Dimanche 15 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Bachir Diagne, tu permets ? (Par Boubacar Boris Diop)

Single Post
Bachir Diagne, tu permets ? (Par Boubacar Boris Diop)

En avril 2018, le philosophe Souleymane Bachir Diagne publiait dans la revue Chimurenga de Cape Town un article en anglais intitulé "In the Den of the Alchemist". "L'antre" en question, c'est le laboratoire de Carbone 14 de l'IFAN où "l'Alchimiste" – Cheikh Anta Diop – solitaire et quasi halluciné, n'en finit pas de se demander pourquoi diable le réel refuse de se plier à ses injonctions. L'exercice est délicat mais Bachir, se gardant de toute hostilité manifeste, sait s'imposer une distance ironique. Cela ne l'empêche ni de se laisser surprendre par des accès de tendresse ni de frôler par moments le dénigrement pur et simple. C'est le cas lorsqu'il dénie à l'auteur de Nations nègres et culture, la paternité du laboratoire de Carbone 14 conçu, nous dit-il, par Théodore Monod et concrètement mis en place par Vincent Monteil ; le philosophe rappelle surtout la mention "honorable" – disqualifiante – ayant sanctionné la thèse de Diop en Sorbonne, sans un mot sur le contexte idéologique et politique de cette soutenance très particulière.

Bachir Diagne vient d'en remettre une louche au détour d'un entretien daté du 2 juillet 2019 avec une universitaire du nom de Elara Bertho. Voici, pour ceux qui ne l'auraient pas lu, ce qu'il y déclare : “J'ai deux petits coups de griffe en passant contre Cheikh Anta Diop : premièrement, je me moque un peu de lui avec les mathématiques parce que ce n'est pas si compliqué de traduire la relativité en wolof ! Deuxièmement, il est beaucoup plus jacobin et français qu'il ne le croit parce qu'il veut une langue unique. Cela n'a pas de sens d'avoir une langue d'unification : pourquoi le projet devrait-il être un projet qui imite l'Etat-Nation, c'est-a-dire être homogène avec une seule langue, de manière centralisée ?"

On peut s'étonner de voir tourner ainsi en dérision, soixante cinq ans après la publication de Nations nègres et culture, les efforts de Cheikh Anta Diop pour démontrer l'égale capacité d'abstraction de toutes les langues du monde, y compris du wolof. Diop a simplement voulu prouver par ces traductions tous azimuts – "La Marseillaise", un résumé de la théorie de la relativité d'Einstein, un extrait d'Homère, etc. - que, très précisément, ‘‘ce n'est pas si compliqué que cela", pour reprendre l'expression un rien sarcastique de Bachir Diagne. Il est curieux que le sens de cet exercice lui ait échappé ; il s'agissait pour le grand savant de dire, sans puérile fanfaronnade, aux jeunes chercheurs africains : "si j'ai réussi à traduire en wolof tel texte supposé être d'une farouche abstraction, c'est parce qu'il n'y a rien de plus facile, faites-le vous-mêmes dans vos propres langues !" Le moins que l'on puisse dire donc, c'est qu'en s'essayant pour une fois à l'humour, Souleymane Bachir Diagne a enfoncé une porte ouverte. Aurait-il voulu suggérer que la belle réputation de Cheikh Anta Diop est largement surfaite qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Le fait que l'on ne soit pas de l'avis de tel ou tel penseur ne saurait bien évidemment avoir rien d'anormal ou de choquant. Du reste, Cheikh Anta prisait tout particulièrement le débat contradictoire. Très souvent attaqué de son vivant, parfois avec une violence chargée de haine, il a toujours mis un point d'honneur à réagir en nommant l'un après l'autre ses détracteurs (Réponse à quelques critiques) afin de mettre à nu leur malhonnêteté intellectuelle ou leur ignorance ; de même n'a t-il pas hésité à faire face, en compagnie de Théophile Obenga, aux plus éminents d'entre eux au "Colloque du Caire" dont il avait formellement exigé la tenue en 1974.

Mais au moins ces contradicteurs marquaient-ils clairement leur désaccord. On ne peut en dire autant de Bachir dont l'élégant badinage ne formule jamais rien de précis sur le travail de Cheikh Anta Diop. Cette prudente réserve est un véritable tour de force puisque In the Den of the Alchemist est, à ma connaissance, le seul texte qu'il ait jamais consacré à Diop.

