Mardi 27 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Résumé de l'actualité économique internationale du vendredi 21 novembre 2014

Single Post
Résumé de l'actualité économique internationale du vendredi 21 novembre 2014

-ABIDJAN-La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) a clôturé sa séance du vendredi 21 novembre 2014 en hausse par rapport à la séance précédente. L’indice BRVM 10 est passé de 253,89 à 255,21 points, soit une progression de 0,52%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a gagné 0,29% à 240,38 points contre 239,69 précédemment.

La valeur des transactions s’est établie à 2,70 milliards de FCFA contre 241,59 millions de FCFA, jeudi.

La capitalisation boursière du marché des actions se chiffre à 5842,40 milliards de FCFA. Celle du marché obligataire s’élève à 1 163,34 milliards de FCFA. Le titre le plus actif est SONATEL avec 113 715 actions échangées pour 2,50 milliards de FCFA de transactions.



-CHICAGO- Les cours du blé et du maïs ont perdu du terrain cette semaine à Chicago, mais le soja a progressé, dans un marché se préparant à de prochaines séances calme à l'approche des fêtes américaines de Thanskgiving. "Le marché s'était un peu trop apprécié la semaine précédente et a pâti d'une petite correction technique", a relevé Dax Wedemeyer, de US Commodities.

Les cours du blé avaient notamment bénéficié de craintes sur l'impact d'une vague de froid sur les plants tout juste semés de blé rouge d'hiver. "Il a fait froid, mais ça va mieux globalement, et les plants devraient pour l'instant recevoir la dose d'humidité nécessaire" à leur croissance, a noté quant à lui Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors.
Les semis n'étaient toutefois pas à l'abri d'un nouveau coup de froid susceptible d'affecter leur qualité, selon les experts.


-PARIS- Les Bourses européennes s'envolaient vendredi, galvanisées par l'annonce d'une baisse de taux par la Banque centrale chinoise et les nouveaux engagements de la BCE pour soutenir l'économie européenne.
Les marchés ont été portés par des déclarations du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi: "nous sommes prêt à recalibrer l'ampleur, le rythme et la composition de nos achats (d'actifs) si nécessaire pour remplir notre mandat" et ce "sans délai indu", a-t-il affirmé lors d'un congrès bancaire à Francfort, alors que la BCE a multiplié les initiatives de soutien à l'économie ces derniers mois.
De plus, la décision de la Banque populaire de Chine (PBOC, banque centrale) d'abaisser ses taux d'intérêt de référence pour la première fois depuis juin 2012 est venue encore soutenir la forte remontée des indices.


-NEW YORK- Après une chute à leur plus bas niveau depuis 2009, les prix du coton échangé à New York se sont stabilisés cette semaine dans un marché se préparant à une semaine calme avant les traditionnelles fêtes de Thanksgiving.

"Nous avons assisté à de très fortes liquidations sur le marché pour le contrat de décembre" sur le point d'expirer, a noté Sharon Johnson, courtière pour KCG Futures.
Mais, pour ce qui est du contrat de référence pour livraison en mars, "les prix n'ont que très peu bougé cette semaine", ont relevé les experts de la maison de courtage Plexus Cotton.
Les cours se sont en effet stabilisés après avoir subi une forte chute en raison de l'attente de réserves de fin de campagne à des niveaux record.


"Le rebond du marché reste bloqué par les quelque 9 millions de balles de coton américain toujours invendues alors même que les grands pays acheteurs traditionnels, dont la Chine, la Turquie et le Mexique, devraient moins gourmands pendant la campagne actuelle", ont-ils ajouté.

