Lundi 30 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Marché communautaire de la Cedeao : Aminata Touré relève les facteurs bloquants

Single Post
Marché communautaire de la Cedeao : Aminata Touré relève les facteurs bloquants
(Kaolack, envoyé spécial)-La présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a procédé, ce vendredi 7 février 2020, à Kaolack, à l'ouverture des travaux de la 7ème Assemblée générale de la Fédération des Chambres de commerce et d'industrie de l'Afrique de l’Ouest (Fewacci).

A l'occasion de cette rencontre annuelle dont le thème porte sur «Le marché communautaire de la Cedeao : enjeux et perspectives», Mme Aminata Touré a soutenu que la Fewacci constitue une «plateforme de choix dans la dynamique d'une participation plus soutenue» du secteur privé sous-régional dans les décisions politiques. Lesquelles, selon elle, visent entre autres, «l’amélioration du climat de l'investissement privé, le renforcement des partenaires publics-privés dans le développement de projets d’infrastructures et la bonne gouvernance des entreprises».

«Seuls 15% des exportations vers les pays membres de la Cedeao»


Elle estime qu'avec le processus enclenché de mise en œuvre effective de la monnaie commune ‘’Éco’’, il revient aux membres de cette organisation sous-régionale d’«apporter en grande partie la réponse à la question de la faiblesse relative au niveau d’échange» entre pays membres de la Cedeao.

A ce titre, Mme Touré signale que, selon une enquête de l'international trade center, organisme d'assistance technique du système des Nations unies, le commerce intra-Cedeao correspond à seulement 15% des exportations vers les pays membres et 5% à l’importation depuis les pays membres avec un point rouge dû à la persistance de difficultés découlant des mesures non tarifaires». Alors que dans les autres continents, le taux est estimé entre 60 et 70%.

Un constat qui, pour elle, donne «une idée de l'importance des progrès à réaliser en vue d’instaurer une situation d’observation satisfaisante des règles du jeu de leur marché commun. Et ainsi, dynamiser leur espace économique qui produit chaque année 750 milliards de dollars de richesses, selon les statistiques de 2017».

«La nécessité d’améliorer le potentiel logistique et les infrastructures»

En ce qui concerne les enjeux à relever, l'ancien Premier ministre du Sénégal a souligné l'importance pour les États membres de la Cedeao d’«améliorer le potentiel logistique et les infrastructures» qui, selon elle, sont des facteurs «essentiels au développement des échanges intra-communautaires».

Elle a également évoqué la «nécessaire attention particulière à porter au renforcement de la contribution économique des femmes et surtout des jeunes (15 à 35 ans) et amener à constituer dans un futur proche les 65% de la population africaine».

Dès lors, Mimi Touré est d'avis que la Fewacci doit «susciter une montée de capitalisation en terme économique, social et de ce dividende démographique».

Pour finir, la présidente du Cese a affirmé à l'endroit des pays membres de la Fewacci que les Conseils économiques, sociaux et environnementaux sont leurs partenaires institutionnels naturels dans leurs quêtes communes».

A rappeler que cette 7ème Assemblée générale de la Fédération des Chambres de commerce et d'industrie de l'Afrique de l'Ouest (Fewacci) qui se tient à Kaolack du 7 au 8 février 2020, en marge de la 5ème édition de la Foire internationale de Kaolack (Fika), est organisée par le président de l'Union nationale des Chambres de commerce d'industrie et d'agriculture du Sénégal (Unccias), Serigne Mboup.


liiiiiiiaffaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email