Mardi 27 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Résumé de l'actualité économique internationale du jeudi 12 février 2015

Single Post
Résumé de l'actualité économique internationale du jeudi 12 février 2015

-NEW YORK- Les cours du pétrole ont fortement rebondi jeudi à New York et à Londres, dans un marché qui continuait à violemment fluctuer, pris entre les inquiétudes sur une offre toujours élevée et l'espoir d'un déclin prochain de la production.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars, actuellement le plus échangé, a avancé de 2,37 dollars à 51,21 dollars, repassant le seuil des 50 dollars et retrouvant le niveau où il était mardi matin avant deux séances de forte baisse.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a fini à 57,05 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 2,39 dollars.
Les cours ont ainsi interrompu leur déclin, observé depuis le début de la semaine et encouragé mercredi par la publication par les Etats-Unis d'une nouvelle hausse de leurs réserves hebdomadaires de brut à un niveau sans précédent depuis 1930.
Un jour, cela monte, un jour cela descend, et on a du mal à trouver des raisons à des fluctuations aussi importantes, a reconnu Bart Melek, de Commondity Strategy TD Securities.


-DAKAR-La faiblesse continue du secteur agricole au Sénégal constitue une matière à réflexion, selon un rapport récent de la Banque mondiale sur la situation économique du pays dont APA a obtenu copie.


‘'Pour la deuxième fois au cours des trois dernières années, la production agricole a connu une baisse'', note le rapport daté de décembre 2014 et intitulé ‘'Situation économique du Sénégal : apprendre du passé pour un avenir meilleur''.
Selon les auteurs du rapport, les estimations sur la production céréalière indiquent une baisse de 12 % par rapport à 2012 et de 17 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. ‘'La production arachidière a connu une légère hausse (plus 2 %), mais elle est restée en deçà de la moyenne des cinq dernières années'', note le rapport. 
La réduction des terres cultivées, le recours insuffisant aux semences certifiées et l'irrégularité des précipitations ont été les principales causes de ces déficits agricoles. Quant à la pêche, secteur vital pour le pays, il a continué de subir les effets de la surpêche et n'a quasiment pas enregistré de croissance (plus 1 %).



-PARIS- Les Bourses européennes ont toutes terminées en hausse jeudi, les investisseurs saluant la signature d'un accord sur la crise ukrainienne qui a momentanément fait passer les inquiétudes sur la Grèce au second plan.

Les places européennes ont été "dynamisées par l'accord annoncé sur l'Ukraine qui a permis de réaliser une belle séance", a résumé Christian Jimenez, président de Diamant Bleu Gestion.

"Deux hypothèques pesaient sur les marchés, l'Ukraine et la Grèce. Il y a donc eu une bonne nouvelle sur le premier dossier et il faut maintenant que la deuxième hypothèque soit levée" pour que le marché puisse progresser davantage, a expliqué M. Jimenez.


-PARIS-Total a annoncé jeudi une coupe drastique de ses coûts et investissements cette année, qui s'accompagnera d'une réduction de ses effectifs, après une forte baisse de ses résultats en 2014 causée par la dégringolade des cours du pétrole et des dépréciations massives d'actifs.

Comme les autres majors pétrolières, l'entreprise fait face à une conjoncture très dégradée, du fait de l'effondrement des cours de l'or noir. Ceux-ci ont dégringolé de plus de 50% depuis juin et évoluaient depuis plusieurs semaines autour de 50 dollars le baril en raison d'une offre surabondante et d'une demande peu vigoureuse. 
Cette situation aura une conséquence directe sur les effectifs, que Total compte réduire de 2.000 personnes dans le monde en 2015, sur environ 100.000, essentiellement par le biais d'un gel des embauches et de départs non remplacés, notamment dans l'exploration-production, le raffinage-pétrochimie et les fonctions supports regroupées au sein de la holding.
Pour retrouver un peu d'agilité au niveau de la holding du groupe, nous ne remplacerons pas les départs naturels, a indiqué Total, précisant qu'il ne s'agissait pas d'un plan de départs volontaires.


-PARIS- Le groupe diversifié français Bolloré a annoncé jeudi avoir enregistré une baisse de 2,3% de son activité en 2014 à 10,6 milliards d'euros, en raison d'un fort recul de la branche logistique pétrolière.


Bolloré, également présent dans le transport, la communication et le stockage d'électricité, a toutefois insisté sur le fait que le recul de son activité de transport et de stockage de carburants ne devrait pas avoir d'incidence significative sur son résultat opérationnel, qui sera publié ultérieurement.
Bolloré, qui a subi un effet de change négatif de 88 millions d'euros en 2014, a souligné qu'à périmètre et taux de change constants, la contraction de son chiffre d'affaires sur l'année serait de 1,6%.
Le recul de 16% du chiffre d'affaires de la branche logistique pétrolière, qui représente plus d'un quart de l'activité, s'explique par la baisse des prix des produits pétroliers et des volumes fortement pénalisés par des températures particulièrement clémentes, synonymes d'une moindre consommation d'hydrocarbures pour le chauffage, a souligné Bolloré.
Hors cette activité, le chiffre d'affaires de l'exercice 2014 progresse de 3% en données brutes, a fait valoir la société. Le secteur transport et logistique, soit la moitié du chiffre d'affaires, a crû de 5% grâce à la hausse des volumes dans la commission de transport particulièrement en Europe, en Asie ainsi que sur les flux intra-Asie. Il bénéficie également de la croissance des volumes manutentionnés dans les terminaux conteneurs.
La branche communication, qui contribue à hauteur d'environ 20% au chiffre d'affaires annuel 2014 de Bolloré, a elle aussi vu une croissance de 5%, correspondant principalement à l'activité d'Havas, qui a progressé significativement sur l'ensemble de ses marchés.