-NEW YORK- Les cours du brut ont terminé en hausse vendredi, soutenus par la volonté affichée des banques centrales chinoise et européenne de soutenir encore plus leur économie et les rumeurs sur une possible réduction de la production des membres de l'Opep.
Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier, dont c'était le premier jour de cotation, a gagné 66 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 76,51 dollars. Le marché du brut a été aidé par l'annonce d'une réduction des taux d'intérêt de la banque centrale chinoise afin de stimuler la croissance, une mesure qui pourrait in fine conduire à une augmentation de la demande énergétique, a souligné Andy Lipow de Lipow Oil Associates. 
La banque centrale chinoise a en effet annoncé vendredi une baisse de ses taux d'intérêt, une mesure inédite depuis 2012 qui doit permettre de revigorer la deuxième économie mondiale en net ralentissement. Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a de son côté fait savoir que l'institution était prête à étendre l'ampleur, le rythme et la composition de son programme de rachats d'actifs, notant qu'au vu de la faiblesse des derniers indicateurs, il était devenu essentiel pour la BCE d'agir et de continuer à agir pour ramener l'inflation à proximité de 2%. La perspective de mesures de soutien monétaire supplémentaires en Chine et en zone euro permet aux cours de remonter solidement avant le week-end. Est-ce que ca va durer? Je n'en suis pas sûr, mais cela permet au moins pour l'instant de reléguer au second plan toutes les incertitudes sur la réunion à venir de l'Opep, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a souligné Matt Smitt de Schneider Electric.


-LONDRES- L'or a été stimulé cette semaine par un accroissement de la demande de la part des banques centrales, tandis que les métaux platinoïdes ont été particulièrement dopés vendredi par la baisse surprise des taux d'intérêt en Chine.

"Le marché de l'or au comptant a été poussé à la hausse par une augmentation des achats de la Russie, sa banque centrale ayant acquis plus de 150 tonnes d'or cette année alors que le rouble n'a cessé de dégringoler", ont expliqué les analystes d'IG.
La monnaie russe a fortement dégringolé ces derniers temps, grevée notamment par la chute du prix du pétrole qui représente la moitié des rentrées budgétaires de la Russie. Le rouble a ainsi atteint début novembre des records historiques de faiblesse face à l'euro et au dollar. Selon les données du Conseil mondial de l'or, la Russie a augmenté ses réserves d'or de 55 tonnes au cours du troisième trimestre, les portant à près de 1150 tonnes fin septembre.


-NEW YORK-La Bourse de New York a propulsé ses indices vedettes, le Dow Jones et le S&P 500, à de nouveaux sommets vendredi, dopée par la volonté des banques centrales chinoise et européenne de soutenir l'activité économique.

Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average s'est adjugé 0,51% (+91,06 points), à 17.810,06 points, et l'indice élargi S&P 500 0,52% (+10,75 points), à 2.063,50 points, terminant tous deux à des niveaux jamais atteints en clôture.
Le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 0,24%, soit 11,10 points, à 4.712,97 points. Dès l'ouverture des échanges, les indices new-yorkais se sont dirigés en nette hausse, partis pour battre de nouveaux records.

L'annonce de nouvelles mesures d'aide en Chine a enthousiasmé tout le monde et s'est immédiatement traduite par un regain de vigueur sur les marchés des matières premières, a relevé Mace Blicksilver, gérant de portefeuilles chez Marblehead Asset Management.
La banque centrale chinoise a annoncé vendredi une baisse de ses taux d'intérêt, une mesure inédite depuis 2012 qui doit permettre de revigorer la deuxième économie mondiale en net ralentissement.


-DAKAR- L’environnement des affaires est resté peu porteur en septembre 2014 au Sénégal, selon une enquête de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), basée à Dakar.

‘'Les industriels se sont plaints principalement de la baisse de la demande (17,6%), de la concurrence supposée déloyale (18,8%) et des délestages d'électricité (14,1%) qui ont affecté leurs activités'', note la DPEE dans son enquête. 
Ces chefs d'entreprises annoncent, par ailleurs, majoritairement une production en baisse, des stocks de produits finis inférieurs à la normale, des contractions respectives de la demande et de la main d'œuvre.
Pour leur part, les entrepreneurs de Bâtiments et travaux publics (BTP) ont cité la faiblesse de la demande (25%), le non recouvrement des créances (33,3%) et la concurrence supposée déloyale (25%) comme les principaux facteurs ayant affecté le secteur. 
Ils déplorent en outre une activité en repli, des carnets de commandes publiques et privées qui se dégarnissent et une contraction de la main d'œuvre.


