Mercredi 13 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Emprunt obligataire de la ville de Dakar analysé par Mohamed LY Ipode

Single Post
Emprunt obligataire de la ville de Dakar analysé par Mohamed LY Ipode


Nous sommes pour l'emprunt obligataire de la ville de Dakar, comme nous avons été pour ce qu'on a pu appeler "grand emprunt"  du pays acquis au moment de groupe consultatif de Paris pour le financement du PSE.


Mais on doit établir les règles de contrôle de l'endettement des collectivités locales comme c'est le cas pour l'Etat. Ceci est un impératif. Pour l’État on sait qu'il y'a les critères de convergence retenus dans le cadre de la surveillance multilatérale de l'UEMOA  et qu’il existe sur ces 8 critères celui d'"endettement/PIB"  qui est toléré à hauteur de 70%. Si la suspension de l’emprunt de la ville de Dakar sur le marché financier répond à cette exigence comme le dit le ministre des finances, cela n’aura rien de politicien ni de choquant. On doit poursuivre sur ce sujet, notre logique de rigueur dans la gestion des deniers publics tant réclamé par les citoyens. La ville de Dakar à laquelle on prête un endettement considérable devra juste devoir et pouvoir justifier de la viabilité de cet emprunt en fournissant les preuves d’une bonne santé financière. Ce qui ne doit pas être un problème si les autres institutions financières sérieuses qui la suivent l’ont fait sainement. A partir de ce moment notre souhait est de voir l’Etat suivre la ville de Dakar dans la réalisation de l’emprunt car notre Etat ne peut pas être moins soucieux que l’Usaid et la Fondation Gates du bon devenir de la ville et de la réalisation de son programme pour le bien-être des populations de la capitale. L’Usaid et la Fondation Gates qui eux, auraient garanti l’emprunt de 20 milliards de la ville de Dakar à hauteur de 10 milliards.


La permissivité d’une partie de l’opinion Khalifa-phile qui veut traiter cette question que de façon politicienne ont à notre avis tort dans la mesure où ce type d’opération peut se répéter au sein d’autres collectivités locales. Et au nom de l’équité de l’Etat vis-à-vis de toutes les collectivités locales, on risque de ne pouvoir exiger la même démarche, des prochaines collectivités voulant contracter des dettes auprès du marché ou des banques, quand celles-ci demanderont une garantie de l’Etat. La ville de Dakar ne devrait pas déroger aux règles de transparence et de respect des règles surtout si elle sollicite l’Etat.


 Il est donc légitime que la ville de Dakar soit dans l'obligation de répondre à un complément de dossier et il est aussi légitime pour un montage de la sorte, qui certainement est viable que l'Etat suive. Il semblerait encore que ce ne soit pas un refus que la ville de Dakar a essuyé mais une suspension émanant du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (Crepmf). Si on gardait notre sang froid et qu'on évitait de tout ramener aux querelles personnelles autour de la prochaine présidentielle le débat en sera plus serein.


En définitive, notre souhait est que ce débat soit utile à notre pays si on accepte de capitaliser sur les différentes contradictions et ratés entre la collectivité locale Dakar et l’Etat, en ce sens que cela devra constituer un cas d’école pour murir et conceptualiser le financement des collectivités locales et les règles d’accompagnement du ministère des finances dans les demandes de garanties légitimes des collectivités à l’Etat.


Il est clair que l’Etat ne devra pas suivre toutes les collectivités locales sur leurs endettements au risque de voir celles-ci faire faillite et de devoir charger leurs administrés en impôts locaux et taxes  pour faire face à des emprunts non contrôlés et peut être injustifiés et mal gérés. L’exemple de certaines collectivités locales en France et aux USA ayant contractés des produits toxiques via certaines banques doit servir d’exemple pour notre pays. Ces faillites ont eu lieu alors que la France était quand même notée triple A du fait de la mauvaise foi et de la cupidité de certains financiers. Ce qui nous pousse à inviter les collectivités locales voulant compléter leur financement classique par des actions sur le marché de procéder à des renforcements de capacité de leur personnel pour faire face aux mécanismes complexes des montages financiers. Rappelant que le mal dans notre pays, n’a pas  été, de s’être endetté. Mais de n’en avoir rien fait, nous espérons que cet endettement œuvrera pour un développement harmonieux et durable de nos collectivités locales qui voudront utiliser les moyens innovants de la finance de marché.