Il aura fallu attendre sa discussion avec Elara Bertho pour l'entendre exprimer sans ambiguïté une divergence de vue avec l'auteur de Civilisation ou barbarie à qui il reproche de prôner une langue unique. Ce volet de l'interview est le bienvenu en ce qu'il offre une intéressante possibilité d'échange. On fera tout d'abord remarquer que l'accusation faisant de Diop l'avocat d'une langue unique est, pour dire le moins, infondée. Voici en effet ce qu'il écrit à ce sujet dans Nations nègres et culture (Pp 405-406) : "On oublie… que l'Afrique est un continent au même titre que l'Europe, l'Asie, l'Amérique ; or, sur aucun de ceux-ci l'unité linguistique n'est réalisée ; pourquoi serait-il nécessaire qu'elle le fût en Afrique ? L'idée d'une langue africaine unique, parlée d'un bout à l'autre du continent, est inconcevable autant que l'est aujourd'hui l'idée d'une langue européenne unique". Il est difficile d'être plus catégorique. Faut-il en déduire que dans le feu d'une interview – exercice où les mots peuvent aller plus vite que la pensée – Souleymane Bachir Diagne aurait prêté à Cheikh Anta Diop une position qui n'est pas du tout la sienne ? Je n'ai nulle envie de laisser entendre qu'il s'agit là d'une falsification délibérée. Il est bien possible que Bachir n'ait tout simplement pas fait le nécessaire distinguo entre l'unité linguistique appelée de tous ses vœux par Cheikh Anta et une unicité linguistique si incongrue qu'elle ne mériterait même pas une minute de réflexion. En fait, Cheikh Anta Diop ne s'est jamais caché la difficulté de sa tâche : concilier l'impérieuse nécessité d'un Etat fédéral africain avec le respect de la riche diversité des cultures africaines et, à un certain niveau, de la dynamique de nos Etats fabriqués, pour ne pas dire trafiqués, pendant la longue occupation coloniale. La question est tout sauf simple et la pensée en mouvement de Diop en saisissait parfaitement les secrètes articulations et la complexité. Il a du reste souligné à maintes reprises les obstacles potentiels dont certains, de son propre aveu, ne pouvaient être anticipés au moment où il s'exprimait. De savoir de science certaine qui nous avons été, – "Les fils aînés du monde", dit Césaire – n'a jamais empêché Cheikh Anta de voir qui nous sommes devenus, des êtres fracturés par les Traites négrières et la colonisation, dispersés, en Afrique et dans le vaste monde, sur des débris pathétiques de territoires. Tel est le désastre à partir duquel le Nègre doit se rebâtir, repartir, selon son mot fameux, "à la reprise de l'initiative historique". C'est cette lecture stratégique qui l'a émancipé des médiocres embarras du court terme. S'il se fait fort de proposer un modèle panafricain concret et viable, il se voit surtout en ouvreur de piste, exhortant sans relâche les générations montantes à aller plus loin que lui-même et à creuser plus profond. Cette vaste ambition a eu une traduction linguistique sur laquelle se méprend gravement Souleymane Bachir Diagne. La principale préoccupation de l'auteur de L'unité culturelle de l'Afrique noire, c'est de permettre aux Africains de communiquer entre eux et avec le reste du monde dans une langue africaine. Le refus d'une unification linguistique du continent à partir des langues des anciennes puissances impérialistes peut, certes, être difficile à admettre pour ceux qui s'en vont répétant avec une étrange délectation que, "ouais, ça y est, le français est devenu une langue africaine !" mais c'est bien là la voie de la dignité et du pragmatisme.

Opter pour le contraire, c'est faire la part belle à une minorité privilégiée anglophone ou francophone et se résigner à "l'avortement culturel" dont parle Cheikh Anta.

