Jeudi 29 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Tourisme et développement local L’USSEIN (Université du sine Saloum El-Hâdj Ibrahima NIASS de Kaolack) s’engage

Single Post
Ussein, Université du Sine Saloum, Tourisme , développement,
Peut-on soustraire aujourd’hui le tourisme du champ de la recherche universitaire ?

Un maillon aussi important que le tourisme ne saurait échapper à la nouvelle démarche

universitaire qui se veut innovante. En effet, l’USSEIN se préoccupe de la valorisation

touristique des patrimoines de nos terroirs. Cette université de quatrième génération et de

vocation agricole travaillera intensément sur les métiers connexes tels le tourisme,

l’agroforesterie, la pêche, l’aquaculture, etc. Pourquoi une telle option ? La dynamique

touristique au niveau mondiale avec une croissance soutenue de 6% depuis près d’une

décennie, ne laisse plus un seul Etat indiffèrent. En outre, le potentiel sénégalais en matière

d’écotourisme et d’agriculture constitue une niche de très grand intérêt économique.

 Foresterie, ornithologie, chasse, pêche, art culinaire, etc., recèlent de possibilités touristiques

encore peu explorées. Comment vendre cette richesse sénégalaise, si touristique, à travers des

créneaux gastronomiques, historiques, culturels ? Telle est la problématique fondamentale que

pose l’USSEIN. Certes, cette université entrevoit déjà quelques hypothèses autour de la

jonction tourisme et agriculture, notamment à travers la valeur diététique de nos aromes,

essence et épices, mais il existe aussi un vaste champ d’études qui se peaufine dans la

transformation des produits alimentaires locaux, aussi bien pour les nutritionnistes que les

chercheurs en tourisme et gastronomie. L’approche terroir de l’USSEIN consiste ainsi à lier la

recherche agricole à la valorisation des ressources locales. Dispositif dans lequel

l’entrepreneurship sera sans doute une des clefs de réussite. La vocation sera en particulier de

former des techniciens, manageurs et cadres capables de booster l’agrotourisme, de former

par exemple des compétences en mesure d’élaborer des circuits, ou de produire des activités

touristiques autour d’unités de productions agricoles, horticoles, halieutiques et de

transformation de produits locaux.

 La qualité sera déterminante à cet effet, mais pour ce

ressort, l’USSEIN peut compter sur l’expertise du consortium Agreenium pour la certification

et la labellisation des résultats issus de la recherche.

Aussi, la portée économique du tourisme à travers son caractère transversal (qui touche à

toutes les activités locales) reste une plu value non négligeable. La crise qui sévit dans le

secteur a fini de montrer l’ampleur de son impact dans notre économie, en particulier dans les

destinations comme la Casamance, Mbour, le Sine Saloum ou encore Saint-Louis.

En définitive, explorer cette dimension économique du tourisme est une exigence pour une

université du développement. C’est pourquoi, la préoccupation de relance du tourisme par

l’Etat du Sénégal interpelle cette université du Sine Saloum pour laquelle d’ailleurs, le pack

tourisme du PSE (Plan Sénégal Emergent) constitue un bon canevas de recherche. 

Dr Adama NDIAYE

Expert en tourisme

affaire_de_malade

15 Commentaires

  1. Auteur

    Ponkal

    En Août, 2015 (12:58 PM)
      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   le tourisme doit être développé dans nos terroirs et pour le cas de cette université du sine saloum on s'en félicite.La zone de toubacouta est un bon endroit à découvrir
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (13:14 PM)
    N'importe quoi! vous perdez votre temps mais le tourisme même au niveau mondial est en crise. Donc le Sénégal n'y pourra rien du tout. Donc éviter de leurrer les jeunes qui vont suivre des formations en tourisme. Les universités de Thiès et de Ziguinchor sont de parfaites illustrations. Trois ans de formation même pas un petit stage.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (13:25 PM)
    si les étudiants des universités de Ziguinchor et de Thies n'ont pas de stage c'est la faute à qui.Moi j'ai fait mon stage dans un hôtel au cap skiring (région de ziguinchor)après avoir fait deux ans de formation dans un institut privé et mieux aujourd'hui tous les étudiants de ma promotion travaillent.  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">  
    {comment_ads}
    Auteur