Mohamed LY

Président du Think Tank Ipode


Article_similaires

17 Commentaires

  1. Auteur

    La Plume

    En Mars, 2015 (19:36 PM)
    C’est une alerte pertinente, surtout quand on se réfère à la mauvaise gestion habituellement relevées de nos collectivités locales de tout temps. Rares sont, celles qui ont dans le passé géré convenablement leur budget dans les règles de l’art, au point de présenter un bilan positif. La majeur partie d’entre elles trainent des bilans déficitaires, laissant à leurs successeurs des dettes énormes. Alors qu’elles sont incapables de satisfaire les besoins prioritaires urgents et primordiaux, en tous genres, de leurs administrés. Quand dans le même temps, elles ne s’offusquent pas et font des dépenses de prestiges ou organisent des manifestations folkloriques à coup de millions, pour des raisons de propagandes parfois politiques .

    Effectivement, si Dakar ouvre la voie de l’emprunt obligataire avec la garantie de l’Etat, ce sera une porte ouverte, à toutes les collectivités locales du pays, même à celles, dont la capacité des ressources qu’elles régénèrent normalement, sont loin de répondre aux exigences de garantie requise. C’est à mon avis, Dakar lui même, qui devait objectivement voir son niveau d’endettement actuel, sa capacité réelle d’endettement raisonnable, relative à la durée de son mandat, pour ne pas laisser des ardoises au prochain successeur, avant de se lancer sur le marché extérieur pour un emprunt obligataire si important à l’étranger. Et au préalable, La ville de Dakar devait avoir d’abord l’accord de l’Etat, son garant nécessaire. Ceci, n’est pas loin de mettre la charrue avant les bœufs. Et comme tu le dis si bien, ce serait effectivement un cas d’école pour le financement de nos collectivités locales, mais avec de graves risques aux conséquences qui pourraient désastreuses, s’il n’y a pas de contrôle rigoureux en amont. Et il est du devoir de l’Etat d’être plus regardant et vigilant sur la gestion de nos ressources, ce qui jusque-là ne se faisait pas. Si l’objectif, c’est bien cela, il faut encourager cette pratique ou mesure préventive, de vigilance et de veille sur l’utilisation judicieuse les ressources du pays.

    Merci pour ta vigilance.

  2. Auteur

    Sarazin

    En Mars, 2015 (19:37 PM)
    Le gouvernement fait dans le dilatoire et la mesquinerie et nous fait croire que c’est une simple histoire de jeter un coup d’oeil un simple et legitime controle.

    Comme si l’affaire avait menee en catimini

    Comme si les PTF de la ville etaient de petits amis du maire et qui s’engagent à la legere.

    Le MEF en parle comme si c’etait pas une entite publiq mais une structure privee concurrente du gouvernement et qui risq de ruiner le tresor publiq.

    Le ministre aurait voulu de ce projet il aurait plutot accompagne la ville autrement que de jouer au controleur routier
    Auteur

    Fanta

    En Mars, 2015 (19:51 PM)
    Boulen gnou sonal ken doulen lebal tè amoulen gzrantie hou wor bouyabo ngue ni politique leu wayè lou ler lagnou beugueu. Macky. Beugoul lou lëndeum. Bouyabo nguen saga khass politique wayê lifi amone do toufi amati nit gni dagnou yewou legui
    Auteur

    Ramaton

    En Mars, 2015 (20:33 PM)
    Tres bonne alerte et analyse claire et plaisante

    J'aime le style et le ton employé. Bravo Ly
    Auteur

    Tous Couleurs

    En Mars, 2015 (21:20 PM)
    j aime pas le style, ce monsieur veut se faire connaitrem c est tout. il y a des economistes 10000000 fois mieux placés et competents pour analyser... cette analyse est un coup de pied, un clin Macky Sall.



    • Auteur

      Degeu Bi

      En Mars, 2015 (23:53 PM)
      khalifa qui n arrive pas à élaguer correctement les arbres de la capitale en utilisant 3 bûcherons pour toute la ville peut t il objectivement se lancer dans un emprunt de cette envergure sans un droit de regard de l'état.
      il risque d'envoyer quelques sénégalais à la mecque distribuer l'argent pour sa campagne.
      a t on fait le point sur son projet de pavage il n'a meme pas etait capable de paver dakar plateau avec son entreprise burkinabaise soyons sérieux wokh rek oui président il faut faire le cheking
    • Auteur

      Hj

      En Mars, 2015 (06:11 AM)
      justement avec plus de moyens il fera ces arbres, le pavage complet et sutout des parkings en hauteur ou souterrain en ville
    Auteur

    Kani

    En Mars, 2015 (23:28 PM)
    Khalébi tu me saff, toujours avec class et elegence.