Pragmatisme. Ce dernier mot est important car il nous rappelle que la grande obsession de Diop sa vie durant a été de trouver des solutions aux problèmes réels des laissés-pour-compte. Il préconise par exemple dans Les fondements économiques et culturels d'un futur Etat fédéral d'Afrique noire, l'enseignement dans toutes les écoles africaines d'une langue – qui pourrait à mon avis être le swahili – afin d'en faire à l'échelle continentale "une langue de culture moderne et de gouvernement"'. Quid alors du Sénoufo, du shona ou du Makonde ? On se sent presque gêné de devoir préciser que dans l'esprit de Cheikh Anta Diop, aucune langue n'est appelée à disparaître, que des campagnes d'alphabétisation appropriées doivent au contraire les revitaliser toutes et leur faire donner naissance à une littérature écrite. Mieux, chaque pays devra faire de l'une d'elles sa langue nationale. C'est ce qui ressort du schéma proposé dans le même ouvrage - Les fondements… - qu'il est arrivé à Cheikh Anta de présenter comme un de ses textes les plus importants. Il y recommande "le choix d'une langue locale à l'échelle d'un territoire donné" en conseillant toutefois de veiller à ne pas étouffer les autres. Il va même jusqu'à s'attarder sur les critères d'identification de la langue nationale et de la langue continentale.

Cela dit, le principal grief que l'on pourrait faire à Bachir, c'est de nous avoir servi quasi mot pour mot une resucée des spéculations insidieuses et insignifiantes d'un certain Fauvelle ("langue unique", "jacobinisme" "'Etat-Nation"), ces propos si vains, en fait, que personne n'a jamais cru devoir les relever. Qu'un penseur aussi respecté – et à juste titre – que Bachir Diagne leur donne ainsi une seconde jeunesse laisse tout de même perplexe. Comme quoi, à force de vouloir mettre les sourieurs de son côté, on peut se retrouver dans la situation de l'arroseur arrosé.

Le choix de traiter par l'ironie le travail de Cheikh Anta Diop a quelque chose de déroutant au regard des questions vitales soulevées par cet historien au parcours peu commun. Nous parlons ici d'un intellectuel qui s'est signalé au monde par un premier texte majeur intitulé Quand pourra-t-on parler d'une Renaissance africaine ?. À peine sorti de l'adolescence, il y pose déjà un clair regard sur le destin de l'Afrique noire et se positionne en lanceur d'alerte avant la lettre contre les funestes visées extérieures. Il n'a certes pas été le seul à prévenir du piège mortel d'une indépendance manipulée mais il l'a fait avec une rare lucidité, faits et chiffres à l'appui, en scientifique exigeant et non en "alchimiste" aux  idées confuses.

La situation actuelle de tant de pays d'Afrique noire, asservis, pressurés et militairement agressés, montre bien qu'on aurait gagné à l'écouter lorsqu'il disait, par exemple, que "la sécurité précède le développement".

Mais ce qu'on peut appeler l'énigme Cheikh Anta Diop se situe ailleurs. Repensons un instant à ce tout jeune homme débarqué de son Baol natal qui ose se tenir en face de ses maîtres de la Sorbonne pour leur dire avec une infernale sérénité : “Mesdames et Messieurs, vous êtes dans l'erreur et je vais vous le prouver." S'il les avait traités, comme c'était à la mode, de "sales impérialistes" ou de "vampires suceurs du sang de nos peuples", ces gens auraient été en terrain connu : la rage impuissante et braillarde du colonisé fait partie du schéma de domination. Mais lui n'est pas du tout en colère, il prétend juste avoir raison, non pas en vertu de la supériorité morale de la victime sur son bourreau mais parce que les faits d'histoire, de la plus lointaine histoire, qu'il se fait fort de leur mettre sous le nez, sont ce qu'ils sont : têtus. Ainsi que le fait remarquer Bachir lui-même, choisir de se situer sur le terrain exclusif de la science, c'est se mettre en position d'être démenti à tout moment par de nouveaux faits. Cheikh Anta Diop a très tôt accepté de prendre cet énorme risque. La querelle portait essentiellement, comme chacun sait, sur les origines de l'espèce humaine et sur le caractère négro-africain – ou non – de l'Egypte ancienne. Plus d'un demi-siècle après, les découvertes de l'archéologie et de la génétique aidant, le bégaiement idéologique et la mauvaise foi sont à chercher dans l'autre camp. On a tendance à oublier aujourd'hui qu'il a dû longtemps ferrailler contre les uns et les autres pour faire accepter l'idée que l'Afrique est le berceau de l'humanité. Cela est désormais admis par tous, même si l'on attend encore de ses arrogants contempteurs qu'ils fassent amende honorable. Ces victoires – qui, encore une fois, peuvent être remises en question – sont loin d'être anodines mais il se pourrait bien qu'avec Cheikh Anta Diop l'essentiel soit ailleurs : dans la force inébranlable de ses convictions. Après tout, une des racines du mal africain, ce sont ces "élites décérébrées" dont parle Césaire dans Discours sur le colonialisme. Leur soumission à l'étranger nous a coûté très cher à l'aube de la conquête et on a bien souvent l'impression que, tout compte fait, les choses sont allées de mal en pis depuis le violent choc initial, que selon l'expression de Wolof Njaay, tey la Waalo gën a aay. C'est en vérité sur ce rapport mentalement destructeur à l'Autre que Cheikh Anta attire l'attention lorsqu'il dit dans sa conférence de Niamey que "le mal que l'occupant nous a fait n'est pas encore guéri". Lui, a refusé de se laisser domestiquer. Il lui a fallu autant de caractère pour oser se révolter dans sa jeunesse que pour rester en paisible rebellion jusqu'à son dernier souffle. Et le laboratoire de carbone 14 de l'IFAN aura été un des hauts lieux de cette singulière insurrection de l'esprit.