    Door War

    En Août, 2015 (13:42 PM)
    Ndeyssan ...y'a des personnes qui sont en crise et pensent naturellement que tous les secteurs de la vie sont en crise.
    {comment_ads}
    Auteur

    Le Touriste

    En Août, 2015 (13:46 PM)
    Un projet de 41,3 milliards de francs Cfa pour un Village de vacances dans la zone de Nianing, à Mbour dont les travaux vont débuter en janvier 2016. C’est ce que porte le Club Med qui, dans ce cadre, a paraphé un protocole avec le gouvernement du Sénégal, hier, en présence du Premier ministre.



    Le Premier ministre Mahammad Boune Abdallah Dionne a procédé, hier, à la signature d’un protocole d’accord avec les promoteurs du Club Med. Ce nouveau partenariat public-privé entre dans le cadre de la relance du secteur touristique sénégalais. Le Club Med porte un projet de construction d’un Village de vacances, sur un terrain de 30 hectares à Nianing, à Mbour. Cet ambitieux projet d’un coût global de 41,3 milliards francs Cfa, en sus du Club Méditerranée sera réalisé par la société Vacances Cap Skirring Sa (Vacap), la Caisse de dépôts et consignations du Sénégal (Cdc) et le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis).

    «L’ambition du projet est de s’imposer comme la locomotive pour la relance du secteur touristique du Sénégal en général et de la Petite Côte en particulier. Le projet sera essentiellement porté par des investisseurs sénégalais qui détiennent d’ailleurs les 30% du capital. Et il vient à son heure en se positionnant dans le segment haut de gamme du tourisme», a déclaré le Premier ministre.

    Mahammad Boune Abdallah Dionne d’expliquer aussi que «la spécialité du Club Med va parfaitement en droite ligne avec l’objectif du Plan Sénégal émergent (Pse), qui, dans son volet touristique, vise l’atteinte de plus de 2 millions de visiteurs par an à l’horizon 2018. Club Med va ainsi concrétiser la volonté de l’Etat du Sénégal à travers un partenariat public-privé, pour booster le tourisme au Sénégal. La réalisation de ce projet va donc engendrer la création de plus de 1 000 emplois, dont 400 directs qui viendront s’ajouter aux mesures que le chef de l’Etat a récemment pris pour relancer le secteur».

    Pour sa part, le président du Club Méditerranée, Henri Giscard d’Estaing, a souligné que «nous avons décidé de développer de manière active le tourisme au Sénégal. Et ce projet de construction d’un village de vacances dénommé Club Med, dont le démarrage est prévu en début janvier prochain, en est un. Nous souhaitons également continuer l’élargissement de nos activités à travers tout le pays. Par exemple, à Cap Skirring où le Club Méditerranée a scellé un partenariat avec l’Ong Agrisud pour le développement de l’agriculture maraîchère. Un nouveau partenariat sera aussi étudié à Saraba, de même que les transferts et les transports seront sous-traités».

    «Il en est de même pour la relance des activités du tourisme local par les circuits et excursions axés sur la découverte des diversités culturelles et des sites du Sénégal (Lac Rose, delta du Saloum, nuit à Simal, bivouac et festival à Lompoul, ainsi que les visites de parcs à Bandia, Djoudj, Accro Baobab). Cela, sans compter l’impulsion de l’artisanat local utilisé directement dans le design du village et dans l’offre Boutique Club Med Réserve Saraba», a-t-il dit.a
    Top Banner
    Auteur

    Le Touriste

    En Août, 2015 (13:49 PM)
    Tourisme – Le Club Med paraphe un protocole de 41 milliards avec l’Etat pour construire un Village de vacances.



    Un projet de 41,3 milliards de francs Cfa pour un Village de vacances dans la zone de Nianing, à Mbour dont les travaux vont débuter en janvier 2016. C’est ce que porte le Club Med qui, dans ce cadre, a paraphé un protocole avec le gouvernement du Sénégal, hier, en présence du Premier ministre.



