Jeudi 16 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

Le secteur privé pour une spécification de la part réservée aux sociétés nationales dans les projets publics

Single Post
Economie au Sénégal, illustration
Des représentants du privé national ont appelé, mardi à Dakar, les pouvoirs publics sénégalais à une redéfinition des critères déterminant le statut juridique des sociétés de droit sénégalais, en vue de mieux spécifier la part réservée aux sociétés nationales dans les projets de développements.

" Le secteur privé national n’a pas la même compréhension de la nationalité’’ comparée à celle de l’Etat, a par exemple avancé le président du Conseil national du patronat (CNP), Baïdy Agne.
" Pour nous, la société n’est nationale que si elle détient les 51% de l’actionnariat" d’une entreprise, a-t-il dit au cours d’une séance de travail entre les services du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan et le secteur privé national.
Cette rencontre présidée par le ministre Amadou Ba, a vu la participation du ministre en charge du Suivi du PSE Abdoul Aziz Tall, du ministre délégué chargé du Budget Birima Mangara.

Des représentants d’organisations patronales et des opérateurs économiques étaient également de cette rencontre, dont Mansour Cama, Baïdy Agne, Idy Thiam, Mbagnick Diop, Serigne Mboup et Cheikh Amar.
Au cours de cette séance de travail et d’échanges, les services du département de l’Economie et des Finances ont présenté au privé sénégalais la stratégie économique du Sénégal, les orientations économiques du PSE et les perspectives budgétaires de 2016.

"Il faut que l’on s’accorde sur les termes de définition, parce qu’on dit souvent que le secteur privé national est impliqué mais en réalité, il s’agit tout simplement d’entreprises de droit commun sénégalais dont l’actionnariat est détenu par des étrangers", a insisté Baïdy Agne.
"Beaucoup d’entreprises viennent au Sénégal -c’est le cas notamment des chinoises- pour des projets de construction de stades ou autres infrastructures majeures. Après elles vont s’installer définitivement, profitant du flou des textes et certaines directives communautaires au détriment du privé national", a de son côté fait valoir le président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES), Mansour Cama.

MTN/BK

liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Neuilly)sur)seine

    En Décembre, 2015 (19:32 PM)
    je ne fais plus confiance aux institutions senegalaises. Un president incapable de gerer un pays. non deuk bi bi dou dem :thumbsdown: 
  2. Auteur

    Samourai101

    En Décembre, 2015 (20:58 PM)
    Il est temps pour notre secteur prive de comprendre le jeu de la mondialisation et de travailler pour ameliorer graduellement sa competitivite. L' Etat ne peut pas aller demander des financement exterieurs pour le PSE et vouloir en meme temps reserver des part de marche au prive national. Le moment est venu de renoncer au biberon et de prendre en charge votre propre destin. Le favoritisme donne toujours lieu a des prestations sub-optimales et perpetue un etat d' esprit qui est nuisible au progres.
    • Auteur

      Author Reply

      En Décembre, 2015 (21:51 PM)
      merci.
      d'autant plus 80 pour cent des entreprises dites privées n'ont pas les compétences requises pour exécuter complètement un appel d'offre. pourtant elles fournissent toujours les papiers qu'on leur demande, rafle les marchés et ne les executent pas conformément aux spécifications, la justice ne leur fait plus peur ce qui fait qu'elles ont complètement pourri les marchés publiques.
    Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (01:21 AM)
    now your talking
    Auteur

    Alex

    En Décembre, 2015 (05:07 AM)
    Notre secteut prive doit etre competitif. On peut demander une part du marche parce qu'on est Senegalais. Priere de me montrer une seule realisation du secteur prive a grandes echelles. Les routes qui au bout de six mois prennent de l'eau. Diamniadio ou le premier ministre a du tape sur la table pour que le secteur prive respecte ses engagements. Le monde a change, il faut changer avec le monde. Si l'expertise est ailleurs allons la chercher. J'ai presque un demi siecle de vie on arrive meme pas a bien gerer et recycler nos ordures avec un sdcteur prive a se remplir les poches. Au Senegal en parlant on pense qu'on fait, faire c'est pas parler.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email