-PARIS- Le groupe diversifié français Bolloré a annoncé jeudi avoir enregistré une baisse de 2,3% de son activité en 2014 à 10,6 milliards d'euros, en raison d'un fort recul de la branche logistique pétrolière.
Bolloré, également présent dans le transport, la communication et le stockage d'électricité, a toutefois insisté sur le fait que le recul de son activité de transport et de stockage de carburants ne devrait pas avoir d'incidence significative sur son résultat opérationnel, qui sera publié ultérieurement.
Bolloré, qui a subi un effet de change négatif de 88 millions d'euros en 2014, a souligné qu'à périmètre et taux de change constants, la contraction de son chiffre d'affaires sur l'année serait de 1,6%. Le recul de 16% du chiffre d'affaires de la branche logistique pétrolière, qui représente un quart de l'activité, s'explique par la baisse des prix des produits pétroliers et des volumes fortement pénalisés par des températures particulièrement clémentes, synonymes d'une moindre consommation d'hydrocarbures pour le chauffage, a souligné Bolloré. Hors cette activité, le chiffre d'affaires de l'exercice 2014 progresse de 3% en données brutes, a fait valoir la société.

-LONDRES- L'euro progressait jeudi face à un dollar ébranlé par des indicateurs américains décevants, dans un marché dans l'ensemble prudent après la fin d'une réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles qui n'est pas parvenue à trouver un compromis sur la dette grecque.

Vers 17H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,1417 dollar, contre 1,1335 mercredi vers 22H00 GMT. La devise européenne perdait du terrain face à la monnaie nippone, à 135,39 yens contre 136,54 yens la veille. Le dollar aussi baissait face à la devise japonaise, à 118,62 yens contre 119,67 yens mercredi soir.
"La faiblesse des ventes de détail aux États-Unis tempère un peu les attentes d'une hausse de taux de la Fed (Réserve fédérale américaine) dès juin", notait Rob Carnell, analyste chez ING.
Ainsi, le dollar se trouvait un peu sous pression car une hausse de taux le rendrait plus rémunérateur, et donc plus attrayant pour les investisseurs spéculatifs.
Les ventes de détail aux États-Unis ont reculé pour le deuxième mois consécutif en janvier, baissant de 0,8% par rapport à décembre et décevant les attentes des analystes, selon les chiffres publiés jeudi.

-NEW YORK- Wall Street progressait jeudi à la mi-séance, la perspective d'un cessez-le-feu en Ukraine et un rebond des prix du pétrole donnant un peu d'éclat au marché: le Dow Jones prenait 0,28% et le Nasdaq 0,68%.


Vers 16H45/17h45 HEC, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 50,13 points à 17'911,75 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 32,67 points à 4833,85 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, gagnait 0,57%, soit 11,74 points à 2080,27 points. "Le principal élément aujourd'hui, c'est l'éventualité d'un cessez-le-feu en Ukraine, ce qui est une grosse surprise car personne ne croyait à un accord", a expliqué Chris Low, de FTN Financial.
Après une nuit de négociations à Minsk, les dirigeants allemand, français, russe et ukrainien ont conclu un accord sur un cessez-le-feu et une zone démilitarisée en Ukraine, mais les Européens restaient très prudents, voire sceptiques quant aux perspectives d'une paix durable.
"C'est important, car l'économie européenne a souffert du conflit ukrainien et des diverses sanctions commerciales contre la Russie, donc une pause dans les affrontements, quelle qu'elle soit, serait positive pour la croissance mondiale", a résumé Chris Low.


-ATHENES-Le taux de chômage en Grèce, l'un de plus élevés de la zone euro, est resté inchangé en novembre par rapport au mois précédent, à 25,8%, en légère baisse sur un an, a indiqué le service des statistiques grecques (Elstat). En novembre 2013, le taux de chômage était de 27,7%. Le taux de chômage, qui a explosé depuis le début de la crise en 2009, avait atteint son record en septembre 2013, à 28%, avant de commencer une lente décrue. Les régions du pays les plus touchées sont l'Attique (agglomération d'Athènes), à 26,38%, et la Macédoine-Thrace (nord) à 26,5%.




affaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Jamaicain

    En Février, 2015 (23:16 PM)
    ah bon ? y a des activites economiques dans ce pays ? :hun: 
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email