Article_similaires

20 Commentaires

  1. Auteur

    Un Rrès Indigné

    il y a 4 jours (22:53 PM)
    Le drame de l'Afrique, ce sont ses intellectuels qui ne savent pas se respecter entre eux. Je me demande si l'école de l'Occident ne les a pas programmés ainsi.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (00:05 AM)
      ces genres de débats aériens entre intellos et littéraires n'ont, ont, et ne feront que retarder nos pays et ne sont d'aucune utilité pragmatique pouvant sortir nos populations du chômage et de l’extrême pauvreté.
      parlons sciences, et technologies. arrêtons d'être dans l'afro centrisme chronique juste pour nous rassurer et nous auto consoler.
  2. Auteur

    il y a 4 jours (23:17 PM)
    Moi , j'ai une seule question et je demanderai une réponse sérieuse,pas les habituelles insultes. Comment des gens qui ont construit les pyramides ignorent totalement la roue.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (00:53 AM)
      allons, toi aussi. t'as pas vu les pharaons conduire des chars à deux roues ? on les voit dans les dessins de scènes de guerre.
    Auteur

    Mak Bur La

    il y a 4 jours (23:29 PM)
    L’équation a résoudre de notre cher professeur philosophe de surcroît et qu'il n'est pas aussi visible que son compatriote l’égyptologue. Meme dans sa tombe Cheikh Anta est beaucoup plus connu et plus adulé a travers le monde? Un littéraire qui veut se mesurer a un scientifique et essayer de dénigrer la véracité de sciences exactes par rapport aux vagabondages colorés de la littérature allez y comprendre quelque chose. Beuy daye wah wahou beuy teh di anda ak moromi beuyeum rek cow du ame? Yena yi nak bu yagué nirook kignane walla di worr say domu ndeye di nit ku null.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (09:11 AM)
      seule la science divine est vérité absolue. les pseudos scientifiques ne cessent et l'histoire le prouve, d'imposer des sottises sous prétexte que le domaine est exclusif.
      ce qui se conçoit bien, s'énonce clairement. pourquoi démontrer à travers des textes dithyrambiques , ce que deux mots éclaircissent?
      le fait de croire se croire intellectuellement supérieur parce qu'on est soit disant scientifique est la première ignorance.
      @ s.b.diagne , développez une théorie motivée pour avoir le droit de remettre en cause celle de l'éminent c.anta.
      pardonnez les coquilles !
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (09:11 AM)
      seule la science divine est vérité absolue. les pseudos scientifiques ne cessent et l'histoire le prouve, d'imposer des sottises sous prétexte que le domaine est exclusif.
      ce qui se conçoit bien, s'énonce clairement. pourquoi démontrer à travers des textes dithyrambiques , ce que deux mots éclaircissent?
      le fait de croire se croire intellectuellement supérieur parce qu'on est soit disant scientifique est la première ignorance.
      @ s.b.diagne , développez une théorie motivée pour avoir le droit de remettre en cause celle de l'éminent c.anta.
      pardonnez les coquilles !
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (09:11 AM)
      seule la science divine est vérité absolue. les pseudos scientifiques ne cessent et l'histoire le prouve, d'imposer des sottises sous prétexte que le domaine est exclusif.
      ce qui se conçoit bien, s'énonce clairement. pourquoi démontrer à travers des textes dithyrambiques , ce que deux mots éclaircissent?
      le fait de croire se croire intellectuellement supérieur parce qu'on est soit disant scientifique est la première ignorance.
      @ s.b.diagne , développez une théorie motivée pour avoir le droit de remettre en cause celle de l'éminent c.anta.
      pardonnez les coquilles !
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (09:11 AM)
      seule la science divine est vérité absolue. les pseudos scientifiques ne cessent et l'histoire le prouve, d'imposer des sottises sous prétexte que le domaine est exclusif.
      ce qui se conçoit bien, s'énonce clairement. pourquoi démontrer à travers des textes dithyrambiques , ce que deux mots éclaircissent?
      le fait de croire se croire intellectuellement supérieur parce qu'on est soit disant scientifique est la première ignorance.
      @ s.b.diagne , développez une théorie motivée pour avoir le droit de remettre en cause celle de l'éminent c.anta.
      pardonnez les coquilles !
    Auteur