    Le Premier ministre Mahammad Boune Abdallah Dionne a procédé, hier, à la signature d’un protocole d’accord avec les promoteurs du Club Med. Ce nouveau partenariat public-privé entre dans le cadre de la relance du secteur touristique sénégalais. Le Club Med porte un projet de construction d’un Village de vacances, sur un terrain de 30 hectares à Nianing, à Mbour. Cet ambitieux projet d’un coût global de 41,3 milliards francs Cfa, en sus du Club Méditerranée sera réalisé par la société Vacances Cap Skirring Sa (Vacap), la Caisse de dépôts et consignations du Sénégal (Cdc) et le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis).

    «L’ambition du projet est de s’imposer comme la locomotive pour la relance du secteur touristique du Sénégal en général et de la Petite Côte en particulier. Le projet sera essentiellement porté par des investisseurs sénégalais qui détiennent d’ailleurs les 30% du capital. Et il vient à son heure en se positionnant dans le segment haut de gamme du tourisme», a déclaré le Premier ministre.

    Mahammad Boune Abdallah Dionne d’expliquer aussi que «la spécialité du Club Med va parfaitement en droite ligne avec l’objectif du Plan Sénégal émergent (Pse), qui, dans son volet touristique, vise l’atteinte de plus de 2 millions de visiteurs par an à l’horizon 2018. Club Med va ainsi concrétiser la volonté de l’Etat du Sénégal à travers un partenariat public-privé, pour booster le tourisme au Sénégal. La réalisation de ce projet va donc engendrer la création de plus de 1 000 emplois, dont 400 directs qui viendront s’ajouter aux mesures que le chef de l’Etat a récemment pris pour relancer le secteur».

    Pour sa part, le président du Club Méditerranée, Henri Giscard d’Estaing, a souligné que «nous avons décidé de développer de manière active le tourisme au Sénégal. Et ce projet de construction d’un village de vacances dénommé Club Med, dont le démarrage est prévu en début janvier prochain, en est un. Nous souhaitons également continuer l’élargissement de nos activités à travers tout le pays. Par exemple, à Cap Skirring où le Club Méditerranée a scellé un partenariat avec l’Ong Agrisud pour le développement de l’agriculture maraîchère. Un nouveau partenariat sera aussi étudié à Saraba, de même que les transferts et les transports seront sous-traités».

    «Il en est de même pour la relance des activités du tourisme local par les circuits et excursions axés sur la découverte des diversités culturelles et des sites du Sénégal (Lac Rose, delta du Saloum, nuit à Simal, bivouac et festival à Lompoul, ainsi que les visites de parcs à Bandia, Djoudj, Accro Baobab). Cela, sans compter l’impulsion de l’artisanat local utilisé directement dans le design du village et dans l’offre Boutique Club Med Réserve Saraba», a-t-il dit.a :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (13:52 PM)
    Le Club Med souhaite renforcer en Casamance avec l’extension de sa capacité au Cap skiring, l’allongement de la durée de sa saison et de la desserte aérienne, a annoncé son Président-directeur général, Henri Giscard d’Estaing.



    ’’Nous souhaitons nous renforcer en Casamance par l’extension de notre capacité et en renforçant la durée de la saison’’, a-t-il dit en marge de la signature du protocole d’accord pour la construction d’un village de vacances Club Med à Nianing (Ex-club Aldiana) à Mbour.



    Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a présidé vendredi, à la Primature, la cérémonie de signature d’un protocole d’accord avec le Club Méditerranée (Club Med), sur le développement des infrastructures hôtelières



    Le Président-directeur général du Club Med, a annoncé que sa société a un projet pour ‘’renforcer le pas d’attractivité en Casamance au Cap skiring et rallonger la durée de (la) saison’’



    ’’Nous souhaitons renforcer la desserte aérienne. Je me réjouis de l’aide du Premier ministre pour assurer le renforcement de la qualité de la desserte du Cap skiring. Nous voulons renforcer notre contribution au développement de l’agriculture en Casamance’’, a ajouté Henri Giscard d’Estaing.



    Club Méditerranée SA est le leader mondial des vacances ’’tout compris’’ et haut de gamme. Le Club Med est au Sénégal depuis 1973 à travers son village de Cap Skirring en Casamance .

