Mardi 26 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Education

ETUDE - Dysfonctionnement dans les affectations des enseignants : 1287 professeurs en surnombre

Single Post
ETUDE - Dysfonctionnement dans les affectations des enseignants : 1287 professeurs en surnombre

Alors que certaines régions du pays font face à un déficit criard de personnel enseignant, le Sénégal compte un sureffectif de 1 287 professeurs contre un déficit de 99 enseignants en fonction des secteurs. La révélation est faite par le ministre Serigne Mbaye Thiam qui partageait les résultats d’une étude de son département. Il a aussi fait savoir que l’Etat n’est pas tenu de recruter les sortants de la Fastef ayant suivi une formation payante.

Un sureffectif de 1 287 professeurs contre un déficit estimé à 99 enseignants dont 66 en mathématiques et 11 en sciences physiques dans le moyen-secondaire. Voila ce que révèle une étude faite dans les 14 inspections académiques entre le 15 et le 28 novembre 2012, par les agents du ministère de l’Education nationale. «Dans l’élémentaire, il y a un peu plus de 600 enseignants en surnombre, si nous considérons que le fait d’avoir des classes multigrades et des classes à double flux est une situation normale. Si nous considérons cela comme une situation anormale, en ce moment-là, on aurait un peu plus de 6 000 enseignants en déficit», explique le ministre Serigne Mbaye Thiam. 

L’objectif de cette étude est de recenser les surnombres, les déficits et les prévisions de recrutement du personnel enseignant. Ce qui permet, d’après le ministre, une utilisation rationnelle des ressources dans ce secteur, principalement les ressources humaines. D’ailleurs, un redéploiement du surnombre dans les endroits qui en ont besoin a déjà démarré. Serigne Mbaye Thiam n’a pas manqué d’inviter les inspecteurs d’académie à retenir des critères purement objectifs tout en appelant au sens patriotique des enseignants.

Par ailleurs, le successeur de Ibrahima Sall a tenu à faire la différence entre ce qui est fait dans son département et l’autre travail qui est en cours au ministère de la Fonction publique. «L’exercice que nous avons fait n’a rien à voir avec les audits de l’Etat. Je veux bien qu’on s’entende sur la terminologie. Un enseignant en surnombre ne veut pas dire un enseignant fictif. Dans une école de 7 classes, si vous avez 11 enseignants, ils y en a certains qui sont en surnombre», précise-t-il. 

 

«Les sortants de la Fastef n’ont pas plus de droits que ceux des autres facultés» 

Dans ces sureffectifs, ce sont des matières comme l’anglais, l’histoire la géographie et le français qui enregistrent les records. A titre d’exemple, l’excédent d’éducateurs en anglais est estimé à 166 contre 522 pour lettres, histoire et géographie. Une situation que le ministre impute au régime sortant. Il affirme que, sur la décennie 2000-2010, un taux de recrutement de 104% a été fait pour les volontaires et 135% pour les vacataires. A cela s’ajoute une intervention intempestive sur les affectations qui a fini de créer la situation actuelle.

Interpellé sur le cas des élèves-professeurs qui exigent leur recrutement par l’Etat, l’ancien ministre de l’En­sei­gnement supérieur a fait savoir que les autres facultés, instituts et écoles font de la formation payante.  Or, ces étudiants ne sont pas recrutés par l’Etat. Serigne Mbaye Thiam de se demander si les formés de la Faculté des sciences et techniques de l’éducation et la formation (Fastef) ont plus de droits que les autres. Pour lui, il appartient à ces sortants d’aller chercher du travail. Même si, ajoute-t-il, le gouvernement a recruté une bonne partie d’entre eux et a assuré que le reste sera prioritaire en cas de recrutement.

 



11 Commentaires

  1. Auteur

    Alerte A Malibu

    En Janvier, 2013 (15:58 PM)
    SENEGALAIS ! SENEGALAISES! IGNOREZ LES INSULTES DES PERSONNES QUI ONT PERDU LEUR BOULOT, QUI SONT PAUVRES, QUI N'ONT RIEN A MANGE, QUI ONT ETE REFOULE D'EUROPE, QUI SONT MAL BAISES, QUI SONT AIGRIS..!!! THEY CALL THEM IN THE U.S BULLIES...CAR ILS SONT DEPRIMES..ET S'ACHARNENT SUR DE RESPECTUEUX SENEGALAIS.. BULLYING IS A DISEASE AND OBAMA HAS SIGNED IN CONGRESS A BILL ON THAT.
  2. Auteur

    Impasse

    En Janvier, 2013 (16:08 PM)
    je suis titulaire d'une maitrise en histoire quand je komençé le metier com vacataire je touché 80000FCFA par mois et jété affecté dans un lycée sans infrastructure aujourdhui k je suis fonctionnaire ça n va pas mieux. nous courons derier ds indemnites du bac de lané derniere. mem pa 250000f. Nous n som pa respecté
    • Auteur

      Diaw

      En Janvier, 2013 (20:42 PM)
      je comprends pourquoi le niveau des élèves ne cesse de baisser depuis des années.
      apprenez d'abord, cher professeur, à écrire correctement la langue que vous êtes censé utiliser pour dispenser vos cours.