    il y a 4 jours (23:57 PM)
    Voilà ce qui fait défaut dans ce Sénégal des années 2000. Une querelle d'intellectuels. Le débat devient intéressant, enrichissant, instructif et on s'en régale. C'est avec impatience que je vais me délecter de la réponse de Bachir. Merci à vous tous.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (16:30 PM)
      merci seneweb d'offrir une plateforme de dialogue intelligente a nos respectables intellos. meme si la forme laisse a désirer (des gros paves insipides a lire...) le fond nous laisse enfin entrevoir un véritable échange de lumières.. au milieu d'un obscurantisme savamment entretenu par nos hommes pourritiques. oubliant que c'est de la dialectique que jaillit encore et toujours la lumière. merci a vous de nous tirer vers le haut!!!
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (18:41 PM)
      ca me rappele le senegal d'autresfois quand le lobby des communicateurs traditionnels n'existait pas et que les bouba ndour etaient des mbaye loum, bachire kunta les macky des senghor et la radio celle de alasan ndiaye dit allou. ah le bon vieux temps
    Auteur

    il y a 4 jours (01:44 AM)
    Ah la , ça dépasse les deconneurs du Web qui parlent de politique et affaires privées.

    Merci messieurs les intellos de nous éclairer.
    Auteur

    Dxb

    il y a 4 jours (05:39 AM)
    Toujours des querelles byzantines au moment ou en ville,des animaux circulent puis chient sur la route .
    Auteur

    Foulbés!

    il y a 4 jours (06:15 AM)
    NOUS avons tourné la souillée page de boubacar boris diop après avoir suivi de près ses "conférences" en Europe, en Afrique, où il ne parle que de son ethnie, ses culture, nature, langue, éducation, us, coutume, modes-manières-façons qui caractérisent son ethnie à lui, sans vergogne,

    arrivant même à agresser, dévaloriser subtilement les AUTRES DIGNES-NOBLES PEUPLES SENEGALAIS DONT LES ANCETRES SONT LES SAINES-SAINTES RACINES ENRACINES DU SENEGAL QUI DONNERNT DIGNEMENT LEURS COEURS - AMES POUR QUE LE SENEGAL SOIT.

    Si, par malheur, ses semblables, à savoir son ethnie, suivent à la lettre les tonnes de foutaises, mensonges qu'il distille partout dans le monde, le Sénégal risque gros, car

    NOUS DIGNES-NOBLES-COURAGEUX ATAVIQUE PEUPLES SENEGALAIS N'ACCEPTERONT JAMAIS AU GRAND JAMAIS DE CESSER D'ÊTRE CE QUE NOUS SOMMES DANS LE SANG, AU PROFIT DES SOTTISES SOTTES DE CET intellectuel FANTAISISTE SANS DOUTE COMPLEXER, FRUSTRER, DESESPERER.

    Si un Peul pure Souche, un Diola pure Souche, un Sérère pure Souche, un Soninké pur Souche, un Mandingue pure Souche, etc., distillait des sottises pareilles, que serait la réaction réactionnaire de ses semblables?

