Mercredi 08 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Contribution

Sénégalaisement vôtre

Single Post
Sénégalaisement vôtre

La grandeur d’un peuple ne se mesure pas seulement à ce qu’il est capable d’accomplir, elle s’appréhende aussi par ce qu’il est capable d’empêcher.

Il y a des moments importants dans notre nation gravés en lettres d’or dans l’imaginaire collectif tels que l’épopée de 2002 des lions de la Téranga en coupe d’Afrique et à la coupe du monde, le soulèvement spontané du 23 Juin qui a vu la force de la volonté populaire faire reculer un régime arrogant et entêté, ou encore l’alternance politique pacifique du 19 Mars 2000 qui avait été perçue comme une véritable leçon de démocratie pour le monde.
Dans l’arène politique, dans la production intellectuelle, dans le discours populaire, le 19 Mars et le 23 Juin sont des repères auxquels on fait souvent référence.

De mon point de vue le 21 Janvier 2017 doit être hissé et installé sur le piédestal des dates marquantes de notre histoire.

Les plus grandes victoires sont sans doute celles pour lesquelles on n’a pas eu à mener bataille. Ce  soir du 21 janvier, la crise en Gambie a connu son épilogue avec l’exil sans effusion de sang du Président Yaya JAMEH. 
Une guerre n’est jamais petite et si son issue est prévisible, ses effets collatéraux ne le sont pas ; ni dans l’intensité ni dans le temps.

La pire de toutes, c’est la guerre civile. Nul ennemi ne saurait autant vous faire mal que celui qui vous connait. Une intervention militaire en Gambie aurait été un conflit fratricide. Bien que le Sénégal seul, sans aucun soutien extérieur soit beaucoup plus fort, dans le contexte sécuritaire de la sous région et du monde, cela aurait été bien hasardeux. C’est d’une petite braise que sont issus les feux de brousse. Rien ne peut garantir qu’une flamme qu’on allume ne deviendra pas un gigantesque incendie ; surtout dans une zone ou l’herbe a séché et où le vent souffle fort. 

En termes de spéculations pures, le volte face de Yaya JAMEH a quelque peu coïncidé avec la résolution de l’ONU portée par le Sénégal concernant la Palestine qui a fait monter Israël sur ses grands chevaux. Si nous avions foncé tête baissée pour déloger JAMEH, qui dit qu’en guise de représailles, Israël ne l’aurait pas soutenu, nous compliquant sérieusement la tâche ?

Tout prés de chez nous, notre voisin le Mali est aux prises avec des groupes armés aux ramifications extérieures. Qu’est ce qui nous garantit qu’un Yaya JAMEH dos au mur ne les aurait pas invité à le rejoindre, internationalisant le conflit et nous entraînant dans une spirale de violence incontrôlée ?

Ce qui par contre est une certitude, c’est qu’une intervention militaire solitaire en Gambie aurait eu pour conséquence indirecte de raviver le conflit casamançais qui s’emble s’estomper depuis quelques années. 

Gambia has decided, Sénégal did it

Ce sont à ces moments précis qu’on est fier d’être sénégalais, qu’on a la conscience aigüe que nous sommes plus qu’un peuple ordinaire. Nous avons certes nos travers mais notre histoire démontre qu’à des moments clés nous savons transcender les difficultés, faire preuve de discernement et de lucidité pour surmonter les obstacles les plus grands et être à la hauteur des situations les plus exigeantes. Nous le disons souvent entre nous, plus le péril est grand, plus le Sénégal sait se montrer à son avantage.

Le traitement et l’issue de la crise en Gambie inspirent soulagement et fierté. Le Sénégal a merveilleusement bien joué le coup. Il a préparé la guerre et donné une chance à la paix jusqu’au bout.

Les forces de défense de sécurité étaient en alerte et dans le secret de leurs conclaves avaient fini d’affiner leur stratégie. Les zones frontalières à la Gambie, depuis la région jusqu’au quartier en passant par le département et la commune, étaient préparées avec le concours de l’administration territoriale aux périls humanitaires, sanitaires et sécuritaires que n’aurait manqué d’engendrer cette guerre. 

Sur le plan diplomatique, comme l’a rappelé le Professeur Abdoulaye BATHILY lors de sa conférence de presse du 23 Janvier 2017, ce fut une véritable prouesse que d’arriver à fédérer les différentes instances internationales que sont la CEDEAO, l’Union africaine et même l’ONU. Ce sont, en outre, de très hautes autorités du continent qui se sont personnellement investies en se rendant plusieurs fois à Banjul en l’occurrence la Présidente du Libéria, le Président du Nigéria et l’ancien président du Ghana. Il ne faut pas s’y tromper la capitale diplomatique de la crise gambienne, c’était Dakar. Ce n’est pas un hasard si le Président de la Mauritanie lors des négociations y a fait escale pour s’entretenir avec son homologue sénégalais en provenance de Banjul avant de rentrer.

