Mardi 27 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Actualité économique internationale du vendredi 5 juin 2015

Single Post
Actualité économique internationale du vendredi 5 juin 2015

-NEW YORK- Les cours du pétrole ont monté vendredi à New York, le marché oubliant la décision de l'Opep de maintenir sa production à un haut niveau, ce à quoi il s'attendait de toute façon, pour se concentrer sur des perspectives favorables aux Etats-Unis.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet, qui avait perdu plus de trois dollars lors des deux précédentes séances, a rebondi de 1,13 dollar à 59,13 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).
A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a pris 1,28 dollar à 63,31 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).
Attentif depuis le début de la semaine au sommet semestriel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à Vienne, le marché a pris connaissance vendredi de la décision finale du cartel, qui a maintenu en l'état son plafond de production. Même si elle semble en soi négative pour un marché déjà inquiet de la surabondance d'or noir, la décision de l'Opep était sans surprise, comme l'a noté Phil Flynn de Price Futures Group, et les cours y ont résisté avant d'accélérer leur hausse en fin de séance.
Dominée par l'Arabie Saoudite, l'Opep a jugé que ses pays membres ont confirmé leur engagement pour un marché du pétrole stable et équilibré en maintenant leur plafond officiel de production à 30 millions de barils par jour.

 

-NEW YORK-La Bourse de New York a fini sans direction vendredi après les bons chiffres de l'emploi américain, hésitant à s'en réjouir ou à craindre la hausse des taux d'intérêt qu'ils pourraient présager: le Dow Jones a cédé 0,31%, le Nasdaq a gagné 0,18%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 56,12 points, à 17.849,46 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 9,33 points, à 5.068,46 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, a cédé 0,14%, soit 3,01 points, à 2.092,83 points.
Le premier réflexe des investisseurs à l'ouverture avait été de vendre des actions, de peur que l'accélération du rythme des créations d'emploi, qui a atteint 280.000 en mai, bien plus que prévu, ne pousse la Réserve fédérale (Fed) à hâter la hausse des taux d'intérêt qu'elle dit espérer réaliser cette année. Puis le marché s'est rapproché de l'équilibre, jugeant que les créations d'emploi, la hausse du taux de chômage, où les économistes voient surtout la marque de nouvelles arrivées sur le marché du travail, ainsi que l'augmentation de la rémunération horaire moyenne, constituaient aussi des signes de croissance à venir.
Les investisseurs sont partagés entre se réjouir pour l'économie ou s'inquiéter pour les taux, a indiqué Jack Ablin, chez BMO.

 

-DAKAR-Le Port autonome de Dakar (PAD) paiera les intérêts semestriels et le remboursement partiel du capital de son emprunt obligataire 7% 2010-2017 pour un montant de plus de 1,400 milliard FCFA (environ 2,240 millions de dollars) le 22 juin prochain, a appris vendredi APA auprès de l’entreprise portuaire sénégalaise.

 Le montant global net d'impôt est de 1,439 milliard FCFA (environ 2,303 millions de dollars). En mai 2010, le Port de Dakar avait émis un emprunt obligataire d'un montant de 10 milliards FCFA (environ 19 millions de dollars) à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Les objectifs visés à travers l'emprunt obligataire étaient entre autres l'approfondissement du chenal d'accès extérieur des bateaux et la réhabilitation du wharf pétrolier communément appelé quai pétrolier.
 Cet emprunt était assujetti au paiement d'intérêts de 7% aux investisseurs ainsi que le remboursement du capital suivant des échéanciers bien déterminés. Ces conditionnalités devant prendre fin en 2017, ont été jusqu'à présent respectées par l'entreprise portuaire sénégalaise.

 

-NEW YORK- Les cours du pétrole ont monté vendredi à New York, le marché oubliant la décision de l'Opep de maintenir sa production à un haut niveau, ce à quoi il s'attendait de toute façon, pour se concentrer sur des perspectives favorables aux Etats-Unis.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet, qui avait perdu plus de trois dollars lors des deux précédentes séances, a rebondi de 1,13 dollar à 59,13 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a pris 1,28 dollar à 63,31 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Attentif depuis le début de la semaine au sommet semestriel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à Vienne, le marché a pris connaissance vendredi de la décision finale du cartel, qui a maintenu en l'état son plafond de production. Même si elle semble en soi négative pour un marché déjà inquiet de la surabondance d'or noir, la décision de l'Opep était sans surprise, comme l'a noté Phil Flynn de Price Futures Group, et les cours y ont résisté avant d'accélérer leur hausse en fin de séance.

 

-LONDRES- Les cours des métaux précieux ont baissé cette semaine, poursuivant dans l'ensemble un mouvement de baisse alimenté par un dollar toujours robuste et par des données encourageantes sur le marché du travail américain.

"Les cours de l'or ont dégringolé vendredi après les bons chiffres de l'emploi américain", a observé Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Le prix de l'once de métal jaune est ainsi tombé à 1162,75 dollars vendredi, son niveau le plus faible en près de trois mois, après l'annonce d'un bond des créations d'emplois aux États-unis en mai.
Le marché de l'emploi a repris de la vigueur en mai aux États-Unis, les créations d'emplois dépassant les prévisions des analystes. Selon des chiffres publiés vendredi, l'économie a généré 280'000 nouveaux emplois en mai, le plus haut niveau des créations d'emplois depuis décembre, alors que les analystes tablaient sur 225'000 créations nettes.
Le cours de l'or, un des actifs vus comme les plus sûrs par les investisseurs, subissait ainsi l'effet conjugué d'une amélioration des perspectives de la première économie mondiale, faisant se tarir l'intérêt pour les valeurs refuges, et d'une hausse du dollar, qui rend les achats de matières premières libellées dans la monnaie américaine moins attrayants pour les investisseurs munis d'autres devises.

 

-PARIS- Les taux d'emprunt en zone euro se sont tendus vendredi sur le marché obligataire, pénalisés par la Grèce et après de bons chiffres de l'emploi américain.

"C'est une nouvelle séance difficile avec la combinaison de deux facteurs, à savoir l'emploi américain et la Grèce", résume Cyril Regnat, stratégiste obligataire chez Natixis.
Il rappelle que le marché obligataire avait connu une séance marquée par une grande volatilité la veille.
A 18H00, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne a progressé à 0,844% contre 0,838% jeudi sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.
De même, le taux de la France s'est tendu à 1,164% (contre 1,143). Les dettes des pays du sud de la zone euro ont davantage souffert. Le taux de l'Espagne a progressé à 2,224% (contre 2,109%), de l'Italie à 2,242% (contre 2,145%) et de la Grèce à 11,218% (contre 10,911%)
.


affaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Zerohedge

    En Juin, 2015 (07:44 AM)
    Malgre les bons chiffres de l'emploi au mois d'Avril avec une creation nette de plus 280 000 emplois, la hausse des indices n'etait pas au rendez-vous a l'exception du Nasadaq (plus 9.3 points ou 0,18%).Cela peut simplement s'expliquer par une crainte des investisseurs d'une confirmation a travers ces bons chiffres que la future hausse des taux d'interet est inevitable. C'est ce sentiment qui pese sur la psychologie du marche en sus d'une excessive capitalisation boursieres des entreprises sans oublier la baisse de la liquidite au niveau du marche des obligations.Cette volatilite va continuer jusqu'a la nouvelle saison des resultats financiers des entreprises du deuxieme trimestre a defaut d'une correction significative. Nous assistons a une transition de la politique monetaire entre une periode d'abondance de liquidite (provenant des QE-quantitative easing) a une programmation d'une hausse graduelle du taux d'interet.
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email