    NOUS DIGNES-NOBLES PEUPLES SENEGALAIS, NOUS SOMMES POUR L'UNION SINCERE DES PEUPLES SENEGALAIS, DANS LE RESPECT STRICT DES ETERNELLES DIVERSITES DIVERSES, DES DIFFERENCES DIFFERENTES QUI LES CARACTERISENT POUR L'ETERNITE ETERNELLEMENT ETERNELLE.

    NOUS pensons que le pseudo "intellectuel" boubacar boris diop ferait bien de se regarder dans son miroir, ou de s'administrera un rigoureux examen de sa souillée conscience.

    NOUS renvoyons ses semblables qui souhaitent en savoir plus de se référer au "Le Monde diplomatique" du mois de mars 2017, mais également la revue "Manière de voir" No. 165 des mois de Juin - Juillet 2019.

    POUR NOUS, C'EST ABJECTE UNE HONTE POUR UN "être" qui s'exhibe partout dans le monde comme intellectuel, alors que.......



    FOULBES!!!
    • Auteur

      What???

      il y a 4 jours (11:51 AM)
      est ce un jugement de valeur? je pense que votre intervention est purement subjective et ne reflète aucunement l'objet du debat bien que la question de l'unité linguistique et non d'une langue unique y est présente.

      la diversité linguistique est l'un des piliers de la grande pyramide d'un etat-nation tant soutenu par cad. si vous prétendez que boris défend sa langue maternelle ou à la limite fait preuve d'un ethnocentrisme qu'il exhibe à l'international c'est peut etre parceque vous faites partie de ces "elites incereberés". À mon humble avis et selon le dégrés de ma comprehension, ici nous parlons de la parenté scientifique du carbonne 14, du concept de "langue unique" ou "unité linguistique". mais en lisant votre commentaire j'ai l'impression que c'est un réglement de compte.
    • Auteur

      Foutankobé

      il y a 3 jours (09:20 AM)
      @ foulbé, hors sujet!
      le commentaire même s'il est libre, n'est pas obligatoire.
    Auteur

    En Commençant

    il y a 4 jours (07:18 AM)
    En commençant la lecture de ton texte, j'ai très vite saisi que tu es un peul. Vraiment vous êtes pathétiques !
    Auteur

    Lynx

    il y a 4 jours (10:04 AM)
    débat puéril entre intellectuels qui ne nous avance pas réellement dans notre quête de développement

    Auteur

    Camara

    il y a 4 jours (10:13 AM)
    Pas de polemique Anta Diop est grand scientique et tous le monde reconnait la qualite de ses travaux.

    Par contre Bachir est un parleur car philosopher ne sert a rien .

    Auteur

    il y a 4 jours (10:28 AM)
    Bachir va finir par se fourrer le doigt quelque part! il n est pas expert en tout! désolé mais depuis que je l ai entendu dire que la lutte avec frappe a ete créé par un colon la khamné c est un complexé! lamb dakkoy dérangé. nguémb, gris gris safara doorenté ay crochet c est pas une affaire de tapette
    Auteur

    Moi

    il y a 4 jours (11:46 AM)
    Ceux qui croient que le débat intellectuel n'a pas de sens et que seules les actions de développement ont un sens se trompent gravement. Ici il est question de quelle langue il faut pour se développer. Voila que Cheikh Anta a soulevé le débat depuis plusieurs décennies. Aujourd'hui, l'Afrique investit énormément de ressources dans l'éducation mais les résultats sont faibles.Or la science montre que l'éducation et les connaissances sont le moteur du développement. Donc nous ne tirons pas profit de ces investissements. Le canal linguistique est plus qu'important pour comprendre ce qui est dit et l'appliquer. Il faut donc un débat contradictoire intellectuels sur toute chose pour aller de l'avant. Le manque de débat contradictoire nous coûte très très cher. Exemple: il y a inondation à Rufisque après tant de milliards investi dans le TER. s'il y avait culture de débat contradictoire scientifique, les arguments de toutes les parties prenantes allaient être scientifiquement débattus Si nous voyons une petite amélioration sur un téléphone portable iphone samsung et autre, c'est parce qu'un étudiant d'un laboratoire d'université a développé une idée, soumise à discussion contradictoire dans les séminaires et conférences jusqu'à l'amélioration finale. Ceux qui ne veulent pas de débat contradictoire souhaitent simplement que nous soyons juste des consommateurs, mauvais consommateurs et esclaves des découvertes des autres pour toujours. je finirais par un proverbe mandingue qui dit "messindo bouka sauli dibo kono" qui signifie "l'obscurité et l'obscurantisme ne permettront pas de mettre le fil dans le chas de l'aiguille". Vive la science, vive l'intellect et à bas l'obscurantisme.
    Auteur

