Vendredi 05 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

Actualité économique internationale du lundi 4 mai 2015

Single Post
Actualité économique internationale du lundi 4 mai 2015


-PARIS - L'euro s'affaiblissait légèrement face au dollar lundi dans un marché tranquille en l'absence des courtiers londoniens et dans l'attente de la diffusion en fin de semaine du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis.
Vers 16H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,1151 dollar contre 1,1200 dollar vendredi vers 21H00 GMT.

L'euro perdait aussi un peu de terrain face à la monnaie nippone, à 134,07 yens contre 134,56 yens vendredi soir. Le dollar montait légèrement face à la devise japonaise, à 120,24 yens, contre 120,14 yens vendredi. L'annonce en début d'échanges new-yorkais d'un rebond conforme aux attentes des commandes industrielles aux Etats-Unis en mars, après sept mois consécutifs de baisse, n'a pas eu d'effet particulier sur le marché.


-NEW YORK-Les cours du pétrole ont perdu un peu de terrain lundi, dans un marché qui manquait toujours de visibilité sur le niveau à venir de l'offre et n'a guère trouvé de réponses dans une actualité limitée.
Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juin a perdu 22 cents à 58,93 dollars en clôture sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).
A Londres, où les échanges étaient limités en raison d'un jour férié, le cours du baril de baril de Brent pour livraison en juin est resté presque stable, perdant un cent à 66,45 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).
Il n'y a pas eu grand-chose de nouveau, a reconnu Bart Melek, de TD Securities. Ce qui se passe, c'est que les gens continuent à se préoccuper de la perspective d'une offre toujours excédentaire.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) produit 31,3 millions de barils par jour, selon une étude de l'agence Bloomberg News pour le mois d'avril, la production ne baisse pas très vite aux Etats-Unis et les chiffres de cette semaine sur les réserves américaines pourraient bien plomber les cours du WTI après leur publication mercredi, a-t-il énuméré.


-NEW YORK- Wall Street est restée lundi sur sa tendance haussière de vendredi, faisant preuve d'un optimisme prudent à quelques jours des chiffres sur l'emploi d'avril: le Dow Jones a pris 0,26% et le Nasdaq 0,23%.
Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 46,34 points à 18.070,40 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 11,54 points à 5.016,93 points.
L'indice élargi S&P 500, sur lequel se basent beaucoup d'investisseurs, a dépassé en séance son dernier record de clôture avant de terminer la séance un peu au-dessous, à 2.114,49 points, soit une progression de 0,29% ou 6,20 points.
Selon Bill Lynch, chez Hinsdale Associates, il y a de l'optimisme sur les chiffres de l'emploi de vendredi, qu'on attend bons, signalant le redémarrage de la croissance après un premier trimestre presque au point mort.
Le département du Travail doit livrer en fin de semaine son estimation du nombre de créations d'emploi en avril et du taux de chômage.


-PARIS- La remontée des taux d'emprunts des pays les plus solides de la zone euro s'est poursuivie lundi, sous l'effet d'un mouvement de vente massif.

"Nous sommes passés d'une situation où tout le monde voulait acheter des titres de dettes à une configuration typique d'un mouvement d'emballement où la plupart des investisseurs veulent vendre en même temps", a résumé Cyril Regnat, un stratégiste obligataire de Natixis.
"Personne ne sait combien de temps ce mouvement plutôt excessif va durer", a-t-il ajouté.
Selon lui, "alors même que cette montée rend plus attractifs" les achats de titres de dette des pays les plus solides, "personne ne veut faire le premier pas et tant que personne ne le fera, la tendance restera à la hausse".
Et les achats de la Banque centrale européenne (BCE), dans le cadre de son vaste plan de soutien monétaire, "ne sont pas à même actuellement de compenser ce mouvement", a-t-il observé.

-ATHENES- La Grèce a demandé lundi avec insistance à ses créanciers de lui verser de l'argent en échange des récents progrès accomplis dans les négociations, assurant qu'il n'y a plus de liquidités dans l'économie grecque.
Les progrès enregistrés doivent constituer un passeport pour l'assouplissement du financement de l'économie grecque, a estimé, lors d'un point de presse à Athènes, Gabriel Sakellaridis, le porte-parole du Premier ministre Alexis Tsipras.
Selon M. Sakellaridis, Athènes souhaite arriver à un accord global (avec ses créanciers, UE, FMI, BCE, ndlr) d'ici fin mai ou fin juin, un accord ayant la plus grande durée possible, et sans passer nécessairement par un accord intermédiaire.
Interrogé sur le point de savoir si cet accord global comprendrait la renégociation de la dette, M. Sakellaridis a répondu : C'est le gouvernement qui décidera le moment opportun de poser cette question.


-DAKAR-L’activité économique (hors agriculture et sylviculture) au Sénégal a connu une forte progression de 14% en rythme mensuel en mars 2015 comparé au mois de février 2015 où elle s’était repliée de 0,5%, a-t-on appris lundi auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).


Cette situation s'explique, selon la DPEE, par ‘'une bonne évolution d'ensemble des secteurs primaire (plus 9,8%), secondaire (plus 10,5%) et tertiaire (plus 14,1%)''.
Comparativement à la même période de l'année 2014, une progression de 7,1% de l'activité économique est notée, en mars 2015, tirée principalement par les secteurs tertiaire (plus 7,3%) et secondaire (plus 4,2%).



liiiiiiiaffaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Zerohedge

    En Mai, 2015 (07:08 AM)
    Ce resume concernant Wall Street est loin de refleter la realite. En effet, les chiffres de l'emploi au mois de mars etaient bel et bien au-dessous des estimations des analystes avec seulement 140 000 (bien inferieure a la moyenne mensuelle de 200000). Le veritable probleme est l'appreciation significative de la monnaie americaine qui est en train d'oter a l'economie americaine des gains de competitivite.C'est un nouveau element qui risque de remettre en cause les hypotheses de croissance les plus credibles (PIB de d'environ 3% pour 2015) basee sur une solide demande avec comme support un faible cout de l'energie. Bill Gross de Janus Fund et Karl IKhan sont deja montes au crenau pour predir la fin de l'euphorie boursiere (ou la divergence entre l'economie reelle et financiere). Mieux Gross pense que la correction est inevitable.

    • Auteur

      Serigne

      En Mai, 2015 (08:58 AM)
      si vous êtes contre l'envoi de nos soldats au yémen, allez signer la pétition sur :

      secure.avaaz.org/fr/petition/mr_macky_sall

      _president_de_la_republique_du_senegal_

      contre_lenvoi_de_2100_soldats_senegalais_au_yemen/?nnfbrjb

      il suffit de copier/coller le lien sur votre navigateur internet
    • Auteur

      Zerohedge

      En Mai, 2015 (18:51 PM)
      cette appreciation de la monnaie americaine est a l'origine du deficit record du commerce exterieur enregistre au mois de mars de l'orddre de $51,4 milliards. ce niveau de deficit n'a pas ete atteint depuis 6 ans et demi ou il etait de $ 45,2 milliards.on assiste a une stagnation des indices boursiers (dow, nasdaq et s&p 500) depuis qu'ils ont atteint leur sommet. les chiffres de l'emploi d'avril vont nous donner une idee sur la tendance ou l'evolution de lactivite economique au deuxieme trimestre et des intentions de la fed. cela dit il faudra attendre la publication des resultats des entreprises. l'heure n'est pas a l'optimisme pour wall street.
      ,

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email