-DAKAR-L'économie mondiale perd annuellement 100 milliards de dollars à cause de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche Inn) qui se manifeste sous différentes formes, a affirmé vendredi à Dakar, Alioune Badara Kaeré, chef unité et développement du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).


"On estime à aujourd'hui à près de 100 milliards de dollars Us, les pertes engendrées par la pêche Inn qui est devenue un fléau endémique aux pêcheries de l'Afrique de l'ouest. Elle se caractérise par, entre autres, l'utilisation d'engins de pêche non conformes ou la pêche sans licence dans les pays tiers. A ce titre, elle concerne aussi bien la pêche industrielle que la pêche artisanale", a expliqué M. Kaeré. Il intervenait à l'ouverture de la journée mondiale de la pêche axée sur le thème: "La lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche Inn) en Afrique de l'ouest: bilan et perspectives".

Poursuivant son propos, il a souligné la nécessité de réfléchir collectivement sur une initiative sous régionale dédiée à la lutte contre la pêche Inn. "Je veux insister particulièrement sur la nécessité de vaincre la pêche Inn en Afrique de l'ouest qui constitue une zone de prédilection pour les navires pirates à cause de la faiblesse des moyens techniques, donc l'inefficacité des actions menées jusqu'ici", a souligné Alioune Badara Kaere.


-LONDRES- L'Organisation internationale du cacao (ICCO) a démenti vendredi les spéculations selon lesquelles le marché mondial du cacao pourrait souffrir d'un déficit allant jusqu'à un million de tonnes d'ici 2020.

L'organisation basée à Londres dit avoir "remarqué de nombreux articles cette semaine identifiant de potentiels déficits de l'offre de cacao dans les prochaines années, pouvant atteindre le niveau d'un million de tonnes en 2020, et voudrait souligner que ses projections ne corroborent absolument pas cette peur", selon un communiqué publié vendredi.
D'après les prévisions de l'ICCO, "il n'y a pas de raison immédiate d'inquiétude au sujet de l'offre de cacao pour les cinq prochaines années".
Malgré la probabilité de déficits d'offre dans les années à venir, les stocks de fèves brunes devraient amortir cette tendance avant que l'offre ne s'accélère, explique l'organisation qui réunit les pays producteurs et consommateurs de cacao.
"Le cacao, comme n'importe quelle matière première agricole, est une ressource renouvelable et donc, quand le prix du cacao augmente, les agriculteurs seront motivés à produire plus de fèves en augmentant leur utilisation d'engrais et en investissant dans de nouvelles plantations", détaille l'ICCO, décrivant un mécanisme bien connu des cycles observés sur les marchés des matières premières.


Par conséquent, "il n'y a pas de menace à l'approvisionnement de cacao pour l'industrie du chocolat", martèle l'organisation, qui ne voit donc "aucune raison de s'alarmer sur la disponibilité de chocolat".


-LONDRES-Les prix du café ont été ballotés cette semaine par des interrogations persistantes sur la taille de la récolte au Brésil tandis que le sucre connaissait un accès de faiblesse et que le cacao se stabilisait. Le café balloté par les questions sur la récolte brésilienne

Les prix du café ont continué leur ascension en première partie de semaine, grimpant mercredi à New York à leur maximum depuis un mois (à 201,35 cents la livre) et jeudi à Londres à leur plus haut niveau depuis début novembre (à 2.095 dollars la tonne).
Ils continuaient ainsi sur leur lancée entamée la semaine dernière sur fond de craintes de déficit d'offre sur le marché cette saison. L'Organisation internationale du café (ICO) avait estimé la semaine dernière que le marché mondial du café souffrirait d'un déficit de 800'000 sacs de 60 kilos en 2014/15, notamment à cause de la sécheresse historique du premier trimestre au Brésil (premier producteur mondial, principalement d'arabica) et l'épidémie de rouille en Amérique centrale.




affaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Mop

    En Novembre, 2014 (23:51 PM)
    Merci ! c est bien resume.



    Dommage que tous les autres commentateurs perdent leur temps avec la politique ( des parasites)
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email