      vous ne faites pas honneur à votre profession.
    Auteur

    Ami De Sankara

    En Janvier, 2013 (16:50 PM)
    Ce ministre Mbaye Thiam du PS doit enfin apprendre à être sérieux ! Au lieu de se "grouiller" comme un diable pour payer intégralement en urgence les indemnités de correction du Bac aux enseignants pour épargner les élèves de ces grèves cycliques, il trouve du temps pour organiser une conférence de presse pour parler de détails aux yeux de ses administrés. C'est à croire que ce ministre PS n'a toujours pas tiré des leçons idoines de leur renvoi du Pouvoir en 2000. Quand même...
    Auteur

    Enseignant

    En Janvier, 2013 (16:50 PM)
    amna enseignants yo khani da jagalé rek lanfi néké guir yalla jagaléne domi diambour yi mo guéne daw yi barri yi
    Auteur

    Ip

    En Janvier, 2013 (17:53 PM)
    les fonctionnaires en surnombre existent presque dans tous les demembrements de l'Etat :education,sante,diplomatie etc...il nous faut un retour a l'orthodoxie au sommet.Il faut indexer ceux qui sont charges d'effectuer lles affectations a caractere intempestif,ainsi seulement on pourra venir a bout du mal par ses racines.La solution est a portee de main
    Auteur

    Fastefien Non Recruté

    En Janvier, 2013 (19:42 PM)
    Monsieur le ministre les sortants de la FASTEF n'on pas certes plus de droit que ceux des autres faculté mais vous qui parlez de justice et d'équité est ce que dans ces facultés l'état a déjà une fois recruté les diplômes ? alors que ça a toujours été le cas pour les sortants de la FASTEF en formation payante , est ce que dans ces facultés l'état recrute une partie et laisse les autres en rade parceque il ont opté soit pour l'histoire et la géographie soit pour l'anglais ou l'arabe ?Vous l'avez dit ces dysfonctionnement ont été causé par l'ancien régime alors pk nous fils de paysans, de marchands ou de pécheur dont les parents se sont sacrifié pour leur payer leur formation on doit payer les peaux cassés. Il faut revoir votre position Monsieur le ministre. Nous somme des jeunes sénégalais au même titre que ceux de la formation payante que vous avez déjà recruté et vous devez mettre tout le monde au même pieds d'égalité.
    Auteur

    Djiez

    En Janvier, 2013 (19:43 PM)
    il faut voir le mal au niveau des inspection avec un personnel plethorique et inoperationnel
    Auteur

    Diaw

    En Janvier, 2013 (20:48 PM)
    «Dans l’élémentaire, il y a un peu plus de 600 enseignants en surnombre, si nous considérons que le fait d’avoir des classes multigrades et des classes à double flux est une situation normale. Si nous considérons cela comme une situation anormale, en ce moment-là, on aurait un peu plus de 6 000 enseignants en déficit», explique le ministre Serigne Mbaye Thiam.



    J'aurais aimé que le ministre nous dise ce qu'il pense de cette situation.



    Considère-t-il la situation des classes à double flux comme la normalité ?



    Si le ministre de l'éducation de notre pays est incapable de trancher cette question évidente, je pense qu'il devrait faire ses valises.



    Il manque des professeurs et des maîtres bien formés dans ce pays. Tout le monde le sait, mais l'état continue de lâchement fuir ses responsabilités.
    Auteur

    Maths

    En Janvier, 2013 (10:32 AM)
    On exige la validation dans un plus bref délai des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des maîtres et professeurs contractuels reclassés comme fonctionnaires.

    La volonté du gouvernement de remettre en cause l’accord sur la validation des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des maîtres et professeurs contractuels reclassés comme fonctionnaires est une preuve palpable de la légèreté avec laquelle le gouvernement traite ces questions essentielles.

    Pas de paix sociale dans le secteur de l’éducation sans une application stricte de l’accord sur la validation au deux tiers des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des maîtres et professeurs contractuels reclassés comme fonctionnaires, avec paiement de rappels comme cela est fait pour les décisionnaires.

    Auteur

    Education

    En Janvier, 2013 (12:07 PM)
    bonjour M. le Ministre on a l'impression que Vous avez oublié ou nié les étudiants, spécialité enseignement de l'institut de recherche d'enseignement des mathématiques de la physique et de la technologie (IREMPT), qui comptent environ 24 sans compter ceux qui sont dans les autres universités, qui font la deuxième année et jusqu'à présent n'ont pas pu avoir un logement dans l'enceinte du campus social. MERCI!
    Auteur

    Incorrection

    En Janvier, 2013 (18:00 PM)
    MR le ministre je suis un sortant de la fastef. Avant tout j aimerais vous dire de facon clair comment on a fait ce concours. A l entree on a fait un concours different du concours direct , apres l admission on a fait un entretien dans les conditions comme tout le monde. ceci est contraire a ce que vous avez dit, on n a pas decide de faire la formation payante apres avoir echoue au concours direct. En effet on a fait une sacrifice en payant notre formation echappant ainsi au quota. En plus les autorites de la fastef nous ont fait savoir qu on sera recrute et servir notre pays . ceci aussi est contraire a ce que vous avez dit , on n 'est des maliens ni des mauritaniens pour aller servair dans ces pays . c est triste d entendre un ministre de la republique dire des choses qu il ne maitrise pas.

    Mr le ministre on n'est pas fautif, vous devez d;abord sanctionner les autorites de la fastef et non nous , qui ont une vocation manisfeste de servir lerur pays .

    Cher messieur revoyez votre position. On est seulement victimes d 'un deal.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email