Lundi 17 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Makhtar Cissé, Senelec : « Le passage de la centrale de combustible charbon au combustible gaz est envisagé »

Single Post
Makhtar Cissé, Senelec : « Le passage de la centrale de combustible charbon au combustible gaz est envisagé »

Le projet de construction de la centrale à charbon de Bargny a été lancé hier pour répondre au déficit en électricité à travers la filière charbon. Les travaux de construction de la Centrale avaient connu un arrêt depuis mars 2014, suite à des difficultés dans la gestion du projet. « Aujourd’hui, avec l’arrivée de Quantum Power, un investisseur de renommée, la construction de la centrale avance à grands pas, comme il nous est permis de le constater durant la visite de terrain », s’est réjouit Makhtar Cisse, directeur général de la Senelec.

Selon lui « pour marquer l’inscription des parties dans une démarche de développent durable, une étude de faisabilité sera faite dans le but d’envisager le passage de la centrale de combustible charbon au combustible gaz », a-t-il dit. Sur le plan social, des projets communautaires ont été identifiés et déclinés dans le plan d’actions sociales attaché au protocole. Ce plan est validé d’accord partie pour être exécuté par la Compagnie d’électricité du Sénégal (Ces) et Senelec, selon le schéma défini avec les autorités municipales. La mise en application du protocole fera l’objet d’une évaluation par un comité de suivi mis en place, a-t-il dit.


liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Zzzz

    En Mars, 2017 (15:55 PM)
    L'un des rares DG des strucutures de l'etat qui méritent entièrement leur salaire. Courage nous avons vu les efforts consentis pour l’amélioration de la SENELEC :brawoo: 
  2. Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (19:29 PM)
    profondement deçu par ce projet d'arriière garde:les européens démantèlent leurs centrales à charbon à cause de leur potentiel polluant .et nous prenons le relaie de la pollution.C'est comme si nous étions obligés de passer par leurs erreurs avant de trouver la bonne voie. Ou sont les énergies propres comme le solaire, l'éolienne, marée motrice??? le charbon c'est NUL aucune emergeance ne peut justifier un tel gachis :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (20:33 PM)
    Il vaudrait mieux changer tout de suite, le mix énergétique pourquoi pas sauf le charbon et le nucléaire. Vous aurez dans 5 ans du Gaz et du pétrole, anticipez!
    Auteur

    N'goné Latyr

    En Mars, 2017 (21:19 PM)
    Bonsoir,

    Heureusement que Mr Cissé est arrivé à la tête de la SENELEC avec cette vision de changer l'option charbon à la place du gaz. Nous savons tous que le charbon est très polluant (oxides de soufre & d'azote particules) des techniques existent pour réduire les emissions de dyoxide de carbone (CO²). Il faut passer au gaz pour préserver l'environnement et les populations.

    Bravo à Mr Cissé !

    Merci,

    Auteur

    Bargnyditnonaucharbon

    En Avril, 2017 (13:07 PM)
    Il est aberrant que le Sénégal dispose de gisement de gaz, et s'entête à importer du charbon jusqu'en Afrique du Senegal. A l'heure où les centrales au charbon sont démantelées partout dans le monde à cause de leur nocivité car étant source de pollution, l'Etat du Sénégal impose au Bargny cette centrale. Alors qu'il est prouvé et attesté que Bargny est la zone la plus polluée de la région du Senegal car cause de la présence de la Sococim et de ses carrières. Il faut noter que les populations de Bargny sont victimes de l'érosion côtière, leurs maisons s'écroulent sous le poids des vagues et de l'avancée de la mer. La commune de Bargny avait initié 2 projets de lotissement appelés Miname 1 et Miname 2 pour un total de 1433 parcelles. Ces dernières ont été distribuées aux populations de Miname et bargny Guédj victimes de l'avancée de la mer. L'Etat du Sénégal a implanté le projet de la centrale dans le site qui abrite les lotissements de Minam 1 et 2.