    Yala na la yala lafal thiatt sama toucouleur bi
    Auteur

    Sidy Naar

    En Mars, 2015 (23:33 PM)
    Mohamed LY, on veut savoir est ce que le droit sénégalais et la lois sur le décentralisation autorisent des emprunts, d'un montant de combien? Dans la procédure est ce que l'État est impliqué comme en France, ou pas comme en Espagne? Autrement dit, est ce qu'un collectivité a besoin de l'État pour garantir son emprunt. Et pour quoi l'État ne devrait il pas intervenir dans ce type de d'emprunt. Voila les questions pour lesquelles nous attendons des réponses et l'analyse de Kahilifa!

    Avec de connaissance sur l'institutionnalisation de la décentralisation, le gros problème est que la Décentralisation telle mis en place par le Ps JUSQU'ICI, n'a aucun fondement au Sénégal

    Est ce quelqu'un a vu dans l'acte III de la décentralisation un article qui précise la question de l'emprunt des collectivités locales? Est que quelqu'un a vu un article sur l'exception qui aurait profité à la Mairie de Dakar?
    Auteur

    Barazeum

    En Mars, 2015 (23:37 PM)
    Nous avons tendance à tout politiser au senegal !

    Les raisons techniques avancées par le PM semblent valables! L'etat ne peut pas laisser Dakar s'endetter de façon déraisonnable !
    Auteur

    Babs

    En Mars, 2015 (23:45 PM)
    il ne s'agit pas de problemes techniques,si un apr était maire ce probleme serait inexistant, En fait d'une part il s'agit de la guéguerre entre les occidentaux telle la france et les américains pour le controle de leurs interets en afrique et particulierement le senegal et d'autre part de ne pas permettre par l'acceptation de ce financement la propulsion du maire khalifa sall comme colistier de macky en 2017,De toute facon c'est le peuple qui trinque car sevré d'un projet porteur
    Auteur

    Sidy Naar

    En Mars, 2015 (23:46 PM)
    À mon avis, le gros problème c'est le manque de sérieux lors de la mise en place de l'acte I, l'acte II et l'acte de la décentralisation. Autre problème ce sont les faux calculs politiques de tous acteurs publics. Ces gens savent monter de combines et se renvoyer la balles et duper le peuple. Au SÉNÉGAL ce qui compte ce n'est pas la LÉGALITÉ, mais la LÉGITIMITÉ!
    Auteur

    L'hippopotame De Gouloumbou

    En Mars, 2015 (00:56 AM)
    Il faut légiférer sur l'emprunt des collectivités de manière beaucoup plus sérieuse. la loi bidon de Youm et Cie (l'Acte 3 de la décentralisation ) ne dit rien sur l'emprunt obligataire. Cette loi est d'une nullité absolue surtout sur les aspects financiers.
    Auteur

    Patcha

    En Mars, 2015 (01:33 AM)
    Ly est ce que tu n'es pas payé secretement pour faire de la fausse resistance a ton parent foulabé! Ils sont capables de tout et meme de creer une similacre d'expertise ou tank pod! Ayez l'honnetete de nous dire si vous avez lu le dossier!
    Auteur

    Bass1811

    En Mars, 2015 (09:09 AM)
    Bonne analyse M. LY. Mais il faut pas aussi negliger la dimension politique d'une telle operation.

    Etes vous sur que c'est seulement des partisans de Khalifa qui veulent " traiter cette question que de façon politicienne " et que en face ils sont totalement objectifs et sans calculs politiciens ?



    Auteur

    Nitt

    En Mars, 2015 (09:31 AM)
    tous cest blabla de KHALIFA SALL CES POUR FAIRE TOURNER SON USINE QUI EST BOURKINA FASSO  :dedet:  :dedet:  :dedet: 
    Auteur

    Khach

    En Mars, 2015 (13:09 PM)
    Quelle que soit l'issue de cet emprunt, le Titre "ville de Dakar" risque d'en porter un sacré coup quant à son attrait sur le marché financier. Si le but de l'Etat était d'empecher à la Ville de réussir son pari la mauvaise pub faite sur la capacité d'endettement de la ville en est le meilleur moyen.
    Auteur

    Kumpatin

    En Mars, 2015 (22:02 PM)
    Tres interessant comme analyse et il ouvre des sujets interessant a traiter pour la decentralisation. C'est tres bien de voir des senegalais qui impose par leur capacité d'analyse objective quand d'autres ne fint que politique politicienne en tout bout de champ
    Auteur

    Okho

    En Mars, 2015 (15:48 PM)
    Toi là Mohamed LY depuis que tu as rencontré la première dame tu as viré, tu as retourné ta veste. Tu cherches toujours a plaire au Prince au point que tu en as perdu toute objectivité

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email