contruction. je pense que cette politique augmenterait le parc locatif et ferai baisser la spéculation. 
      De plus le droit de propriété est fondamental. Sans ce droit pas d'économie
    Top Banner
    Auteur

    En Mai, 2024 (10:58 AM)
    Tu as tout dit.
    Top Banner
    Auteur

    Deugeu

    En Mai, 2024 (11:10 AM)
    Il faut voir aussi les 25000 hectares que détient Franck Timis au nord du Sénégal. Après notre prétrole le ga s'est attribué 25000 hectares. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Ben

    En Mai, 2024 (14:29 PM)
    A thies le Directeur des domaines Alain s'est accaparé des terres de pauvres payans sur la route de Monro land 

    Il doit être arrêté le plus rapidement possible avant une explosion 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email