Mardi 28 Juin, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Culture

À la découverte de la mythique case à Impluvium : Une architecture Diola!

Single Post
À la découverte de la mythique case à Impluvium
Une fascinante case qui date de deux siècles et demi a été découverte à Enampore, dans le département de Ziguinchor en Casamance, dans le cadre d'un périple touristique.

Selon nos informations, la case a été construite par un certain Akhoufa Manga, un architecte autodidacte.

Une case à impluvium est un type de logement typique des Diolas dans la région Casamance du Sénégal. Il s’agit d’un bâtiment de boue circulaire, construit avec un cercle de pièces autour d’une passerelle qui circonscrit une tranchée d’eau centrale, alimentée par une ouverture qui laisse l’eau entrer dans le bâtiment. Cette case à impluvium et la case à étages, réalisations typiques, ont contribué grandement à la notoriété de l'architecture diola. Fait d’argile et de paille, l'endroit a toujours été un lieu de refuge pour certaines familles contre l'acharnement des colons.

Les Diolas sont les meilleurs architectes d’Afrique si on peut dire ça, avec cette construction authentique. Ils l’ont montré avec leurs antiques cases à étages, merveilleux châteaux en terre, et avec leurs cases à impluvium qui n'ont comme seules égales que les cases à impluvium de Papouasie-Nouvelle-Guinée à l’est de l’Indonésie. L’habitat traditionnel diola est donc constitué de murs en terre. Contrairement aux autres ethnies du Sénégal, il s’agit véritablement de maisons contenant plusieurs pièces (en moyenne cinq).

Cette architecture complexe est également enrichie de greniers à riz présents dans toutes les habitations, principalement au-dessus de la chambre du chef de famille. L’habitat traditionnel diola est en effet composé de chambres, d’une salle commune que l’on peut considérer comme un salon, et d’une grande terrasse couverte entourant parfois l’intégralité de la maison. 

Le Diola a donc toujours attaché une grande importance à son bien-être à domicile. La longue et abondante saison des pluies caractérisant la Casamance a également influencé l’architecture et les matériaux.

Toutes les cases sont ainsi construites sur un socle de terre d’environ 50 cm afin de surélever l’habitat et de l’isoler de l’humidité du sol. La couverture de leur toiture, toujours rectangulaire, est généralement constituée de chaume empêchant  complètement la pénétration de l’eau dans les greniers contenant le riz. La terrasse et les petites fenêtres assurent à la maison une très bonne circulation de l’air et une fraîcheur renforcée par l’utilisation de la terre pour les murs.

Habitée aujourd'hui par la famille Manga, la case accueille chaque année des milliers de visiteurs venus partout à travers le monde pour découvrir ce chef-d'œuvre. Selon Joël Diatta, un guide touristique, "la case est dans un état piteux actuellement par un manque d'entretien et de moyens. Avant  sa mort, Emile Badiane faisait l'entretien avec le changement des paille chaque trois ans et le dernier en date c'était en 1972", explique-t-il. Certains  aussi suggèrent que le ministère de la Culture,  à travers la Direction du patrimoine, prenne en compte l'existence de cet édifice qui fait le charme de toute une région.


5 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 5 jours (13:06 PM)
    Il n'y a rien de complexe dans cette architecture. Ah les Africains; si ce n'est les anciens Egyptiens, aucun autre peuple n'a rien fait d'extraordinaire. Basta 
    Top Banner
    • Auteur

      Mbaba

      il y a 5 jours (13:22 PM)
      Toi tu dois etre un fou.Tu as certainement quuelquechose contre les DIOLAS en particulier et en general contre les CASAMANCAIS.Espece de mecontent.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    il y a 5 jours (13:11 PM)
    Pourquoi en parler qu aujourdhui? 
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Egnab

      il y a 5 jours (15:13 PM)
      Il faut attendre ta mort pour en parler? Pourquoi cette haine envers les diolas? Sois honnête, c'est une architecture particulière. Les cases diolas ne sont pas toutes rectangulaires, d'autres sont circulaires d'un terroir à un autre. Le changement de paille se fait chaque deux ans pour permettre aux autres d'en disposer pour  leurs cases. Voilà un sens de partage entre les populations. Ces cases peuvent durer 100 ans. L'autre particuliraité est qu'aucune balle de fusil ne peut traverser le mur qui est compact. C'est donc un abri contre les balles.
    {comment_ads}
    Auteur

    Impluim

    il y a 5 jours (13:50 PM)
    rien d extraordinaire. partout en afrique il y a tjrs kelkechose
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    il y a 5 jours (14:54 PM)
    Oui incontestablement une si belle architecture. africaine avec des intrants entierement  locaux Bravo ! Un peup;le inventif,discipliné, travailleur et integre. Les Diolas sont parmi nous, des moins touchés par les crimes, les vols et la déparavation des moeurs. Généralement bons travailleurs et des qualités séculaires. A César, ce qui appartient à César
    {comment_ads}
    Auteur

    Nianthio

    il y a 5 jours (15:01 PM)
    Voilà l'œuvre de braves ancêtres dignes et travailleurs. On est béni quand on passe une nuit dans cette architecture. 

    C'est ça qu'on doit montrer pour que les gens sachent que le diola n'est pas celui qu'on nous montre aujourd'hui, celui qui a été eduque très loin des réalités de la communauté diola. Le diola connaît la sacralisation du DROIT D AINESSE 
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email