Sur le plan militaire, si la supériorité du Sénégal sur la Gambie ne fait pas l’ombre d’un doute, notre pays a su après s’être entouré des garanties de légitimité juridique et institutionnelle, engager les forces de la CEDEAO et agir sous son couvert. A partir de ce moment la supériorité de la coalition n’était pas seulement nette, elle était devenue disproportionnée. Abondance de forces ne nuit pas !

Yaya JAMEH a été perdu par le Sénégal. Il était une menace géostratégiqueau cœur même de notre nation. Notre Chef d’Etat lui a consacré sa première visite officielle. Cela ne l’a pas empêché d’avoir à son endroit, ainsi qu’à celui de ses prédécesseurs, des propos très irrévérencieux. Son pays a servi de base arrière à la rébellion casamançaise avec son concours actif et sert de canal au pillage de nos ressources forestières frauduleusement acheminées en Chine. Nous n’avons pas pour autant attenté à sa vie ou cherché à renverser son régime, répondant au contraire à ses offenses par le mépris du silence et refusant de contrevenir à la souveraineté et au droit à l’autodétermination d’un peuple frère. Face à cette position délibérément pacifique, il a dû penser que nous étions faibles. Il ne se doutait pas de ce qui arriverait : quand la Gambie en a eu assez de Yaya, c’est le Sénégal qui a tourné  page à JA..MEH. 

Il s’était voulu Professeur El Hadj Docteur Yahya Abdoul Aziz Jemus Junkung JAMEH. Sans une seule goutte de sang versée, le Sénégal lui a arraché ses titres usurpés et a montré à la face du monde ce qu’il est devenu le jour où il s’est vu grand : Yaya Nding (en manding Yaya le petit).

Cela dit, en tant que peuple, notre remarquable aptitude, à faire les bons choix aux carrefours de l’histoire est l’indice d’un potentiel qui paradoxalement nous accable. Qu’en avons-nous réellement fait ? Le génie de l’Homo Senegalensis fait des éclairs par à-coups et saillies alors qu’il devrait rayonner comme un soleil triomphant. Il nous faut franchir un cap et faire de l’excellence une exigence permanente et constante. Ce qui, reconnaissons le, est bien loin d’être le cas…
 


liiiiiiiaffaire_de_malade

9 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (13:50 PM)
    Bravo SONKO tu n'es comme l'autre son K.O. antipatriote. :contaan: 
  2. Auteur

    Fière_dêtre_sénégalaise

    En Janvier, 2017 (15:28 PM)
    Belle analyse! Mr. Sonko votre contribution nous met du baume au cœur et nous rend un peu plus optimiste. L'issue de cette crise gambienne est à saluer à sa juste valeur. Oui Yaya Jammeh est parti sans effusion de sang et chapeau aux autorités qui se sont investies pour assurer une fin pacifique à la situation en Gambie. Au Président Barrow, nous souhaitons qu'il soit à la hauteur et bien outillé pour répondre aux attentes du peuple gambien. :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo: 
    Auteur

    Luntang

    En Janvier, 2017 (16:03 PM)
    "Gambia has decided, Sénégal did it".



    Senegal did what??????? Maybe you mean Senegal did SHIT, because that's exactly what you did: SHIT.

    Il est juste incroyable que des senegalais osent se donner du credit pour le denouement de la situation en Gambie. Qu'est ce vous avez fait sinon perorer comme des perroquets while building castles in the sky en pensant a une chimerique Senegambie qui ne verra JAMAIS le jour. Vous etes completement tares pour penser que heberger Barrow pour deux semaines vous donnera jamais un droit de regard sur les affaires de la gambie. Qui a fait sortir Barrow de la Gambie si ce n'est pas Buhari? Et un fois a Bamako, c'est bien sur recommendation de la Cedeao, et non sur proposition de cet incapable de Macky, que Barrow s'est retrouve a Dakar. Qui a convaincu Jammeh de partir si ce n'est Aziz et Conde en plus de la menace d'une intervention imminente des FORCES DE LA CEDEAO (faut-il preciser qu'il n'y avait pas que l'armee senegalaise?). Ce sont les gambiens qui ont vote, et seulemen les gambiens. Nous avons decide de nous debarrasser de Jammeh PAR LES URNES. Nous l'avons fait de la maniere la plus civique qui soit.

    Pendant la semaine euphorique du 02 au 09 janvier, courte periode pendant laquelle Jammeh avait accepte sa defaite, le monde entier avait reconnu le merite du peuple gambien qui a judcieusement exploite une occasion en or offerte par un dictateur arrogant qui se croyait tellemnent invincible qu'il crut bon d'organiser une election absolument transparente en se disant qu'il allait gagner, de toutes les facons. Le fait que le bouffon de Kanilai soit revenu sur sa parole a cause un drame que les gambiens n'oublieront pas de si tot, ne serait-ce qu'a cause du tramatisme sur les populations vulnerables et les effets nefastes de son rejet du resultat de l'election sur notre economie. N'eut ete cet episode douloureux, aussi bref qu'il ait ete, vous senegalais n'auriez jamais eu l'occasion d'heberger Barrow en vous servant de lui comme un otage pour remettre au gout du jour vos fantasmes sur la Senegambie.

    Des rapaces ne feraient pas autrement ce que vous etes en train de faire en recuperant le drame d'un seul instant de la gambie a des fins de propagande idiote pour la gloire de votre President depasse par les evenements.
    Auteur

    @luntang

    En Janvier, 2017 (17:46 PM)
    Question : qu'ont en commun Fodé Kaba 1, Fodé Kaba 2 et l'intervention de la CEDEAO en Gambie en 2017? Dans les trois cas, le Sénégal a été un acteur majeur et prépondérant. Refuser de croire à cela, c'est faire preuve d'hypocrisie. Bien vrai que ce sont les gambiens qui ont voté contre Jammeh, penses-tu que sans le pouvoir diplomatique du Sénégal, les instances internationales auraient bougé le petit doigt pour déloger Jammeh? Après tout ce n'est pas la première fois qu'il y a des élections contestées en Gambie, même si cette fois c'est le président qui a refusé le verdict. La médiation de Condé et Aziz, c'est de la poudre aux yeux. Combien de rencontres de médiation ont eu lieu sans que Jammeh accepte? Il n'a accepté de partir que parce que les troupes de la CEDEAO étaient entrées dans le territoire gambien. Ce qu'il a fait, c'est une débandade, raison pour laquelle il n'a eu aucune garantie puisque rien n'a été signé avec l'ensemble des parties prenantes au conflit. Par ailleurs, si le Sénégal a voulu un mandat des instances internationales, c'est bien pour éviter qu'on l'accuse d'atteintes aux droits de l'homme et d'interventions illégales. N'oublions pas qu'il y a eu des précédents et que s'il avait fallu rééditer le coup, les Djambars l'auraient fait sans problème. Bref, la haine t'aveugle, pauvre Luntang.
    Auteur

    Voguest

    En Janvier, 2017 (22:40 PM)
    A mon avis,Luntang ne mérite pas une réplique puisqu'il est "étranger",le socé comprendra.

    Je trouve très pertinente l'analyse faite par Mr Sonko,qui a pu bien planter le décor en faisant un bref rappel historique et la diplomatie très ferme du Sénégal via la CEDEAO,et on se rappelle que juste après la volte face de Jammeh, Mankeur Ndiaye est monté au créneau pour dire en ses termes,:"qu'il n'acceptera pas cette usurpation de pouvoir...".je pense que tout honnête homme doit reconnaître que sa position a dicté la suite.aucune organisation ni personnalité n'avait encore commenté cet état de fait avant lui...

    Nous sommes pour la paix et peu importe celui qui est à l'origine du dénouement de la crise en Gambie.



    Auteur

    Mane Mi

    En Janvier, 2017 (00:39 AM)
    Analyse pertinente Mr Sonko vous devriez en faire plus souvent. :thumbs_up: 
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (11:24 AM)
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2017 (14:32 PM)
      on voit nettement que seule la paix intéresse mr a l sonko.
      vivement la paix.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2017 (14:32 PM)
      on voit nettement que seule la paix intéresse mr a l sonko.
      vivement la paix.
    Auteur

    Taga

    En Janvier, 2017 (15:42 PM)
    Yaya Nding (en manding Yaya le petit) lol vous m'avez dead analyse pertinente bravo et vive la sénéGambie
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (14:46 PM)
    Luftang,



    Ne gâche pas la fête. C'est un moment de communion entre le Sénégal et la Gambie.



    Si la Gambie insulte le Sénégal c'est comme si elle s'insulte elle même et vice versa.



    Si ton cœur est habité par la mauvaise foi, nous ne pouvons rien pour toi. Si tu es un nostalgique de Yaya Jameh et de ses doctrines, va le retrouver en Guinée Equatoriale...



    Nous sommes un même peuple avec les mêmes composantes. C'est le même sang qui coule dans nos veines. Ce qui nous unit doit toujours être plus fort que ce qui nous divise.



    J'habite à la frontière et je peux vous assurer que durant la crise beaucoup de foyers sénégalais accueillaient des réfugiés gambiens pour une raison toute simple: c'étaient des membres de leur famille.



    Si même le Sénégal et la Gambie ne peuvent pas se respecter, s'aimer, s'entendre, s'entre-aider en avançant main dans la main pour la paix et la prospérité il faut réellement désespérer de l'unité africaine!...

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email