    Epistemologue

    il y a 4 jours (12:02 PM)
    Mais Bachir a eu un bac scientifique. D'ailleurs cest le premier avoir enseigné la philosophie des sciences j'en veux pour preuve son livre logique pour philosopher. Ah le complexe des scientifiques ... pfff
    Auteur

    il y a 4 jours (12:56 PM)
    IL N'Y A RIEN A RESPECTER CHEZ UN SCIENTIFIQUE: SOIT SES IDEES TIENNENT, SOIT ELLES NE TIENNENT PAS. LE RESPECT N'A RIEN A VOIR. ON PEUT RESPECTER LE TRAVAIL ET LES INTENTIONS DE CHEIKH ANTA DIOP TOUT EN AFFIRMANT QUE SES THEORIES SONT MEDIOCRES ET QU'ELLES REPOSENT SUR UN TRAVAIL PSEUDO-SCIENTIFIQUE QUI DEVRAIT FAIRE SOURIRE EN 2019.



    AUCUN DOCTORANT EN LINGUISTIQUE NE POURRAIT OBTENIR SON GRADE AUJOURD'HUI AVEC DES THESES AUSSI MAL FICHUES QUE CELLES DE DIOP.



    IL EST UN PERSONNAGE FOLKLORIQUE QUI A UNE PLACE PREPONDERANTE DANS L'AFFIRMATION DES CULTURES AFRICAINES. C'EST EN CE SENS QUE SON ENTREPRISE POLITIQUE EST LOUABLE. MAIS COMME SCIENTIFIQUE, IL EST NUL.

    Auteur

    Zemenfou

    il y a 4 jours (13:06 PM)
    Parlez de la pauvreté la saleté le chômage la corruption au senegal
    Auteur

    Adams

    il y a 4 jours (14:06 PM)
    Monsieur B B Diop s'est lourdement trompé en ne lisant pas un texte ecrit il y'a 20 longues années. Quelle paresse et quelle incurie pour un intellectuel de sa trame. C'est important de se documenter découvrir les écrits des autres et ne pas se limiter à des jugement subjectifs et superficiels

    La précipitation n'est pas bon pour quelqu'un qui pouvait approcher Mr Diagne et revisiter serinement ce qu'il a écrit
    Auteur

    Adams

    il y a 4 jours (14:06 PM)
    Monsieur B B Diop s'est lourdement trompé en ne lisant pas un texte ecrit il y'a 20 longues années. Quelle paresse et quelle incurie pour un intellectuel de sa trame. C'est important de se documenter découvrir les écrits des autres et ne pas se limiter à des jugement subjectifs et superficiels

    La précipitation n'est pas bon pour quelqu'un qui pouvait approcher Mr Diagne et revisiter serinement ce qu'il a écrit
    Auteur

    R.o

    il y a 4 jours (14:18 PM)
    Le professeur B.Diagne a juste donné son avis sur la théorie de Cheikh Anya Diop qui pense que les africains retrouveront toute leur dignité et leur fierté s'ils délaissent la langue du côlon comme l'anglais et le français et sils se mettaient à parler et a produire des connaissances dans une langue qui serait comprise par tous les africains. Ce à quoi Le professeur répond que la langue n'est pas un problème puisque si nous prenons l'exemple des mathématiques,elle est en soi déjà un langage. Un mathématicien sénégalais pourrait suivre sans aucun problème des cours de maths à l'Université de Pékin.

    Donc d'un côté nous avons le pragmatisme du Professeur Diagne ,qui pense que les connaissances sont disponibles en anglais et en francais et sont compréhensibles à celui qui ferait l'effort de les comprendre .Comme le dit le professeur Diagne à la suite dheidegger,dans la traduction nous ne traduisons pas les mots pris chacun isolément mais nous traduisons l'idée. Donc allons profiter de ces siècles de recherches qui ont produit tant de connaissances et de savoir.