    Aujourd'hui, la Sénélec propose la somme de 600 millions pour indemniser les 1433 propriétaires de parcelles. Cela revient à un peu moins de 420 000 Fcfa par parcelle. Cela est plus que ridicule et intolérable. L'actuel maire de Bargny, pour détourner cet argent propose de prendre une partie de cette somme pour procéder au lotissement de bargny ville verte. Il faut retenir que bargny ville verte a déjà été morcelée et une bonne partie vendue par leurs propriétaires. Nous attirons au DG de la Sénélec sur le fait que Bargny ne dispose plus d'espace pouvant recaser 1433 parcelles. L'Etat du Senegal doit permettre à la disposition des propriétaires de parcelles un site de recasement dans l'espace communal sur les terres allouées au pôle urbain

    Auteur

    Wabargny

    En Avril, 2017 (13:21 PM)
    Le site où est implanté cette centrale au charbon a été auparavent morcelée et attribuée à des bénéficiaires qui disposent ainsi de droits de propriété. Selon les autorités locales, les lotissements visaient à permettre la population résident très proche de la mer de se redéployer vers l’intérieur du continent, du fait de

    l’avancée de la mer (...) Les impacts du projet sur l’occupation des sols et les questions

    foncières sont importants sans doute. Ainsi, la question relative à l’expropriation des

    populations affectées mérite d’être traitée avec une attention particulière, dans le respect des

    procédures en vigueur et des valeurs sociales, dans le cadre d’une étude spécifique relative à

    la libération de l’emprise. (EIES Vol.2, Page 178)
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2017 (13:33 PM)
    Selon l’article L13 de loi n°2001-01 du 15 Janvier 2001 portant code de l’environnement, « Les installations rangées dans la première classe doivent faire l’objet, avant leur construction ou leur mise en service, d’une autorisation d’exploitation délivrée par arrêté du Ministre chargé de l’environnement dans les conditions fixées par décret. Cette autorisation est obligatoirement subordonnée à leur éloignement, sur un rayon de 500 m au moins, des habitations, des immeubles habituellement occupés par des tiers, des établissements recevant du public et des zones destinées à l’habitation, d’un cours d’eau, d’un lac, d’une voie de communication, d’un captage d’eau (...)»

    Or, à moins de 500m du site, on trouve un marigot légendaire (le khouloup), une école, des

    habitations, un cimetière, des champs, des mares servant d’abreuvoirs aux bovins, aux

    caprins, aux oiseaux et tant d’autres espèces, 2 lotissements Minam 1 et 2 de 1433 parcelles



    D’autre part, les populations estiment que la centrale va constituer un danger pour l’école

    préscolaire située à moins de 500 m et que cela constitue également une violation du code de l’environnement.
    Auteur

    Bargnyditnonalacentraleocharbo

    En Avril, 2017 (13:41 PM)
    les craintes de la communauté se justifient parfaitement. En effet, la pollution sera inévitable, même si les promoteurs (Publics et privés confondus) tentent de la minimiser et d’autre part, les activités socio-économiques de la localité sont effectivement menacées.

    Au demeurant, malgré des échanges de correspondances entre les parties opposées au projet,en l’occurrence Takkom Jerry et la CES d’autre part, nous avons constaté que :

    ? Il y a un important déficit de communication entre les parties prenantes ;

    ? Les populations exigent le respect du code de l’environnement, notamment la gestion

    des risques de voisinage avec les centrales à charbon, établissement de classe 1 ;

    ? Les revendications sur l’indemnisation du foncier ne sont pas encore satisfaites et les

    risques de conflits sont énormes ;

    ? La population attend le gouvernement et les promoteurs sur la gestion de l’érosion

    côtière et la proposition d’alternatives d’adaptation effective aux changements

    climatiques, puisque ces terres étaient destinées aux victimes ;

    ? La dimension genre des impacts du projet n’est pas encore prise en compte dans la mise en œuvre du projet et les femmes transformatrices de poissons souhaitent qu’on les

    consulte et que leur moyens de subsistance soit restaurés sans tarder ;

    ? Les populations attendent d’être édifiées sur la gestion des impacts cumulés des 2

    centrales et de la SOCOCIM ;

    ? Les populations attendent d’être édifiées également sur la cohabitation de la centrale et

    le site de trabsformation des produits de la péche ou s'activent plus de 1000 femmes ainsi que l’avenir du secteur dans la localité ;

    Cependant, malgré toutes ces sources de contestation du projet, les travaux se déroulent

    normalement à l’intérieur de l’espace clôturé.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email