    {comment_ads}
    Auteur

    Post Numéro 2

    En Août, 2015 (14:52 PM)
    ça se voit que tu n'as rien compris. le tourisme reste et demeure la premiére industrie mondiale. renseigne toi avant de placer tes balivernes. le tourisme est bel et bien une opportunité et une aubaine pour le Sénégal et mérite un chair comme c'est le cas dans tous les pays qui se respecte et qui aspire á cette manne financiére, la plus facile á capter avec des investissements pas du tout onéreux...
    {comment_ads}
    Auteur

    Aliou Sall

    En Août, 2015 (15:19 PM)
    Ce Monsieur GUIRO n 'a pas les compétences requises pour être recteur d 'une université pour laquelle , il reçoit un salire alors que l 'Etablissement est un projet. C 'est un assistant en nutrition diplôme équivalent de la licence obtenu en U RSS a l 'époque . C 'est le frère de Mody GUIRO de la CNTS et tous des Hal poulars . IL n 'a pas le niveau pour occuper le poste.
    Top Banner
    Auteur

    Bkn

    En Août, 2015 (16:42 PM)
    Félicitation monsieur!

    Au moins il y a des senegalais qui se soucient du développent (dans tous secteurs d'activités confondus) de leur localité et du sénégal en général.

    Le secteur du tourisme bat de l'aile, c'est la triste réalité. Mais je suis d'avis à ce que tu touches du doigt là ou il y a la plaie. C'est à dire en dehors du "phénomène" Ebola en Afrique et /ou de la crise économique qui frappe bcp de pays européens, il faut aussi chercher à éradiquer les facteurs internes qui favorisent la dégradation du secteur du tourisme tels que les mauvais comportements de certains citoyens à savoir des vols perpétrés à l'endroit des étrangers, la mendicité qui gagne du terrain allant jusqu'à perturber la quiétude de ces derniers sans oublier le manque d'hygiéne.......
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (17:05 PM)
    Poste 9 tu ne connais rien du Professeur GUIRO à moins d'être un cagoulard.Il fut mon professeur en Sciences Naturelles à la Faculté des sciences techniques que je remercie au passage pour m'avoir inculqué du savoir dont je me réjouis aujourd'hui en tant que ingénieur dans une grande institution internationale.Mr GUIRO est un professeur titulaire des universités et je te conseille d'aller faire des recherches. :emoshoot:  :emoshoot:  poste 9
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Town

    En Août, 2015 (17:18 PM)
    La debat doit être objective et constructive pauvre poste 9. Nous sommes fiers de voir notre professeur relever un grand défi qui est de conduire un projet ambitieux du gouvernement.Cette université agricole est la première en Afrique de l'ouest.Il faut se poser la question à quand son ouverture?
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme Kasereka

    En Août, 2015 (07:00 AM)
    Menteur Mr GUIRO est prof titulaire CAMES c'est vrai qu'il est le frere de Mody GUIRO grand syndicaliste honte respectable respectueux mention spéciale pour cette famille humble

    Top Banner
    Auteur

    Saloum Saloum

    En Août, 2015 (11:25 AM)
    Ça n'a pas de sens d'attaquer à l'honorabilité d'un citoyen honnête qui a une compétence reconnu et un background avéré.le chien aboie la caravane passe
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (11:37 AM)
    Amadou Tidiane Guiro, professeur titulaire en nutrition et alimentation à la Faculté des sciences et techniques de l ’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) affirme que la pastèque contient une substance qui agirait de la même manière que le viagra dans l’organisme humain.

    « C’est une étude qui a fait l’effet d’une bombe. Cela dit que la pastèque contient une substance qui s’appelle la citrulline, qui une fois dans l’organisme va stimuler la dilatation des vaisseaux sanguins. Le viagra agirait aussi selon le même mécanisme.

    Cela ne signifie pas que la pastèque va produire le même effet que le viagra. C’est parce que la citrulline dilate les vaisseaux sanguins, le viagra dilate les vaisseaux sanguins, et effectivement il y en a qui en ont fait un amalgame.

    Cet effet de dilation des vaisseaux sanguins, c’est quelque chose de positif et n’apporte pas de problèmes secondaires. Quant a dire que la pastèque a le même effet que le viagra, je ne peux pas affirmer qu’ils ont le même effet chez l’homme », a dit le professeur dans une interview avec nos confrères de Sud.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email