    D'autre part l'écrivain Boris Diop défend la théorie de CAD qui est certes utopique mais elle est noble et salvatrice. Nous africains, nous nous devons d'avoir notre propre identité.Nous ne parlons nos langues maternelles,notre monnaie est étrangère,nous n'avons jamais produit de connaissances dans une langue qui nous est propre.De même , nos productions artistiques ressemblent de plus en plus à ce que font les occidentaux. CAD a raison mais sa théorie demande bcp de travail.il nous demande presque de refaire le monde mais ce travail une fois accompli fera entrer l'homme noir dans l'histoire.

    • Auteur

      Iso

      il y a 3 jours (19:29 PM)
      je trouve que diagne est quand meme mal place a critiquer le travail de cheikh anta diop qui n'est plus aussi pertinent comme il le fut avant, etant donne que les temps et idees ont beaucoup changes depuis lors.
    Auteur

    Taxawsiggil

    il y a 4 jours (14:18 PM)
    Après relecteur du texte en anglais, je soutiens totalement les propos de Boubacar Boris Diop. Le Professeur Bachir est un vrai sénghorien et le restera. Et C'est quoi un vrai sénghorien, et bien c'est un amoureux de la France et du français. Il se comporte comme les français, en utilisant des tournures , pour dire ce qu'il pense réellement. Le bon français ne dit jamais directement ce qu'il pense d'une personne, mais essaiera par des tournures de médire insidieusement sur le personne ciblée. Et Boris l'a bien compris, et connait l'homme Bachir depuis un bout de temps.



    Les points listés par Boris Diop sont bien réels dans le texte d'origine :



    1) non paternité de la création du laboratoire de carbone 14 (d'après Bachir)



    2) accusation faite au prof Cheikh Anta Diop de vouloir faire parler à toute l'Afrique une langue unique. (La preuve que Bachir n'a pas vraiment lu CAD et les remarques de Boris sont pertinents).



    3) Le ton ironique utilisé pour traiter de CAD, fait penser à un français qui essaie de diminuer intelligemment le travail et surtout l'impact de CAD
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (15:30 PM)
      vous aussi vous dénigrez, que vient faire senghor ici ? c'est s. b. diagne qui vous dit qu'il est senghorien ?...et d'ailleurs c'est quoi être senghorien ? y a-t-il une doctrine idéologique ou scientifique, un courant de pensée dénommées senghorianisme ? si oui, qui en sont les précurseurs, les fondateurs (base conceptuelle) ? il faut arrêter de se faire juge en se basant sur des critères non éprouvés par la valeur scientifique, mais rien que des préjugés et prénotions qui n'ont aucune valeur critique parce basés sur du pur subjectivisme. c'est comme l'autre qui dit que philosopher ne sert à rien alors que la philosophie est la mère des sciences.
    Auteur

    Très Bien

    il y a 4 jours (15:11 PM)
    Piqûre de rappel aux intellectuels sénégalais. N'oubliez pas on est au 25ème rang mondial de pays le plus pauvre.

    Cela vous fait quelque chose?



    Quand vous rencontrez les autres penseurs dans le monde et que vous représentez le Sénégal (pays extrêmement pauvre), vos pensées ont-elles de la valeur aux yeux de vos paires?



    Manéé bay len sen thiakhan yiii.



    Armez vous de science jusqu'aux dents, mo guen ci yen.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (20:20 PM)
      abjecte réflexion. que sous-entendez-vous ? que l'intelligence serait l'apage des riches seul? horreur!
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (20:49 PM)
      comprenez rien vous.

      ce que cela veut dire c'est qu'on n'a pas besoin de beaux discours mais on a plutôt besoin de recherches scientifique, agricole, technologique etc.

      pas de philosophes qui vont nous réciter la philosophie greco-romaine, pas de penseurs dont les pensées ne développent pas jusqu'à présent notre continent.

      on veut maintenant donner notre temps à l'action.
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 3 jours (00:20 AM)
      les grecs et les hellénistes, les égyptiens avant eux ont eu leurs philosophes. la maïeutique ça vous dit quelque chose ? pourquoi les nègres rechignent tant a faire usage de leur matière grise ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR