Mercredi 03 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

Actualité économique internationale du lundi 20 avril 2015

Single Post
Le Monument de la Renaissance africaine

-DAKAR- Le montant moyen des soumissions hebdomadaires des banques de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) sur le marché des adjudications, a connu une baisse de 3,3% en février 2015 comparé au mois de janvier 2015, a-t-on appris lundi auprès du siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) basé à Dakar.

Ce montant moyen est passé de 1.449,400 milliards FCFA en janvier 2015 à 1.401,900 milliards FCFA en février 2015, soit une baisse de 47,500 milliards FCFA. Le taux moyen pondéré sur le guichet hebdomadaire est ressorti à 2,55% en février 2015, soit une stabilité par rapport au mois précédent. Quant à l'évolution du marché interbancaire de l'UEMOA, la BCEAO signale qu'elle a été marquée durant la période sous revue par une hausse du volume des transactions et une baisse des taux d'intérêt.  Le volume moyen hebdomadaire des opérations interbancaires, toutes maturités confondues, s'est en effet établi à 111,600 milliards FCFA contre 105,300 milliards FCFA en janvier 2015. 


-NEW YORK-Wall Street a fini en hausse lundi, saluant une mesure de relance économique en Chine et des résultats d'entreprise globalement satisfaisants: le Dow Jones a pris 1,17% et le Nasdaq 1,27%.

Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 208,63 points à 18.034,93 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 62,79 points à 4.994,60 points.
L'indice élargi S&P 500, sur lequel se basent de nombreux investisseurs, a gagné 0,92%, soit 19,22 points, pour terminer à 2.100,40 points.
Les grands indices se sont repris après le repli de vendredi, après que la Banque centrale chinoise (PBOC) a réduit plus que prévu le ratio de réserves obligatoires des banques, ont expliqué les analystes de Wells Fargo. Cette mesure est destinée à injecter plus de liquidités dans le système, afin de soutenir une croissance en perte de vitesse dans la deuxième économie mondiale. Cette mesure a également été saluée par les grandes places européennes, la Bourse de Francfort, celle de Paris et celle de Londres ayant fini également en hausse lundi.


-NEW YORK- Les cours du pétrole sont remontés lundi à New York, les investisseurs reprenant foi dans un repli de la production et des stocks américains en dépit d'inquiétudes sur le niveau de la production saoudienne.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai a pris 64 cents, à 56,38 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).
Soutenus avant l'ouverture des échanges par l'annonce d'une mesure de relance en Chine, les cours ont subitement reflué après des déclarations du ministre saoudien du pétrole Ali al-Naïmi faisant état d'une forte production, avant de repartir à la hausse sur des estimations optimistes des réserves américaines.
La séance a été agitée, a résumé John Kilduff, chez Again Capital. Le marché essaie de voir quand la vague de la production américaine va refluer, et des chiffres publiés lundi par la société Genscape ont donné un regain d'optimisme, a-t-il expliqué. Genscape a en effet annoncé que les réserves du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, sud) avaient reculé de 900.000 barils, selon des informations de presse.


-NEW YORK-L'euro perdait du terrain face au dollar lundi, lesté par un regain d'inquiétudes concernant les négociations entre la Grèce et ses créanciers alors qu'Athènes demeure sous la menace d'un défaut de paiement sur sa dette.

Vers 16H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,0756 dollar, contre 1,0810 dollar vendredi vers 21H00 GMT. La devise européenne baissait également face à la devise nippone, à 128,29 yens contre 128,49 yens vendredi soir. Le dollar se reprenait face à la monnaie japonaise, à 119,27 yens - après être tombé vers 06H05 GMT à 118,53 yens, au plus bas en près d'un mois - contre 118,86 yens vendredi soir. Ainsi, "le spectre d'un défaut de la Grèce pèse sur la paire euro-dollar", commentait Adrian Raymond, analyste chez FXCM. "En dépit des liquidités d'urgence que la Banque centrale européenne (BCE) fournit aux banques grecques, le risque d'une véritable asphyxie du système bancaire hellénique grandit chaque jour", soulignait M. Raymond.


-PARIS- Les taux d'emprunt ont évolué dans de très faibles marges lundi sur le marché obligataire en zone euro, dans une séance dénuée de rendez-vous majeur.

Il y a "un peu plus d'appétit pour le risque" en début de séance, note Patrick Jacq, un stratégiste obligataire de BNP Paribas, qui souligne cependant que ces mouvements interviennent "dans un marché assez creux". Les taux d'emprunt se sont d'ailleurs globalement stabilisés par la suite.

A 18H00, le taux à 10 ans de l'Italie a terminé à 1,485% contre 1,478% vendredi, sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.
De son côté, le taux de même échéance de l'Espagne a fini à 1,464% contre 1,454%.
Pour M. Jacq, le marché reste prudent car "la Grèce est un peu sous pression".
Le taux à 10 ans du pays est remonté à 13,287% contre 12,897% vendredi.
Le pays est pressé de toutes parts pour présenter son programme de mesures budgétaires, qui lui permettront de continuer à recevoir l'aide internationale dont elle a besoin pour ne pas faire défaut sur sa dette. La prochaine échéance est une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Riga (Lettonie) le 24 avril.


-BRUXELLES- La Banque centrale européenne (BCE) a vu ses résultats se replier en 2014, année marquée par plusieurs mesures inédites. Le bénéfice net de l'institution monétaire de Francfort a reculé de 31% à 989 millions d'euros (1,01 milliard de francs), selon le rapport annuel.

Le cru 2014 a été marqué par une augmentation de 150 millions d'euros des charges d'exploitation, liée essentiellement au coût de la mise en place du mécanisme de surveillance unique, premier jalon du projet d'union bancaire destiné à éviter de nouvelles crises financières en Europe.  Les charges de personnel ont en particulier progressé, alors que la nouvelle autorité de supervision européenne a pris ses fonctions en novembre. Au 31 décembre, les effectifs de la BCE atteignaient 2577 personnes, contre 1790 un an plus tôt.
"En 2014, la Banque centrale européenne a, comme jamais auparavant, été engagée sur un nombre de fronts extraordinaire", a souligné son président Mario Draghi dans un avant-propos. "Les premiers signes montrent que l'ensemble de nos mesures, combinées, ont été efficaces", estime l'Italien.


liiiiiiiaffaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email